La sortie d’Afrique entre 62 000 et 95 000 ans

- La sortie d'Afrique entre 62 000 et 95 000 ans

D'une certaine façon ce nouveau calibrage de l'horloge moléculaire permettant de dater notre séparation des Africains est moins intéressant que la question elle-même car ce n'est pas la même chose si l'exode date d'avant ou pendant la dernière période glaciaire (Würm) seulement cette datation ne permet pas de le déterminer.

Dès lors qu'on veut dater une origine, c'est la trace la plus ancienne qui doit faire foi or on peut dater de 75 000 ans le début de la glaciation, ce qui est dans la fourchette donnée et suggèrerait plutôt une sortie d'Afrique juste avant, interrompue par la glaciation alors que la population européenne et asiatique se développait malgré tout, ayant tout colonisé à la fin de la glaciation. De quoi expliquer qu'on descende d'un étonnant petit nombre d'Africains et d'un événement qui semble ponctuel, isolant ces nouveaux émigrés et interrompant les échanges génétiques avec l'Afrique. C'est intéressant aussi pour dater la langue mère que des méthodes linguistiques dataient de 60 000 ans (langage narratif différent du langage phonétique de Neandertal) mais qu'il faudrait reculer si la sortie d'Afrique est antérieure.

Il y a cependant pas mal de biais dans ces calculs d'horloge biologique, ce dont témoignent d'ailleurs les moyens mis en oeuvre par l'étude elle-même et l'écart avec les anciennes estimations. Cela ne peut être qu'un outil grossier purement statistique avec des marges d'erreur d'autant plus grandes que l'échantillon est petit. Il est cependant intéressant de resserrer un faisceau d'indices mais on voit qu'il faudrait pouvoir préciser beaucoup plus qu'on ne peut actuellement.

En comparant les ADN de ces fossiles, les chercheurs ont obtenu une estimation du rythme des mutations dans l’espèce humaine sur les 40.000 dernières années. Ils en ont déduit une nouvelle cadence de l’horloge moléculaire. Ainsi recalibrée, l’horloge indique, pour la sortie d’Afrique, une fourchette entre 62.000 ans pour la date la plus récente possible, et 95.000 ans pour la plus ancienne.

Cette fourchette est compatible avec l’essentiel des données issues de la datation des fossiles et des traces archéologiques puisque les estimations basées sur les fossiles et les outils font remonter la sortie d’Afrique à 60.000-80.000 ans.

copyleftcopyleft