Qu’est-ce que l’écologie politique ?

La question de la nature de l'écologie-politique se pose du fait qu'il s'agit d'un mouvement émergent, se constituant en réaction à des questions concrètes, et non de l'application d'une doctrine préalable. On peut dire que son corps de doctrine, encore très disputé, s'est constitué en marchant, ce qui justifie l'approche historique en général adoptée.

L'inconvénient de cette approche est cependant de ne pouvoir sortir tout-à-fait de la confusion initiale, notamment de la religiosité, du romantisme et du volontarisme dont l'écologie-politique a tant de peine à se débarrasser, réduite à une aspiration morale, à une pure question de valeurs, un désir d'harmonie sinon d'amour des hommes et des bêtes, au lieu d'une responsabilité incontournable qui en fait plutôt un enjeu cognitif vital. Il ne s'agit pas, en effet, dans la prise en compte des contraintes écologiques, de préférences personnelles : sur ce plan, on n'a pas le choix ! La réduction de l'écologie-politique à l'amour de la nature est à la fois inévitable historiquement et intenable pratiquement. Il faut l'affirmer haut et fort, on n'a pas besoin de faire de sentimentalisme pour prendre l'écologie-politique au sérieux, notamment sa dimension politique qui introduit dès lors la division entre les écologistes qu'on ne peut absolument pas rassembler en un seul courant qui irait de l'écologie profonde à l'écologie sociale.

Il y a nécessité d'un retour au réel et d'une définition plus conceptuelle et critique de l'écologie-politique comme nouveau stade cognitif, celui de la post-modernité et de l'unification du monde dont on est devenu responsables (jusqu'au climat à l'ère de l'anthropocène), avec toutes les implications pour la politique de la prise en compte des enjeux écologiques. Dans ce cadre, et comme son nom composé l'indique, l'écologie-politique doit intégrer la contradiction entre nature et culture (campagne et ville), posant des limites aux possibles, à nos capacités techniques de transformation du monde comme de nous-mêmes, mais il est bien question d'intelligence collective à construire et non de conversion des âmes, il est question de projet politique et non de morale.

Les divisions entre écologistes

Notre époque en quête de nouvelles spiritualités est imprégnée, depuis le mouvement hippie au moins, d'une idéologie écolo très naïve mais qui a toutes les raisons de perdurer auprès des jeunes urbains. Dès lors, les écologistes sont invariablement identifiés à ce retour à la nature de sortes de boy scouts sympathiques, pour ce que j'en ai connu, mais qui restent pourtant plus que marginaux. Le terme de nature est d'ailleurs très ambigu car il ne s'agit pas bien sûr d'un retour à l'animalité mais tout au plus d'un retour à la terre et à la culture. Le terme important ici, c'est le « retour », car les époques peuvent varier considérablement, au lieu de se projeter vers l'avenir. Même quand les écologistes paraissent plus raisonnables, on leur imputera donc au moins une forme ou une autre de primitivisme ou de régression. Il n'est certes pas si facile de s'en défaire quand on prétend défendre notre "monde vécu" ou quelque nature originaire, l'indispensable critique de la technique et du progrès glissant facilement à la technophobie comme au conservatisme le plus réactionnaire.

Pendant que les gentils écolos occupent héroïquement la scène, on voit arriver en coulisse une toute autre écologie en costard cravate, plus du tout utopique celle-là, et plutôt technophile, celle du capitalisme vert engagé dans un nouveau cycle de croissance avec le développement des énergies renouvelables notamment. Ces divergences, on ne peut plus manifestes, prouvent au moins que l'écologie ne se réduit pas à ce que ses différents protagonistes en font, mais, dans les deux cas, elles témoignent surtout de l'absence de la dimension politique dans ces approches spirituelles ou marchandes.

L'écologie-politique ne peut se limiter à l'environnementalisme au moins parce qu'elle est supposée remonter aux causes (humaines) et adopter un point de vue global (collectif), mais avant tout à cause de l'enjeu politique qui a été souligné par André Gorz dans son texte inaugural "leur écologie et la nôtre" que nous avions mis en exergue du premier EcoRev'. Non seulement ce texte introduit la division dans l'écologie, en particulier avec l'opposition à l'expertocratie, mais il se situe clairement dans la continuité des luttes d'émancipation et dans le camp de l'anti-capitalisme. Avec de grandes différences toutefois, qu'on peut caractériser comme post-totalitaires, le paradigme écologiste valorisant notamment la diversité (les minorités), la décentralisation, le local dans une dialectique local/global, individu/société, à rebours des idéologies collectivistes précédentes, tout comme des idéologies individualistes d'ailleurs.

On ne peut nier l'existence de luttes politiques dans l'écologie et donc la dimension véritablement politique de l'écologie, loin du « ni droite, ni gauche » et de l'apolitisme supposé de l'intérêt général. Il y a bien une opposition frontale entre différentes tendances de l'écologie qui sont largement incompatibles et dont il faut expliciter les divergences qui sont loin d'être claires pour tout le monde puisqu'on essaie de les concilier alors qu'elles sont fondamentalement contradictoires dans leur conception même de la liberté. Comme toujours en politique, c'est effectivement notre liberté qui est en jeu dans cette politisation de l'écologie, raison pour laquelle, dès 1993, en préalable à mon engagement écologiste, j'avais cru devoir distinguer explicitement les écologistes en fonction de la place donnée à la liberté : 1) les fondamentalistes ou écologistes de droite qui défendent les lois de la nature, les hiérarchies naturelles, et pour qui la liberté humaine représente le mal contre lequel il faut se prémunir, 2) les environnementalistes centristes ou libéraux qui défendent la qualité de la vie et les produits écologiques mais pour qui la liberté est instrumentalisée, ravalée au rang de moyen pour le marché. 3) la véritable écologie-politique comme prise en charge par le politique des effets globaux de nos actions en vu de renforcer notre auto-nomie (nous donner nos propres règles avant d'y être contraints matériellement). Dans la continuité des luttes sociales, c'est la conscience de notre solidarité globale tout comme de nos limites, constituant indubitablement un progrès de la raison. Cette fois la liberté est un projet collectif d'émancipation, le passage de l'histoire subie à l'histoire conçue, tournée vers l'avenir et sa préservation.

On ne peut surestimer ce qui oppose ces différentes écologies puisqu'il y a une complicité avérée de l'écologie avec le libéralisme le plus brutal, ce qu'on a appelé improprement le "darwinisme social" (Defoe, Malthus, Spencer, etc.) jusqu'à l'ordre spontané néolibéral. On sait aussi jusqu'à quelles extrémités ont pu mener d'autres sortes de "darwinisme", biologisme, hygiénisme, etc., que ce soit le racisme nazi obsédé par son espace vital ou un pétainisme pour qui la terre ne ment pas. Un "philosophe" médiatique très ignorant a même cru pouvoir identifier l'écologie à ces tendances d'extrême-droite qui représentent pourtant un courant très minoritaire en tant que tel aujourd'hui mais dont on ne peut nier l'existence pour autant, imprégnant comme naturellement les discours écologistes les plus naïfs, sans parler du catastrophisme appelant des pouvoirs autoritaires et le règne de la technocratie. Pour défendre la vie, tout est permis ! Il ne peut être question bien sûr de se mélanger avec des idéologies tellement contraires à nos objectifs.

La défense de la vie revendiquée par beaucoup d'écologistes n'a, en effet, aucun sens, ni même la survie de l'espèce humaine qui ne sont pas en cause en dehors d'une catastrophe cosmique. Ce n'est pas à ce niveau absolu que les questions se posent. Nous avons les moyens de vivre dans l'espace, il y aura donc au moins des petits groupes qui survivront dans les pires conditions. Défendre la vie humaine a certes un sens, c'est celui des droits de l'homme mais il n'est pas forcément écologiste. La question de la survie est bien posée pour certains (Bangladesh, petites îles, pauvres en général, etc.) mais l'écologie ne peut se limiter à empêcher toute une série de catastrophes ni se limiter à la survie comme si la vie était désirable à n'importe quel prix. La conscience des risques est bien ce qui nous oblige à devenir écologistes mais cela ne suffit pas à donner son contenu à une écologie-politique.

Pour une écologie-politique

Rien de commun entre une écologie-politique responsable tournée vers l'avenir et les nostalgies d'une nature perdue. Mais alors, si on est en si mauvaise compagnie, pourquoi donc garder le nom d'écologie, demandera-t-on ? C'est qu'on ne peut absolument pas abandonner aux idéologies régressives le terrain de l'écologie qui est central, non seulement par les menaces auxquelles il faut faire face mais tout autant par la notion d'écosystème qui change nos façons de penser la complexité du vivant. La seule chose qui réunit ces différents écologistes, c'est effectivement la conscience des problèmes écologiques, quoiqu'avec des diagnostics assez éloignés : tout est là, la vérité n'est pas donnée et les convictions sont diverses, souvent affirmées avec d'autant plus de force qu'on n'y connaît finalement pas grand chose ! Les réponses apportées sont en tout cas très éloignées, même si l'attention portée aux écosystèmes impose un certain nombre de faits et de mécanismes participant d'un nouveau paradigme, cognitif bien plus que moral, modifiant nos conceptions, notre compréhension du monde plus que nos valeurs.

Le terme écologie a été forgé par Haeckel en 1866, à partir du grec oikos et logos, pour désigner l'étude des habitats naturels des espèces vivantes. En effet oikos, qu'on retrouve dans économie, signifie habitat. Ce qui oppose l'éco-nomie domestique à l'éco-logie, c'est que l'économie calcule alors que l'écologie relie, l'une est quantitative quand l'autre est qualitative (et ne peut pas du tout se réduire à l'énergie comme veut le faire l'éco-énergétique). L'économie est la science des équivalences alors que l'écologie est la science des différences et des complémentarités (sexuelles, alimentaires, etc.), l'économie réduit tout à l'individu alors que l'écologie réinscrit les corps dans leurs interdépendances mutuelles et leur relation à l'environnement global (à l'écosystème). L'écologie est d'une certaine façon la réfutation de l'économie, sa critique radicale comme pure abstraction mathématique, la réintégration du temps long et des cycles naturels dans la productivité immédiate et les calculs d'intérêt à courte vue.

Ce qui distingue radicalement l'écologie-politique d'un simple écosystème cependant, c'est d'y introduire, avec la dimension politique, la finalité d'une régulation des équilibres et des cycles biologiques, finalité dont un écosystème est dépourvu n'étant pas un organisme. Les régulations écologiques de notre industrie manquent en effet cruellement, c'est pour cela qu'il faut les créer. Il ne s'agit pas de laisser-faire de soi-disant lois de la nature qu'on a au moins très fortement perturbées ! Au contraire, nous devenons désormais responsables du climat, qu'on le veuille ou non. Comme pour tout organisme vivant, le défi de l'écologie-politique est de surmonter une entropie naturelle (en grande partie grâce à l'information).

L'écologie-politique se définit par la conscience de notre environnement et de nos interdépendances, conscience de notre appartenance à des écosystèmes que nous ne devons pas détruire, conscience de notre empreinte écologique et volonté non seulement de sauvegarder nos conditions de vie mais d'améliorer la qualité de la vie, toutes choses qui ne sont pas données et dépendent d'un débat politique sans avoir la simplicité de l'évidence. En fait, on peut dire que l'écologie-politique comme affirmation de nos solidarités et responsabilité du monde, transforme d'une certaine façon la biosphère en organisme vivant dont nous constituerions désormais le système nerveux ainsi que le système immunitaire. Bien sûr le "Nous" ici fait question, il n'est pas sûr que nous en fassions partie. En tout cas, cela va bien au-delà de la survie et des catastrophes qu'il faudra éviter, posant la question du qualitatif qui est une question politique en tant qu'elle dépend du subjectif, c'est-à-dire du vivant dans son indétermination et sa diversité intrinsèque.

Ce qui fait la nouveauté de l'écologie-politique, la préservation de l'avenir et le fait d'assumer la responsabilité collective de nos actes, correspond assez bien à ce que Hegel appelle « le passage de l'histoire subie à l'histoire conçue ». C'est malgré tout ce qui pourrait la rapprocher des autres idéologies qui se projetaient elles aussi dans l'avenir supposé radieux au nom de quelque valeur unilatérale et d'utopies entièrement artificielles. Une des différences notables, cependant, avec une écologie du politique, pas assez comprise des écologistes eux-mêmes, c'est de mettre une limite à notre volontarisme comme à l'artificialisation du monde et des sociétés (ce dont Claude Lévi-Strauss accusait les idéologies post-révolutionnaires), avec la nécessité de la préservation de nos conditions d'existence aussi bien matérielles que sociales. En fait, une u-topie écologiste n'a aucun sens alors qu'il faut partir des réalités locales et concrètes. C'est le système capitaliste et la société de consommation qui sont complétement utopiques. A l'opposé de l'idéalisme d'utopies totalitaires voulant forger un homme nouveau unidimensionnel (tel l'homo oeconomicus ou l'homo sovieticus), l'écologie-politique se doit au contraire de coller à la réalité et d'agir avec prudence, en tenant compte des hommes tels qu'ils sont, dans leurs différentes dimensions, avec toutes leurs contradictions, diversités et tensions internes. Ce n'est plus la fin de l'histoire qui est visée mais sa continuation, sa durabilité. De même, l'obligation de résultat oblige à tenir compte des rapports de force effectifs même si on est tenu à une certaine radicalité des réponses à donner, qui ne peuvent se limiter aux dysfonctionnements les plus voyants. La question n'est pas tant celle de ce qu'on voudrait que du possible et du nécessaire (notre liberté est très limitée, ce qui ne l'empêche pas d'être "décisive").

Plus même qu'un marxisme trop empreint encore de religiosité, l'écologie-politique reconnaissant la transcendance du monde se doit d'être un matérialisme intégral, quoique non réductionniste, et même un matérialisme dialectique en tant qu'il intègre la contradiction et la part du négatif. En effet, le caractère le plus évident de l'écologie et qui la spécifie, c'est bien de partir du négatif de notre industrie et du progrès, alors qu'elle a le plus grand mal à y donner une réponse positive, plutôt du côté du contre-pouvoir, du feedback. Cette expression du négatif est une exigence cognitive préalable à une prise de conscience qui doit partir du réel, des effets non voulus de nos entreprises (les fameuses externalités négatives!) et non pas de nos supposées bonnes intentions.

Historiquement, l'écologie-politique correspond bien au stade cognitif d'une modernité réflexive, c'est-à-dire d'une post-modernité qui intègre la durabilité et parvient à se critiquer elle-même, prise de conscience des limites du progrès technico-économique et de ses dangers comme de son coût écologique mais aussi de sa dimension globale. La post-modernité n'est pas un retour en arrière pour autant, ce n'est pas la négation de la modernité et de tout ce qu'elle peut avoir de positif, mais une modernité désillusionnée, moins triomphante, confrontée à sa contre-productivité, plus précautionneuse enfin, s'interrogeant sur ses conséquences futures pour tenter de se prémunir de ses nuisances. Les réseaux numériques et les médias y ont une grande part désormais, le réseau mondial étant l'un des fondements de l'unification du monde et d'une conscience mondiale réflexive.

L'écologie-politique qui relie nature et culture, local et global, est aussi la négation de la séparation des sphères technologiques, écologiques, économiques, politiques et sociales malgré leur autonomie relative. La négation de la séparation reste bien sûr tout aussi relative et n'abolit pas autonomie et diversité, elle n'abolit pas les contradictions entre les termes. Ce n'est pas parce que la biosphère nous réunit tous qu'il n'y a pas de séparation entre nous et que nous ne ferions qu'un avec la nature que nous dévastons. Ce qui nous unit ne supprime pas ce qui nous divise. Il est crucial pour les dominés de reconnaître les divisions sociales effectives et de leur donner une expression politique. Il s'agit seulement de comprendre nos interdépendances et les effets globaux de nos comportements, de nous adapter à notre environnement et de préserver nos conditions d'existence, ne pas scier la branche sur laquelle nous sommes assis !

Plutôt qu'une "éthique de responsabilité" un peu trop individuelle, il vaudrait mieux parler d'une "politique de responsabilité collective" envers les générations futures et les conséquences de nos actions avec la prise en compte du négatif de notre industrie : pollutions, nuisances, épuisement des ressources, perturbation des équilibres écologiques (réchauffement climatique, déforestation, perte de la biodiversité, OGM, etc.). Cependant, cette responsabilité de l'avenir commun est indissociablement l'affirmation de notre solidarité actuelle et de l'exigence politique de développement humain comme développement de nos capacités ("capabilities") et de notre autonomie effective, ici et maintenant. Ce n'est pas en tant que valeurs morales individuelles mais bien en tant que projet politique qu'on doit reprendre la devise écologiste "autonomie, solidarité, responsabilité" qui donne un sens plus concret à celle de la République.

L'alternative écologiste

Les différences entre écologistes se manifestent expressément sur le plan politique, dès qu'on en vient aux solutions préconisées. C'est une erreur fatale de s'imaginer qu'il suffirait de nos trop bonnes intentions, de reconnaître notre communauté de destin et qu'on ne peut continuer comme avant. Il n'y a pas encore de véritable intelligence collective, c'est peu de le dire, pas d'accord sur les diagnostics ni sur les alternatives ou les solutions possibles aux crises multiples que nous affrontons. Le volontarisme ne suffit pas, ni l'activisme, quand il faudrait s'entendre sur ce qu'il faut faire. L'enjeu est cognitif : pour adapter la société aux nouvelles contraintes, le préalable en effet serait d'abord de la comprendre, comprendre notre marge de manoeuvre qui n'est pas infinie, comprendre aussi ce qu'est un écosystème, ses interdépendances, ce qu'est un système de production, ses impératifs, comprendre notamment la dynamique du capitalisme (son productivisme) avant de savoir comment le brider ou comment en sortir, comprendre enfin tout ce que change notre entrée dans l'ère du numérique. Il faudrait un accord sur les analyses comme sur les fins qui n'est absolument pas envisageable dans l'état actuel, exigeant un processus politique de confrontation des catégories sociales et des opinions ("lutte des classes" dans la théorie, responsable, on le sait, de bien des égarements, mais tout autant que la "pensée unique" ou le gouvernement des experts).

Ici, il faut donc prendre parti, et pour nous, comme pour André Gorz, l'écologie-politique ne peut se réduire à une limitation des consommations mais implique de sortir du productivisme capitaliste et du laisser-faire libéral, tout en préservant l'autonomie individuelle aussi bien que la solidarité sociale. Dans cette perspective, l'alternative, du côté de la production, ce n'est pas la collectivisation des entreprises, ni même l'autogestion (qui ne changent pas fondamentalement l'organisation de la production) mais un revenu garanti qui permettrait de sortir du salariat productiviste et de passer du travail subi (subordonné) au travail choisi (autonome) comme de la sécurité sociale au développement humain. Pour cela, un revenu garanti ne suffit pas, on a besoin aussi des institutions du travail autonome, en particulier de coopératives municipales assistant les travailleurs isolés, y compris les travailleurs de l'immatériel. Ces coopératives participent également à l'autre axe d'une politique écologiste : une nécessaire relocalisation de l'économie équilibrant la globalisation marchande, réhabitation du territoire s'appuyant principalement sur des monnaies locales mais aussi sur les capacités décentralisatrices des réseaux et une certaine dématérialisation. Il faut souligner qu'il y a, en effet, une totale solidarité entre l'ère de l'information, l'écologie et le développement humain, l'un appelant les deux autres. De même, revenu garanti, coopératives municipales et monnaies locales dessinent ensemble un nouveau système de production, relocalisé, combinant production, reproduction et circulation (travail, revenu, échanges).

Cet écologisme municipal est très loin d'être un projet partagé par les autres écologistes mais cela donne tout de même une idée d'une alternative possible et de ce que pourrait être l'après-crise avec un nouveau système de production relocalisé et plus écologiquement soutenable, permettant de sortir du salariat productiviste tout en étant adapté à l'ère du numérique, aux nouvelles forces productives immatérielles. Il ne s'agit donc absolument pas de se contenter de réguler le capitalisme, mais comme on reste dans une économie plurielle (concept cher à Jacques Robin), on ne peut non plus rêver l'éliminer entièrement de la surface de la Terre. Il aura d'ailleurs sans doute un rôle important dans la transition énergétique. Si on ne peut espérer sortir immédiatement et entièrement du capitalisme, on peut du moins sortir du totalitarisme du marché et commencer l'exil de la société salariale. Contrairement aux utopies uniformisantes, la pluralité des systèmes est une composante essentielle de l'écologie et du post-totalitarisme. De même qu'il y a toujours eu cohabitation des sphères familiales, publiques, associatives et marchandes, dans une économie plurielle il y a au moins 4 axes principaux qu'on peut combiner en système alternatif pour sortir du capitalisme, du salariat, du productivisme et de la société de marché : travail autonome (revenu garanti, coopératives), gratuité (numérique, biens communs), relocalisation (monnaies locales, coopératives) et secteurs protégés ou régulés (services publics, médecins, agriculture, etc.).

L'écologie-politique devrait signifier enfin une façon plus écologique (post-totalitaire) de faire de la politique : une démocratie des minorités, ancrée dans le local et le face à face, à l'opposée de toute dictature majoritaire, et pouvant constituer à terme une véritable démocratie cognitive en interaction entre agir local et pensée globale. Inutile de préciser qu'on en est loin, y compris chez les écologistes ! C'est pourtant le plus important sans aucun doute dès lors qu'on interprète l'écologie-politique comme nouveau stade cognitif nécessitant une intelligence collective à construire et dont la question du climat comme la crise financière montrent toute la difficulté. A l'évidence, on ne peut guère s'accorder pour agir au niveau mondial que sous la pression de la catastrophe mais c'est tout aussi vrai au niveau local quand il s'agit de remettre en cause les situations acquises, les clientélismes et divers féodalismes qui subsistent encore largement. La démocratie n'a rien de naturel ni de facile, la démocratisation est un combat politique constant, tout comme la défense de nos libertés qui ne s'usent que si on ne s'en sert pas : tout phénomène laissé à lui-même va à sa perte selon les lois de l'entropie universelle. C'est en cela que notre action est toujours nécessaire, la résistance du sujet, et que nous sommes les "gardiens de l'être" en tant qu'êtres vivants, êtres de parole et citoyens du monde.

En tout cas, au moment où les préoccupations écologiques deviennent hégémoniques, il ne faudrait pas se tromper d'écologie ni se laisser faire par tous les obscurantismes et perdre son sens critique. L'enjeu politique, c'est bien la liberté, la solidarité, la justice, la raison et non pas la Nature, l'authenticité, l'originaire. Il ne s'agit pas de revenir en arrière, ni de foncer tête baissée dans une course en avant, encore moins de rêver vainement à quelque utopie mais de prendre en main notre destin et tenter de se préserver des risques que nous avons nous-mêmes provoqués, afin de continuer l'aventure humaine et l'histoire de l'émancipation...

 

Mise à jour du 25 février 2010 pour la revue Ecologie & Politique de la version originale qui a été traduite en espagnol par Eduardo Baird (Argentine).

A compléter avec "De l'entropie à l'écologie".

copyleftcopyleft 

25 réflexions au sujet de « Qu’est-ce que l’écologie politique ? »

  1. Merci pour ce texte clair, qui trouve une cruelle actualité dans le conflit concernant les débats , projetés et successivement annulés, sur les nanotechnologies.
    Tout débat est en effet impossible entre d’une part des technophobes fondamentalistes et d’autre part des experts à la recherche de nouvelles bulles de croissance et de marchés juteux. Et nous sommes bien à ce propos dans les vieux clichés manichéens avec leur morale du bien contre le mal, et non pas dans la dialectique, avec des contradictions
    concrètes à résoudre en responsabilité : positif/négatif ?, possible/nécessaire ?, utilité sociale /intérêt personnel ?...

  2. Très bon texte qui à mon sens recadre assez sévèrement les "écologistes politiciens" actuels, de Voynet à Cohn-Bendit en passant par Lepage... Personnellement, je placerais les positions actuelles défendues par Europe Ecologie dans le numéro 2: "les environnementalistes centristes ou libéraux qui défendent la qualité de la vie et les produits écologiques"... on est loin de l'écologie politique!

  3. Le débat sur les nanotechnologies est le type même de débat sans objet comme les débats théologiques qui confrontent de purs actes de foi. Le débat ne sert à rien car c'est une folie de croire que l'évolution des sciences et des techniques dépendrait de notre bon vouloir alors que nous sommes plutôt les sujets de la science qui fait partie de notre monde et de notre destin, il faut faire avec.

    Il est amusant de voir qu'aussi bien les partisans des nanotechnologies que leurs adversaires font référence à des auteurs de science-fiction comme si c'était quelque chose de sérieux ! En examinant les choses de plus près on se rend compte cependant que cela n'a pas de sens et que les nanotechnologies n'ont pas de véritable existence. Ce qui s'appelait La Nanotechnologie, se réclamant d'ailleurs de l'écologie, était supposée reconstruire la matière atome par atome, ce qui n'est possible qu'en infime quantités prenant beaucoup trop de temps. Il y a bien des nano-particules produites, en particulier les nanotubes de carbone si exceptionnels, mais par des procédés chimiques principalement. Imagine-t-on un débat sur la nocivité de la chimie, nocivité bien réelle pourtant.

    Pour certains, sûrs d'avoir raison, les nanotechnologies, c'est la fin du monde ce qui justifie n'importe quel fanatisme, mais il serait idiot de nier les risques bien réels, tout comme Eugène Huzar n'avait certes pas tort de se méfier des gaz invisibles qui n'ont pas tardé en effet à tuer en masse de la guerre de 14-18 aux camps d'extermination. Le train a failli être interdit à cause des accidents qu'il provoquait avant qu'on intègre leur probabilité dans les risques acceptables. La technique a toujours été dangereuse. Si les Hittites sont à peu près le seul exemple de la rétention d'un progrès technique pendant une très longue période, dès que le secret de fabrication du fer a été révélé, toute la civilisation d'alors a sombré dans le chaos pour de longues années. On peut le déplorer mais ce serait un rêve de maîtrise excessif de s'imaginer pouvoir arrêter le progrès, ce que même Jacques Ellul ne croyait pas possible. Ces débats ne servent qu'à faire accepter des nouvelles technologies auxquelles on n'échappera pas plus qu'à la généralisation du mobile, ni au monde numérique dont l'existence est si récente mais qui compte déjà plus que tout.

    Ce n'est pas dire qu'il ne faudrait rien faire et ne pas interdire des OGM mal maîtrisés, des produits dangereux comme l'amiante. On a besoin pour cela d'examiner les choses sérieusement mais on ne pourra jamais supprimer tout risque. Ainsi, il sera bien difficile d'empêcher des biohackers de faire n'importe quoi dans leur garage, menace plus réelle que celle des nanotechnologies mais contre laquelle il n'est pas évident du tout de se prémunir, un peu comme pour le terrorisme, avec des risques d'atteinte grave à nos libertés.

  4. @Marcel : Evidemment, dans la vie les choses sont plus mélangées que dans une typologie. Je dois dire que si j'ai quitté les Verts il y a 10 ans en les traitant de groupuscule inutile et dangereux, j'ai trouvé que c'était malgré tout un progrès que les écologistes s'unissent, au moins pour manifester leurs insuffisances, de même que l'écologie médiatique à la Hulot m'apparaissait comme un moment nécessaire dans la prise de conscience menant à une inévitable radicalisation. Le vide des propositions devrait valoriser les seules qui existent et tiennent le coup. C'est du moins ce qu'on peut espérer, que cette dialectique finisse par rendre un peu moins inaudible la voie de l'alternative écologiste. Cela dépend bien sûr de luttes politiques, encore faudrait-il que ce soit reconnu comme valant la peine de se battre pour sortir du salariat. Il faut remarquer que le revenu garanti a déjà gagné sa place dans la plate-forme, bien que de façon encore timide et pas du tout alternative. Les monnaies locales gagnent un peu de terrain, mais cela reste encore du gadget. Ce sont les façons de penser qu'il faudrait changer, et ce n'est pas gagné...

  5. Avec tous les lâches comme vous, qui veulent "faire avec", il n'y aurait eu aucune bataille contre les OGM (on se doute que vous n'avez guère mouiller votre chemise de planqué derrière son écran !!) et il y en aurait partout en France.

    Hé bien non M. Zin, tout cela n'est pas irréversible, il n'y a pas de fatalité qui mène du feu au nucléaire et il ne "faire avec" rien d'inacceptable.

    C'est votre fatalisme d'homme faible qui tue votre pensée !

  6. Mais heureusement, il y a des gens forts qui vont nous sauver, ça équilibre !

    On aura compris qu'effectivement, ce n'est pas mon combat principal qui est de sortir du productivisme.

  7. un 4ème type peut être avec les écologiste apocalyptiques , nous engageant au non de la catastrophe sur les pentes du totalitarisme vert .

  8. et juste une question : le souverainisme at'il bonne presse chez les verts , qui rêvent d'une europe verte infaisable .

  9. Il est sûr qu'on peut pinailler et rajouter de nombreuses catégories mais le catastrophisme est bien du côté du totalitarisme et d'une liberté humaine identifiée au mal absolu. C'est le seul argument du très mauvais livre "catastrophisme administration du désastre et soumission durable" de Semprun et Riesel. Les choses sont en fait toujours plus compliquées et il y a d'autres utilisation d'un catastrophisme plus éclairé. Pour ma part je pense la catastrophe inévitable mais sans avoir le caractère apocalyptique qu'on lui prête d'une fin de l'histoire définitive. Il faudrait toujours tout complexifier mais la simplification donne une plus grande lisibilité qui est utile. Il faut donc passer par ce genre de typologie simplifiante pour se faire comprendre mais la renier aussitôt pour ne pas s'y enfermer.

    Sinon, pour autant que je sache, le souverainisme n'a pas bonne presse chez les Verts et Europe écologie fait partie de la cour qui se prend pour l'Europe elle-même. Tout cela finira mal. Ceci dit, je ne suis pas moi-même souverainiste, ce qui se confond avec une dictature de la majorité qui peut être dangereuse, même si je suis pour une dose de protectionnisme, toutes choses qui perdent beaucoup de sens quand on est surtout localiste comme moi, mais je ne nie pas la pertinence de l'échelon national qui est même décisif politiquement à cause de la communauté de la langue qui fait que les débats médiatiques sont nationaux.

  10. Mais heureusement ... je n'attends pas que l'on me sauve ! Et j'ai participé à bien des fauchages (dont l'un pour lequel 5 personnes, dont moi, ont pris entre 2 et 6 mois de sursis). Développer mon propre mode de vie court-circuitant le plus possible les mécanismes de récupération, etc.

    Ceci dit je maintiens ce que j'affirmais précédemment. C'est la faiblesse physique des hommes qui fait souvent leur lâcheté intellectuelle. Le corps qui tue la pensée, en somme. Quand on ne peut pas affronter physiquement le conflit, il ne reste qu'à se retirer et à déclarer la partie la plus forte celle qui "doit" triompher et avec laquelle il faut "faire avec" !

    Brunet : le totalitarisme c'est votre histoire à sens unique. Celle où il ne faut pas lutter. Celle-là est totalitaire, son ombre géante et crépusculaire recouvre tout l'avenir.

    Bon sur ce, adieu, ou athée, comme vous voudrez.

  11. Le livre de Alain Lipietz, Qu'est-ce Que L'ecologie Politique, porte le même titre que votre article. Cela vous autorise-t-il à déclarer qu'il s'agit d'un livre éponyme ? J'avoue ne pas comprendre, ni votre français, ni votre pensée.

  12. moi, faisant partie des souffreteux, je suis bien trop fragile pour être courageux et allez fauchez des champs d'ogm (même si on peut aussi dire que ce n'est qu'une menace parmis d'autres: érosions des sols , acidification des océans , disparition des abeils), mais je trouve cela plutôt sympa. en fait , je pensais surtout à la position d'yves cochet sur le pétrole .cette idée du catastrophisme éclairé est pas mal , c'est l'idée aussi d'une bonne part de la litterature cyberpunk. énnoncer ses peurs c'est d'une certaine façon les apprivoiser est peut être pouvoir en faire quelque chose de positif . mais avec ces temps régressif où tout le monde pete de trouille pour des tonnes de trucs à la con , je ne suis pas sur que la position soit très pratiquable socialement, encore un truc très minoritaire , même si cela n'enlève rien à la valeur du processus.

  13. Moi aussi je me range du côté des faibles, du "mauvais sang" de Rimbaud, et je critique explicitement dans l'article l'héroisation. Cela n'empêche certes pas qu'on a besoin de héros dans les luttes et il a pu m'arriver de jouer ce rôle plus jeune dans le feu de l'action. On doit sans aucun doute notre reconnaissance à ceux qui ont pris des risques mais cela n'empêche pas qu'on s'est toujours méfié des héros quand ils prétendaient ensuite être payés de retour, de même que des généraux vainqueurs qu'on bannissait dans la Grèce antique. Non, il ne faut pas glorifier la force quand ce qui fait notre humanité est notre faiblesse (voir Gilgamesh),

    La lutte contre les OGM est nécessaire mais ce n'est pas une lutte contre la technologie qui continue de prospérer partout dans le monde malgré ses échecs, ses tromperies, ses promesses non tenues. On lutte contre des produits précis, on protège des zones préservées, on attaque des entreprises criminelles, la technologie s'adapte. Cela reste une lutte marginale comme tant d'autres par rapport à un productivisme dont il faudrait pouvoir sortir plutôt que de vouloir en colmater toutes les brèches une à une. Il faut dire que ce n'est pas non plus la fin du monde que certains peuvent craindre, la priorité restant de construire l'alternative.

    Le catastrophisme devient totalitaire dès qu'il devient excessif. Il est certain que si c'est la vie elle-même qui est menacée, tout est permis, y compris des massacres en masse. A un niveau moindre, c'est le reproche qu'on doit faire à Yves Cochet d'en rajouter un peu trop sur la fin du pétrole, débouchant sur un rationnement et une organisation autoritaire. Ce n'est pas parce qu'il y a une transition énergétique difficile qu'il faut tomber dans la panique totale et nous faire croire qu'on va vers un monde à la Mad Max, la science-fiction impressionnant un peu trop les esprits. Ce n'est pourtant pas l'énergie qui manque et plutôt beaucoup trop d'hydrocarbures, trop bon marché, aggravant dramatiquement l'effet de serre (le réchauffement étant potentiellement, mais sans aucune certitude, la menace la plus catastrophique en dehors bien sûr de catastrophes cosmiques toujours possibles, le plus étonnant étant qu'on en ait été épargné si longtemps). Il est idiot de croire à une providence qui détournerait toutes les catastrophes. Il vaut mieux une bonne dose de pessimisme pour avoir une chance d'en éviter quelques unes mais le difficile ici comme ailleurs, c'est de garder la bonne mesure et une énergie plus chère pour un temps n'a rien de la fin du monde. Hélas, on passe toujours d'un excès à l'excès contraire, c'est la dialectique historique dans ce qu'elle a de brutal !

    Enfin, lorsqu'on a un projet totalitaire, d'un monde à notre convenance qui ne soit pas dérangé par d'autres, on considère à peu près tout comme totalitaire, forgeant un ennemi à son image, comme si l'histoire était à sens unique et qu'elle n'était pas plurielle, traversée de forces contradictoires qu'on n'a pas choisies, comme si le passé n'était pas pire que notre avenir malgré sa part d'ombre, comme si le colonialisme, le nazisme et le communisme n'étaient pas pire encore.

    Sinon, je ne veux pas perdre de temps à discuter du terme éponyme qui se comprenait très bien mais que j'ai retiré pour ne pas détourner l'attention.

  14. Le rapport au réel qui se fait est toujours décalé, en trop optimiste ou trop pessimiste. C'est sans doute ce décalage de notre imaginaire spéculatif qu'il est nécessaire d'observer. Autocritique ou autodialectique en dernier ressort.

    Des dérapages quotidiens en toutes affaires nourrissant notre ubris. C'est bien une réalité qui pourrait nous orienter mais ça nécessite du recul difficile, de la réticence, à promouvoir quand l'appel à la révolte voudrait nous mobiliser, majeur sur la couture du pantalon.

  15. salut jean

    peut être que vous l'avez traité dans un texte qui m'a échappé , mais je trouverai pas inopportun de (re) parler du localisme . notemment par rapport au souvrainisme et à l'européanisme .

    pour sortir de cette europe là , il semble quand même peu probable que les victimes de la crise puissent , dans chaque pays de l'union , inférer les choix de leurs dirigeants afin que l'on retrouve une politique monétaire dans la zone euro , et qu'on s'en serve pour repudier la dette des états( comme le propose werbrouck) .

    si il y a une crispation idéologique sur le souverainisme , les chose semblent bouger plus vite que sur le localisme . le souverainisme , comme le défend sapir , utilisé pour refaire l'europe , sur des bases plus réalistes .

    pourtant je vois bien les nombreux avantages du localisme , notemment celui de casser la dynamique des foules et de l'opiniun en revenant aux échanges de face à face , mais aussi de permettre d'avoir une gestion plus fine et plus réactive de la politique monétaire au niveau local .

    néanmoins, je me permet d'émettre un doute sur la possibilité de s'inscrire d'emblée dans cette voie . qui est déjà insignifiante médiatiquement et sur laquelle pèse de lourds soupçons ( retour au moyen age).

    et je ne comprends pas vraiment pourquoi la mondialisation est irréversible , avec l'effondrement du commerce mondial que l'on constate depuis quelques mois , n'a t'on pas déjà franchi, de fait , le cap de la démondialisation ?

  16. Je suis d'accord sur le fait qu'on ne peut emprunter d'emblée la voie qui semble s'imposer à long terme. Je suis partisan d'une stratégie plurielle car les choses ne se passent jamais comme on le voudrait.

    Je n'ai pas réponse à tout, il faut que je travaille les questions, mais je ne crois pas à une démondialisation car il restera toujours la mondialisation des images et des réseaux, qu'on constate dans les catastrophes comme Haïti. Dès lors que cette mondialisation devrait s'intensifier, il serait étonnant qu'il n'y ait plus mondialisation des marchandises, même si on peut tabler sur un commerce international un peu moins intense. C'est encore un sujet où Yves Cochet est excessif. Si on n'était pas dans le monde de l'information et des réseaux, le souverainisme aurait un sens, il n'en a plus beaucoup. Il n'empêche qu'il faut retrouver des marges de manoeuvre politique à tous les niveaux, national, européen (si l'Europe tient, ce qui n'est pas sûr bien que tout de même probable malgré des trop grands déséquilibres entre économies).

    Ceci dit, je crois que la crise va s'aggraver et qu'on risque de passer par une période très difficile qui créera de nouveaux possibles, difficiles à évaluer pour l'instant.

  17. Ce texte incompréhensible n'apporte strictement rien à l'écologie.

    Les choses sont bien plus simples. L'écologie politique existe mais elle n'est pas médiatique. Cette écologie authentique traverse tous les mouvements déclarés. A coté existe une écologie bidon dont Dany le rouge constitue une des caricatures. Cette écologie bidon traverse aussi tous les mouvements déclarés mais surtout les Verts. Comme ces gens ne sont dangereux qu'en apparence les micros leurs sont grands ouverts. Cela ne donne déjà pas très bonne image mais ne fait que compléter un habillage médiatique fort ancien dont celles de divisions entretenues de l'extérieur et par exploitation de quelques ambitions sommitales.

  18. Il n'est pas question pour moi d'ignorer les problématiques soulevés. Pour ma part, je préfère une réflexion sur les éco système. L'écologie à trop tendance à exclure l'homme.
    Pour ma part je considère que les relations que nouent les hommes avec la nature ne sont pas étrangère aux relations que les hommes nouent entre eux dans le procès de production. La preuve l'engouement pour un capitalisme VERT ??? L'écologie est quelque fois une fuite en avant face au refus de mettre en cause les rapports sociaux.
    Dans beaucoup trop de cas l'action écologique consiste à éloigner la merde de chez nous pour aller l'installer loin de nos yeux en Afrique ou en Asie

  19. Certes, mais c'est bien avec cette écologie que ce texte veut rompre (et tous mes autres textes).

    Ceci dit et bien que je défende l'alternative au capitalisme (dans une économie plurielle), je suis persuadé qu'on aura besoin du capitalisme vert pour le passage aux énergies renouvelables, nouvelle industrie qui devrait prendre le pas sur l'automobile. Cela n'empêche pas de réduire son périmètre et de sortir du salariat.

  20. "On ne peut surestimer ce qui oppose ces différentes écologies puisqu'il y a une complicité avérée de l'écologie avec le libéralisme le plus brutal (Malthus, Spencer), tout comme avec le nazisme (on le répète assez). Il n'est pas question de se mélanger avec des idéologies tellement contraires à nos objectifs."

    Là il y a clairement des relents à la Luc Ferry, ce qui me fait me méfier du reste du texte.

    Je trouve que la thèse "en dehors de mon courant écolo point de salut" est simpliste. On n'est pas loin d'une tentative de récupération du mouvement écolo, qui ne se limite pas, dieu merci, aux verts, aux libéraux ou aux nazis.

    Effectivement, certaines formations politiques devraient abandonner le terme "écologistes", ce serait plus clair pour tout le monde !

  21. Il est un fait qu'il y a une écologie de droite et une écologie fascisante. C'est une évidence même si elle ne représente rien en France où l'écologie profonde gagne un petit peu de terrain depuis le déclin du gauchisme mais reste très marginale. On ne peut le nier sans beaucoup de mauvaise foi mais cela ne nous force en rien à cautionner ces dangereuses régressions. Luc Ferry est un crétin de s'arrêter à cet aspect plutôt dépassé et il a d'ailleurs avoué qu'il ne connaissait rien avant aux mouvements écologistes qu'il a découvert ensuite. C'est le nazi Heidegger surtout qui est visé (et Jonas). L'erreur de Luc Ferry, c'est justement de vouloir mettre tous les écologistes dans le même panier. La plupart des écologistes bien sûr ne connaissent pas Spencer et le darwinisme social, ni Heidegger, peu ignorent quand même le malthusianisme mais il est certain que la plupart des écologistes voudraient que tous les autres écologistes soient comme eux, ce qui est une contre vérité manifeste, de même qu'ils peuvent considérer que Gorz ne parle pas d'écologie, ce qui n'est qu'ignorance de l'histoire de l'écologie et de sa dimension politique. Je ne récupère donc rien du tout (il faudrait se demander qui récupère plutôt), j'apporte la division et la critique, insistant sur la place de la liberté. Ce sont plutôt ceux qui voudraient expulser le courant gorzien de l'écologie qui sont les usurpateurs. Ceci dit, il faut se méfier de mes textes toujours, c'est un sain principe et si on ne veut pas se brouiller les idées, il vaut mieux ne pas me lire, en effet.

  22. Alors là, je suis bien d'accord avec vous, pour ne pas se brouiller les idées mieux vaut ne pas vous lire! J'ajouterais, si on ne veut pas un peu désespérer... C'est trop tard pour moi! Mais le brouillage m'a quand même fait du bien au final. Aujourd'hui, je n'ai plus d'idole écolo, même si moi-même ne suis écolo que par défaut.. J'ai aussi abandonné les décroissants, malgré leurs idées sympathiques, mais dont personne ne veut entendre parler. Faut dire qu'au niveau des solutions à mettre en oeuvre, ou pour expliquer le comment on fait, ils ne sont pas nombreux!... Mais allez savoir pourquoi, mon pessimisme d'aujourd'hui m'est plus supportable que celui d'hier!
    Sinon, j'adhère totalement à ce texte qui m'en rappelle un précédent dont celui-ci doit être une actualisation.
    Voilà, c'est tout. Bonne continuation!...

  23. C'est effectivement une tentative d'actualisation, une remise à l'épreuve, que je vais d'ailleurs sûrement retravailler car il doit paraître dans "écologie et politique" et je ne le trouve pas satisfaisant en l'état.

Les commentaires sont fermés.