Revue des sciences avril 2013

<- Revue des sciences précédente | Revue des sciences suivante ->

Finalement, la revue des sciences continue pour l'instant sous cette forme minimale d'une sélection des brèves publiées dans le mois. Comme la publication des brèves chaque jour se révèle plus lourde que je ne pensais, tout cela reste provisoire et peut s'arrêter d'un jour à l'autre mais je suis revenu pour l'instant à l'ancienne organisation du blog, tous les billets y compris de science apparaissant de nouveau sur la page principale, en dehors des brèves elles-mêmes (dont l'adresse a changé de même que pour le RSS qui passe de http://jeanzin.fr/science/link/feed/ à http://jeanzin.fr/link/feed/). Je suis encore dans les mises au point et il y a eu de nombreux trackbacks indésirables (c'est réglé normalement).

Il y a plusieurs nouvelles sur lesquelles il faudrait attirer l'attention, outre le rôle du Gulf Stream plus complexe qu'on ne croit, la ruée sur le krill peut avoir des impacts importants de même que l'exploitation des méthanes marins (hydrates de méthane). L'extraction des gaz de schiste avec du CO2 est aussi à prendre en considération. Les nouvelles éoliennes horizontales à tourbillon semblent prometteuses tout comme un revêtement permettant de refroidir des bâtiments en plein soleil ! De leur côté, la biologie synthétique, la programmation du vivant et le clonage devraient passer à la vitesse supérieure. Sinon, notre préhistoire est toujours aussi changeante mais on a pour la première fois des fossiles témoignant du croisement d'une Neandertal et d'un Sapiens. Le fait qu'on soit sans doute sorti d'Afrique juste avant la dernière glaciation explique bien l'arrêt des flux migratoire et pourquoi toute la population mondiale hors d'Afrique descend d'un si petit nombre (10 000 peut-être). L'étude sur le rire semble établir que le rire est lié à la capacité de tromper mais j'ai trouvé très intéressant aussi que notre appétit se règle sur le souvenir qu'on a de notre dernier repas. Enfin, il est étonnant de voir comme la crise chypriote a pu profiter à la monnaie virtuelle bitcoin, première monnaie mondiale et anonyme, alors même qu'il se pourrait bien que l'anonymat sur internet ne soit bientôt plus qu'un vieux souvenir car la Chine crée un nouvel internet plus contrôlable qui serait aussi par là même plus efficace et sécurisé...

Project Zero, l'étrange avion-hélicoptère électrique

<- Revue des sciences précédente | Revue des sciences suivante ->
copyleftcopyleft 

6 réflexions au sujet de « Revue des sciences avril 2013 »

  1. Merci, merci, mille merci! Le retour de la revue me réjouit autant que sa disparition programmée m'a attristé.

  2. Ping : une revue des sciences, en français | Gilles en vrac…

  3. Une analyse du bitcoin :

    Le système bitcoin est admirable (et fascinant), mais le problème avec nos monnaies actuelles n’est pas qu’elles dépendent de l’État. L’État peut en abuser, mais affranchir la monnaie de l’État crée d’autres difficultés. Le système Bitcoin en résout certaines très astucieusement, mais ses vulnérabilités augmenteraient exponentiellement s’il devenait vraiment un moyen d’échange généralisé. Et il y a fort à parier que l’État (ou les États) serait vite invité à s’en mêler.

    http://frogonomics.wordpress.com/2013/04/19/o-la-jolie-bulle-ou-laffaire-bitcoin/

  4. Encore une commission à la con en rose pour l'innovation, blindée de courtisant théâtraux, ils n'ont rien compris et continuent leurs conneries, déprimant ou amusant, c'est selon les goûts.

    Les guignols de cette commission n'ont pour la plupart rien inventé et ils vont nous expliquer comment ça marche. Ils sont exaspérant, même si ils procurent un peu de rire.

    Le blabla déconnecté n'a pas fini de faire des dégâts et des éclats de rire, à défaut de mieux :

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/04/19/20002-20130419ARTFIG00364-anne-lauvergeon-chargee-de-trouver-le-apple-francais-de-demain.php

  5. L'idée m'était venue sans chercher plus loin, et je découvre que d'autres l'ont fait. Du voltaïque couplé à une pompe à chaleur, une intégration locale de dispositifs complémentaires :

    Avec R-VOLT, passez de 15 % à 40 % de rendement grâce à la récupération de chaleur sous les panneaux photovoltaïques. Produisez une électricité propre et rentable tout en réduisant votre facture énergétique !

    http://www.systovi.com/aria-csv-solution-solaire-photovoltaique-a-recuperation-de-chaleur.html

    Aussi :

    les industriels allemands ont développé une industrie de machines-outils qui servent à fabriquer les panneaux, et leurs principaux clients sont les Chinois. Une des grandes raisons pour lesquelles les Allemands n’ont pas insisté beaucoup pour mettre des barrières à l’entrée des panneaux photovoltaïques chinois, c’est parce qu’eux-mêmes vendent aux Chinois des machines pour fabriquer des panneaux. Au total, les subventions publiques ont bien aidé à développer et renforcer un secteur industriel stratégique

    http://www.paristechreview.com/2013/04/19/photovoltaique-futur/?utm_campaign=NL+30+-+042013+-+Europe+FR&utm_medium=email_eCircle&utm_source=europe_fr

  6. Concernant la spéculation et la séparation des activités bancaires qui me parait une mascarade, un point de vue que je rejoins, trop de règles et pas assez de surveillance :

    "Il y a une chose qui m’irrite dans la façon dont la finance est perçue dans le débat public en France, c’est l’idée que nous pourrions séparer la « bonne» finance, qui finance l’économie réelle, de la « mauvaise » finance, la spéculation, qui est considérée par beaucoup comme étant inutile par essence. C’est de l’obscurantisme pur et simple. Les prêts à l’habitat peuvent être une très « mauvaise » forme de finance, comme le montre la crise des subprimes, tandis que la spéculation sur les produits de base agricoles est potentiellement très utile pour la société lorsqu’elle stabilise leurs cours. Rien ne prouve que les récentes explosions des prix des marchandises soient dues à une « mauvaise spéculation »."

    "En d’autres termes, l’accent devrait être mis sur
    une meilleure application des règles existantes
    plutôt que sur la création de nouvelles règles qui
    ne sont pas toujours fondées sur des analyses
    économiques solides."

    G Plantin, p.5

    http://www.youblisher.com/p/548104-TSE-Mag-2-Hiver-2012-2013/

Les commentaires sont fermés.