La dissymétrie quantique entre droite et gauche

Temps de lecture : 3 minutes

Le modèle standard de la physique des particules est encore un exemple de l'énigme que reste pour nous la matière, prenant la forme d'un tableau où apparaissent des symétries mais incomplètes, comportant des exceptions. Ainsi, toutes les particules sont chargées, sauf le neutrino. Les bosons qui transmettent les interactions peuvent transformer une particule dans une autre (en changeant la charge ou la couleur), sauf le photon qui transmet une impulsion, augmente juste son énergie.

Le plus curieux, et pas assez connu, c'est que les particules se diviseraient selon l'orientation vers la gauche ou la droite de leur rotation ou spin : selon qu'elles tournent dans le sens des aiguilles d'une montre ou dans le sens inverse par rapport à leur direction de mouvement. Le neutrino se fait là aussi remarquer en étant toujours droitier (il n'existe pas avec un spin vers la gauche) alors qu'il n'y a pas de boson W droitier avec pour conséquence qu'il ne peut y avoir de transformation d'un quark up en down, ce qui supprime une interaction possible lorsqu'il tourne vers la droite (et produit plus de up que de down) !

Tout cela me semble extraordinaire mais serait lié au champ de Higgs situé à l'origine de la masse inertielle comme réduction de la vitesse par interaction avec son spin, entre droite et gauche. De plus, par ce champs de Higgs, "le couplage de la particule gauchère à son homologue droitière est ce qui confère une masse aux fermions". En tout cas, c'est ce que le physicien Chris Quigg représente avec le schéma ci-dessus dont il donne aussi une version 3D. Il y a sinon une vidéo.

Lorsque le champ de Higgs est apparu dans l'univers primitif, il a uni [dans sa grande bonté] les particules gauchères et droitières les unes aux autres, conférant aux particules en même temps la propriété que nous appelons la masse.

Lorsqu'un électron gaucher heurte un boson de Higgs, l'électron peut ricocher dans une nouvelle direction et devenir droitier, puis heurter un autre boson de Higgs et redevenir gaucher, et ainsi de suite. Ces interactions ralentissent l'électron, et c'est ce que nous entendons par "masse".

En général, plus une particule interagit avec le boson de Higgs, plus elle a de masse. De plus, les interactions fréquentes avec les bosons de Higgs font de ces particules massives des mélanges quantiques de droite et de gauche.

630 vues