Le langage de la conscience

Les progrès rapides de l'Intelligence Artificielle et de l'étude du cerveau posent à nouveaux frais la question de la conscience dont on voudrait doter les robots, imaginant le pire et mettant du coup en question notre identité humaine. C'est qu'il y a confusion entre différents niveaux de conscience. Il y a sans conteste une conscience qu'on peut dire animale ou cognitive, se distinguant de l'inconscience totale des automatismes ordinaires et impliquant une certaine conscience de soi, de sa position dans l'espace. On voit bien cependant que cela n'a rien à voir avec notre propre conscience qu'Alain assimilait à la conscience morale et qui est plus largement une conscience sociale et de notre responsabilité, ce qui constitue notre identité. Or, celle-ci n'est pas réductible au calcul ni à l'imitation mais implique le langage narratif, condition d'un monde commun, ainsi qu'un récit de soi, condition de l'individuation. On s'éloigne ainsi du cognitivisme comme de la crainte de pulsions maléfiques prêtées à tort aux machines pour retrouver les pulsions maléfiques des humains qui se racontent des histoires...

Continuer la lecture

Revue des sciences novembre 2017

  • Sapiens de Yuval Harari
  • Une conscience artificielle ?
  • La différenciation cellulaire dans le temps avant les multicellulaires
  • L'intelligence artificielle (encore)
  • Lockheed Martin à la conquête de Mars
  • Produire de l'oxygène et du carburant sur Mars avec un plasma de CO2
  • Les données démontrent l'intrication de 16 millions d'atomes
  • Un métamatériau rend stationnaire l'onde lumineuse
  • La savane apparue il y a 8 millions d'années à cause de l'explosion d'une supernova proche
  • Glaciation et sécheresse auraient poussé les hommes hors d'Afrique
  • Cléopatre régnait sur une Egypte ruinée par le climat
  • La gestion des sols pourrait fortement réduire le CO2
  • Mieux que les routes solaires, les routes chauffantes
  • Une peinture qui rafraîchit au soleil
  • Néom, la nouvelle ville futuriste d'Arabie Saoudite
  • Les P-bodies stockent les ARNm
  • Décoder le cerveau en direct
  • Les pleurs des bébés déclenchent l'envie des mères de leur parler
  • Les différentes couleurs de peau viennent d'Afrique
  • Des cellules souches contre le mal de dos et le vieillissement
  • Des champignons hallucinogènes contre la dépression
  • Produire un composé du cannabis avec des levures modifiées
  • Clips, l'appareil photo de Google qui prend tout seul des photos

En dehors de l'Intelligence Artificielle qui est encore en vedette, et a fait l'objet d'un billet séparé, il n'y a pas de grandes nouvelles mais plusieurs intéressantes quand même, comme le plan de Lockheed Martin pour aller sur Mars, plus réaliste que celui d'Elon Musk, ainsi que l'idée d'y produire de l'oxygène et du carburant avec un plasma de CO2 (ce qu'on pourrait faire sur Terre aussi). On nous confirme que la gestion des sols pourrait fortement réduire le CO2 et les prévisions s'améliorent avec les politiques adoptées. Par ailleurs, une étude, qui devra être confirmée, montre que les pleurs des bébés déclenchent l'envie des mères de leur parler, ce qui pourrait être le canal principal de transmission du langage. Sinon, on apprend que la savane serait apparue il y a 8 millions d'années à cause de l'explosion d'une supernova proche et que c'est la glaciation, synonyme de sécheresse, qui aurait poussé les hommes hors d'Afrique. La génétique montre que les différentes couleurs de peau viennent bien toutes d'Afrique, qui est vraiment notre berceau, y compris pour les peaux claires. On est surpris aussi d'apprendre que Cléopâtre régnait sur une Egypte ruinée par le climat à cause d'une éruption volcanique en -43. Du côté médical, les cellules souches mésenchymateuses se révèlent un traitement anti-vieillissement étonnamment efficace. On reparle de l'utilisation des champignons hallucinogènes contre la dépression mais la production d'un composé anti-épileptique du cannabis avec des levures modifiées annonce sans doute la production ainsi d'autres composants des drogues ou substances thérapeutiques naturelles.

Continuer la lecture

L’ère de l’intelligence artificielle

On est bien obligé de constater que notre monde a radicalement changé depuis quelques années, avec internet puis les mobiles, mais on n'a rien vu encore et, avec l'arrivée de l'Intelligence Artificielle, rien ne sera plus comme avant malgré toutes les résistances au changement qui détruit l'ordre ancien.

Jamais il n'a été plus clair que ce ne sont pas les idées qui mènent le monde, ce dont se persuadait l'ère des idéologies où il fallait choisir entre libéralisme, communisme et fascisme, alors que c'est l'évolution technologique qui dicte sa loi, comme le pensait Marx, le progrès des connaissances et techniques (la connaissance change le monde plus que les grandes idées).

Si nous n'avons pas notre mot à dire dans cette évolution, à quoi bon en parler ? C'est que, ne pas pouvoir décider de l'avenir n'implique aucun fatalisme ni laisser-faire. Seulement, plutôt que de s'étriper vainement sur le monde idéal que nous voudrions construire, et qui n'a aucune chance d'exister, cela nous oblige à faire de la prospective pour se préparer au monde qui nous attend vraiment et prévenir les catastrophes qui s'annoncent. La prospective est d'autant plus indispensable dans une époque de rupture où tout s'accélère comme maintenant mais c'est aussi ce qui la rend presque impossible. Il y a trop de bouleversements qui se combinent, dont on ne peut prévoir les effets après-coup, pas plus que les nouvelles découvertes ou pratiques émergentes. Le "cycle de la hype" est là pour montrer qu'on se trompe toujours sur les nouvelles technologies, la science-fiction ne pouvant que tomber dans les pires simplismes alors qu'elle est prise bien trop au sérieux. On ne fait jamais que prolonger les dernières tendances, ce qui est très insuffisant, mais c'est notre situation - et la question qui nous est posée, reste de savoir ce qu'on peut faire dans ce contexte d'avenir incertain.

La difficulté de se projeter dans l'avenir est flagrante quand on voit les jugements les plus opposés sur l'Intelligence Artificielle dont les performances progressent si rapidement depuis quelques années seulement et qui commence tout juste à déferler dans nos vies avec les assistants personnels ou domestiques. Si certains ne veulent y voir rien de nouveau, soulignant les limitations actuelles, d'autres tombent dans les exagérations les plus extrêmes, de la crainte du grand remplacement par les robots, qui seront plutôt nos partenaires, à notre asservissement par une intelligence supérieure, quand ce n'est pas une Singularité mythique, extrapolation exponentielle qui n'a aucun sens. La vérité, c'est que l'IA va bien tout bouleverser dans les prochaines années, plus même que le numérique dont elle est l'aboutissement, donnant sens à toutes les données qui se transmettent en masse. On ferait mieux d'en tenir compte mais si on peut s'extasier qu'AlphaGo Zero puisse apprendre en 40 jours une science du Go qui a mis 3000 ans à s'élaborer - tout comme on s'est extasié de la rapidité de calcul de nos ordinateurs - cela n'a rien à voir avec une intelligence omnisciente. Kevin Kelly a raison de dire que la peur d'une intelligence artificielle supérieure à la nôtre est irrationnelle car l'intelligence étant multidimensionnelle, une intelligence supérieure n'a pas de sens sinon dans un domaine spécialisé et il y a des limites à l'intelligence qui ne peut être infinie (ni générale). Apparemment, la seule façon de s'approcher des capacités humaines, c'est d'ailleurs de s'inspirer de notre cerveau mais on n'a pas forcément intérêt à l'imiter complètement car on reproduirait tout autant sa folie (un excès de logique) et ses risques d'erreurs (comme ceux de la pensée de groupe). Il faut ajouter, que, bien plus qu'on ne croit, notre intelligence est déjà largement extérieure (langage, livres, sciences, etc.), liée à notre environnement historique et notre formation plus qu'à notre cerveau.

Continuer la lecture

Revue des sciences octobre 2017

  • Austérité et robotisation
  • Le réchauffement serait moins fort que prévu
  • Pas de bombe méthane ?
  • Un détecteur portable de neutrinos basse énergie
  • L'inflation cosmologique
  • La gravité un effet de l'effondrement de la fonction d'onde ?
  • Un millier de colons sur la Lune en 2050 ?
  • Transformer le CO2 en carburant
  • L'ADN viendrait des météorites et devancerait les acides aminés
  • L'ancêtre des primates faisait des sauts acrobatiques
  • Un village de la côte ouest du canada daté de -14 000 ans
  • Chez les souris mâles les neurones sexuels sont liés à l'agression
  • Le vieillissement provoqué génétiquement par l'autophagie
  • La stimulation cérébrale réveille un patient en état végétatif depuis 15 ans
  • La dépression différente pour l'homme ou la femme
  • La dépression une maladie inflammatoire ?
  • Un antidépresseur IMAO-A contre la graisse inflammatoire
  • Les macrophages inflammatoires dans notre graisse à l'origine du diabète
  • Un patch avec des nanoparticules réduit de 20 % des bourrelets graisseux
  • Un "stylo" qui détecte des cellules cancéreuses en 10 secondes
  • Des hologrammes sur le pare-brise
  • L'agriculture robotisée sans l'homme du semis aux récoltes

C'est difficile d'y croire, mais il y a des bonnes nouvelles ! Les optimistes du mois dernier pourraient bien avoir raison si on en croit une étude britannique qui prétend que le réchauffement est moins fort que prévu il y a 10 ans, et que donc, on pourrait ne pas dépasser les 1,5°C de réchauffement. C'est quand même douteux mais on nous assure aussi qu'il n'y aura pas de bombe méthane. Même si on n'est pas complètement rassuré, cela devrait encourager la transition énergétique commencée un peu tard mais qui nous laisserait donc un peu plus de temps devant nous ? Il y a cependant bien d'autres risques (nucléaire, biotechnologies, supervolcans, etc). En tout cas, on se demande comment font ceux qui sont bardés de certitudes sur l'avenir, d'un côté comme de l'autre ! Les spéculations physiques sont pourtant là pour nous rappeler l'étendue de notre ignorance avec des théories comme celle de l'inflation cosmologique ou la nouvelle interprétation de la gravité comme effet de l'effondrement de la fonction d'onde. Elon Musk prétend toujours aller sur Mars dès 2022, ce dont on peut douter mais il pourrait y avoir un millier de colons sur la Lune en 2050. La médecine prouve également que la science peut se tromper et que des savoirs traditionnels peuvent avoir raison contre elle, en particulier pour le rôle de l'inflammation dans de nombreuses maladies (dépression, obésité, etc.) justifiant les médecines "holistes". Les théories sur l'Alzheimer n'étaient pas plus assurées jusqu'ici mais un traitement qui réduit le cholestérol cérébral semble valider enfin son rôle dans la maladie. Là encore, il faut être prudent. Les théories sur le vieillissement ne sont pas en reste et on apprend cette fois qu'il serait provoqué génétiquement par l'autophagie, la bloquer pouvant doubler l'espérance de vie d'un ver, pour les hommes c'est plus incertain. Par contre, une des nouvelles les plus étonnantes, c'est d'avoir pu réveiller grâce à la stimulation cérébrale un patient en état végétatif depuis 15 ans !

Continuer la lecture

Revue des sciences septembre 2017

  • La voiture autonome modifie l'urbanisme
  • Une centaine de volcans sous l'Antarctique
  • Il y a bien une transmission épigénétique
  • CRISPR-RCas9 l'édition de gène qui cible l'ARN
  • L'édition de gène par homologie (sans CRISPR)
  • Des hommes à Sumatra avant l'éruption du Mont Toba (71 000 ans)
  • Les modifications épigénétiques de la parole qui distinguent Sapiens
  • L'agriculture a fragilisé notre squelette et rendus moins forts
  • Une tablette babylonienne de trigonométrie de 3700 ans
  • Les différences du cerveau entre hommes et femmes
  • Contrôler par champs magnétiques les mouvements d'un animal
  • Le cerveau évalue mieux que nous
  • On peut apprendre pendant le sommeil léger mais on oublie après le sommeil profond
  • Une zone du cerveau stimulée rend familier l'inconnu
  • Reprogrammer instantanément les cellules avec une puce délivrant de l'ADN
  • Des cochons OGM pour produire des organes humains à transplanter
  • Des greffes de peau modifiée avec CRISPR contre le diabète
  • Une pilule qui remplace le sport
  • Un anti-inflammatoire réduit crises cardiaques et cancers
  • Le premier jeu de réalité virtuelle contrôlé par le cerveau

La dominante de ce tour d'horizon mensuel me semble un retour au réel qui nous promet, après une libération de l'imaginaire multipliant les projets, de longues années avant de les réaliser - que ce soit la colonisation de Mars ou la transition énergétique, qui prendront beaucoup de temps, ou même l'arrivée des voitures autonomes, retardée d'années en années (mais qui devrait reconfigurer nos villes et nos vies). Les crises qu'on nous annonce de toutes parts aussi bien que l'avenir radieux promis par d'autres pourraient tout autant être remis à plus tard. Il faut donc sans doute s'attendre à ce que cette revue soit plus répétitive. Il faudra bien l'arrêter un jour, les blogs n'ayant plus la côte, et passer aux réseaux sociaux (où la plupart des fausses nouvelles seraient répandues par des robots) ! On verra ainsi des cochons OGM pour produire des organes humains à transplanter, mais on en parle depuis un moment. Ce qui est plus étonnant, c'est d'arriver à reprogrammer instantanément des cellules (de la peau par exemple) avec une puce délivrant de l'ADN. On a aussi réussi à faire des greffes de peau modifiée avec CRISPR contre le diabète ou bien à contrôler par champs magnétiques les mouvements d'un animal, alors que sort le premier jeu de réalité virtuelle contrôlé par le cerveau. Étonnamment, la préhistoire est l'un des domaines qui restent les plus actifs ces derniers temps, même si ce n'est guère une surprise de confirmer que le langage narratif est bien notre spécificité de Sapiens, à laquelle nous nous sommes adaptés épigénétiquement.

Continuer la lecture

Revue des sciences août 2017

  • Le retour du risque nucléaire
  • L'intelligence artificielle enjeu du siècle
  • Les premiers tailleurs de pierre n'étaient pas humains
  • La moitié de la matière vient de galaxies lointaines
  • Des micro-satellites pour les voyages interstellaires
  • Des rivières souterraines coulent sur Mars ?
  • Mission Dart : la Nasa veut dévier un astéroïde
  • L'exploitation minière de la Lune dès 2020 ?
  • Ce que le champ magnétique terrestre doit à la Lune
  • Une enzyme accélère la séquestration du CO2 dans l'océan
  • Du méthane à partir du CO2 et du Soleil
  • L'ADN poubelle (75%) nous protège des mutations délétères
  • Les vers géants des profondeurs vivent plus de 1000 ans
  • Les corbeaux savent anticiper
  • Les rats savent qu'ils savent et qu'ils oublient
  • Deux gènes sociaux expliqueraient la domestication des chiens
  • Le mauvais sommeil des plus âgés en fait des veilleurs de nuit
  • La pensée de groupe
  • 16 gènes détermineraient l'espérance de vie
  • Des cellules souches dans l'hypothalamus pour rajeunir
  • La mémoire perdue peut être réactivée
  • FlatScope, un implant cérébral connecté
  • Un téléphone alimenté par les ondes ambiantes
  • Mira, un casque de réalité augmentée à 99$

Malgré un regain d'optimisme un peu artificiel, les perspectives sont bien sombres et le portrait de l'époque, dessiné par les dernières nouvelles, assez perturbant. Ce ne sont pas tellement les nouveautés qui frappent mais le fait que les risques annoncés s'affirment inexorablement comme notre futur. Le nucléaire en fait partie plus qu'on ne se l'avoue. Il est difficile de savoir à quel point la Terre pourrait devenir inhabitable avec le réchauffement mais on est déjà sur le fil avec l'extinction de la faune sauvage. Il y a certes quelques bonnes nouvelles comme la prévision des éruptions qui serait un grand progrès si cela se confirme (sans pouvoir empêcher cependant l'éruption catastrophique de supervolcans comme Yellowstone). On ne dit pas assez non plus que la transition énergétique a gagné la partie - même si on reste loin du compte et qu'il est difficile de croire que l'année 2021 pourrait être la plus belle de toutes avec ses voitures autonomes et la viande cultivée en laboratoire ! Il est par contre certain qu'on n'a pas fini d'être envahis dans notre quotidien par une intelligence artificielle dont on aura grand besoin pour dépasser notre bêtise collective. Il est même assez probable qu'on ait à plus ou moins long terme des implants cérébraux nous connectant directement à nos appareils numériques - au moins une puce dans la main. On n'évitera pas non plus la modification (optimisation) de notre génome, comme celui de nos animaux ou des moustiques, etc. On pourrait avoir aussi des réseaux neuronaux à l'intérieur de nos cellules - et commence, là sous nos yeux, l'ère interplanétaire, et même interstellaire...

Continuer la lecture

La domestication de l’homme par l’homme

crâne humain et crâne néandertalienRené Riesel n'avait aucune idée d'à quel point il avait raison en parlant "Du progrès dans la domestication" puisque, plusieurs études semblent bien confirmer que notre espèce se caractérise justement par le fait que nous nous sommes domestiqués nous-mêmes (et féminisés) avant de domestiquer les animaux (d'abord les chiens). C'est un nouvel exemple de la façon dont nous avons été modelés par le milieu et la technique dans le sens d'une dénaturation culturelle nous séparant de l'animal sauvage en nous faisant plus dociles, capables de se retenir et de suivre des règles sociales, d'obéir enfin (c'est la capacité d'obéir qui donne sens à notre liberté).

Bien sûr, tout est relatif et progressif mais notre domestication signifie que nous avons dû apprendre à réfréner, voire refouler, nos instincts, ce qui se serait fait par élimination (de la reproduction au moins) des plus agressifs et impulsifs, c'est-à-dire principalement ceux qui avaient le plus de testostérone (cela se voit sur les crânes). La causalité hormonale n'est qu'un des aspects de cette sélection sociale mais elle constitue la condition nécessaire à une plus grande socialité, capable de remplacer la violence par le langage ou des rites (ce que Norbert Elias appelait la civilisation des moeurs, qui ne s'est donc pas arrêtée depuis). Il faut dire que les Bonobos aussi ont évolué dans cette direction mais en privilégiant la sexualité.

L'hypothèse intéressante ici, c'est que le développement de notre gros cerveau était antérieur à celui de la culture, précédant l'élimination des plus agressifs qui aurait été la conséquence de nos capacités cognitives permettant de se liguer contre les plus violents (condition de la culture). En d'autres termes, chez les humains, les gentils gagnent contre les méchants (contre la brute blonde néandertalienne), les fils peuvent tuer le père tyrannique de la horde primitive !

On peut d'ailleurs voir dans cette contestation des dominants et l'émergence de la force des faibles, la simple conséquence du perfectionnement et de la disponibilité des armes (qui permettent effectivement aux plus faibles de tuer les plus forts). C'est une hypothèse complémentaire à celle de l'extermination des autres populations consacrant la supériorité des armes et qui pouvait expliquer également l'accélération de l'évolution génétique constatée à cette époque, le rôle de la sélection interne ayant donc été tout autant déterminant, avec sans doute pour partie aussi une certaine domestication des hommes par les femmes (sélection sexuelle).

Continuer la lecture

Revue des sciences juillet 2017

  • La stagnation de l'économie
  • A l'origine, il y avait 2 soleils
  • Après la planète 9, la planète 10 ?
  • Elon Musk veut envoyer 1 million de colons sur Mars
  • L'eau serait un équilibre entre 2 formes de liquides
  • L'océan arctique était un lac d'eau douce, il y a plus de 34 millions d'années
  • La réplication des deux brins de l'ADN n'est pas synchronisée
  • On peut effacer la mémoire non-associative d'un ver sans toucher à sa mémoire associative
  • Le cerveau multidimensionnel
  • La fonction de la conscience dans l'apprentissage
  • L'altruisme chez les chimpanzés
  • Un homo sapiens archaïque de 300 000 ans au Maroc
  • Des proto-hiéroglyphes égyptiens de 5200 ans
  • Une cité impériale de 4000 ans confirme les récits légendaires chinois
  • Sergio Canavero "réussit" des greffes de têtes
  • Des cellules de porc dans le cerveau contre le Parkinson
  • Cibler un rétrovirus de notre génome pour mieux éliminer le VIH
  • Un masque d'auto-hypnose connecté
  • La téléportation biologique
  • Michelin Vision, un pneu imprimé en 3D et réparable
  • Un premier Hyperloop reliant Paris à Amsterdam en 2021 ?

Rien de tel que la recherche pour découvrir son ignorance et apprendre à suspendre son jugement. C'est effectivement assez stupéfiant comme il faut sans arrêt réécrire notre histoire, que ce soit celle de Sapiens avec des fossiles plus vieux de 100 000 ans, la proto-écriture égyptienne qui remonterait désormais à 5200 ans ou le palais impérial chinois de 4000 ans obligeant à réexaminer l'historicité des premiers empereurs considérés comme légendaires. On apprend aussi, qu'à l'origine de notre système solaire, il y avait sans doute 2 soleils ! Le plus étonnant pourtant, c'est qu'on devrait vraiment aller sur Mars. Elon Musk prévoit même d'y envoyer un million de colons malgré tous les risques mortels ! Cela prendra sans doute plus de temps qu'annoncé mais c'est en route et difficile à croire. On pourrait aussi reproduire un organisme de Mars sur Terre avec une sorte de "téléportation biologique". Sinon, le cerveau est toujours à l'honneur, approfondissant sa structure multidimensionnelle et la fonction de la conscience dans l'apprentissage. On pourrait même effacer une mémorisation d'un neurone sans toucher à d'autres mémoires. Cela fait bizarre qu'on puisse injecter des cellules de porc dans le cerveau pour lutter contre le Parkinson mais le plus étonnant, là encore, c'est que Sergio Canavero persiste dans son projet de greffer des têtes, ce qui était impensable jusqu'ici et a aussi toutes les chances d'être fatal ! On est loin d'être dans un monde de rêve...

Continuer la lecture

L’origine de la religion, de la civilisation et de l’agriculture

On a beaucoup parlé de la dernière découverte au Maroc de fossiles datés de 300 000 ans et attribués à des Homo sapiens archaïques dont le cerveau (et surtout le cervelet) est encore assez différent du nôtre. Cela donne un repère dans une évolution loin d'être achevée entre l'utilisation systématique du feu et de la cuisson nécessaire à un cerveau plus gros, autour de 400 000 ans, et nos ancêtres directs (l'Eve mitochondriale) datés génétiquement de 150 000 ans, probablement en Afrique de l'Est (Ethiopie?) - avec sans doute une origine plus ancienne en Afrique du Sud (aussi bien génétique que linguistique).

Les progrès de l'outillage au Paléolithique moyen sont visibles mais seront bien plus lents qu'au Paléolithique supérieur qui connaît autour de 50 000 ans une véritable explosion culturelle menant aux grottes ornées. Un événement décisif s'était produit vers 70 000 ans (peut-être l'éruption du Mont Toba, peut-être avant) qui aurait réduit la population humaine à un tout petit nombre qui va se répandre sur toute la Terre et dont nous héritons les gènes. Le saut cognitif pourrait être corrélé à la constitution de groupes plus nombreux, condition d'une culture complexe et de la diffusion des innovations.

La prochaine étape sera celle du Néolithique à la fin de la dernière glaciation, des dizaines de milliers d'années après, et sera encore plus décisive puisqu'elle sera à l'origine de la civilisation agricole. Il est donc très étonnant qu'on ne donne pas plus de publicité aux découvertes récentes sur cette étape primordiale de notre humanité. C'est surtout depuis 2015 qu'est apparue en effet l'importance considérable du site appelé Göbekli Tepe (à la frontière entre la Turquie et la Syrie) qui devient un candidat très sérieux à l'origine de la religion, de la civilisation et de l'agriculture, pas moins ! Même s'il ne manque pas d'informations en ligne (wikipedia) ni même d'émissions de télévision sur le sujet, la nouvelle ne semble pas avoir touché encore le grand public. Il n'est dès lors pas inutile d'y revenir.

Continuer la lecture

Revue des sciences juin 2017

  • Comment aller explorer Alpha du Centaure
  • Parler en sifflant un phénomène planétaire
  • Les mécanismes neuronaux du désir et de l'amour
  • L'expansion de l'univers causé par les fluctuations quantiques de l'espace-temps
  • Les bouillonnements de méthane augmenteraient la capture du CO2 !
  • Des coraux qui se développent plus vite dans l'eau chaude survivent au réchauffement
  • Convertir l'azote de l'atmosphère en engrais
  • Du lait synthétique avec des levures OGM
  • Des fossiles microbiens de 3,48 milliards
  • Les babouins ont une asymétrie semblable à celle du langage
  • Le rôle de l'alcool depuis 10 millions d'années au néolithique
  • Les migrations humaines par les gènes et la langue
  • La structure hiérarchique de la langue confirmée dans le cerveau
  • Des souvenirs refont surface grâce à la stimulation électrique cérébrale
  • Des cellules souches humaines cultivées pour produire du sang
  • Un ovaire imprimé en 3D a permis la naissance de bébés souris
  • Le cannabis mauvais pour les jeunes, bon pour les vieux
  • Une pilule pour remplacer le sport
  • Une électrode dans le cerveau pour contrôler un exosquelette
  • La voiture volante de Toyota pour 2020

On a ce mois-ci une nouvelle explication de l'expansion de l'univers par les fluctuations quantiques de l'espace temps ainsi que des détails sur le projet d'envoyer une voile solaire vers Alpha du Centaure à 20% de la vitesse de la lumière mais, alors qu'on avait eu le mois dernier une réfutation de la grammaire universelle de Chomsky, cette fois, c'est son hypothèse d'une structure hiérarchique et récursive de la langue qui est confirmée par l'imagerie cérébrale. On apprend aussi que les langages sifflés qui sont une version dégradée du langage parlé arrivent à se faire comprendre à grande distance. Les études linguistiques en accord avec la génétique permettent également de reconstituer les migrations humaines et notre origine sud africaine en sort renforcée. Un article sur le rôle de l'alcool dans notre évolution depuis 10 millions d'années jusqu'au néolithique est intéressant pour l'hypothèse que l'agriculture aurait d'abord été inventée afin de confectionner des boissons alcoolisées rituelles. Sur le cannabis, utilisé lui aussi depuis longtemps, on apprend qu'il serait bon pour les vieux (contre la dégénérescence cérébrale) alors qu'il est mauvais pour les jeunes (surtout avant 17 ans) ! On verra sinon quels sont les mécanismes neuronaux de l'amour (idéalisant) et du sexe (désinhibition) mais le plus étonnant, c'est que, selon leur localisation, différents souvenirs peuvent refaire surface grâce à une stimulation électrique cérébrale. Après l'utérus artificiel du mois dernier, on s'étonnera moins qu'une souris avec un ovaire imprimé en 3D ait pu donner naissance à des petits viables. Une nouvelle pourrait par contre se révéler très importante, si son potentiel se confirme: on pourrait cultiver ses propres cellules souches pour produire du sang à se transfuser. Il y a enfin une pilule pour "remplacer le sport" qui pourrait aider les personnes obèses au moins...

Continuer la lecture

Revue des sciences mai 2017

  • Il n'y a pas de super-intelligence
  • L'espace-temps tissé par l'intrication
  • L'intrication quantique est-elle un trou de ver ?
  • La grammaire universelle de Chomsky réfutée
  • L'ancêtre de toutes les cellules déjà complexe
  • Le point froid du rayonnement fossile, la collision d'un autre univers ?
  • L'énergie noire n'existerait pas
  • Le projet fou d'accrocher un immeuble à un astéroïde
  • Une comète à l'origine d'un petit âge glaciaire il y a 13 000 ans
  • Le thermostat naturel des niveaux de CO2
  • Le réchauffement pourrait diminuer le plancton des océans tropicaux
  • Augmenter la réflexion des nuages avec du sel pour protéger la barrière de corail ?
  • Un sèche-linge à ultrasons
  • Lilium Jet, le premier avion électrique à décollage vertical
  • L'atmosphère primitive a produit les bases de l'ARN grâce aux astéroïdes
  • Des organismes vivant 10km sous terre
  • Des modifications épigénétiques favorisent la spéciation
  • On rêve même pendant le sommeil profond
  • Un utérus artificiel pour des agneaux prématurés de 4 semaines
  • Le sang du cordon ombilical humain améliore la mémoire des souris
  • Prendre un bain chaud serait aussi bénéfique que le sport
  • La guerre entre intelligences artificielles
  • Facebook veut connecter les cerveaux pour communiquer par la pensée

De quoi encore se surprendre des étrangetés de notre époque. Il y a au moins deux nouvelles extraordinaires : des utérus artificiels opérationnels et, en physique, des trous noirs intriqués qui formeraient des trous de ver et feraient de l'intrication le tissu de l'univers... On verra aussi des projets fous de pure science-fiction comme de faire des astronautes génétiquement modifiés pour aller sur les autres planètes ou l'idée fantasque de gratte-ciels flottants suspendus à un astéroïde ! Ce qui n'est plus de la science-fiction, par contre, ce sont les robotes sexuelles déjà commercialisées (cher!). Un article nous rassure malgré tout en montrant qu'il ne peut y avoir de super-intelligence ni de singularité, pur mythe, les intelligences étant multiples et limitées. Si on peut espérer que l'intelligence artificielle réduise notre stupidité, il semble que des intelligences artificielles puissent se faire la guerre si elles en ont les moyens. Il faut ajouter que Facebook veut connecter les cerveaux pour communiquer par la pensée. Il reste encore de nombreux mystères, dont celui de la langue et il est intéressant de voir que la théorie de Chomsky d'une grammaire universelle n'est plus tenable. L'origine de la vie reste aussi incertaine en deçà de notre dernier ancêtre, une cellule à ARN pourvue déjà d'un ribosome et donc assez complexe. On apprendra aussi que le cannibalisme ne nourrit pas son homme. Enfin, il se pourrait que la chute d'une comète soit à l'origine d'un petit âge glaciaire il y a 13 000 ans, juste après un premier réchauffement, ce qui pourrait aussi être la cause de la première religion, celle de Gobekli Tepe, menant à l'invention de l'agriculture...

Continuer la lecture

Revue des sciences avril 2017

  • L'intelligence artificielle autonome
  • Les robots devront parfois désobéir
  • Un antibiotique contre Parkinson ?
  • Un trou noir supermassif éjecté à grande vitesse
  • Les extraterrestres propulseraient leurs vaisseaux par des ondes radio ?
  • La Nasa veut rendre Mars habitable en recréant son champ magnétique
  • La programmation de cellules de mammifères opérationnelle
  • Le métabolisme à l'origine de la vie avant l'ARN
  • Le sens de l'évolution maximise l'utilisation d'énergie
  • Un virus à l'origine de la reproduction sexuée
  • Les risques d'extinction sont plus grands que les chances de croissance
  • Des têtards apprennent à voir avec un oeil greffé sur leur queue !
  • La contagion émotionnelle du jeu chez les perroquets
  • Les espèces de piverts sociables ont vu leur cerveau diminuer !
  • L'espérance de vie de chimpanzés égale à celle de chasseurs-cueilleurs
  • Des crânes de Denisoviens de 100 000 ans découverts en Chine ?
  • Des gravures de 32 000 ans
  • Augmenter les cellules souches dans le sang avec une protéine
  • Le manque d'oméga-3 cause de l'Alzheimer ?
  • 66% des cancers dues au hasard de mutations fatales
  • Autisme : nette amélioration des troubles grâce à un diurétique
  • Impression 3D de bactéries pour produire des matériaux
  • Faire déplacer un liquide tout seul grâce à des microtubules de cellules
  • Un projecteur vidéo crée une réalité augmentée sans casque
  • Le taxi volant autonome d'Airbus

Pas mal de choses finalement ce mois-ci. Ce qui m'a le plus intéressé, c'est une étude sur le sens de l'évolution qui maximiserait l'utilisation de l'énergie et augmenterait les ressources disponibles. A part ça, ce sont les raisons d'inquiétude qui dominent, en particulier le climat bien sûr, d'autant plus que les extinctions sont beaucoup plus rapides que l'émergence de nouvelles espèces. Sinon, en dehors du bioterrorisme et du transhumanisme, on apprend qu'on pourrait greffer sur des hommes un oeil dans le dos (ou autre organe) ! Plus probablement, une interface dans notre cerveau nous permettra d'interagir directement (dans les deux sens) avec nos appareils numériques (cette externalisation pouvant mener à une réduction du cerveau). Non seulement les robots nous ressembleront de plus en plus (revêtus de chair humaine) mais ils devront parfois nous désobéir ou nous contrôler et, combinées avec les blockchains, les conditions seraient sur le point d'être remplies d'avoir des intelligences artificielles autonomes et devenues inarrêtables ! Ce n'est quand même pas pour tout de suite et n'est sans doute pas aussi grave que la destruction de notre environnement mais il est sûr que nos modes d'existence vont profondément changer. Sinon, on peut citer, le projet fou de la Nasa de rendre Mars habitable en recréant son champ magnétique, ou l'hypothèse douteuse que les extraterrestres propulseraient leurs vaisseaux par des ondes radio. Dans les technologies, on a des impressions 3D de bactéries pour produire des matériaux ou bien des liquides autopropulsés, qui se déplacent tout seuls (grâce à des microtubules de cellules), ou encore le taxi volant autonome d'Airbus qui prend forme, etc.

Continuer la lecture

Brève histoire de l’homme, produit de la technique

Il ne m'a pas semblé inutile de tenter une brève récapitulation à grands traits de l'histoire humaine d'un point de vue matérialiste, c'est-à-dire non pas tant de l'émergence de l'homme que de ce qui l'a modelé par la pression extérieure et nous a mené jusqu'ici où le règne de l'esprit reste celui de l'information et donc de l'extériorité. S'en tenir aux grandes lignes est certes trop simplificateur mais vaut toujours mieux que les récits mythiques encore plus simplistes qu'on s'en fait. De plus, cela permet de montrer comme on peut s'appuyer sur tout ce qu'on ignore pour réfuter les convictions idéalistes aussi bien que les constructions idéologiques genre "L'origine de la famille, de la propriété et de l'Etat" de Engels, sans aucun rapport avec la réalité.

Continuer la lecture

Revue des sciences mars 2017

  • Le Système solaire, une exception née du chaos
  • Pergélisol et climat : les chiffres de la menace
  • Mieux cultiver pour stocker le carbone
  • Les récepteurs du goût amer déclenchent nos défenses immunitaires
  • La démonstration de l'entropie ?
  • Le réchauffement pourrait bien refroidir l'Europe
  • Un matériau produit de l'électricité avec le mouvement, la chaleur et le soleil
  • Des métamatériaux refroidissent les toits sans énergie
  • Des algues survivent 2 ans dans l’espace
  • Le gène du dimorphisme entre mâle et femelle
  • Les neurones de la conscience connectent l'ensemble du cerveau
  • Le fondement animal de la morale sociale
  • Des centaines de Stonehenge dans la forêt amazonienne
  • L'oxygène de l'air serait cancérogène !
  • Manger de vieux animaux nous vieillit
  • Dépression et allergies favorisent les infections virales
  • Un laser qui tue les insectes
  • Une imprimante 3D ultrarapide grâce à l’holographie
  • Des robots qui se servent d'outils

Petit mois avec peu de véritables nouveautés. On a juste la confirmation que le réchauffement pourrait bien refroidir l'Europe par arrêt du Gulf Stream et que la vie pourrait tout-à-fait venir d'autres planètes, des algues ayant survécu 2 ans dans l’espace. Tout de même, on a été surpris d'apprendre pourquoi les remèdes sont amers, ce qui déclencherait une réponse immunitaire immédiate, et il est bon de savoir que manger de vieux animaux nous vieillirait mais le pire, c'est que l'oxygène de l'air lui-même serait cancérogène ! On verra sinon que la base animale de la moralité est tout simplement la socialité (et non la réciprocité). Enfin, drones et robots commencent à utiliser des outils bien qu'ils soient encore loin de pouvoir remplacer les humains.

Continuer la lecture

Revue des sciences février 2017

  • La modélisation de l'innovation
  • La désinformation sur les réseaux sociaux
  • Les bienfaits des toxines végétales
  • Un nouveau réalisme quantique
  • Des preuves que l'univers est un hologramme !
  • La matière noire est-elle une illusion et la gravité une émergence ?
  • La lumière revient en arrière dans l'expérience des 3 fentes de Young
  • La complexité des cycles glaciaires
  • La sensibilité du climat au CO2 plus forte que prévue
  • 50 milliards par an pour reconstituer la glace de mer
  • Des bactéries viables avec 2 nouvelles bases dans le génome
  • Un faux départ pour la vie complexe, il y a 2,3 milliards d'années ?
  • La mortalité des corps liée à la préservation des mitochondries ?
  • Les environnements stressants favorisent les tricheurs
  • Un embryon chimère homme-cochon
  • Un anticorps qui protège du sang de vieux (de l'inflammation)
  • La squalamine, extrait du foie de requins, contre le Parkinson
  • Des dents qui se régénèrent toutes seules grâce à un médicament anti-Alzheimer
  • Un viagra mental : l'hormone du désir sexuel ?
  • Des verres liquides intelligents qui s'adaptent à ce qu'on regarde

Beaucoup de choses dans ces temps troublés qui redécouvrent nos biais cognitifs et le rôle des réseaux sociaux dans la désinformation. On crée des chimères homme-cochon, des bactéries avec de nouvelles bases, des remèdes pour ne pas vieillir et on aurait découvert une sorte de viagra mental, l'hormone du désir sexuel qui promet de nous rendre amoureux sur commande ! Les physiciens n'ont pas peur de prétendre que notre univers est un hologramme tissé par l'intrication des particules et où la lumière peut revenir en arrière...

Continuer la lecture

Revue des sciences janvier 2017

  • Ce que l'année 2017 nous réserve
  • Evolution du sexe
  • Pourquoi les nazis n'ont pas eu la bombe
  • Coloniser la Lune dans ses "tubes de lave"
  • Les continents n'auraient émergé qu'au Cambrien
  • Un thermostat atmosphérique nous protège des tempêtes solaires
  • Le méthane en augmentation dans l'atmosphère
  • Des particules de calcite contre le réchauffement et pour l'ozone
  • Le refroidissement radiatif
  • Rôle de l'utérus dans le clonage
  • Thérapie génique à base d'acides nucléiques peptidiques (ANP)
  • Les blobs capables de transmettre leurs apprentissages par fusion
  • Les chimpanzés reconnaissent leurs fesses comme nous les visages
  • Les singes pourraient parler, c'est leur cerveau qui ne le peut pas
  • La mémoire d'une histoire est très semblable d'un cerveau à l'autre
  • Comment le cerveau refuse de changer d’opinion politique
  • Le vieillissement cellulaire est réversible
  • La grossesse modifie le cerveau
  • Les cellules cancéreuses qui ressuscitent de l'apoptose
  • Les virus attaquent plus les hommes que les femmes qui les transmettent
  • La fin des bateliers avec les bateaux autonomes

A part l'examen de ce que l'année 2017 nous réserve, on verra que les femmes ont déterminé l'évolution du sexe des hommes mais aussi que les chimpanzés se reconnaissent par leurs fesses comme nous par les visages ! D'ailleurs, contrairement à ce qu'on disait, les singes pourraient parler, c'est leur cerveau qui ne le peut pas. Le nôtre a beau être très supérieur, il reste bien limité, refusant notamment de changer d’opinions politiques, parties prenantes de notre identité. Malgré sa plasticité, le fonctionnement de notre cerveau serait cependant étonnamment semblable d'un individu à l'autre, ce qui pourrait permettre de deviner à quelle histoire on pense... D'autres anciennes certitudes sont mises à mal - mais toute science en train de se faire demande confirmation - comme le fait que les continents n'auraient émergé qu'au Cambrien quand ils sont devenus plus légers, provoquant une explosion des formes de vie. Enfin, une des nouvelles les plus importantes sans doute, c'est qu'on a réussi à rendre le vieillissement cellulaire réversible.

Continuer la lecture

L’apprentissage de l’ignorance

Bien qu'on ne puisse dire que ce soit nouveau ni original puisque c'est par là que Socrate a fondé la philosophie, il est difficile de faire comprendre le sens et la nécessité d'un apprentissage de l'ignorance. Il paraît trop paradoxal que plus on en sait et plus on serait ignorant. C'est qu'il ne s'agit pas de l'ignorance crasse, ignorance qui s'ignore souvent à se persuader en savoir autant qu'un autre (revendication démocratique), mais de la docte ignorance bien moins arrogante à mieux savoir tout ce qu'on ignore. Il ne s'agit pas non plus de scepticisme, même si tout commence par une mise en cause de l'opinion établie. Les sciences se distinguent en effet à la fois du scepticisme et du dogmatisme comme savoir en progrès, soumis à l'expérience et produisant un savoir effectif mais qui ne peut être de l'ordre d'une vérité métaphysique illuminatrice, ne laissant plus rien d'inexpliqué, alors que chaque résultat soulève de nouvelles questions. La puissance de la technique donne l'illusion d'une omniscience trompeuse. C'est le dogmatisme, en général religieux, qui prétend pouvoir tout expliquer, alors que, dans leur confrontation au réel, les sciences ont affaire aux limites de nos savoirs.

L'impulsion donnée par Socrate au questionnement des réponses toutes faites aura constamment été étouffée par la volonté de reconstituer, sur les ruines des préjugés de la tradition et du sens commun, un système dogmatique et une religion qui seraient rationnels cette fois. A peine soulevé, le couvercle se referme. Cela commence avec Platon et les stoïciens, jusqu'à Spinoza, Hegel, etc. Leurs différentes grilles de lecture ont l'intérêt de manifester à la fois le pluralisme des représentations et les insuffisances de la raison, nous ramenant à notre ignorance initiale face au monde extérieur, à la dimension de pari de nos choix dans l'incertitude de l'avenir. On n'en reste pas pour autant à cette ignorance originelle, existentielle, d'information imparfaite car le progrès des sciences, non seulement détruit nos anciennes certitudes, mais constitue bien, comme on va le voir, un progrès de l'ignorance elle-même - épreuve d'humilité difficile à soutenir mais indispensable et qui ne ferait pas de mal en politique ! C'est à quoi me sert en tout cas, depuis des années, l'épreuve d'une revue des sciences mensuelle qui dépasse forcément mes compétences et m'empêche ainsi de m'y croire un peu trop.

Continuer la lecture

Revue des sciences décembre 2016

  • Les progrès de la manipulation mentale
  • La migration des interneurones inhibiteurs
  • Comment les ADN se combinent dans l'embryon
  • Une nouvelle étude confirmerait la gravité entropique de Verlinde ?
  • Plutôt que l'inflation, une modification de la gravitation et de la vitesse de la lumières
  • L'EM drive a fait l'objet d'une première publication scientifique
  • La vie sur Mars
  • De nombreux océans sous la croûte terrestre (1000km)
  • Métamatériaux : des forêts pour lutter contre les séismes
  • Plus le climat se réchauffe moins les émissions de volcans protègent du soleil
  • Pour la troisième année les émissions de gaz à effet de serre stagnent
  • Faire de l'électricité avec des déchets nucléaires
  • Récupérer la chaleur des eaux usées pour produire de l'énergie
  • Sélections naturelle et sexuelle produisent deux sous-espèces
  • Les souvenirs de la petite enfance pourraient être réactivés
  • Des femelles singes incitent les mâles à aller au combat
  • Les premiers Australiens responsables de l'extinction de leur mégafaune
  • Se guider avec la stimulation cérébrale à travers un labyrinthe invisible
  • Manipulation de la sensibilité à la hiérarchie par la stimulation cérébrale
  • La fontaine de jouvence : éliminer les mitochondries défectueuses
  • Une enzyme ciblant les protéines tau stopperait l'Alzheimer
  • Mise en cause de l'efficacité des micros ARN
  • Une prothèse pour contourner les lésions de la moelle épinière
  • Le polystyrène est une véritable bombe à retardement
  • Une intelligence artificielle qui lit sur les lèvres
  • Les exosquelettes moins chers et de plus en plus légers et modulaires
  • Un hyperloop sous les mers ?

Il y a de quoi se faire peur avec les progrès de la manipulation, que ce soit par un réseau d'influence ou par stimulation cérébrale (de plus en plus présente) et un monde gouverné par des intelligences artificielles, où l'on ingère une pilule numérique quand on prend l'avion, etc. D'autres nouvelles sont plus positives comme cette nouvelle fontaine de jouvence par élimination des mitochondries défectueuses (ou avec du plasma de jeunes). Il est assez étonnant sinon qu'on puisse désormais voir en 3D le bébé dans le ventre, mais comme on peut de mieux en mieux prédire le phénotype à partir du génome on pourrait même avoir une reconstitution de son physique plus tard ? On apprend aussi que sélections naturelle et sexuelle peuvent produire deux sous-espèces assez différenciées. Parmi les autres nouvelles, une des propositions les plus inattendues du mois, c'est qu'on pourrait (à l'avenir) faire des piles électriques à durée perpétuelle avec des déchets nucléaires encastrées dans des diamants artificiels... Enfin, la découverte qu'on flotte sur un océan dans les profondeurs de la Terre n'est pas sans évoquer de très anciennes cosmogonies.

Continuer la lecture

Revue des sciences novembre 2016

  • Prospective
  • La cellule virale, rouage de la vie
  • La vie extra terrestre
  • Les mythes ont aussi un arbre généalogique
  • 6 nouvelles particules pour achever la physique
  • Mond contre la matière noire
  • Un cristal temporel !
  • Contact laser établi avec 234 civilisations extraterrestres ?
  • Les plans d'Elon Musk pour la colonisation de Mars
  • Dans le graphène, les électrons se comportent comme la lumière
  • De moins en moins d'oxygène dans l'atmosphère
  • Des catalyseurs nanostructurés font de l'éthanol avec du CO2
  • Un moteur à combustion avec un seul piston 2 fois plus efficace
  • Des bactéries infectés par des virus géants produisent des virus qui en protègent
  • Des bourdons apprennent à tirer une ficelle
  • Les éléphants d'Asie moins hiérarchisés que ceux d'Afrique
  • Des singes produisent par jeu des éclats semblables aux pierres taillées
  • Les premiers agriculteurs sédentaires près des zones humides
  • La neurodynamique darwinienne de l'apprentissage
  • L'homme est loin (derrière les suricates) d'être l'animal le plus meurtrier
  • Une greffe d'ovaire de jeunes rajeunirait ?
  • Les vitamines A et C effacent les méthylations épigénétiques
  • Des isoformes de P53 responsables de cancers et de métastases
  • Des motos volantes pour l'armée
La prospective est aussi difficile qu'indispensable, forcément basée sur l'état des savoirs dont cette revue tente de rendre compte. Ce mois-ci, sans parler d'un possible (bien que peu probable) contact laser avec des civilisations extraterrestres, ni des plans pour une colonisation de Mars qui semble quand même bien prématurée, on a un très curieux "cristal temporel" ainsi qu'une nouvelle théorie avec 6 nouvelles particules qui pourrait achever la physique ! On peut s'inquiéter sinon qu'il y ait de moins en moins d'oxygène dans l'atmosphère à cause de la combustion des énergies fossiles mais un nouveau procédé permet, avec des catalyseurs nanostructurés, de faire de l'éthanol directement avec du CO2. Les dernières avancées de la biologie permettent d'établir enfin que l'évolution est bien collective mais brouillent les frontières du vivant et de l'organisme entre virus et microbiote. Il y a de quoi s'étonner que des bactéries infectées par des virus géants produisent des virus qui en protègent, et plus encore, que des bourdons puissent apprendre à tirer une ficelle pour obtenir leur nourriture ! On a aussi un aperçu des premiers mythes, ou la "neurodynamique darwinienne de l'apprentissage" qui semble prometteuse pour l'intelligence artificielle ou la compréhension du fonctionnement du cerveau.

Continuer la lecture

Revue des sciences octobre 2016

  • Le succès des mammifères au temps des dinosaures
  • La pleine lune favorise les violents séismes
  • Les plans pour Mars d'Elon Musk
  • SuperMeat, une startup qui veut démocratiser la viande artificielle
  • Les réseaux de neurones sont bien le fruit de notre univers
  • Le langage des dauphins est proche du nôtre
  • Nos ancêtres lançaient des pierres comme armes
  • Du feu, il y a 800 000 ans, dans une grotte du sud de l’Espagne
  • Nous aurions tous parlé la même langue ?
  • Les sorties d'Afrique
  • L'égalitarisme se développe entre 5 et 8 ans
  • Un virus à l'origine du placenta chez la femme et de la musculature masculine
  • L'accouchement provoqué par l'inflammation du placenta et son vieillissement
  • Cultiver des cellules souches qui restent indifférenciées
  • Un textile pour lutter contre les grosses chaleurs

Les nouvelles ne sont toujours pas bonnes pour l'économie comme pour l'écologie. Sinon, rien de très neuf sauf peut-être le fait que le langage des dauphins se rapprocherait du nôtre ou qu'un virus serait à l'origine à la fois du placenta chez la femme et de la musculature masculine (donc du dimorphisme sexuel). Du côté plus délirant, il y a aussi les plans pour Mars d'Elon Musk et les "progrès" des tentatives de greffer une tête sur un corps... Continuer la lecture