Revue des sciences 02/11

<- Revue des sciences précédente | Revue des sciences suivante ->

Revues : Pour la Science - La Recherche - Sciences et Avenir 
Brèves : Physique - Climat - Biologie - Santé - Technologie

Un éléphant mort à 5,5m de hauteur après les flots de boue qui ont déferlé sur le Sri Lanka.

Il y a de quoi se moquer de tout le battage sur la fin du monde en 2012, au moins on sait qu'après 2012 on n'en entendra plus parler mais il serait encore plus idiot de laisser croire que la fin du monde serait chose tout-à-fait impossible alors qu'elle est tout aussi certaine que notre propre disparition, seule la date est impossible à déterminer, ce qui fait toujours de la mort une simple possibilité, en effet. Même si cela ne constituerait sans doute pas une menace pour autant, il est tout aussi téméraire de prédire pour la fin de l'année l'apparition dans notre ciel d'une nouvelle étoile presque aussi brillante que le soleil. Ce serait quand même assez extraordinaire ! Du moins si la supernova n'explose pas en 2011 ni en 2012, elle finira par exploser sans égard pour les superstitions des hommes. Même si c'est beaucoup moins imminent, on peut craindre par contre l'éruption d'un super-volcan comme Yellowstone ou bien, à moindre échelle, un déluge sur la Californie, sans parler du Big One qui menace de plus en plus la région. Nous sommes toujours suspendus sur le vide mais les véritables dangers ne sont pas forcément ceux qu'on croit.

Ainsi, il se confirme de toutes parts la possibilité de passer rapidement aux énergies renouvelables, ce qu'il faudrait accélérer (le facteur limitant étant actuellement le néodymium mais le recyclage et les nanotechnologies devraient y pourvoir). Même si la transition énergétique demandera plus de temps que ne le prétendent les ingénieurs, on peut dire comme Buckminster Fuller, qu'"il n'y a pas de crise de l'énergie, seulement une crise de l'ignorance...". Par contre on a un vrai problème de contrôle du climat avec l'inversion des courants marins malgré une pause dans le réchauffement renforçant les climato-sceptiques. Notre problème, ce n'est pas le pic pétrolier mais qu'il y a trop d'hydrocarbures, notre problème c'est de vouloir exploiter les gaz de schiste notamment. A un tout autre niveau, on peut dire qu'on a un problème aussi avec la saturation des adresses IP qui nous promet une dégradation du web (plus qu'une IPocalypse) par manque d'anticipation là aussi, alors qu'on assiste à une nouvelle bulle sur les média sociaux cette fois. Notre inertie et notre incapacité à réagir à temps est patente en dehors de la pression de l'urgence.

Pour le reste, impossible de parler de tout, il n'y a vraiment pas de pause dans l'évolution "buissonnante" des sciences et techniques. Sans parler d'une physique qui nous fait rêver à des téléportations dans le temps comme à la grande unification. Les dernières prouesses des nanotechnologies laissent entrevoir la réalisation de leurs promesses, dans un avenir pas si lointain, et d'une fin peut-être de l'entropie matérielle ? Au niveau des produits, les appareils photo 3D se généralisent à grande vitesse et on devrait s'attendre au développement des échanges entre mobiles proches (NFC) grâce à leur intégration à Android. On peut consulter le rapport complet (250 pages) du Consu­mer Elec­tro­nics Show avec tous les produits du moment (écrans, robots, accessoires, etc.).


La période récente remet au premier plan le contrôle d'internet. Alors qu'on en doutait fortement à poser la question : Peut-on éteindre l'Internet ?, l'Egypte l'a fait ! Certes sur une courte période, et pas complétement. Cette coupure serait le signe du sous-développement de l'Egypte mais prouve que le potentiel démocratique de la communication l'emporte sur ses capacités de contrôle comme l'avait déjà compris Andropov en son temps, y voyant la fin de l'URSS qui n'a pas tardé. Il n'empêche que, chez nous, le CSA veut imposer le filtrage des sites non labellisés. C'est un processus constant d'essayer d'imposer le contrôle et un filtrage généralisé du net qui pour l'instant a relativement échoué mais progresse malgré tout. L'arrivée du WiFi direct et de réseaux en P2P (de mobiles en mobiles) pourrait rendre ces contrôles inopérants mais nos libertés sont toujours à défendre. Ce n'est pas qu'il faudrait dénier les problèmes posés par la liberté et il serait sans aucun doute très important de se rendre compte qu'à rebours de ce qu'on s'imagine avec un peu trop de complaisance, "nos vices nous réunissent, nos vertus nous séparent" (ce qui explique que l'histoire avance par son mauvais côté mais aussi la supériorité du mauvais objet en politique). Enfin, on a confirmation du rôle ambigu des antioxydants mais on apprend qu'il faut se méfier des "pesticides naturels" des fruits abîmés. Il vaut de relever aussi que le vieillissement de la population se conjugue avec une réduction du nombre de véritables vieillards alors qu'une étude confirme que c'est la machine à laver, plus encore que la pilule, qui a libéré les femmes et les a mises sur le marché du travail...


Pour la Science no 400, Les langues d'Europe


- Les langues indo-européennes, p32

L'article montre surtout la difficulté de reconstituer une évolution buissonnante, l'étude génétique des langues comme des populations laissant ouverts plusieurs scénarios possibles qui peuvent changer selon les endroits entre mélange ou remplacement des différentes vagues de populations.

Longtemps a prévalu l'hypothèse de l'archéologue américano-lituanienne Marija Gimbutas (1921-1994), selon laquelle des peuples de cavaliers nomades originaires des steppes entourant la mer Noire et la mer Caspienne auraient commencé, il y a 6 000 ans au plus, à se répandre par vagues successives en Europe et en Asie.

L'archéologue britannique Colin Renfrew a élaboré à la fin des années 1980 une hypothèse concurrente, selon laquelle les Indo-Européens seraient originaires d'Anatolie. Ils seraient arrivés bien plus tôt, il y a plus de 8 000 ans, et ces colons auraient apporté l'agriculture à une Europe sauvage et faiblement peuplée.

L'étude de B. Bramanti réservait une autre surprise : les agriculteurs de la culture rubanée présentaient une répartition des gènes différente de celle des Européens actuels ; la plupart d'entre eux portaient le variant n1a ou h de l'adn mitochondrial. Le variant h est jusqu'à présent très répandu chez les Européens et même dominant, alors que n1a n'existe presque plus en Europe.

Ce résultat inattendu pourrait indiquer au moins deux grands événements migratoires au Néolithique de l'Europe centrale. D'abord seraient arrivés les peuples de la culture rubanée, qui auraient repoussé des chasseurs-cueilleurs porteurs des variants u4 et u5. Ils auraient ensuite eux-mêmes été repoussés si fortement par une vague de migration ultérieure, que leur type mitochondrial caractéristique n1a aurait pratiquement disparu. Cela correspond davantage à l'hypothèse de Gimbutas de l'immigration de peuples des steppes au début de l'âge du bronze qu'à la thèse de C. Renfrew. Les peuples de la culture rubanée pourraient avoir été les Basques primitifs et ce ne serait que lors de la migration ultérieure que les Indo-Européens auraient atteint l'Europe. Mais ce pourrait être l'inverse... ou ni l'un ni l'autre : en réalité, le tableau est encore plus complexe.

D'une part, la modification de la répartition des différents types d'adn pourrait résulter en partie de la sélection et non de la migration. Des variants mitochondriaux auraient ainsi subsisté ou été éliminés selon l'endroit, sans qu'il y ait déplacement d'individus.

Des différences sont aussi apparues entre les chasseurs et les agriculteurs portugais, mais elles se sont révélées beaucoup moins marquées que celles notées chez les sujets examinés par l'équipe de B. Bramanti. Avant tout, les deux groupes portugais divergent de manière similaire de l'actuelle répartition moyenne européenne des différents types mitochondriaux : le variant j, considéré comme caractéristique du Proche-Orient, est totalement absent.

L'équipe de H. Chandler a comparé les anciens Portugais aux populations actuelles et en a conclu que les chasseurs tout comme les agriculteurs ressemblent, pour ce qui est de leur adn mitochondrial, essentiellement aux Basques, aux Galiciens et aux Catalans. Du moins au Portugal, la première culture néolithique semble ainsi avoir été représentée par une population indigène vivant sur les côtes méditerranéennes occidentales. Dans cette région, on recherche sans doute les Indo-Européens en vain.

D'après la simulation, la première ramification de la langue originelle proto-indo-européenne s'est produite il y a déjà près de 8 700 ans. L'hypothèse de Gimbutas serait donc réfutée. Les peuples de cavaliers des steppes de la Russie méridionale, que Gimbutas considérait comme étant les diffuseurs du proto-indo-européen, ont vécu plus de 2 000 ans trop tard pour être les Indo-Européens originels. Une ramification de l'indo-européen originel il y a environ 9 000 ans est en revanche en accord avec la thèse de C. Renfrew. En Grèce orientale, les premières traces d'agriculture sont décelables à peine plus tard ; elles proviennent de l'Anatolie voisine et c'est précisément là-bas que l'arbre généalogique situe, avec le hittite, la plus ancienne branche des langues indo-européennes.

Il y a toutefois une difficulté. Le hittite n'est attesté qu'au IIe millénaire avant notre ère, des milliers d'années après la diffusion de l'agriculture. L'arbre ne révèle pas si le préhittite parlé il y a plus de 8 700 ans doit aussi être situé en Anatolie.

Lorsque les Hittites commencèrent à y écrire, ils ont immortalisé, en même temps que leur propre langue indo-européenne, celle de l'État de leurs prédécesseurs Hatti, dont ils ont adopté la culture et la capitale. Cette langue n'était certainement pas indo-européenne.

L'indo-iranien, le balte, le slave, le celtique, le romano-italique et le germanique. Toutes ces familles ont une origine commune, qui se situe environ 2 000 ans après la divergence de l'hittite (...) Cela indique des migrations postérieures à la plus ancienne diffusion de l'agriculture. La première des grandes familles actuelles à diverger, il y a 6 900 ans, fut l'indo-iranien. Ont ensuite suivi les familles des langues du Nord-Est de l'Europe, le balte et le slave. Il y a 6 100 ans, le celtique s'est séparé du tronc. Enfin, il y a 5 500 ans, le reste s'est ramifié en germanique et en italique.

On dispose d'un élément qui étaye la présence très ancienne d'Indo-Européens dans la région de la mer Noire : les noms que portent les fleuves qui y coulent. Don, Donez, Dniepr, Dniestr, Danube, tous ces noms ont une racine indo-européenne, qui est le terme du vieux persan et du vieux celtique désignant le fleuve (danu).

Tout cela me fait penser que la civilisation hittite n'est pas assez connue qu'il faudrait plus étudier. La découverte assez récente de tablettes d'écriture cunéiforme devrait nous en apprendre beaucoup sur ce qui apparaît, à l'époque historique, comme une société totalitaire et militariste.

- Une cellule familiale chez Néandertal, p7

Les restes de 12 Néandertaliens trouvés dans le même site du Nord de l'Espagne livrent les premiers enseignements sur le comportement familial de cette espèce humaine.

D'après l'analyse morphologique des fragments, tous datés d'il y a 49 000 ans, le groupe comprenait trois hommes, trois femmes, trois adolescents, dont au moins deux garçons, et trois enfants de deux à neuf ans, de sexe indéterminé. Les restes présentent en outre des marques de cannibalisme, ce qui signifie probablement que les individus ont été tués simultanément ou successivement puis dépecés par d'autres Néandertaliens.

Il ressort que sept individus appartiennent à une même lignée, quatre à une deuxième, et un seul, une femme, à une troisième. Les trois femmes étaient chacune d'une lignée maternelle différente, alors que les trois hommes étaient de la même lignée, ce qui laisse supposer qu'ils étaient peut-être frères, oncles ou neveux. Deux des femmes, non apparentées aux hommes, étaient sans doute leurs partenaires, et l'une d'elles était la mère de deux des enfants. La troisième femme, de la même lignée maternelle que les trois hommes (une sœur ou une nièce ?), aurait mis au monde le troisième enfant.

Il semble que le groupe avait un comportement dit patrilocal, commun aujourd'hui : les femmes quittaient leurs clans pour intégrer ceux de leurs conjoints. Enfin, l'âge des deux jeunes frères suggère qu'ils sont nés à trois ans d'intervalle, un écart comparable à celui observé dans les populations de chasseurs-cueilleurs modernes.

Ajoutons, ce que nous apprend le compte-rendu du livre "Sociologie comparée du cannibalisme" de Georges Guille-Escuret sur l'apparition du cannibalisme en Afrique :

Mais c’est surtout le développement de la traite négrière qui a favorisé l’essor du cannibalisme guerrier, qui n’existait pas jusque là sur ce continent. En effet, certains peuples ont préféré ingérer l’ennemi plutôt que le réduire en esclavage, ce qui serait revenu pour eux à le domestiquer, c’est-à-dire à nier son humanité.


- L'évolution par fusion, p50

Il y a plusieurs définitions du darwinisme. On peut dire que c'est la théorie des petites différences menant à l'arbre de l'évolution. Cet aspect reste pertinent mais a perdu de son universalité au profit d'une évolution buissonnante avec transferts de gènes, fusions, symbioses, "évolution ponctuée" par des sauts (Jay Gould) et des catastrophes, voire par une certaine dose (très faible) d'hérédité des caractères acquis. On peut donc prétendre que le darwinisme est dépassé, même l'ancienne "théorie synthétique de l'évolution". Par contre, ce qui n'a pas changé, c'est le principe de sélection après-coup des organismes en fonction de leur viabilité, de leur capacité de reproduction, des ressources disponibles et des espèces concurrentes. Remettre en cause le darwinisme sur ce point (une causalité qui part du résultat) serait revenir à un finalisme plus ou moins théologique. Il vaut mieux dire que la théorie de l'évolution évolue, selon la dialectique cognitive habituelle où les premières affirmations sont l'objet de négations partielles complexifiant le schéma initial et le débarrassant des anciennes conceptions (religieuses) qu'il gardait encore sans le réfuter vraiment. Si les transferts de gène ne sont dominants qu'au niveau bactérien, les phénomènes de symbiose (mitochondries, etc.) et les différents croisements ou fusions entre espèces rendent difficile de retrouver ce qui serait notre ancêtre dans un arbre généalogique qui se brouille de plus en plus, d'autant que nos bactéries et nos virus devraient être intégrés à notre génome. La vie, c'est le bordel ! Edgar Morin disait déjà cela de la cellule dans son "Journal de Californie" en 1970. Preuve qu'il n'y a pas de plan préétabli, de dessein intelligent dans les interactions du vivant avec le milieu, faisant feu de tout bois dans le plus grand désordre.

Ces dernières années, les généticiens ont par exemple découvert que la plupart des plantes à fleurs sont apparues à la suite de croisements entre espèces, preuve que l'hybridation est une source importante de diversité biologique. De même, on se rend compte aujourd'hui que les transferts de gènes entre espèces sont plus fréquents qu'on ne le croyait. Hybridation et transferts de gènes font apparaître des lignées et des espèces nouvelles.

Après avoir rapidement rappelé comment l'évolution par fusion a été découverte, nous examinerons ses trois principales modalités : la fusion par endosymbiose, l'hybridation et les transferts de gènes. Nous proposerons alors une conception synthétique de l'origine des espèces en tenant compte de ces mécanismes d'évolution par fusion.

Outre la fusion de génomes d'origines différentes par endosymbiose, un autre mécanisme de l'évolution par fusion est l'hybridation, qui croise deux espèces. Ce processus repose sur la fusion de cellules sexuelles et donc de matériels génétiques issus de deux espèces différentes. Contrairement à une idée reçue, elle n'est pas propre aux végétaux, mais elle est également à l'œuvre chez les micro-organismes et les animaux.

Ainsi, l'étude des plantes à fleurs, ou angiospermes, montre que le génome de leur ancêtre commun, qui poussait il y a 150 millions d'années, résulte d'au moins trois fusions de génomes. Plus d'une vingtaine d'autres fusions ont eu lieu par la suite au cours de la diversification des lignées d'angiospermes. Cela explique les nombres parfois élevés de chromosomes des plantes à fleurs (jusqu'à plusieurs centaines).

On estime que dix pour cent des animaux peuvent s'hybrider avec une autre espèce (25 pour cent chez les plantes).

En revanche, les transferts sont peu fréquents chez les animaux, car les cellules sexuelles, seules à transmettre les gènes, sont à l'abri de l'environnement et ne reçoivent quasiment pas de gènes. Seuls certains virus sont capables de les atteindre, et d'y introduire leur génome : les rétrovirus aujourd'hui intégrés dans le génome humain représentent près de dix pour cent des gènes de l'homme.

Cette notion d'évolution par fusion fait donc évoluer le darwinisme, tant quant au mécanisme d'apparition des espèces, qu'en ce qui concerne le rythme de l'évolution. En outre, il réintroduit une forme d'hérédité des caractères acquis, car une bactérie ou des gènes acquis par l'un des mécanismes fusionnels persistent dans la descendance.

Il y a même des transferts d'ADN humain dans des bactéries. On pourrait ajouter la découverte récente d'un mécanisme d'explosion et de recomposition des chromosomes, dont l'effet est presque toujours cancéreux mais qui pourrait, exceptionnellement, produire des mutations radicales ? Le fait qu'on ait conservé des mécanismes très archaïques ne va pas dans ce sens. S'il y a malgré tout un arbre de la vie, fut-il buissonnant, c'est parce que la vie vient toujours de la vie, car c'est très compliqué la vie, il n'y a pas de génération spontanée et très peu d'inventions radicales. C'est pourquoi les systèmes complexes avancent presque toujours pas à pas pour ne pas tout casser même s'il y a de très rares mouvements de réorganisation radicale, plutôt des simplifications brutales (destructions créatrices), mais on ne peut progresser qu'à partir de l'existant, "tenir le pas gagné" comme disait Rimbaud, ce pourquoi la complexification prend du temps, le temps que l'improbable se produise (la néguentropie du vivant comme de la gravitation).

- Une théorie géométrique du tout, p69

Du dossier sur la grande unification de la physique, on peut se passer de l'entretien avec Steven Weinberg, tout comme de l'article de Stephen Hawking et Leonard Mlodinow qui n'apportent rien. Paradoxalement, le plus intéressant, c'est l'article du "surfeur" Garrett Lisi dont on avait déjà parlé en 2007 et qui est pourtant beaucoup plus discutable. Ce n'est pas que j'y comprenne grand chose mais il répond au moins à l'objection principale qui avait été formulée contre sa tentative d'unification par le groupe de Lie car, selon Sidney Coleman, "il n'est pas possible de mélanger les symétries d'espace-temps avec les symétries des théories de jauge de Yang-Mills, au moyen des groupes de Lie à cause des transformations de Lorentz". La réponse serait que le groupe de Lie ne décrirait que l'univers avant le Big Bang, avant sa création qui introduirait une rupture de symétrie !

Lee Smolin s'est intéressé à cette théorie car elle dérive d'une théorie plus ancienne dont il témoigne dans son livre ("Rien ne va plus en physique") à quel point elle lui paraissait absolument convaincante avant de devoir l'abandonner par manque de confirmation expérimentale. Comme on disait dans notre compte-rendu :

Une autre tentative, à laquelle il semblait difficile de ne pas croire, s'appelait SU(5) et se voulait une extension du modèle standard de l'Electro-Dynamique Quantique qui avait réussi à unifier les 3 forces de l'électromagnétisme, de l'interaction faible et de l'interaction forte, ce qui se note SU(3), grâce au "principe de jauge", expliquant leurs différences par une "brisure spontanée de symétrie". La symétrie SU(5) qui unifiait quarks et leptons (électrons ou neutrinos) impliquait des mécanismes de transformation de l'un en l'autre et donc une instabilité du proton qui ne s'est pas vérifiée par l'expérience pour l'instant (même si la probabilité en était très faible de l'ordre de 10 puissance 11 ans, on aurait dû l'observer sur la quantité!). Il souligne, en effet, qu'une leçon de l'unification, c'est qu'elle introduit de l'instabilité, instabilité qui doit être vérifiée dans la réalité pour décider de la validité de la théorie.

"Quand on cherche à unifier des particules et des forces différentes, on risque d'introduire de l'instabilité dans le monde. Cela est vrai parce qu'on introduit des interactions nouvelles, à l'aide desquelles les particules unifiées peuvent se transformer les unes dans les autres". (Lee Smolin, Rien ne va plus en physique, p103)

Mais revenons à l'article de Lisi :

La principale idée géométrique sous-tendant le modèle standard est qu'à chaque point de l'espace-temps sont attachés des espaces mathématiques nommés « fibres », chacune correspondant à un type de particules. L'ensemble formé par l'espace-temps et les fibres rattachées à ses points constitue ce que l'on nomme un espace fibré ou plus simplement un fibré.

Les champs électrique et magnétique présents partout dans notre espace peuvent être représentés par des fibres circulaires. Une fibre circulaire est associée au plus simple des groupes de Lie, qui est noté U(1).

Rappelons qu'un groupe est, en mathématiques, un ensemble dont les éléments peuvent être composés de façon associative, dont un des éléments est neutre (son produit par n'importe quel élément donne cet élément) et dont chaque élément a un symétrique pour cette loi (son produit avec son symétrique donne l'élément neutre). Quant aux groupes de Lie (d'après le mathématicien norvégien du XIXe siècle Sophus Lie), ce sont des groupes à la fois continus (chaque élément peut être approché d'aussi près que l'on veut par d'autres éléments) et lisses (on peut y faire du calcul différentiel).

De façon imagée, on peut donc dire que l'espace fibré de l'électromagnétisme est constitué de fibres circulaires successives attachées à chaque point de l'espace-temps. Chose essentielle, chaque cercle peut tourner un peu sur lui-même par rapport à ses voisins immédiats. Le « champ de connexion » d'un espace fibré décrit la façon dont se correspondent des fibres voisines par ces rotations.

Une onde électromagnétique correspond à une ondulation par rotation de ces fibres circulaires successives dans l'espace-temps. Et un quantum d'une onde électromagnétique est un photon, c'est-à-dire une particule de lumière qui se propage, et qui véhicule la force électromagnétique entre particules chargées.

À chaque type de particules élémentaires correspond une fibre différente. Ainsi, tous les électrons du monde résultent de l'évolution dans l'espace-temps d'un même type de fibre, ce qui explique, entre autres, pourquoi tous les électrons sont identiques. Les fibres de particules électriquement chargées, tels les électrons, s'enroulent autour des fibres circulaires de l'électromagnétisme comme le filetage d'une vis, et cela en proportion de leurs charges électriques (...) Quand deux particules se rencontrent, les enroulements de leurs fibres s'ajoutent.

Il existe deux sortes de fermions, qui se distinguent par leurs hélicités, c'est-à-dire par la façon dont leurs spins (moments cinétiques intrinsèques) s'alignent sur leur quantité de mouvement. Seuls les fermions d'hélicité gauche (spin de sens opposé à la quantité de mouvement) ont des charges faibles (...) Pour les antiparticules, c'est l'inverse : seules les antiparticules d'hélicité droite ont une charge faible.

La première tentative en vue d'une telle théorie a été proposée en 1973 par Howard Georgi et Sheldon Glashow. Ces physiciens ont remarqué que la combinaison de groupes de Lie du modèle standard constitue un sous-groupe du groupe de Lie SU(5). La théorie de grande unification fondée sur SU(5) ainsi obtenue conduit à quelques prédictions spécifiques. Tout d'abord, les fermions y ont exactement les hypercharges qu'ils ont en réalité, ce qui est remarquable.

Une théorie de grande unification apparentée, développée à peu près au même moment, est fondée sur le groupe de Lie noté Spin(10). Elle fournit les mêmes valeurs des hypercharges et de l'angle de mélange faible que SU(5), et prédit en outre l'existence d'une nouvelle interaction, très semblable à l'interaction faible, mais plus faible encore (...) Bien que cette théorie implique une abondance de bosons X (une bonne trentaine), elle suggère aussi que la désintégration du proton se produit à un taux inférieur à celui de la théorie SU(5). Elle reste donc viable à ce jour.

La théorie de grande unification fondée sur Spin(10) montre que les charges des particules s'alignent en quatre cercles concentriques, un motif d'une rare élégance. L'équilibre que présente ce diagramme a une cause profonde : le groupe de Lie Spin(10), avec ses 45 bosons ainsi que sa représentation de 16 fermions et leurs 16 antifermions, font en fait partie d'un seul groupe de Lie très particulier, le groupe de Lie exceptionnel E6 (...) Parmi les groupes de Lie, il y a cinq cas exceptionnels qui se distinguent : G2, F4, E6, E7 et E8.

Le fait que les bosons et les fermions de Spin(10) et du modèle standard collent parfaitement à la structure de E6, avec ses 78 générateurs, est remarquable. Cela suscite une idée radicale. Jusqu'à présent, les physiciens ont toujours pensé que les bosons et les fermions étaient complètement différents. Les bosons sont représentés par des « fibres de force » laissées invariantes par les groupes de Lie associés aux interactions, tandis que les fermions sont représentés par des fibres de type différent qui s'enroulent autour des fibres bosoniques. Et si les bosons et les fermions faisaient partie d'une même fibre ? C'est ce que suggère l'intégration de la théorie Spin(10) dans E6. La structure de E6 inclut les deux types de particules. Autrement dit, les bosons et les fermions peuvent être combinés en tant que parties d'un champ de superconnexion, ce qui constitue une unification radicale des forces et de la matière (...) Mais E6 n'inclut ni les bosons de Higgs ni la gravitation.

Le groupe de Lie des rotations possibles en trois dimensions d'espace et une de temps est Spin(1, 3) – c'est le groupe de Lie de la gravitation. Nous ressentons la force de gravité parce que le champ de connexion spinorielle fait tourner notre référentiel quand nous nous déplaçons dans le temps, ce qui nous attire vers le centre de la Terre.

La charge de spin joue un rôle en gravitation parce que la gravité, par l'intermédiaire du référentiel et de la conne­xion spinorielle, est liée à la géométrie de l'espace-temps (...) La charge de spin spatial d'une particule est son moment cinétique intrinsèque, et sa charge de spin temporel est liée à son mouvement dans l'espace.

Il n'y a maintenant plus qu'à mettre les morceaux ensemble. Avec la gravité décrite par Spin(1, 3) et la théorie de grande unification privilégiée décrite par Spin(10), il est naturel de les combiner en un unique groupe de Lie, Spin(11, 3).

La théorie fondée sur le groupe Spin(11, 3) inclut des blocs de 64 fermions et prédit leur spin ainsi que leurs charges électrofaible et forte. Elle inclut aussi un ensemble de bosons de Higgs. La courbure de l'espace fibré Spin(11, 3) décrit correctement la dynamique de la gravité, les autres interactions et les bosons de Higgs. Elle inclut même une constante cosmologique qui explique l'énergie sombre cosmique. Tout s'éclaire.

Les sceptiques ont objecté qu'une telle théorie devrait être impossible. Elle semble violer un théorème de la physique des particules, le théorème de Coleman-Mandula, qui interdit de combiner la gravité avec les autres interactions en un seul et même groupe de Lie. Mais le théorème a une faille importante : il ne s'applique que lorsque l'espace-temps existe. Dans la théorie Spin(11, 3) (et dans la théorie E8), la gravité n'est unifiée avec les autres interactions qu'avant la brisure de symétrie du groupe de Lie complet, et à ce stade, l'espace-temps n'existe pas encore. Notre Univers commence quand la symétrie se brise, une direction particulière devenant privilégiée dans le groupe de Lie unificateur. À cet instant, la gravitation devient une force indépendante, et l'espace-temps émerge soudain. Ainsi, le théorème reste satisfait. L'avènement du temps correspond ainsi à la brisure d'une symétrie parfaite.

Moi qui n'ai jamais compris pourquoi il y avait des ondes dans le vide, l'idée que ce soit un enroulement autour des lignes de champ me semble intéressante. Par contre je trouve l'idée d'une création du temps absurde bien qu'on puisse en parler comme le passage d'un monde immobile à un monde en mouvement qui reviendrait à l'équilibre ?

- Responsable et coupable, p19
Ivar Ekeland

La thésaurisation par les Banques centrales française et américaine a créé une pénurie artificielle de monnaie, et les prix ont baissé mécaniquement : plus de 30 % entre 1928 et 1932 ! D'où une explosion du chômage (il est plus facile de licencier que de baisser les salaires) et une chute des investissements. Pour sortir de la dépression, les pays quittent l'étalon or, ce qui leur permet de créer de la monnaie, la Grande-Bretagne dès 1931, la France la dernière en 1937, non sans conséquences dramatiques : entre 1930 et 1935, le revenu disponible baisse de 12 %.

Cette brève histoire de la Grande Dépression n'a bien entendu aucun rapport avec la crise actuelle, et seuls des esprits malveillants pourraient rapprocher l'étalon or et la défense de l'euro.

- Attention au froid !

Hervé This nous avertit que les fruits et légumes abimés par le froid, les coups ou les insectes, produisent leurs propres "pesticides naturels" aussi mauvais pour la santé que les artificiels.

Que manger, finalement, avec tous ces dangers? La conclusion semble s’imposer : des fruits et des légumes sains, manipulés avec soin, protégés des insectes, avec aussi peu de résidus de pesticides de synthèse que possible, protégés en partie du brunissement par du jus de citron ou de l’acide ascorbique...



La Recherche no 449, Comment le cerveau apprend


- Stanislas Dehaene, p40

Ce que Chomsky décrit, ce sont des régularités universelles que l'on retrouve dans toutes les langues du monde et qui nécessiteraient selon lui une structure cérébrale préalable. Mais les gênes ne conçoivent pas de mini-modules pré-câblés dans le cerveau humain. Leur action a plutôt tendance de biaiser certaines régions cérébrales afin de faciliter l'apprentissage de certaines fonctions : ces biais génétiques confèrent à chaque secteur du cortex des qualités et des défauts qui lui sont propres.

La structure du langage (sa grammaire, sa géométrie) dépendrait donc plutôt de l'apprentissage, de l'extérieur, le schéma sujet-verbe-objet relevant sans doute de ce que René Thom rapprochait de la prédation ?

- Une asymétrie dans la fission du mercure, p14

- La pression de la lumière soulève des objets de quelques micromètres, p15

- Quel matériau pour les supercondensateurs ?, p33

Ce ne serait pas le graphène mais le charbon activé le plus efficace en "densité massique" pour les supercondensateurs mais cela reste 10 fois moins que les batteries NiMH, l'avenir semble donc plutôt à l'association supercondensateur/batterie et non à la substitution des supercondensateurs aux batteries, ce qui serait pourtant souhaitable pour des raisons écologiques.

Ajoutons qu'il y a quand même des projets prometteurs de batteries à base d'oxyde d'étain-carbone (SiO-C).

- Le nombre de vieillards diminue, p80

Comme souvent Hervé Le Bras est réjouissant à contrer les évidences, sans conteste l'article le plus intéressant d'un numéro terne.

Soit l'on compte la proportion de personnes plus vieilles qu'un âge fixé, soit l'on considère que l'âge auquel on devient vieux recule. Dans le premier cas, le vieillissement, c'est-à-dire l'augmentation de la proportion de personnes âgées de plus de 50 ans, est net. On passe de 22% en 1911 à 36% en 2010 et peut-être 50% en 2050. Dans le second cas, lorsqu'on tient compte du fait que le vieux vieillit, la proportion de vieilles personnes diminue au contraire continûment ! 27% en 1932, 16% en 1945, 13,5% en 1978, 9% aujourd'hui avec le quatrième âge.

La différence entre les deux est le nombre moyen d'années de vie en mauvaise santé : actuellement de 6,2 ans, il tend à diminuer.


- Des mémoires plus rapides en "circuit de course"

Grâce au stockage des données sur de longs rubans magnétiques, les mémoires informatiques vont entrer dans une nouvelle ère. Avec à la clé, des temps d'accès 100 000 fois moins élevés que ceux des disques durs classiques.

Le principe est né en 2004 chez IBM. Il consiste à stocker les informations en orientant l’aimantation d’une succession de domaines magnétiques répartis sur un long ruban d’une centaine de nanomètres de large. Ces domaines sont espacés de quelques dizaines de nanomètres seulement, ce qui garantit une haute densité. Sous l’effet d’un courant électrique, les domaines magnétiques - et donc l’information qu’ils contiennent - défilent le long du ruban, devant des têtes de lecture/écriture fixes de dimensions nanométriques. Il n’y a plus de pièces mobiles, comme dans disques durs, où les plateaux magnétiques tournent et les têtes se déplacent.


Sciences et Avenir no 768, Une nouvelle approche du cerveau


Le dossier sur la numérisation du cerveau est surtout intéressant par la critique d'Yves Frégnac (p52) d'une cartographie statique pour un cerveau plastique en perpétuelle réorganisation (la réification d'un processus). Il est certain que cela fera progresser malgré tout notre compréhension du cerveau dont le fonctionnement reste très mystérieux et les performances très éloignées de toute intelligence artificielle.

- Créer de la matière à partir de presque rien, p32

Des milliers de paires de particules-anti-particules pourraient être créées en cascade à partir d'un seul électron et d'un laser extrêmement puissant. Il faut quand même de l'énergie...

- Une imprimante 3D de plats de nourriture, p34




Brèves et liens



Physique


cosmologie, astronomie, physique quantique

- Un deuxième soleil à la fin de l'année ?

Il parait qu'il ne faudrait pas en parler, que ce serait se faire peur pour rien mais je ne vois pas pourquoi il faudrait taire une nouvelle du mois, sujette à caution comme toutes les nouvelles du mois.

Certes l'article est un peu trop racoleur, ce serait plutôt une deuxième lune si l'on veut, ou plutôt comme l'étoile de Bethléem brillant dans le ciel quelques semaines durant pendant lesquelles nos nuits seraient claires comme le jour, assez remarquable en tout cas pour qu'on évoque sa possibilité même s'il est prématuré d'en donner la date. En effet, la nouvelle, c'est qu'on a observé la contraction d'une géante rouge, Betelgeuse dans la constellation d'Orion (voir aussi techno-sciences bien que ces liens ne parlent pas de cette prédiction). Cela pourrait être le signe de son explosion prochaine en supernova avant la fin de l'année (maintenant on parle de 2012, ce qui est possible aussi et frappe plus les esprits). On argue avec raison que cela pourrait n'être qu'une simple variation cyclique mais il n'y a pas beaucoup d'arguments pour cela. La seule chose qu'on peut dire c'est qu'on est dans les hypothèses plus que dans les certitudes à ce stade. En tout cas si l'étoile d'Orion explosait en supernova, il y aurait une étoile très brillante dans notre ciel éclairant la nuit comme le jour plusieurs semaines durant ! Intéressant à savoir, non ? Normalement, la probabilité de ce genre d'événement se compte plutôt en millions d'années mais si le processus final était effectivement déjà amorcé (ou plutôt s'il avait déjà eu lieu, il y a plus de 1300 ans et qu'on n'en recevait l'énergie que maintenant) cela pourrait être pour bientôt ?

La nébuleuse d’Orion, aussi connue sous le nom de Messier 42, est l’un des objets célestes les plus faciles à reconnaître et l’un des mieux étudiés. C’est un énorme complexe de gaz et de poussière où se forment des étoiles massives et c’est la région de ce genre la plus proche de la Terre. Le gaz lumineux y est si brillant qu’elle peut être vue à l’œil nu et c’est un paysage fascinant quand on l’observe au télescope. Malgré son caractère familier et sa proximité, il y a encore beaucoup à apprendre sur cette nurserie stellaire. Ce n’est par exemple qu’en 2007 que l’on a constaté qu’elle était plus proche de la Terre que ce que l’on pensait: 1350 années-lumière au lieu de 1500 années-lumière.

Betelgeuse, appelée aussi Alpha, est pourtant située, par wikipédia par exemple, entre 430 et 640 années-lumière de la Terre. Il parait qu'il n'y aurait pas à craindre de sursauts gamma ravageurs (pouvant éventuellement supprimer la vie sur Terre, comme on a vu le mois dernier), ils seraient du moins trop atténués par la distance sans doute ? Il me semble qu'on ne peut exclure cependant que cela puisse déstabiliser quelques orbites d'astéroïdes susceptibles d'impact avec notre planète (comme il y a 41 000 ans, 34 000 ans, 13 000 ans). Il ne s'agit pas de se faire peur, juste de savoir dans quel monde on vit et que ce n'est pas impossible, les catastrophes cosmiques étant relativement courantes même si nous en avons été exceptionnellement épargnés jusqu'ici. Nous vivons dans un univers dangereux la seule chose qui nous protège étant les échelles de temps gigantesques nous permettant de vivre et nous développer dans les intervalles statistiques (considérables) mais on ne peut toujours passer entre les gouttes...

- M87 un trou noir géant à 50 millions d'années lumière

Il est plus grand que notre système solaire mais là, c'est quand même très loin ! On espère surtout tester le fait que les trous noirs existent vraiment, ce qui n'est pas encore expérimentalement prouvé...

- Mise à jour des signes astrologiques

Du coup, il y a même un nouveau signe, le serpent !

Capricorne: Du 20 Janvier au 16 Février.
Verseau: Du 16 Février au 11 Mars.
Poissons: Du 11 Mars au 18 Avril.
Bélier: Du 18 Avril au 13 Mai.
Taureau: Du 13 Mai au 21 Juin.
Gémeaux: Du 21 Juin au 20 Juillet.
Cancer: Du 20 Juillet au 10 Aout.
Lion: Du 10 Aout au 16 Septembre.
Vierge: Du 16 Septembre au 30 Octobre.
Balance: Du 30 Octobre au 23 Novembre.
Scorpion: Du 23 au 29 Novembre.
Ophiuchus ( Serpentaire ):* Du 29 Novembre au 17 Décembre.
Sagittaire: Du 17 Décembre au 20 Janvier.

- Téléportation dans le temps

Jusqu'ici, l'intrication liait deux particules dans l'espace, on pourrait lier aussi des particules dans le temps, avec pour conséquence paradoxale de particules "reliées instantanément dans le temps" ! La téléportation fournirait un raccourci vers le futur en sautant l'entre-deux (idéal pour attendre son train !).

Même Gizmodo en a parlé !

- Téléporter de l'énergie

Dans la sélection des meilleurs articles de 2010 par Technology Review, celui-ci m'avait échappé et semble plein de promesses. La mesure d'une particule intriquée revient à injecter de l'énergie qui peut se récupérer dans la réception de l'autre particule.


- Une explication topologique de l'intrication et de la non-localité

Pas compris grand chose mais semble intéressant.

- Energie noire et matière noire unifiées par le principe holographique

L'article semble un peu court par rapport à son ambition mais le principe holographique me semble intéressant et, y introduire la constante cosmologique est d'autant plus justifié qu'elle pourrait s'expliquer par "l'énergie du vide" telle qu'on peut la mesurer.

En utilisant une nouvelle version du principe holographique, un terme constant a été introduit, ce qui conduit à une bonne description du modèle standard cosmologique LCDM, tout en unifiant sous le même concept les phénomènes de matière sombre et d'énergie sombre. Le modèle obtenu améliore les résultats des modèles holographiques précédemment considérés. L'inclusion d'un terme constant est interprété comme relevant de la "coupure infrarouge" qui est associée à l'énergie du vide, menant à un scénario d'évolution qui s'adapte parfaitement aux observations astrophysiques. Le modèle permet de reproduire le modèle standard LCDM sans introduire explicitement la teneur en matière, mais en utilisant uniquement des quantités géométriques.

- Le quantique rejoint le numérique en fiabilité

Il s'agit de l'amplification d'un signal optique sans ajouter aucun bruit, progrès comparable au passage de l'analogique au numérique fondé sur le caractère discret du photon et qui pourrait ouvrir la voie aux communications quantiques ainsi qu'à l'ordinateur quantique.

"Notre amplificateur semble violer les lois de la mécanique quantique. Le résultat est basé sur des techniques que nous avons mises au point, d'addition et de soustraction contrôlée de simples photons, les particules fondamentales et indivisibles dont est composée la lumière."

Cette recherche permettra notamment d'effectuer de nouveaux types de mesures ultra-sensibles, de réaliser des répétiteurs quantiques pour reconstruire les impulsions les plus faibles des réseaux de communication et d'amplifier le fameux "entanglement", la forme particulière de corrélation entre particules distantes qu'Einstein ne réussissait pas à admettre mais qui est pourtant à la base des concepts les plus avancés d'ordinateurs quantiques.

- De l'anti-matière dans les orages

Des flashs d'électrons et de positrons, montant vers le haut de l'atmosphère, ici représentés en jaune sont produits par des processus d'accélération dans certains nuages.

Le satellite Fermi traque les sources de rayons gamma dans l’univers. Il vient pourtant de révéler que de l’antimatière pouvait être créée à l’occasion des centaines de flashs gamma journaliers, bien terrestres, se produisant lors de violents orages.

On sait que les nuages peuvent parfois se comporter comme des accélérateurs de particules. Certains éclairs s’accompagnent alors de l’émission de flashs de rayons gamma connus en anglais sous le nom de Terrestrial Gamma-ray Flash ou TGF pour flashs gamma terrestres.

Pour comprendre comment cela a pu se produire, il faut savoir que les champs électriques dans les nuages peuvent être si intenses qu’ils provoquent l’accélération d’électrons à des vitesses proches de la lumière en direction du haut de l’atmosphère. Heurtant des atomes et des molécules, ces électrons les ionisent et entraînent avec eux les électrons produits qui sont accélérés à leur tour. Le résultat final est donc une production assez importante d’électrons par avalanche.

Certains de ces électrons passent suffisamment près des noyaux d’atomes pour que se produise une émission de rayons gamma selon le processus bien connu de Bremsstrahlung ou rayonnement de freinage. Certains photons gamma sont assez énergétiques pour qu’il y ait production de paires de particules et d’antiparticules, des électrons et des positrons.

- De nouvelles formes de matière découvertes par mathématique

Des liaisons entre atomes pourraient prendre des topologies exotiques donnant de nouvelles formes de matière, hyperstructures, noeuds borroméens, etc.

- L'aimantation du carbone

Depuis quelques années, les physiciens du solide ont découvert que l’on pouvait aimanter du carbone dans certaines conditions. À leur grande surprise, ils s'aperçoivent maintenant qu’il n’est pas nécessaire d’utiliser des faisceaux de protons : un simple champ magnétique suffit. Une avancée qui peut ouvrir des perspectives en nanosciences.

Une seconde surprise attendait les chercheurs. Les analyses détaillées de ce que qui se produisait dans le graphite ont montré que l’aimantation était aussi forte que dans du nickel ! La grosse différence, expliquant la faiblesse du ferromagnétisme découvert, est que la polarisation magnétique ne se produisait qu’à la surface du graphite.

Dans les expériences sans faisceaux de protons, les physiciens ont montré que, là aussi, la présence d’atomes d’hydrogène s’étant liés à la surface du carbone expliquait l’apparition du ferromagnétisme.

- Nouvelles propriétés du graphène plié (ou ''grafold'')

Une nouvelle électronique très prometteuse à partir du graphène plié dont les propriétés sont différentes d'une simple feuille de graphène. Le molybdène est aussi un concurrent sérieux car moins coûteux.

- Les nanotechnologies permettent de produire le si rare palladium

Les nanotechnologies tiennent leur promesse de produire les matières les plus rares et coûteuses comme le palladium utilisé dans de nombreux composants électroniques et dont on ne doit plus craindre l'épuisement.

Il suffirait de nébuliser le rhodium et l’argent pour les combiner en palladium. Normalement ces deux éléments chimiques se combinent aussi mal que l’eau et l’huile.

Le procédé est applicable à d'autres alliages.


Par ailleurs de nouveaux aimants nanostructurés permettraient de réduire drastiquement la quantité de terre rare utilisée (néodyme) notamment dans les moteurs électriques et les éoliennes. Plus généralement, les nanotechnologies sont indispensables aux énergies renouvelables.


- La plus grosse molécule

Ce qui est intéressant, c'est la méthode de polymérisation permettant d'étendre à volonté cette molécule arborescente en ajoutant des "wagons".

- La plupart des planètes sont invivables

Rien de bien neuf mais les premières 500 planètes découvertes se révèlent invivables, la probabilité de conditions aussi favorables que sur Terre est très faible, renforçant l'hypothèses qu'on serait seuls dans l'Univers, au moins dans notre proche banlieue.

Les systèmes extrasolaires sont beaucoup plus diversifiés que nous ne l'attendions, et très peu sont susceptibles d'abriter la vie.

Tout espoir de contact doit être limitée à une bulle relativement petite de l'espace autour de la Terre, qui s'étend peut-être sur 1250 années lumière à partir de notre planète, où des extra-terrestres pourraient être en mesure de capter nos signaux ou envoyez-nous les leurs.

Mais la communication prendrait de toutes façons des décennies voire des siècles...

Cela ne veut pas dire qu'il n'y aurait de vie que sur Terre.

- Belles images de Saturne


Climat


Climat, écologie, énergies

- Atlas des futurs du monde en 2033

Démographie, alimentation, eau, énergies, climat, ressources.

- La nuit polaire raccourcie de 2 jours

Le soleil aurait dû se lever le 13 janvier dans la contrée, achevant ainsi une « nuit » d'un mois et demi (hiver), mais il a eu 48 heures d'avance. On pense donc que la fonte des calottes polaires aurait permis au soleil de se lever plus tôt.

- 2010 record ou pause dans le réchauffement ?

En 2010, la température globale à la surface de la Terre a de nouveau atteint un niveau record : il s’agit de l’année la plus chaude depuis 1880, à égalité avec 2005.

On voit bien qu'on est ici dans le plus froid et que le Canada est dans le plus chaud. Voir aussi Futura-Sciences.

C'est cependant contesté, 2010 pourrait être un peu moins chaude que 1998 même si la marge d'erreur est grande cela confirme un plateau de plus de 10 ans, une stabilisation des températures sans doute provisoire mais qui est une bonne nouvelle quand même, surtout si ça dure encore 20 ans.

La pause du réchauffement qui dure depuis plus d'une décennie renforce l'hypothèse d'une influence majeure des oscillations océaniques multidécennales sur le climat. 2010 ressemble à 1945.

Il y a une tendance de fond au réchauffement à l'échelle du siècle, mais la progression est sinusoïdale, avec une périodicité d'environ 60 ans (pics: ...1880, 1940, 1998 ...). Si l'hypothèse océanique se confirme, nous devrions connaître une période de stagnation voir de légère diminution de la température durant une trentaine d'années.

- Réchauffement: 20% de la population mondiale aura faim d'ici 2020

Dès 2020, un cinquième de la population mondiale sera confronté à la faim en raison du réchauffement climatique, lit-on dans un rapport du Fonds pour l'environnement mondial.

La population mondiale augmentera de 900 millions de personnes au minimum pour s'établir à 7,8 milliards de personnes.

La pénurie alimentaire sera causée principalement par le changement de température et par la dégradation de l'accès à l'eau potable. La chute des récoltes dans plusieurs pays due aux changements climatiques entraînera à son tour une baisse de la production de blé, de riz et de maïs. 35% de toutes les céréales étant destinées à l'alimentation du bétail, les analystes s'attendent également à un déficit de viande.

Je ne crois pas à ces projections très hasardeuses mais c'est du moins ce qu'il faudrait absolument éviter même si on ne peut prédire avec assez de précision les conséquences régionales du réchauffement.

- L'inversion des courants marins

Des biochimistes et océanographes de Suisse, du Canada et des Etats-Unis ont pu observer que le courant océanique froid du Labrador, qui descend le long de la côte Ouest des Etats-Unis, avait perdu de son influence au profit du Gulf Stream, courant chaud qui remonte vers le Nord. C'est en étudiant les coraux qu'ils ont découvert la preuve de cette modification des courants océaniques de l’Atlantique, un changement qui est qualifié de « radical » depuis les années 1970. Ce phénomène pourrait avoir des conséquences importantes sur le climat.

On avait déjà noté l'année dernière qu'un nouveau bras du Gulf Stream réchauffait le Groenland.

- 9 jours, 687 km : record de natation pour une ourse polaire

Une ourse polaire a nagé pendant plus de 9 jours sans s’arrêter (232 heures exactement) et parcouru 687 kilomètres avant de retrouver la banquise. Pour les scientifiques qui la suivaient grâce à un collier GPS depuis deux mois, c’est un véritable exploit et en même temps un signal d’alarme.

- Les catastrophes ont fait 295.000 morts en 2010, du jamais vu depuis 1983

Dominées par le séisme en Haïti, les catastrophes naturelles ont été particulièrement dévastatrices en 2010, avec 295.000 morts et 130 milliards de dollars de dégâts, bien davantage que la moyenne des 30 dernières années.

L'année passée fut la plus meurtrière depuis 1983 et la sécheresse en Ethiopie qui fit 300.000 morts, selon le groupe allemand Munich Re, grand nom de la réassurance dont le rapport annuel publié lundi fait référence.

Au total, 950 catastrophes naturelles ont frappé la planète, un chiffre bien supérieur à la moyenne de ces trente dernières années (615 catastrophes annuelles, 66.000 morts par an, 95 milliards de dollars de dégâts).

En termes de victimes, arrivent ensuite la vague de chaleur et de feux de forêts de l'été en Russie (56.000 morts), et le tremblement de terre d'avril en Chine (2.700 morts).

Côté pertes matérielles, le séisme en février au Chili, qui a causé 30 milliards de dollars de dégâts et fait 520 morts, fut le phénomène le plus dévastateur, suivi des inondations de juillet à septembre au Pakistan (9,5 milliards de dollars de dégâts et 1.760 morts).

L'un des évènements qui a le plus retenu l'attention des médias, l'éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull en avril, a paralysé le trafic aérien européen pendant des semaines et fini par coûter "des milliards" aux compagnies aériennes.

Voir aussi Futura-Sciences.

- Risque de déluge en Californie


Un jour, la Californie pourrait être submergée par les flots, selon un scénario qui s’est déjà produit à plusieurs reprises.

Entre 1861 et 1862, rappellent les scientifiques, la Californie a connu une succession de tempêtes dévastatrices et il semble bien que de tels événements s’étaient déjà présentés dans le passé. Les climatologues estiment qu’ils se produisent tous les 100 ou 200 ans, « ce qui met le niveau de risque au niveau de celui du séisme majeur qui pourrait être provoqué par la faille de San Andreas ».

On ignore l’origine des tempêtes exceptionnelles de l’hiver 1861-1862 mais on connaît les mécanismes qui apportent régulièrement de fortes pluies sur la côte ouest des États-Unis. Cette arrivée d’une forte humidité maritime est parfois qualifiée d’« ananas express ». Elle est due à des cyclones extratropicaux qui emportent l’air humide du Pacifique sur les côtes de l’Amérique du Nord. Cette circulation à grande échelle draine des courants atmosphériques très riches en eau, appelés rivières atmosphériques, atmospheric river, ou AR, en anglais.

Ce scénario catastrophe décrit des murs d’eau de trois mètres, des pluviométries se mesurant « en pieds plutôt qu’en pouces » et des épisodes de pluie dépassant le mois. Des milliers de kilomètres carrés seraient submergés, noyant villes et campagnes, mettant à mal l’industrie et l’agriculture, et les inondations contraindraient des millions de personnes à quitter leurs maisons. Au final, la Californie serait à peu près dévastée.

- L'Histoire, reflet du climat?

Les périodes de chaleur et d’étés humides, conditions idéales pour l’agriculture, concordent avec les ères stables et prospères, comme l’apogée de l’Empire romain ou les années de paix du début du Moyen-âge, entre 1.000 et 1.200 ap. J.-C.

A l’inverse, les catastrophes climatiques riment souvent avec renversements de régimes ou invasions. Les invasions barbares du 3e siècle ap. J.-C. dans l’Empire romain coïncident ainsi avec de sévères sécheresses en Europe. Vers 1.300, des hivers très froids et des étés trop pluvieux ont apporté des famines et favorisé la propagation de la peste.

«Le résultat marquant de cette étude est que les conditions climatiques sont souvent associées à des bouleversements dans la société, comme la Peste noire»

- Le manque d'oxygène cause des extinctions du Cambrien et du Permien

Il y a environ 540 millions d'années, la période du Cambrien a vu quelque chose d'étonnant arriver : la multiplication des créatures multicellulaires et de manière générale, de nouveaux types d'animaux.

Par contre, quelques millions d'années plus tard, toute cette magnifique diversification s'est arrêtée net. Il y a 499 millions d'années de cela, de grandes portions d'océan n'avaient presque pas d'oxygène mais beaucoup de sulfure d'hydrogène.

Cela a coïncidé avec l'extinction des célèbres trilobites qui dominaient les océans. D'après une étude toute récente, le manque d'oxygène combiné au toxique sulfure d'hydrogène aurait achevé beaucoup d'animaux du Cambrien. On pense que quelque chose de similaire a provoqué l'extinction massive il y a 251 millions d'années (Permien).

- La combustion du charbon aurait participée à l'extinction du Permien

- Une forêt momifiée témoigne de la vitesse de la glaciation

Contrairement à ce que racontent les climato-sceptiques (si ce n'est le GIEC lui-même) on ne peut compter sur l'inertie du climat qui n'est pas si grande, des basculements pouvant se faire en quelques dizaines d'années.

Les arbres auraient vécu il y a 2 à 8 millions d'années, à l'époque du néogène. La forêt aurait été ensevelie rapidement par des glissements de terrain, la privant ainsi de l'eau et de l'oxygène qui aurait pu la décomposer.

Les plus vieux spécimens avaient environ 75 ans. Leurs anneaux de croissance étaient très serrés et leurs feuilles assez petites.

« Ces arbres ont vécu à une époque particulièrement difficile dans l'Arctique », explique Barker. L'île d'Ellesmere est passée rapidement d'une période tiède à une période de glaciation, ce qui explique la faible croissance des arbres.

- Faire pleuvoir dans le désert

La firme suisse Metro Systems International, créée par Helmut Fluhrer, a installé dans le désert une centaine d'ionisateurs géants répartis sur cinq sites. Ils ressemblent à d'immenses palmiers dont les feuilles métalliques émettent dans l'atmosphère des milliards de milliards de particules ionisées (en général des électrons). Ils ne fonctionnent pas en permanence, seulement quand l'humidité dans la haute atmosphère, où se forment normalement les nuages, dépasse 30 %.

Une fois dans l'air, les particules ionisées agglomèrent autour d'elles de microscopiques grains de poussière, avant de s'envoler vers le ciel, entraînées par la convection naturelle. Une fois l'altitude de formation des nuages atteinte, ces poussières chargées négativement font leur boulot habituel : elles condensent sur elles l'humidité atmosphérique jusqu'à former de grosses gouttes qui n'ont alors plus aucune autre idée en tête que de se précipiter sur le sol.

N'oublions pas qu'Abou Dabi est près de l'océan, qui fournit en permanence de l'humidité. Il n'est pas dit qu'au coeur du Sahara, les ionisateurs trouvent suffisamment d'humidité dans l'atmosphère.

L'expérience est très contestée, notamment dans Sciences&Avenir.

- Des forêts dans le désert

- Un système de climatisation qui fonctionne à l'énergie solaire

Des miroirs paraboliques cylindriques concentrent le rayonnement solaire vers un tube situé au foyer des miroirs et dans lequel circule de l'eau. Celle-ci est ainsi chauffée puis vaporisée. La vapeur est alors utilisée comme source de chaleur par un réfrigérateur à absorption de gaz. Ce dernier produit de l'eau froide qui alimente le système de climatisation.

La compagnie prévoit de commercialiser son système à partir de 2015 mais au prix de 46 millions d'euros ! Ce n'est pas un système individuel.

- Des fuites dans le stockage de CO2

Ils affirment que du gaz carbonique s'échappe du fond de leur étang et que des animaux en sont morts. Selon un reportage du Globe and Mail, ils affirment cela depuis des années. Ils décrivent le gaz qui s'échappe «comme si on avait secoué une bouteille d'eau gazeuse». Il monte parfois en brusques bouffées qui font des trous dans les parois de leur étang.

L'enfouissement n'est qu'une bombe à retardement !

- La Chine affirme pouvoir désormais retraiter le combustible nucléaire usé

La technique, mise au point par le groupe public China National Nuclear Corp, permet la réutilisation de combustible nucléaire irradié.

"Les réserves prouvées chinoises en uranium ne doivent durer que 50 à 70 ans", mais avec cette découverte "cela devient 3.000 ans".


- Une mégalopole chinoise de 42 millions d'habitants

Pour optimiser les communications, la mégalopole regrouperait toutes les villes du delta proche de Hong Kong et serait d'une taille comparable à la Suisse.

- L'efficacité énergétique contre-productive ?

Je le dis depuis longtemps, les économies d'énergie ne sont utiles que dans la transition énergétique et sont contre-productives sinon car elles augmentent la consommation globale. La seule solution, c'est le passage aux énergies renouvelables malgré pas mal d'écologistes. Réduire sa propre consommation ne sert à rien qu'à se déculpabiliser.

Pire, nos efforts pour limiter notre consommation à une échelle individuelle nous détournent de la dynamique macroéconomique en cours. Comme le dit David Owen : “c’est comme tenter d’analyser le climat mondial avec un seul thermomètre”.

Cela s’explique par deux phénomènes : l’effet de rebond et le paradoxe de Jevons.

L’effet de rebond est simple : une efficacité accrue et un coût réduit encouragent une plus grande consommation. On a tendance à penser que l’effet de rebond aurait un effet la plupart du temps assez limité.

Plus préoccupant est le paradoxe de Jevons qui induit qu’une plus grande efficacité énergétique à un niveau micro a pour effet de générer une plus grande consommation énergétique à un niveau macro, car à mesure qu’on réduit le cout énergétique d’un produit ou d’un service, on le rend accessible au plus grand nombre.

En moins d’un demi-siècle, l’efficience accrue et la baisse des prix ont contribué par exemple à pousser l’accès à la climatisation. Après avoir conquis les Américains, même les plus pauvres, la climatisation a triplé en Chine depuis 1997 et elle devrait décupler en Inde d’ici 2020. Selon une étude de 2009, les climatiseurs représenteraient quarante pour cent de la l’électricité consommée dans l’agglomération de Mumbai.

Promouvoir l’efficience énergétique ne fait courir aucun risque politique, puisqu’elle ne demande aucun sacrifice, contrairement au plafonnement des émissions, à une taxe sur le carbone, ou à l’investissement massif dans des installations d’énergies renouvelables. Nous n’avons cessé d’améliorer l’efficacité énergétique depuis des siècles, c’est d’ailleurs la façon dont nous avons créé le problème qu’il nous faut désormais résoudre.

Une nouvelle étude vient le confirmer. Il n'empêche que les économie d'énergie pourraient représenter 70% de notre consommation, c'est donc essentiel dans la période de transition quand on doit faire face à la pénurie.

- 58KM2 de panneaux solaires seraient suffisant pour produire toute l'électricité mondiale !

La surface de cellules PV nécessaire est donc de : 29000/500 = 58 km2 = carré de 7,6 km de coté (POUR LE MONDE ENTIER !). C'est la moitié de la surface de l'île d'Oléron.

Je suis très dubitatif aussi mais on doit surtout retenir que ce n'est pas hors de notre portée.

- 50% de l'énergie mondiale par éolienne ?

On y apprend que le potentiel éolien global (continents + océans) est de 1700 TW (l'humanité utilise aujourd'hui une puissance électrique de 15 TW et une puissance énergétique totale d'environ 100 TW). Si l'on ne retient (pour raisons économiques), que les secteurs continentaux où le gisement éolien est élevé (vitesse de plus de 7 mètres par seconde à 80 mètres d'altitude en moyenne annuelle) ainsi que les secteurs maritimes près des côtes, alors le potentiel éolien est compris entre 72 et 170 TW. Si à présent on tient compte des facteurs sociaux et politiques (facteurs qui ne sont pas insurmontables mais passons), les secteurs où l'on peut concrètement développer l'éolien sans se farcir des groupuscules de grincheux représentent entre 40 et 85 TW.

Les grincheux ont raison, le solaire est préférable mais l'éolien est indispensable à court terme, surtout off-shore.

- L'énergie de la houle pouvant se combiner à l'éolien

L'engin d'un poids de 130 tonnes mesurera 22m de diamètre et 8m de hauteur. Sa principale caractéristique réside surtout dans le fait d'atteindre un taux d'efficacité de conversion de l'énergie des vagues en électricité de 26% alors que toutes les autres technologies affichent entre 10 et 16%.

- Le pompage-turbinage

Dans une zone granitique, la roche est sciée pour former un cylindre (la technologie existe pour découper ainsi la roche dans les carrières). Une chambre est alors crée sous le cylindre. Un joint d'étanchéité est créé au niveau du cylindre (comme avec n'importe quel cylindre hydraulique).

L'eau, en provenance d'un lac (ou de la mer) est pompée vers cette chambre, ce qui soulève le cylindre granitique. Une grande quantité d'énergie est alors stockée de cette manière. Quand on a besoin d'électricité, on ouvre la vanne et l'eau sous pression est utilisée pour produire de l'électricité.

Le système permet un gain surfacique considérable par rapport aux STEP classiques. Quand on injecte de l'eau dans la chambre, non seulement on augmente la quantité d'eau stockée (comme avec le pompage-turbinage classique) mais en plus le cylindre granitique se soulève, ce qui augmente l'énergie potentielle de la masse granitique...

De plus, la masse volumique du granit est 2,6 fois plus élevée que celle de l'eau...

- Une île énergétique

L'éolien et le solaire assistés par une STEP (pompage-turbinage au niveau de l'île-énergie).

La surface de l'île-énergie est recouverte par une centrale photovoltaïque flottante. Cela permet de refroidir les cellules solaires et ainsi d'optimiser leur rendement (le rendement des panneaux PV diminue quand ils chauffent au soleil), mais aussi de gagner de l'espace. Des panneaux solaires et des éoliennes peuvent également être installés sur les berges de l'île. Les éoliennes, placées sur les berges, sont en position haute, ce qui permet de réduire la hauteur de mât et donc de réaliser des économies. Ce système permet d'adapter parfaitement la production éolienne et solaire à la demande des consommateurs. Sur la photo -ci-dessus, le bassin inférieur est tout aussi artificiel que le bassin supérieur : le creusement du bassin inférieur permet de produire une grande partie des matériaux nécessaires à la construction des digues de l'atoll. Ce système est donc réalisable partout, y compris sur les terrains plats, sans relief (Danemark, plaine germano-polonaise, bassin parisien, bassin aquitain etc.). C'est autant de nouvelles zones humides, des écosystèmes dont de nombreuses espèces d'oiseaux raffolent.

- Les recharges rapides ne sont pas écologiques

- Une centaine de station service hydrogène au Japon

- Les carburants alternatifs pourraient remplacer les carburants fossiles en Europe d'ici à 2050

Rapport pour la Commission européenne par le groupe d'experts sur les carburants du futur pour les transports.

- Utiliser les enzymes des vaches pour produire du biofuel

Il vaudrait mieux minimiser les biocarburants mais il est intéressant de voir la supériorité des solutions "naturelles" sur l'ingénierie biochimique.

- Un insecticide vietnamien à base d'ail, de piment et de gingembre

Pour protéger leurs cultures contre les parasites, des paysans du centre du pays utilisent un cocktail efficace d’ail, de piment et de gingembre.

Pour que nous puissions nous en rendre compte de nos propres yeux, Pham Van Biên, un agriculteur du hameau, va chercher dans sa cuisine une poignée de piments, d’ail, d’oignons frais et autres légumes. Il met tous les végétaux dans un mortier, les réduit en poudre, y ajoute de l’eau et une décoction de son et de riz dans des proportions conformes à une formule préétablie. Il verse ensuite le mélange dans un pulvérisateur, puis en asperge les champs de liserons d’eau (Ipomoea aquatica), de rau dên (une espèce d’amarante), de gombos et d’aubergines. Selon Pham Van Biên, depuis qu’il utilise cette préparation, ses cultures maraîchères n’ont plus jamais la visite d’un seul parasite.

- La quiche aux vers, une alternative à la viande

Il n'y a pas que les insectes mais aussi les algues. On en avait déjà parlé mais on n'a pas fini d'en parler, ça vient...


Biologie


évolution, génétique, biodiversité, éthologie, anthropologie, neurologie

- La signature anti-entropique de la vie

Pour détecter toutes sortes de vie, il suffirait de repérer un excès de molécules complexes contrevenant aux lois de l'entropie. C'est malgré tout peu fiable car avec ce critère, il n'y aurait pas de vie sur Mars (ce qu'avait conclu Lovelock) alors qu'il pourrait rester des bactéries en sous-sol dont les effets ne sont pas visibles dans l'atmosphère mais cela permettrait du moins de repérer des planètes ayant une biosphère comparable à celle de la Terre.

- Effondrements économique et écologique

Plus un écosystème est complexe et plus il est résistant au changement car il y a toujours une espèce qui peut occuper la nouvelle niche. Il y a cependant des points critiques, des espèces pivot dont la disparition peut affecter toute la chaîne alimentaire de façon non-linéaire. "Plus les connections sont fortes et moins il y a de différences entre les espèces, et plus on risque un effondrement".

Le rapprochement entre écosystème et économie me semble cependant trompeur car les systèmes complexes artificiels sont au contraire de plus en plus fragiles à mesure qu'ils se complexifient contrairement aux écosystèmes car le processus est très différent, comportant beaucoup plus de médiations dans un écosystème qui intègre différentes temporalités alors que l'économie est trop optimisée pour le court terme ce qui la rend d'une fragilité sans commune mesure. Il est par contre exact que le renforcement des liens entre banques et leur normalisation augmente les risques systémiques, tout comme la globalisation en général. Prendre les effets non-linéaire en compte est indispensable (notamment pour le climat), sauf que c'est à peu près impossible (pouvant être intégrés seulement à un niveau statistique supérieur).

- Télécommander un ver ogm avec la lumière

En améliorant la technique d’optogénétique, un ver peut désormais être téléguidé, rien qu’en appliquant des rayons lumineux colorés sur des cellules particulières.

Mais cela ne fonctionne pas sur n’importe quel ver : il faut préalablement modifier génétiquement certaines cellules en apportant les gènes codant pour la channelrhodopsine ou l’halorhodopsine. Ces deux protéines, en forme de canaux ancrés dans la membrane cellulaire, ont la particularité de s’ouvrir ou de se fermer sous l’influence de la lumière. Alors que la channelrhodopsine s’ouvre sous la lumière bleue, provoquant l’activation de la cellule neuronale, l’halorhodopsine se ferme sous la lumière verte en inactivant la cellule.

L’utilisation des deux protéines dans des cellules particulières et à l’aide de lasers à des longueurs d’onde adaptées offre en théorie un panel de possibilités d’activation et de désactivation des cellules, menant les scientifiques à faire du ver un vrai pantin. En pratique, c’est tout aussi fascinant ! Selon le type de lumière ou les cellules neuronales ciblées, le ver est tour à tour paralysé, forcé à pondre des œufs, à revenir en arrière ou à accélérer.

- Les scorpions de mer géants étaient végétariens ?

C’est peut-être un mythe qui vient de tomber. Les fameux scorpions de mer géants présentés comme les redoutables prédateurs des mers de l’Ordovicien et du Permien n’étaient probablement que des charognards et même des végétariens, si l’on en croit une étude biomécanique portant sur leurs pinces.

Ces soi-disant grands prédateurs qui se sont éteints au cours de l'extinction massive du Permien-Trias, il y a 251 millions d'années, et dont les fossiles ont une répartition quasi mondiale, ne pouvaient probablement pas s’attaquer à des proies de tailles importantes.

Les chercheurs ont déterminé la pression que pouvaient exercer les scorpions de mer Acutiramus avec leurs pinces sans qu'elles ne se rompent. Ils ont découvert que cette pression était de deux à trois fois inférieure à celle nécessaire pour perforer la carapace d'une limule moderne. Une étude plus fine de la jonction entre le corps et les membres portant ces pinces indique qu’il était plus facile pour l'animal de saisir des proies sur le fond que de chasser celles se déplaçant dans l’eau.


- Les premiers dinosaures

L’Eodramaeus était un petit dinosaure à deux pattes mesurant moins de deux mètres qui vivait à la fin du Trias, il y a près de 230 millions d’années. C’est-à-dire à l’époque des tous premiers dinosaures dont les plus anciens fossiles connus remontent aux alentours de 240 millions d’années.

- Un dinosaure qui n'a qu'un doigt

Voilà un dinosaure de la taille d’un gros perroquet (une soixantaine de centimètres de hauteur) qui a la particularité de n’avoir qu’un seul doigt au lieu des trois habituels sur les pattes avant. Linhenykus monodactylus a été découvert en Chine par une équipe internationale de paléontologues, près de la frontière avec la Mongolie, dans la formation de Wulansuhai, vieille de 84 à 75 millions d’années (période du Crétacé).

- Découverte d'un oeuf de ptérosaure

La découverte d’un ptérosaure fossilisé avec un de ses œufs livre des informations sur la stratégie de reproduction des animaux disparus il y a 65 Ma.

Quant à l’œuf, les chercheurs précisent qu’il est relativement petit comparé au corps du ptérosaure et qu'il devait être mou et recouvert d'une membrane. Ils notent qu'aujourd'hui les oiseaux de la taille des ptérosaures produiraient des œufs près de trois fois plus gros que le fossile car la coquille rigide doit contenir toutes les ressources nécessaires au bon développement de l'embryon qu'elle abrite.

La coquille molle fossilisée et ressemblant à un parchemin de l'œuf du Darwinopterus suggère plutôt que les femelles devaient enterrer leurs œufs comme les reptiles, les laissant alors prélever leurs nutriments du sol environnant.

Voir aussi Futura-Sciences qui conteste les conclusions tirées.

- Certains dinosaures pourraient avoir survécu 700 000 ans à la chute de l'astéroïde ?

C'est controversé.

- Des mammouths clonés dans 5 ans ?

En tout cas avant 2018 ? Des biologistes sont très dubitatifs sur la réussite d'un projet considéré comme encore prématuré.

- Des mouches qui se bécotent


L'amour en herbe
envoyé par proscopia. - Découvrez plus de vidéos d'animaux.

- Des corbeaux se servent de brindilles pour tester des objets inconnus

- Symbiose entre une chauve-souris et une plante carnivore

La chauve-souris Kerivoula hardwickii hardwickii trouve refuge dans la feuille conique de la plante carnivore Nepenthes rafflesiana elongata.


- Un chien est parvenu à apprendre 1 022 noms

Le chien, appelé Chaser, a subi un entraînement intensif à raison de plusieurs heures par jour pendant trois ans. Chaser a non seulement été capable de mémoriser les noms de ces 1 022 jouets, comme des balles, frisbees, animaux en peluche, mais aussi de les classer par fonction ou forme, ce que des enfants peuvent faire à environ trois ans.

Les chercheurs attribuent les performances exceptionnelles de mémorisation de Chaser à l'intensité de son entraînement, qui n'a jamais recouru à la distribution de récompenses sous forme de nourriture.

Voir aussi Futura-Sciences.

- Une publicité audible uniquement par les chiens


Une publicité audio s'adressant aux chiens a été conçue pour une compagnie allemande de nourriture pour animaux. Elle fut diffusée pour une première fois entre autres en des lieux fréquentés par des chiens aux abords des boutiques et magasins dans des centres commerciaux. Émise sur une fréquence de 15 kHz, cette publicité n'est perçue que par les chiens. Cette fréquence équivaut à celle des sifflets dont se servent les animateurs dans les centres où l'on forme les animaux. L'émission d'un tel son à chaque fois que l'on prononce le nom de la compagnie, voilà le principe utilisé dans cette publicité subliminale.

Le slogan de cette compagnie Naturia se résume à ces quelques mots, nous comprenons les chiens. Le texte fait la promotion de la marque et redit le mot nature à plusieurs reprises. Les animaux qui cherchent alors d'où provient le son s'arrêtent pour tendre l'oreille à ce spot publicitaire. Ils ressentent alors une certaine excitation. À la vue de la réaction du chien devant la boutique de produits pour animaux, le maître se sentira invité à y entrer pour acheter la nourriture pour son chien. La diffusion de cette publicité se fait près des points de vente des produits Naturia. On a constaté une augmentation de 28% des ventes depuis le lancement de cette campagne publicitaire.

- Neandertal ne venait pas du froid

Le gros nez de Neandertal indiquerait qu'il n'était pas adapté au froid comme on le croyait mais aux pays tempérés, de même qu'il serait plus adapté à la cueillette qu'à la chasse de grands mammifères comme le laissaient croire des fossiles de l'âge glaciaire. Leur extinction pourrait donc être liée au froid bien qu'ils aient survécu à pire mais la présence de nos ancêtres les empêchaient peut-être de se replier au sud ? En décembre, c'est la baisse du champ magnétique qui était mise en cause. En tout cas, c'est vraiment amusant de voir comme l'histoire de Neandertal se réécrit de mois en mois...

- Notre capacité innée à lancer loin aurait été vitale

On savait déjà que les premiers hommes constituaient des stocks de galets pour se défendre des prédateurs mais il y aurait un lien entre cette faculté et le langage, lien que je n'ai pas bien compris mais la supposition que Néandertal était moins habile sur ce plan me semble gratuite. Il semble même qu'il lançait mieux que nous :

Néandertal disposait d'une anatomie adaptée. Il était petit, trapu, massif et très musclé (en moyenne, 90 kg et 1,65 m pour les hommes et 70 kg et 1,55 m pour les femmes) et avait en outre la particularité, de pouvoir effectuer une grande rotation de son épaule, de sorte que son bras pouvait aller beaucoup plus en arrière que celui de l'homme moderne. Il pouvait donc lancer ses projectiles avec beaucoup de force et de vitesse. Ainsi, nul besoin de propulseur. Il l'avait intégré dans le bras


- Une première sortie d'Afrique, il y a 125 000 ans ?

Voir aussi Techno-Science. En fait, on parle même, dans la revue papier Sciences&Avenir (et non dans cette brève) d'hommes au moyen-orient depuis 400 000 ans, avec un petit côté néandertalien mais plus proche de nous peut-être...

- Les premiers hommes ont traversé un Sahara verdoyant

Carte de la région entre -11 000 et -8 000 ans.

Les chercheurs se sont souvent concentrés sur la vallée du Nil comme couloir de passage pour que les humains traversent le Sahara puis quittent l'Afrique, mais cela n'était qu'une hypothèse et on ne savait pas quel niveau d'eau il y avait à l'époque. Si les espèces aquatiques ont pu « traverser » le Sahara à une certaine époque, cela a été aussi permis pour les humains. Il existe aussi des preuves comme quoi le Sahara était verdoyant il y a 125 000 ans de cela.

A cette époque, les hommes naviguaient déjà comme en témoigne la Crète.

- Un film 3D sur la grotte de Chauvet

Cave of Forgotten Dreams from Nate Calloway on Vimeo.

- Un renard apprivoisé il y a 16500 ans ?

Des chercheurs de l'université de Cambridge ont eu une grosse surprise en fouillant les restes d'une sépulture préhistorique dans le nord de la Jordanie. Un renard était enterré avec un humain, avant qu'une partie ne fût transférée dans une tombe adjacente.

Cette sépulture date d'il y a 16500 années, soit 4000 ans plus tôt que la première sépulture que l'on ait trouvé avec un chien enterré en compagnie de son maître, et 7000 ans avec une autre tombe contenant aussi un renard.

Cela pourrait aussi bien être une pratique totémique ou chamanique ?


- Du vin arménien en -4100

Des archéologues utilisant des techniques de biochimie, réussirent à établir la datation d'un vin fabriqué dans le sud de l'Arménie, il y a de cela 6,100 ans. Selon ce que rapporte un chercheur, cette unité de fabrication de vin constitue la plus ancienne jamais répertoriée au niveau mondial. On y retrouva également des pépins de raisins. des résidus de ces fruits qui furent pressés, un appareil rudimentaire pour extraire le jus des raisins, un bassin d'argile ayant servi selon toute vraisemblance à la fermentation, des tessons de poterie imbibés de vin ainsi que, pour boire, une tasse et un bol retrouvés en ces lieux.

Voir aussi Futura-Sciences.


- Notre cerveau rétrécit depuis 30 000 ans

En violet, le lobe frontal (raisonnement, planification, régulation des émotions) raccourcit, diminuant de 6% en moyenne. En jaune, le lobe pariétal (perceptions sensorielles, intégration des signaux auditifs et visuels, mise en relation avec nos souvenirs) s’allonge. En rose le lobe temporal (distinction des tonalités et des sons, formation et remémoration des souvenirs) s’élargit. En vert, le lobe occipital -décodage de l’information visuelle- diminue de 8%. Le cervelet (régulation de la fonction motrice) gagne 5% en surface.

Si la réduction de volume peut être compensée par l'augmentation de surface des plis du cerveau, ne pourrait-on incriminer un processus d'externalisation du cerveau avec les outils techniques, l'écriture et maintenant le numérique ?

Une hypothèse serait une nourriture moins bonne (bien que plus constante) depuis le néolithique.

- Écrire pour mieux se souvenir

Derrida recopiait les livres qu'il lisait mais si j'ai commencé à faire ces revues des sciences, c'est pour cela, parce que j'oubliais tout ce que j'avais lu si je ne le notais pas, mais aussi parce qu'en écrivant je me rendais compte souvent que j'avais compris de travers. En effet, ce n'est pas qu'une question de mémoire, on ne pense vraiment qu'en écrivant (à condition d'écrire lentement), seul moment où l'on peut avoir une véritable réflexion sur ce qu'on écrit en le matérialisant. D'ailleurs l'étude indiquée montre bien que c'est la compréhension conceptuelle liée à la formulation qui permet d'intégrer une information à notre connaissance.

Après l'écriture, il faut dormir pour bien mémoriser, dormir favorisant entre-autres la myélinisation !

- Repérer les criminels au berceau

Les statistiques mettent en évidence un lien entre l'impulsivité des enfants et la criminalité des adultes, de là à vouloir normaliser et stigmatiser les déviants...

- Effacer les peurs de l'enfance à l'adolescence

Lors de l'adolescence, contrairement à ce que l'on a cru pendant longtemps, le cerveau se modifie et subit en particulier des changements qui suppriment les expériences de peur apprises durant l'enfance. Cette récente conclusion permet de comprendre pourquoi les adolescents font tant de « bêtises » parfois.

Il existe deux régions du cerveau associées avec la gestion de la peur : l'amygdale basale et l'hippocampe. Chez les adolescents, on observait un niveau d'activité inférieur dans ces régions.

Cette manifestation n'apparaît que lors de l'adolescence. C'est donc un déclencheur d'indépendance.

- Les larmes des femmes nous émeuvent

Dans les expériences menées en double aveugle, ce qui signifie que ni les hommes ni les chercheurs qui fournissaient les liquides ne savaient s'il s'agissait de larmes ou de la solution, les hommes ont indiqué que les larmes n'avaient pas d'odeur. Mais ceux qui les avaient senties avaient plus tendance à considérer des femmes moins sexuellement attractives sur des photos que les autres. De plus, ces hommes présentaient une baisse de leur éveil physiologique et de leur taux de testostérone salivaire. Enfin, les parties de leur cerveau typiquement associées à l'excitation sexuelle et vues par IRM fonctionnelle se montraient moins actives chez eux. Bien que cette étude n'ait pas abordé l'effet des larmes des hommes, les chercheurs avancent qu'elles pourraient aussi contenir, ainsi que celles des enfants, des chémosignaux similaires ou distincts.

- L'intelligence émotionnelle maximale à 60 ans

- Nos vices nous réunissent, nos vertus nous séparent

Nos gènes n'influencent pas seulement le choix du partenaire reproductif mais aussi nos relations. Ce qui est intéressant, c'est que nos vices nous réunissent, alors que nos vertus nous séparent ! Futura-Sciences se contente de relever les similitudes de gènes (qui se ressemble s'assemble).


Santé


génétique, traitements, nutrition, hygiène

- Un traitement qui stoppe la reproduction du HIV

La piste d’un nouveau traitement contre le virus du Sida est ouverte. John Rossi et ses collègues de l’Université du Colorado à Fort Collins, aux États-Unis, ont associé deux molécules d’ARN pour cibler le VIH dans les cellules infectées. Chacune joue un rôle clé. La première guide vers les cellules contaminées la seconde, qui attaque le virus. Cette approche a été testée pour le moment sur des souris auxquelles avaient été transplantées des cellules souches de sang humain.

Une fois dans la cellule infectée, l’ARNsi bloque la réplication virale. Résultat : la production du virus par la cellule infectée est inhibée.

Une seule injection du traitement a permis d’« entraîner la chute de la concentration en VIH ». « En aucun cas toutefois, ces molécules ne peuvent éliminer totalement le virus de la cellule ».


- Visualiser l’entrée du parasite du paludisme dans un globule rouge

Chronologie de l'entrée du parasite dans le globule rouge, du stade le plus précoce (early) au plus tardif (<10min). L'ADN (en bleu) se dirige vers la cellule sanguine (vers la droite) et passe au travers du pore (vert et rouge).

C’est l’utilisation d’une nouvelle technique d’imagerie qui a permis de faire progresser les connaissances du parasite chez l’Homme. Elle combine la microscopie électronique, optique et surtout une microscopie récente et très prometteuse, dite de super-résolution (OMX 3D SIM). Celle-ci permet de visualiser des objets à l’échelle nanométrique, comme le fait un microscope électronique, mais tout en gardant l’avantage de l'observation de mouvements, permis par la microscopie optique, et de la visualisation d’objets spécifiques par fluorescence.

- Sénescence et cancer

Les cellules cancéreuses se reproduisent en se scindant en deux, mais, selon une équipe de chercheurs dirigée par le docteur Gerardo Ferbeyre, du Département de biochimie de l'Université de Montréal, une molécule connue sous le nom de PML limite le nombre de fois où cela peut se produire. L'équipe a prouvé que les cancers malins éprouvent des problèmes avec cette molécule, ce qui signifie qu'en son absence, ils continuent à croître et éventuellement se propagent à d'autres organes. Fait important, la présence de molécules PML se détectent facilement et pourraient servir à déterminer si un cancer est malin ou non.

"Nos découvertes dévoilent la capacité inattendue de PML d'organiser un réseau de protéines supprimant les tumeurs pour diminuer l'expression ou le niveau d’autres protéines nécessaires à la prolifération cellulaire".

Une autre étude met en cause le gène WWP2, une autre la protéine DMP1 dans l'angiogenèse des tumeurs, une autre identifie des ARN spécifiques.

- Les bienfaits d'un régime

Alors qu'on parle des méfaits des régimes provoquant un effet rebond, les bienfaits sur la longévité se confirment d'une alimentation réduite, réduisant aussi les cancers, effet qu'on peut obtenir en inhibant le gène SLCF-1, ce qui augmente le niveau de pyruvate, créant un stress oxydant de faible intensité qui se révèle bénéfique. Le rôle ambigu des anti-oxydants se confirme donc, délétères en grande quantité mais bénéfiques en petite quantité par l'activation des processus internes.

- Les antioxydants font baisser la fertilité des femmes

La fertilité, et plus particulièrement l’ovulation, dépendrait au moins en partie des dérivés réactifs de l'oxygène. Les antioxydants, pourtant préconisés dans la lutte contre certaines maladies, seraient alors des facteurs pouvant diminuer la fertilité... et favoriser la contraception !

De l’hydroxyanisole butylé (retrouvé notamment dans les chewing-gums) ou de l’acétylcystéine, deux antioxydants, ont alors été injectés dans des ovaires de souris, ensuite activés par des hormones connues pour déclencher l’ovulation (l'hormone chorionique gonadotrope). Dans ces conditions, le nombre d’ovocytes ovulés diminue significativement par rapport aux ovaires contrôles.

La présence d’antioxydants inhibe également la synthèse de progestérone, qui est normalement induite par la LH pour favoriser la grossesse. Les ROS seraient alors indispensables à l’ovulation et agiraient donc comme les médiateurs de l’information apportée par la LH.

Premièrement, ils pointent du doigt les effets délétères possibles des antioxydants sur la reproduction qui doivent être considérés avec attention. Deuxièmement, ils pourraient être traduits en une approche pratique, unique et non hormonale pour une contraception efficace.


- La fertilité masculine « boostée » par les antioxydants

Le rapport qui a été émis a consisté à faire la synthèse de 34 essais qui regardaient l'impact sur la fertilité de la prise de différents antioxydants comme la vitamine E, le zinc et le magnésium. C'est ainsi que l'on a remarqué que les antioxydants aidaient vraiment à améliorer la fertilité masculine défaillante. D'après ce rapport, entre 30 à 80 % de cette basse fertilité masculine serait provoquée par un stress oxydant : des molécules très réactives augmentent en nombre et endommagent les cellules.

L'ADN des cellules spermatiques se fragmente alors et affecte la capacité natatoire des spermatozoïdes. Cela fait que ces spermatozoïdes ont du mal à atteindre l'ovule et notamment que le risque de fausse couche est accru dans le cas d'une assistance technique à la reproduction comme la fertilisation in vitro.

- L'exercice intense contre le cancer de la prostate

Faire plus de trois heures d'activité physique (que l'on qualifie d'intense) permet de réduire la mortalité de 61 % par ce cancer particulier par rapport à ceux qui font moins d'une heure d'activité intense hebdomadaire.

On peut dresser des chiens pour détecter le cancer de la prostate.

- La dépression liée à l'hypothèse hygiéniste ?

Il s'avère que les problèmes de type dépressif sont en augmentation partout dans le monde. Les autres maladies de type auto-immune suivent le même mouvement très rapide.

Il est à remarquer que notre société trop propre a empêché les micro-organismes non pathogènes de jouer leur rôle auprès de nous : cela a supprimé l'activité anti-inflammatoire « naturelle ». Par ailleurs, on a trouvé des relations entre les processus anti-inflammatoires et la dépression...

En fait, ce dont on se rend compte, c'est de l'interdépendance entre le système immunitaire et le système nerveux. Cela pourrait expliquer aussi que la dépression puisse être liée au manque d'oméga-3. En fait, il semblerait que les oméga-3 soient indispensables aux endocannabinoïdes dans le cerveau (au récepteur CB1R).

Sinon, on a traité une dépression par stimulation profonde du cerveau.

- Du Prozac après un AVC

Un nouvel essai clinique mené par des chercheurs de Toulouse confirme qu’un antidépresseur, le Prozac, aident les patients victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) à récupérer plus vite leur motricité.

Il est connu que les traitements antidépresseurs permettent de contrecarrer le ralentissement de la neurogénèse (la production de nouveaux neurones) lié à la dépression et à l’anxiété. Des travaux sur les rongeurs ont ainsi montré qu’un traitement de longue durée avec la fluoxetine augmente la neurogénèse dans une région du cerveau appelée l’hippocampe.

En 2006, une équipe du Laboratoire Cold Spring Harbor (New York, E-U) a révélé l’un des rouages expliquant l’action de l’antidépresseur sur le cerveau : la molécule stimule une population de cellules progénitrices (plus spécialisées que les cellules souches) impliquée dans la neurogénèse.

Notons que le Prozac, comme d'autres médicaments, s'accumulent dans les poissons et les rivières.

- La protéine causant l'Alzheimer protège l'ADN normalement

Le dysfonctionnement de Tau provient d'un excès de phosphorylation (addition d'un groupe phosphate à une protéine ou à une petite molécule) conduisant à l'agrégation des protéines. La raison pour laquelle celles-ci subissent une phosphorylation anormale reste inconnue.

Les chercheurs ont observé, dans des neurones de souris déficients en protéines Tau, des dommages de leur l'ADN, en condition de stress cellulaire (choc thermique), ce qui n'est pas le cas dans des neurones normaux. L'ajout de protéines Tau normales (déphosphorylées) dans ces neurones déficients a permis de les protéger à nouveau des dommages à l'ADN. Ces résultats montrent que la protéine Tau est l'élément protecteur, ce qui lui confère un rôle clé dans la réponse au stress.

L'équipe de recherche a également montré que seules les protéines Tau "déphosphorylées" sont capables de passer dans le noyau de la cellule nerveuse pour protéger l'ADN. Dans le cas de la maladie d'Alzheimer et de nombreuses Tauopathies où l'on observe d'importants dommages à l'ADN, la phosphorylation anormale des protéines Tau empêcherait leur passage dans le noyau.

Par ailleurs, l'hormone de croissance serait bénéfique pour le cerveau, notamment pour l'Alzheimer.

- Du lait à la mélatonine

Une société allemande du nom de Nachtmilchkristalle s'emploie à faire la promotion d'un produit sur le marché depuis avril 2010, devant agir contre l'insomnie. Le secret de cette technique réside dans le moment de la journée où la traite des vaches s'effectue, soit la nuit, sous la projection d'une lumière rouge. La quantité de luzerne ingérée par les vaches doit également être augmentée. Grâce à cette méthode, on recueille un lait enrichi de façon naturelle de cette hormone du sommeil, la mélatonine.

On retrouve dans ce lait 25 fois plus en moyenne de mélatonine qu'à l'habitude.

Les cristaux de nuit se vendent en tant que produits alimentaires, les producteurs n'ayant pas ainsi à se soumettre aux règles établies sur les produits pour la santé.

- 8 semaines de méditation pour changer votre cerveau

Des participants qui se sont pliés à l'effort de 8 semaines de véritables exercices de méditation ont pu voir leur cerveau se transformer. Les modifications mesurables se sont appliquées sur les régions du cerveau qui sont associées à la mémoire, la conscience de soi, l'empathie et la gestion du stress.

Après 8 semaines, on a pu vérifier que la densité de matière grise s'était accrue dans l'hippocampe.

- Un vaccin contre la cocaïne

Les effets d’hyperactivité dus à la prise de cocaïne seraient inhibés par une simple vaccination, chez des souris immunisées. Si cela se confirme chez l’Homme, le vaccin pourrait être une bonne stratégie pour aider les cocaïnomanes (et plus généralement les autres toxicomanes) à sortir de l’addiction.

Le vaccin a été réalisé à partir d’un virus du rhume (adénovirus) possédant des mutations dans les gènes E1 et E3 impliqués dans la réplication du virus. Ainsi inactivé et non infectieux, le virus perd sa dangerosité et peut être modifié pour présenter au système immunitaire des molécules à combattre.

Un analogue de la cocaïne (structuralement similaire mais plus stable) a alors été fixé de façon covalente aux protéines de capside en surface du virus.

En pratique, le vaccin semble aussi efficace que prévu. Les souris auxquelles a été injecté le virus modifié produisent de grandes quantités d’anticorps spécifiques de la cocaïne.

Alors que des tentatives de développement de vaccins avaient échoué, il semble que celui-ci soit efficace jusqu’à 13 semaines.


- Le vaccin universel contre la grippe servi par le virus H1N1

L’infection par le virus H1N1 permettrait la synthèse d’anticorps efficaces contre un grand nombre de souches grippales. La fabrication d’un vaccin universel serait donc possible,.

La tige de l'hémagglutinine ne varierait pas suffisamment pour échapper aux anticorps du système immunitaire, et représenterait donc un bon immunogène pour une vaccination universelle.


- Un poulet modifié pour résister à la grippe

Des Britanniques ont créé un poulet génétiquement modifié pour ne pas propager le virus H5N1.

Voir aussi Futura-Sciences.


- Largage de moustiques OGM contre la dengue

Le gouvernement malaisien a largué en toute discrétion 6.000 moustiques OGM destinés à lutter contre la dengue, selon un communiqué de l’Institute of Medical Research (IMR) de Malaisie. L’opération avait bien était prévue en octobre dernier, mais avait été repoussée pour poursuivre les tests en laboratoire. Finalement, le lâché aura eu lieu le 21 décembre 2010, sans que la presse ni la population n’en soient alors informées. L'opération se serait achevée le 5 janvier 2011.

Les moustiques sont des mâles appartenant à l’espèce Aedes aegypti, ceux-là mêmes responsables de la propagation du virus de la dengue, dont ils sont les vecteurs, mais possédant des modifications génétiques. Le but de ce test grandeur nature n’était pas d’éliminer la population des moustiques sauvages, mais juste d’« étudier la dispersion et la longévité de ces moustiques dans la nature »,

- Production de pancréas humains par des cochons

L'expérience suivra le protocole suivant: par manipulation génétique, les chercheurs produiront des embryons de cochons incapables de produire un pancréas au cours de leur développement. Ils implanteront ensuite à ces embryons des cellules cultivées à partir de cellules iPS humaines. Enfin, ils détermineront si un pancréas se forme à partir des cellules implantées.

L'objectif à terme est de mettre au point une technique permettant de produire des organes à des fins de transplantation.

- Chewing-gum contre reflux gastrique

Le reflux gastro-oesophagien est une affection très répandue. Pourtant il y aurait une solution simple. En effet, des études ont montré que mâcher un chewing-gum pendant une demi-heure après le repas permet de diminuer les symptômes en retapissant l'oesophage avec de la salive au pH alcalin et en repoussant les sucs gastriques dans l'estomac. Il faut bien entendu éviter les chewing-gums sucrés, qui abîment les dents, et leur préférer les « sans sucre ».

- Un peu de bière pour vivre vieux

Un verre de bière par jour permettrait de diminuer le diabète. La bière contient en particulier de l'acide folique et des vitamines B. Il y a cependant un risque de cancer de la gorge ou de l'estomac augmenté, on ne peut tout avoir...

- Du café à l'aspirine comme coupe-faim

- Pour maigrir, réduire la température

- L’aspartame une nouvelle fois accusé

L’aspartame est à nouveau accusé de causer des effets délétères sur la santé. Cette fois-ci, l’édulcorant aurait un effet néfaste sur la descendance, en favorisant les accouchements prématurés chez les femmes enceintes et l’augmentation de certains cancers chez les petits de rats et de souris.

- Les prions se transmettent par le nez

La maladie de Creutzfeldt-Jakob pourrait aussi se transmettre par l’inhalation d’aérosols contaminés par des prions, d’après une étude réalisée sur la souris.

Ainsi, toute personne potentiellement exposée à des aérosols contaminés (les employés d'abattoirs ou de laboratoires de recherche sur le prion...) devraient donc se méfier. Il faut tout de même constater que l'incidence de la maladie est très faible, indiquant que les probabilités d’infection par cette voie en conditions réelles sont certainement minimes.


- Un scanner pour deux


Technologie


biotechnologies, nanotechnologies, énergie, informatique, robotique

- Des nano-lasers

C'est la première fois qu'un nano-laser marche à température ambiante. Ce type de laser amplifie les plasmons de surface qui peuvent être confinés dans un plus petit espace que la lumière conventionnelle.

- Filmer le nanomonde

Un groupe de chercheurs allemands est en train de développer une technique d’holographie qui devrait permettre à terme de réaliser de véritables films montrant le mouvement des molécules dans le nanomonde. Pour le moment, ils peuvent prendre des images séparées par seulement 50 femtosecondes.

- Auto-assemblage nanométrique

Une équipe de scientifiques canadiens a découvert une technique de formation de motifs à l'échelle moléculaire ouvrant les voies de la nano-impression. Cette technique pourrait avoir une application dans la formation des fils moléculaires requis pour les futurs nano-circuits.

La réaction d'un atome de la famille des halogènes avec un atome de silicium provenant d'un dimère de silicium conduisait à l'halogénation de son atome de silicium voisin grâce au transfert de charge par l'intermédiaire de la surface. Lors de cette expérience, la réaction n'avait pas pu de se propager davantage, mais aujourd'hui cette équipe de chercheurs a trouvé comment ce mécanisme est capable de former de longues chaînes grâce à un processus chimique comblant les écarts entre les lignes de ces dimères de silicium. Les agents chimiques utilisés pour la croissance de la chaîne sont des molécules de CH3Cl ; ces molécules fixent des groupes CH3 ainsi que des atomes de chlore à des atomes de silicium de différents dimères. Par le biais d'un transfert de charge à travers la surface, cela entraîne des liaisons pendantes adjacentes aux groupes CH3 et aux atomes de chlore qui se dissocient de nouvelles molécules de CH3Cl, fournissant ainsi les points de croissance pour des chaînes de longueur indéfinie.

Des Russes étudient la formation de nanostructures par évaporation.

- Vers des cellules solaires autoréparantes !

Des chercheurs ont conçu un nouveau type de cellule solaire en mesure de s'auto-réparer comme le font les systèmes naturels photosynthétiques chez les plantes, en utilisant non seulement des nanotubes de carbone mais aussi de l'ADN, une approche qui vise à accroître leur durée de vie et d'en réduire les coûts.

L'innovation exploite les propriétés électriques des nanotubes de structure appelés "carbone à paroi unique", et les utilisent comme des "fils moléculaires dans la capture de la lumière".

Les nanotubes de carbone fonctionnent comme une plate-forme de brins d'ADN. L'ADN est conçu pour posséder des séquences spécifiques de blocs de construction appelées nucléotides, leur permettant d'être identifié et de relier les chromophores. "Lorsque l'ADN reconnaît les molécules de colorant, le système s'auto-assemble spontanément".


- Un verre plus résistant que l'acier

Une équipe américaine vient de présenter un verre métallique au palladium dont dureté et résistance sont de l’ordre de l’acier. Les applications restent incertaines mais, de l’espace aux prothèses dentaires, les potentialités semblent grandes.

Les chercheurs ont utilisé un alliage composé d’argent, de palladium, de silicium, de phosphore et de germanium. Selon eux, le palladium induit un réseau de minuscules bandes de cisaillement qui, paradoxalement, renforce la ductilité du matériau en bloquant la progression des criques créées par une forte contrainte. Le matériau supporte alors de plus grandes déformations plastiques. De plus, grâce à l’ajout d’une généreuse quantité d’argent, l’équipe est parvenue à augmenter l’épaisseur, initialement de 1 millimètre, jusqu’à 6 millimètres sans dégrader la résistance.

C’est un grand progrès vers la réalisation d’un matériau qui offrirait à la fois une grande résistance et une forte solidité, qui deviendrait ainsi meilleur que l’acier. Malheureusement, le palladium est un atome rare sur Terre donc très coûteux, ce qui limite les applications possibles à des domaines restreints, par exemple le spatial.

- La nanolitographie opérationnelle

Une nouvelle méthode de nanolitographie rapide à base de polymère permet de dessiner sur de larges surfaces des motifs inférieurs à 50 nanomètres.

- Une cape d'invisibilité pour sous-marins

Le dispositif apparait donc comme un entonnoir proposant un goulet d’étranglement, la puissance des ondes s’affaiblissant tout en se perdant dans le dédale de canaux creusés dans du Métamatériau.

Le module renvoie donc automatiquement les ondes vers les bords extérieur, rendant toute la zone de sa surface interne complètement invisible aux sonars, comme si l’on posait une cloche de verre sur le sous marin, rendant tout ce qu’il se trouve à l’intérieur totalement invisible.


- L'IREQ met au point une batterie qui dure...50 ans

Imaginez une batterie de voiture électrique ou hybride qui pourrait garder sa performance initiale à raison d'une recharge par jour pendant 50 ans! Et qui se rechargerait à 80 % en quatre minutes, soit le temps de faire un plein d'essence.

Les rendements exceptionnels obtenus avec ces batteries sont le résultat de l'utilisation de cathodes (positif) traitées au phosphate de fer lithié et d'anodes (négatif) traitées avec des nanopoudres de titanate. Cela permet, explique Sylvain Castonguay, des échanges plus rapides d'ions et d'électrons. La faiblesse induite, par contre, par l'utilisation de carbonate abaisse la tension entre l'anode et la cathode, ce qui réduit la densité d'énergie globale obtenue pour un poids donné.

Globalement, conclut cet expert, «c'est probablement la seule chimie qui permet présentement d'obtenir à la fois sécurité, stabilité d'opération, durabilité et vitesse de recharge exceptionnelle pour une densité d'énergie donnée, à un prix sûrement difficile à battre».

Il y a encore de nouveaux supercondensateurs couplés à une batterie.

- Une pile à combustible solide fonctionnant à basse température: 450°C

Plus précisément, la micro-pile est constituée d'un emboîtement de trois tubes: la partie extérieure, à base d'oxyde de cérium (CeO2), de lanthane (La) et de cobalt (Co), constitue la cathode. La partie intérieure, à base de nickel (Ni) et d'oxyde de cérium, constitue l'anode. La partie entre les deux, à base d'oxyde de cérium, constitue l'électrolyte. La surface intérieure de l'anode est enduite d'une couche de quelques micromètres d'épaisseur d'oxyde de cérium, qui constitue la couche catalytique. Le diamètre de l'ensemble mesure 1,8 mm. Le combustible (un mélange de méthane et de vapeur d'eau) circule à l'intérieur du tube.

- De l'électricité avec des vibrations et des bobines magnétiques

Le principe de fonctionnement du dispositif repose sur la propriété de magnétostriction inverse. La magnétostriction est la capacité d'un matériau à se déformer sous l'effet de la variation d'un champ magnétique. Inversement, une déformation du matériau modifie sa susceptibilité magnétique (c'est-à-dire capacité à s'aimanter) et donc le champ magnétique dans lequel il se trouve. Le professeur UENO utilise du galfenol, un alliage de fer et de gallium développé par la marine américaine pour améliorer la sensibilité des sonars, et qui possède cette propriété.

L'appareil développé par le chercheur mesure 2 mm x 3 mm x 12 mm. Il est constitué d'un aimant et de deux bâtonnets parallèles de galfenol, autour desquels est enroulée une bobine de fil conducteur. Une extrémité des deux bâtonnets est fixe, l'autre est attachée à un poids mobile. Lorsque le poids oscille, il exerce alternativement une pression sur un des bâtonnets et une tension sur l'autre, entraînant leur déformation. La variation du champ magnétique qui en résulte induit un courant électrique dans la bobine. Dans les conditions de l'expérience, le professeur a ainsi réussi à obtenir une puissance maximale de 1,56 mW pour une fréquence de vibration de 357 Hz.

- Des hologrammes sensitifs

”Jusqu’à maintenant, les hologrammes ne concernaient que la vue, et si vous tentiez de les toucher, votre main passait au travers. Maintenant, nous avons une technologie qui permet d’ajouter la sensation du toucher aux hologrammes.”

La technologie citée se base sur un logiciel utilisant des vagues ultrasoniques pour créer une pression sur la main de l’utilisateur et recréer la sensation de préhension en accord avec l’hologramme projeté.

- Le plus petit pico-projecteur

Un projecteur de 6 millimètres.

- Première impression 3D en métal

Si certains modèles sont chers tout en restant accessibles, l’imprimante qui a créé cette boule à base de poudre de titane risque de vous décourager. Il faudra en effet débourser 1 million de dollars pour vous la procurer.

L’investissement dans une telle machine étant hors de portée du commun des mortels, une société (i.materialise) propose la réalisation de projets personnels qu’il s’agisse de pièces mécaniques ou de bijoux.

La plupart du temps, la pièce réalisée comporte un support réalisé en Titane nécessaire à la réalisation du projet global. Ces supports doivent être retirés manuellement à l’aide de scies circulaires de précisions et autres outils. Une fois les supports retirés, une étape de polissage manuel intervient pour retirer toute trace ou bavure. Selon les recommandations du client, une étape de polissage globale peut également intervenir.

Pour information, si la boule présentée en tête d’article vous parait indispensable, sachez qu’elle est disponible entre 124 et 192$.

Sinon, on peut faire des flûtes en plastique, etc.

- Monter ou baisser le son en ouvrant ou fermant sa fermeture éclair

C'est un peu débile, mais c'est ce que certains font...

- Des lunettes LCD qui changent la correction à la demande

Le principe de fonctionnement repose sur la présence de cristaux liquides à l’intérieur des verres, une simple impulsion permettant de changer la configuration de leur orientation et donc de modifier l’angle de vue des verres et leur courbure.

PixelOptics espère pouvoir mettre en vente son procédé à partir d’avril aux États-Unis, le prix annoncé étant d’environ 1200$.


- Des lunettes pour tout savoir des gens que vous croisez

Le but est de fournir à l'utilisateur des informations pertinentes sur son environnement, par un système automatisé de reconnaissance des objets qui l'entourent, et de récupération des données à afficher. Le site internet du projet liste quelques applications concrètes, comme le fait d'afficher à un architecte ses plans lorsqu'il regarde sur place le site de construction, ou d'aider des étudiants à se repérer dans les couloirs pour trouver le bureau d'un professeur. La navigation dans les menus se fait par un traceur qui suit les mouvements de l'oeil, tel un curseur de souris, et les traduit en actions à réaliser.

Mais la vidéo mise en ligne pour démontrer l'avancée des travaux est plus inquiétante. Les lunettes qu'ils ont mises au point sont en effet capables de détecter automatiquement les visages, et de les identifier pour afficher toute une séries d'informations personnelles : nom, prénom, activité professionnelle, nombre d'amis sur Facebook, type de café préféré, musique préférée...

Voir aussi Futura-Sciences.

- Wavi Xtion: Kinect pour PC

Les gars qui ont aidé Microsoft à produire Kinect font maintenant équipe avec Asus pour proposer la même chose sur PC.

Sauf qu’il lui ont donné un nom vraiment bizarre: le WAVI Xtion.

Les interfaces gestuelles me semblent devoir prendre une très grande importance. Voir aussi Futura-Sciences. Microsoft réagit et pourrait l'intégrer à Windows 8 mais le système pourrait remplacer aussi la télécommande TV.

On peut se servir de Kinect aussi pour créer des hologrammes 3D.

- Un clavier gestuel

Le système prévu pour les claviers proposerait 4 ” Slot cameras” faisant office de capteur de mouvements. Les déplacements des doigts seraient ainsi capturés, et retranscris sous diverses formes vers l’ordinateur.

La surface de capture de mouvement est directement incorporée au design du clavier avec 4 ” slot cameras” disposées sur le périmètre du clavier. Ces caméras sont capables de capturer le déplacement des doigts directement au-dessus des touches pour fournir l’équivalent d’une souris ou d’un trackpad ainsi qu’un mode de défilement”

Le brevet fait également mention d’une touche faisant basculer du mode clavier au mode souris


- Un robot pour la téléprésence en classe d'enfants malades


Un enfant de Moscou atteint de leucémie, dont la condition physique requiert des soins à domicile, ne peut fréquenter la classe comme à l'ordinaire à cause d'un système immunitaire trop faible. Un robot de plastique sur roulettes se substitue à lui et assiste aux cours à sa place pour y effectuer un travail de communication entre cet établissement et la maison. Muni d'une caméra web, d'un microphone ainsi que d'enceintes, il retransmet en direct ce qui a lieu à l'école vers l'ordinateur du garçon retenu chez lui par la maladie. Son coût, 3,000 dollars.

- Un super-ordinateur qui répond immédiatement aux questions

- Le véritable mobile-ordinateur

L'Atrix, un téléphone avec un gros processeur et une mémoire généreuse, se branche sur un ensemble écran-clavier pour devenir un ordinateur.

Motorola propose aussi un « HD Multimedia Dock », avec télécommande, pour relier le téléphone à un téléviseur. L'Atrix n'est plus tout à fait un téléphone...

Sortie prévue pour le 1er mars 2011.

Voir aussi Futura-Sciences. Il semble qu'une liaison sans fil avec n'importe quel ordinateur ou périphérique serait plus pratique.

- Un portable 3D sans lunettes

Toshiba dévoile un laptop 3D qui ne nécessite pas le port de lunettes.

Les téléviseurs 3D vendus en 2010 nécessitent le port de lunettes actives mais avec l’annonce de la Nintendo 3DS et de sa 3D autostéréoscopique, on a entrevu la possibilité d’une 3D plus “conviviale”. Cette 3D reste pour l’instant limitée à des écrans de petites tailles (avec une distance à respecter), mais on est tout de même passé de celui de la 3DS (fabriqué par Sharp) à ceux de téléviseurs (des Regza fabriqués par Toshiba) 12″ et 20″ en très peu de temps.

Grâce à la webcam du laptop, vos yeux sont suivis en temps réel et le laptop adapte les images diffusées pour qu’elles vous apparaissent correctement reconstituées avec un angle de vision plus étendu et plus continu.

- Un écran sur un PC tour

- Jouer à Pac-Man avec des bactéries

Les chercheurs de l’université de Stanford, en Californie, ont développé les premiers jeux vidéo dans lequel les actions d'un joueur influence le comportement de micro-organismes vivants, en temps réel tandis que la partie est en cours. Dans l’un de ces jeux appelé Pac-mecium (les microorganismes sont des paramécies) les joueurs doivent guider ces minuscules organismes unicellulaires et engloutir de petites boules durant leur déplacement exactement comme dans le célèbre jeu Pac-man.

Ingmar H. Riedel-Kruse et ses collègues de Stanford ont créé ce jeu en plaçant des paramécies dans le une petite boite remplie de d’un fluide et filmée par un microscope et une caméra qui relaie les images sur un écran vidéo. Le joueur contrôle la paramécie à l'aide d'une manette branchée à un équipement qui contrôle la polarité d'un champ électrique doux appliqué sur le fluide, ce qui influence la direction du mouvement des paramécies.

Pour d'autres jeux biologiques voir jouer avec le vivant d'internet.actu.

- Des quadrirotors jouent de la musique

- Le reverse computing

Pour ce que j'en ai compris, il s'agit d'abord de corriger les erreurs en s'assurant qu'on retrouve les entrées à partir des sorties. Je n'ai pas trop compris pourquoi cela évitait d'effacer des bits d'information, ce qui économiserait la dissipation d'énergie, dans ce qui ressemble à un "moteur perpétuel". On apprend que cette dissipation d'énergie est supérieure de 8 ordres de grandeur à l'énergie nécessaire au calcul lui-même. Diminuer cette énergie ferait donc tomber la consommation des puces à presque rien.

Cependant, ce qui consomme le plus ce sont les écrans et les serveurs, pas le calcul...

- Un vélo électrique géolocalisable contre le vol

- Ka-Sat offrira le haut débit à toute l’Europe

Ka-Sat desservira 300 000 foyers en France et plus d’un million en Europe et sur le pourtour méditerranéen. Objectif ? Apporter l’Internet dans des lieux reculés ou très peu peuplés avec des niveaux de débits montants compris entre 6 et 10 Mbit/s, nettement supérieurs à ceux offerts jusqu’ici par la technologie satellitaire.

Ka-Sat devrait proposer des forfaits entre 30 et 100 euros par mois pour des débits comparables à ceux de l'ADSL terrestre. Cette solution sera commercialisée à partir de mai 2011.

- La Volkswagen Formula XL1, une 2 place qui consomme moins de 1 l/100km

Par ailleurs, un nouveau moteur dont un piston compresse l'air pendant que l'autre marche au fuel pourrait réduire la consommation de 30% par rapport aux moteurs conventionnels.

- La petite voiture électrique automatique

Ce qui est remarquable est que vous n'êtes pas obligé de piloter le véhicule qui est motorisé grâce à la présence d'une batterie qui permet une quarantaine de km avec une simple charge et une vitesse de pointe de 40 km/h. La voiture est capable de pivoter sur elle-même à 360°.

- La RoboCar MEV, première voiture robot commercialisée

C’est fait : en janvier 2011, il est possible de s’offrir une voiture entièrement automatique. Elle est japonaise, construite par ZMP et coûte 62.000 euros dans sa version la plus sophistiquée. La RoboCar MEV, c’est son nom, est toute petite. Avec ses 350 kilogrammes et son petit gabarit (1 mètre de large), elle n’embarque qu’un conducteur (ou plutôt un passager ?) et son coffre à bagages ne permet pas de ramener le Caddy du supermarché. Ses deux moteurs de 0,29 kW sont électriques et font tourner les roues arrière.

Deux caméras CCD regardent vers l’avant et fournissent une vision en relief à l’ordinateur de bord. Un système optique à laser, installé sur l’avant, repère les obstacles proches, tout comme les huit capteurs infrarouges. S’y ajoute aujourd’hui, sur l’une des versions, un système inertiel (qui mesure les accélérations), le tout permettant, nous dit-on, de situer la position du véhicule à 1 ou 2 centimètres près.

Voir aussi Techno-Science.

- Un avion supersonique sans mur du son

L’ajout d’appendices au nez de l’avion, permettrait de casser les ondes, ou de les absorber partiellement .

- Des lasers pour aveugler les pirates

- Voler sur l'eau avec des jets d'eau pompée

- L'île flottante


<- Revue des sciences précédente | Revue des sciences suivante ->
copyleftcopyleft 

45 réflexions au sujet de « Revue des sciences 02/11 »

  1. à tous, en 2012, et malgré la fin du monde, votez Zin !
    contre la dictature des zinzins et des marchés, votons Zin !

  2. Est-ce que l'idée selon laquelle la lumière serait son propre support, son propre milieu pourrait expliquer sa propagation dans le vide? C'est de cette façon que j'ai répondu à cette énigme en attendant mieux. Sa nature corpusculaire me semble militer pour cette hypothèse

  3. Faire passer un verre métallique plus dur que l'acier pour une nouveauté est un petit tour de passe passe qui s'apparente à une imposture. Les premiers verres métalliques datent de 1960 avec Au80Si20. On ne savait faire que des rubans très fins par trempe rapide. Beaucoup d'alliages ont depuis été développés en épaisseur de plusieurs dizaines de mm, mais il n'y a encore que très peu d'applications. Ces verres ont un module élastique élevé et supportent un effort très important avant de rompre comme du verre. Les travaux actuels visent à mettre au point des alliages ayant un peu de ductilité ou pseudo-ductilité, c'est à dire un peu moins cassant que du verre. C'est le point qui est à remarquer dans le cas du verre présenté ici.

  4. C'est ce que dit la brève, même si le titre n'est pas assez explicite, il s'agit bien de rendre le verre moins cassant.

    Pour le photon, je ne comprends pas trop mais le photon peut d'autant moins être "son propre support" que c'est un boson, c'est-à-dire le médiateur de la force électro-magnétique, un entre-deux dont le support s'appelle un champ. Je dois dire que les excursions du blog de Paul Jorion dans la physique me semblent n'importe quoi. Moi, je ne prétends pas savoir quoi que ce soit mais ce que je comprends, c'est que c'est l'interaction qui est corpusculaire alors que la transmission est ondulatoire, ou pour Lisi une sorte de spirale bien que cela ne semble pas compatible avec l'intégrale de chemin (passant de tous côtés et non autour d'une ligne de force) qu'on peut imager par un tissu sur lequel on exerce une force qui se répartit sur l'ensemble du tissu mais ne va craquer et se concentrer qu'à l'endroit de plus faible résistance. L'énigme du vide ou du champ qui n'est pas un pur néant puisqu'il y a une énergie du vide, reste un mystère...

    PS : je ne pourrais répondre à d'autres commentaires avant dimanche sans doute.

  5. Etant de formation littéraire et artistique, je comprends encore bien moins. Mais cela m'intéresse du point de vue esthétique, et d'homme de la fin du néolithique ( 74 ans). Pour moi le boson n'est qu'une figure ( de l'intuition figurante) pour signifier la réalité, comme l'hypothèse d'une organisation du " motif" ( au sens de Cézanne), comme évènement corpusculaire du point de vue de l'interaction et aussi ondulatoire du point de vue de la transmission. Question de points de vue interchangeables?
    Avec " l'énigme du champ qui n'est pas un pur néant puisqu'il y a une énergie du vide", Jean Zin me procure le bonheur de constater une transversalité entre un propos scientifique moderne et le " mystère du vide et du plein dans la tradition artistique chinoise", ou bien avec les spéculations des Malevitch ou Kandinsky , ou klee, cherchant à savoir " ce qui se passe dans un tableau". Pour les bouddhistes aussi il y a reconnaissance de mutations par lesquels " la forme se vide et-ou le vide se forme".. Maintenant que retraité j'ai délaissé le "micro" du conférencier ou du prof pour répandre ce que l'on m'avait appris, j'ai plus l'intuition des figures cherchant à faire ressentir des phénomènes observés aux nano-distances.Plus ou s'approche, moins c'est consistant. On découvre surtout du vide, et des ondes de probabilité. La toile du blanche du peintre: désir et crainte, tout ou rien! Ce n'est pas une marchandise, ce n'est pas un jeu, ce n'est pas du virtuel; C'est de l'existenciel!

  6. Quant on surveille le respect de l'orthographe, ( voir les commentaires d'un billet antérieur) alors ne subsiste que le lapsus révélateur de votre fragigilité existentielle; Ma grand-mère me disait (médisait) que mon ange gardien existe au ciel, et que le diable était dans le puits au fond du jardin

  7. "ne subsiste que le lapsus révélateur de votre fragigilité existentielle", eh bien ça n'est pas si mal.

    Ou alors fraagilité ?

    Il n'y pas que l'orthographe, mais la ponctuation, moments de vide comme les pauses ou autres soupirs.

    Pour le photon, électromagnétique, j'avais compris que c'était la résultante du croisement vectoriel de 2 champs.

    Le vide étant un espace entre deux corpuscules qui forment le champ qui y règne. Vision des débuts depuis Ampère puis Maxwell.

  8. Peut-on imaginer qu'un afflux d'eau das les trois failles de san Andrea agisse comme lubrifiant et avance le tremblement ce qui serait en fait bénéfique car moins violent du fait de la libération d'une énergie moins élevée

  9. @Olaf
    Il faudrait écrire sous forme de document tout commentaire et le placer ici par copié-collé, deux jours plus tard. J'ai été très vexé d'avoir laissé passer "existenciel". Prendre son temps devrait permettre de récupérer ce qu'on appelle des fautes de frappe, qui ne sont pas sans signification. par exemple " la toile du blanche du peintre ' devrait se rétablir par "la toile du - blanche!- du peintre" plus conforme à un dire ( sa tentative) de la nature même des touches du pinceau, qui, comme vous l'exprimez, sont pareilles à des "corpuscules successifs". Créatrices de vides, (d'attentes, de " fraagilités" - impulsions et retentions) entre elles, ce qui forme le possible d'un champ ( ici pictural) C'est de cela dont je trouve que ça ressemble aux visions de la Physique à partir d' Ampère et Maxwell, comme vous dites. Même si je ne comprends rien aux écrits des experts .

  10. @ermaen

    Bonjour.

    Dans un lavis, ou une aquarelle, cet " afflux d'eau dans les trois failles de San Andrea" pourrait être du meilleur effet! Mais en vraie grandeur, l'idée change vraiment d'échelle.Je suis signataire de toute pétition pour éviter l'aventure.

  11. Dommage! Remarquez, j'avais un doute. Il ne reste plus qu'à envisager un chapelet de bombes atomiques enfouies; les soviétiques ayant bien creusé un lac de cette façon...inutilisable il est vrai. J'essaierai d'être plus sérieux dorénavant

  12. Je ne sais pas quel effet ferait un afflux d'eau, sans doute pas très grand mais il a été effectivement envisagé de contrer des tremblements de terre par des bombes atomiques souterraines aux endroits de tension. Pas en Californie pour l'instant mais en Turquie où, il est vrai, la destruction d'Istanbul qui menace pourrait faire plus de mort.

    La responsabilité semble impossible à prendre de déclencher par ces bombes atomiques un tremblement de terre qu'on préférera naturel pour ne pas avoir de coupable. Cependant, au cas où il y ait 2 ou 3 alertes pour rien coûtant très cher à l'économie californienne, il n'est pas inimaginable qu'on se décide à provoquer le tremblement de terre. Il faut quand même espérer qu'on trouve mieux par une meilleure connaissance de la tectonique des plaques mais il peut se produire avant...

  13. Vous êtes formidable! Merci beaucoup. Et vos interventions me confirment qu'internet est vraiment utile à partir du moment où c'est utilisé à bon escient

  14. Excusez-moi le syndrome de perte d'immunité existe bien. Et qu'il soit relié à la prise de drogue et à une vie déséquilibrée ou suicidaire dans ses conduites, est certain. Mais que le sida soit causé par un virus est de plus en plus contesté. Le virus du sida n'a jamais été isolé et l'invention de ce virus pour justifier la perte d'immunité est un gros mensonge. Les tests décidant d'une séro-positivité ou séro-négativité sont également critiqués et contesté. Tout cela n'est que mensonge et manipulation pour cacher les vraies raisons (eau et environnement pollués, malnutrition, conditions socio-économiques-politiques, chômage, stress, mal-être, etc... et pour enrichir certains trusts pharmaceutiques).
    Bien sûr que les drogues dures ne sont pas bonnes pour la santé. Mais qu'on amalgame perte de l'immunité et Sida (sous-entendu due à un VIRUS), me révolte au plus haut point. Symbole de l'hypocrisie meurtrière qui règne actuellement en toute impunité.

  15. Il y a des pertes d'immunité qui ne sont pas dues au Sida mais on ne peut plus douter du rétro-virus lui-même. Comme beaucoup, comme Michel Bounan par exemple, j'ai cru aussi au début que la cause était plus sociale et liée au stress qu'à un virus, d'autant plus qu'il y avait collusion entre entreprise pharmaceutique et mouvements anti-Sida et que les premiers traitements tuaient autant que la maladie elle-même. Ce n'est plus une position tenable, il faut savoir évoluer en même temps que les découvertes de la science (ce n'est pas facile) mais il est certainement faux que le rôle du VIH soit de plus en plus contesté alors qu'il est de mieux en mieux connu et traité. Il faut vraiment être perdu dans des théories du complot absurde pour croire le contraire de nos jours. Le doute est toujours légitime au début devant des données insuffisantes et des découvertes déstabilisantes, comme le rôle des prions par exemple, mais au fil du temps il faut bien se rendre à l'évidence.

  16. Merci de votre réponse Jean Zin: "Ce n'est plus une position tenable, il faut savoir évoluer en même temps que les découvertes de la science (ce n'est pas facile) mais il est certainement faux que le rôle du VIH soit de plus en plus contesté alors qu'il est de mieux en mieux connu et traité. Il faut vraiment être perdu dans des théories du complot absurde pour croire le contraire de nos jours."
    Je ne dis pas que je détiens la vérité. Je ne peux qu'exprimer mon ressenti en toute conscience. Selon mes recherches, mes sources, mes informations, le virus du sida n'a jamais été isolé et est une grosse supercherie. Vous pouvez ranger cela derrière la théorie du complot si vous le pensez ainsi. C'est votre droit. Chacun a la responsabilité de sa conscience et de la manière dont il s'informe. Je pourrais vous donner les fils et les liens de mes recherches. Ma conclusion vient de longues recherches. C'est un cheminement progressif qui me fait parler ainsi. Je ne peux que dire informez vous, doutez, cherchez. Je sais bien que cela est choquant de dénoncer le mensonge du sida. Et je ne parle pas du cancer, des vaccins, etc....la liste est longue. Je ne peux, en ma propre conscience, participer à ce mensonge et rester indifférente. Je ne suis pas journaliste et n'ai pas l'art du discours. Je devrais mettre des liens pour éclairer mon témoignage d'exemples objectifs mais ceux qui veulent savoir feront leurs propres recherches s'ils le désirent et trouveront eux mêmes leur vérité.

  17. Juste un début: interview de lac Montagner en janvier 2010.

    Il dit "l'eau est la clé". Cherchez à en savoir plus et de quelle clé parle t-il là?

    Pour continuer, intéressez vous aux relations entre Luc Montagnier et le chercheur J.Benveniste, intéressez-vous à quoi consiste le test de séropositivité dans le monde, différent selon les continents, intéressez vous au choc que représente pour la personne le fait qu'on lui annonce par un résultat d'analyse qu'elle est malade et aux conséquences que cela entraîne pour sa santé physique et psychologique. Intéressez-vous à comment l'annonce du virus du sida a été faite, dans quelles conditions, par qui. Intéressez-vous au discours de nombreux scientifiques qui contestent la véracité du sida. Intéressez-vous au prix offert à tout scientifique qui selon un cahier de charge strict, pourra fournir une photo du virus (impossible car il n'a jamais été isolé!). Intéressez-vous aux vaccins en général et comment et à quel moment ils apparaissent sur le marché. Notamment celui contre l'hépatite B et celui contre le cancer du col de l'utérus pour les jeunes filles. Je parle de mon expérience personnelle. En tant que femme et mère d'une fille de 21 ans aujourd'hui, j'essaye seulement de m'informer et de prendre ma santé et celle de ma fille ( enfin, avant, elle est grande maintenant!) en charge de façon la plus responsable possible. Et je ne peux par expérience vécue, que m'insurger!

  18. Luc Montagnier ne dit pas du tout qu'il n'y a pas de virus du sida, ce serait un comble, mais qu'un système immunitaire déficient est un facteur aggravant et qu'il faudrait s'occuper en priorité de la nourriture des populations. On ne peut que lui donner raison. Son allusion à l'eau ne fait sans doute pas référence à sa théorie, très controversée, sur la mémoire de l'eau, mais à une eau potable de qualité. Il a sans doute raison pour les anti-oxydants mais on se rend compte que c'est plus compliqué qu'on croyait, il ne faut pas abuser non plus d'anti-oxydants, il faut juste une nourriture variée de qualité. On peut tout-à-fait soutenir qu'il y a des conditions environnementales à l'émergence d'une maladie sans nier le rôle de l'agent infectieux.

    Il faut prendre sa santé en main mais il ne faut pas se limiter à un seul son de cloche dans ses recherches et ne pas tout mélanger (le vaccin contre l'hépatite B, ou celui, très contestable contre le cancer du col de l'utérus, etc.). Je suis loin d'être un spécialiste du sida et j'en parle assez rarement dans ma revue des sciences, mais je vois passer un grand nombre d'études sur le sujet chaque mois. C'est très répétitif mais l'existence du rétro-virus ne fait plus aucun doute même s'il est extraordinairement changeant (ce qui rend les tests peu fiables) et que les conditions environnementales sont très importantes. Prétendre qu'il n'y a pas de virus est irresponsable, il y a des morts en jeu, car cela voudrait dire qu'il n'y a pas besoin d'avoir de rapports protégés. Il n'y a certes pas que des drogués ou des homos, ni même que des gens en mauvaise santé qui ont été contaminés. Il semble que ceux qui résistent à la maladie le doivent le plus souvent à leurs gènes, on ne peut compter sur un système immunitaire toujours au top alors qu'il se module sur notre activité avec des hauts et des bas.

    J'ajoute que le rôle de l'environnement avait été souligné dans le sida des chimpanzés qui n'était jamais mortel en captivité contrairement aux chimpanzés vivant dans la nature.

  19. Avez-vous entendu parler de la Bio-Electronique-Vincent à propos de la qualité de l'eau? Cette position est que l'eau doit être la moins minéralisée possible car il faut que les minéraux soient présents sous forme organique pour êtr assimilables et que trois facteurs présentent des valeurs acceptables : pH <7; Ro (la résistivité dans une certaine gamme) et le potentiel d'oxydo-réduction idem. Celà s'applique aussi aux aliments.

  20. Il me semble bien que j'ai lu ça mais il y a un moment et je n'en ai aucun souvenir. Je ne prétends pas savoir la vérité ni être plus savant que les savants même si je dénonce ce qui me paraît absurde. Je fais confiance aux scientifiques pour confirmer ou non ces théories. Ainsi, je trouve absurde les théories sur l'eau de Montagnier mais si elles sont confirmées par l'expérience je l'accepterais. Les intérêts et les dogmes peuvent retarder la découverte de la vérité mais pas si longtemps que ça (ça peut être plus de 10 ans quand même). Il est courant de réévaluer d'anciennes théories, cela ne signifie pas que n'importe quelle théorie marginale serait la vérité, ni qu'on aurait les moyens de le savoir mieux que les scientifiques concernés. Il faut faire des hypothèses, audacieuses parfois, mais il n'y a qu'une façon de faire de la science et la conviction intime n'y a aucune validité. La vérité est éternelle alors que les erreurs n'ont qu'un temps. Cette hypothèse me semble douteuse car les hommes ne peuvent être adaptés à des conditions si restreintes mais ce n'est pas impossible pour autant et devrait pouvoir se tester.

  21. Vous dites "Prétendre qu'il n'y a pas de virus est irresponsable, il y a des morts en jeu, car cela voudrait dire qu'il n'y a pas besoin d'avoir de rapports protégés".

    Excusez moi. Pour moi, c'est prétendre qu'il y a un virus, qui représente un danger de mort, et qu'il faut donc protéger ses rapports, qui est irresponsable. C'est exactement ce que je tenais à dire, à signifier.

    Je sais bien que cela peut vous choquer, comme beaucoup d'autres, si en plus ils sont malades ou ont des proches malades. C'est bien pour alerter dans cette hypocrisie générale que j'ouvre ma gueule. Cela me révolte et vous voudriez que je me taise parce que cela ne correspond pas au discours à la mode? Vous me conseillerez de m'informer?Pour le sida j'ai mis 5 ans à forger progressivement et laborieusement mon opinion et elle n'engage que moi et ma propre santé. Je ne peux que dire aux gens: "Informez vous! Ne vous arrêtez pas à ce que la médecine officielle vous prescrit. Votre santé vous appartient avant tout. Exiger des preuves. Vous savez j'ai commencé à m'intéresser à la médecine en 1980. A cette époque j'ai commencé à prendre la pillule contraceptive et je me suis donc informée sur ce produit et sa mise sur le marché. J'arrêtais tout tellement déja c'était scandaleux! Cela m'a mis la puce à l'oreille et depuis je fais toujours mes propres recherches pour comprendre et ne me contente pas du discours officiel. Simple vieux réflexe. A ma fille à laquelle je tiens plus que tout au monde, j'ai essayé de faire comprendre qu'elle ne devait jamais laisser son intégrité et ne jamais se laisser aliéner par toute cette propagande sur le sida, les vaccins, etc... La médecine actuelle ne fais que nous avilir et nous déresponsabiliser complètement! On devient presque un hérétique si on ne tombe jamais malade. la maladie est devenue une fatalité imposée. Depuis que j'ai 45 ans, je reçois par courrier, des pubs de dépistage du cancer, c'est du matraquage honteux, abusifs, du lavage du cerveau!
    Et la cerise sur le gateau, c'est la dernière pandémie H1N1 annoncée. Vous avez raté ça? Et tous les scandales style Médiator? Mais enfin à quelle science croyez-vous?!

    Je suis désolée, je vous l'ai dit, je ne sais pas argumenter et étaler intelligement les bons arguments. Il faudrait tout un blog pour parler de ça et expliciter, tellement c'est un long et complexe cheminement. Ce n'est pas le lieu.

    Bonne santé à tou(te)s!

  22. La science dans laquelle il croit est manifestement "positiviste" : Ainsi, je trouve absurde les théories sur l'eau de Montagnier mais si elles sont confirmées par l'expérience je l'accepterais.

    Discours typique !! On pourrait croire que cela est tout à leur honneur, si ça ne cachait pas en réalité une étroite rationalité exclusive et tournée vers l'application pratique. D'ailleurs c'est aux imbrications de la science et du positivisme que l'on doit une partie de ce que l'on appelle la technoscience !! http://fr.wikipedia.org/wiki/Positi...

  23. En lisant votre réponse précédente : "la conviction intime n'y a aucune validité"....je comprends que c'est là que le bât blesse et que nous sommes en désaccord.
    La santé tient à notre intégrité, à notre conviction intime justement. Annoncez à n'importe quel bien portant qu'il est atteint du cancer ou du sida et vous ébranlerez son système immunitaire. La santé est une foi, une croyance, une conviction intime et hautement personnelle. Perdez cette conviction et vous tombez malade. Ce n'est pas une croyance gratuite et bête. C'est un acte de foi qui doit être entretenu régulièrement, qui réside dans un équilibre sans cesse entretenu, qui nous remet sans cesse en face de notre intégrité, de notre conscience, de notre responsabilité, de notre conviction intime au plus haut point!

  24. J'avais des sortes de champignons à l'aine, rien n'y faisait, pommades etc... Un homéopathe m'avais prescrit quelques potions, et tout a disparu en 1 semaine, et n'est jamais revenu.

    Placebo peut être, mais pas sûr.

    Benveniste est largement considéré comme un charlatan, mais ca pourrait changer.

  25. Benveniste n'était pas un charlatan mais un grand scientifique dont les expériences sur l'eau n'ont pu être reproduites et l'ont déconsidéré un peu trop. Ce n'est pas le premier scientifique à se fourvoyer et l'eau est un liquide assez exceptionnel et encore mal connu. Je considère pour ma part l'homéopathie comme un placebo très utile car sans aucun danger mais on appelle aussi homéopathie l'utilisation de plantes, ce qui n'a rien d'homéopathique et dont l'efficacité est certaine.

    En tout cas les commentaires sont désespérants et je suis tenté d'arrêter. J'ai beau savoir à quel point notre rationalité est limitée, il semble que sur n'importe quel sujet l'esprit critique tombe dans les dogmatismes les plus stupides qui ne supportent pas la critique ! Rien de nouveau, tous ces délires sont bien connus dans les milieux écolos pour lesquels je suis certainement un homme de peu de foi, en effet, un peu limité question délire, on ne fait pas plus étroitement rationaliste, mais tout cela est bien déprimant. On n'est pas sorti de l'auberge.

  26. “Les rames de TGV les plus fiables sont les plus anciennes.” Cet aveu étonnant est signé du président de la SNCF, Guillaume Pepy, pour justifier les retards fréquemment observés sur les lignes exploitées par l’entreprise publique. “Assez souvent, quand il y a de l’informatique très moderne, vous avez des bugs, explique-t-il dans un enregistrement que s’est procuré Europe 1. Quand ce n’est pas trop trop sophistiqué, ça a des chances de tomber un peu moins souvent en panne que des matériels dans lesquels il y a des capteurs partout et de l’informatique partout.”

    Conséquence : “Les rames orange qu’on connaissait tous roulent toujours”, tandis que les rames modernes réclamées par le même Pepy pour améliorer le confort et la fiabilité sur les lignes sont victimes de pannes à répétition.

  27. Oui, il n'y a pas de programmes sans bugs, la complexité des programmes dépassant nos capacités cognitives, raison des logiciels libres.

    L'erreur est le véritable objet de l'informatique (et de la cybernétique), la correction des erreurs (comme dans l'ADN).

    Comme disait Tati, on est passé de la civilisation de la peine à la civilisation de la panne...

  28. http://www.internationalnews.fr/art...

    Si cela vous intéressez, je pourrais vous envoyer des tonnes d'articles, pour vous convaincre que ce n'est pas un délire et qu'il y a vraiment de quoi douter, et encore une fois, écouter aussi sa conviction intime.

    Mais comme j'ai l'impression de vous "fatiguer", j'en resterai là. Et puis les faits constatés et toutes les actualités qui arrivent font leur travail d'information...et nous éclairent progressivement si on veut bien forger son opinion personnelle et prendre responsablement se santé en charge.

    Bonne continuation et bonne santé à vous et vos lecteurs.

  29. Concernant le rôle prédominant des hormones, ça me semble réducteur, tout comme l'ADN tout puissant, même si il l'est parfois.

    On sait assez bien que la biologie est multifactorielle, comme tout le reste, ainsi le climat, qui de la poule ou de l'oeuf ?

    Les déficits hormonaux, un élément de la chaine, pourraient bien à leur tour trouver des raisons ailleurs, ou à tout le moins des agravateurs contingents, etc...

    Comme l'hypothyroïdie en partie corrélée depuis longtemps à une déficience en iode alimentaire.

    Tout comme il faudrait éviter de prendre les commentateurs pour des abrutis complets.

  30. Je suis moi-même très critique envers l'industrie pharmaceutique, je prends le moins possible de médicaments préférant les produits naturels quand c'est possible et je suis d'accord sur le rôle des anti-oxydants et sur l'importance d'un bon système immunitaire pour éviter le sida mais ce n'est pas une raison pour nier l'existence du rétro-virus et ne pas se protéger. S'il faut prendre sa santé en main il est ridicule de prétendre avoir des opinions personnelles en sciences ou alors il faut faire des recherches et les publier dans des revues scientifiques. La voie de la vérité s'oppose à la voie de l'opinion depuis Parménide au moins.

    Evidemment que les hormones ne sont pas tout et que les déficits hormonaux ont des raisons (comme la ménopause et l'andropause) mais les hormones ont énormément d'effets. Je le constate en en prenant.

    Les commentaires sont pour moi une souffrance et je considère qu'on est tous des abrutis (ce pourquoi je fuis le monde et les intellectuels en particulier) certains plus que d'autres et au niveau des commentaires, en général je ne suis certes pas gâté...

  31. Dans le même sens, même Alexander Grothendieck vous paraîtrait un imbécile ... parce qu'il n'abonderait pas dans votre sens !

    Dévalorisation et complexe de supériorité sont dans un bateau ...

  32. Oui, il est évident que Grothendieck est un flipé, comme pas mal de grands mathématiciens, même s'il a des excuses biographiques et que c'est un génie en mathématique.

    Quand à moi je suis pire encore que vous ne pouvez l'imaginer, ce pourquoi vous ne perdrez rien à ne plus venir sur ce blog sans intérêt.

  33. @Narf :

    Nina Hagen est sympathique, mais je ne vois pas bien en quoi elle peut nous éclairer sur la question du sida dont certaines images ont été faites, sorte d'oursin, qui viendraient d'où ?

  34. @ Jean Zin

    Je pensais que vous auriez la curiosité d'ouvrir les liens sous la vidéo. Ha mais que je pense mal
    Bonne soirée Jean Zin, il y a tant à suivre sur le net!

  35. Bonjour,

    Il traine sur Internet et dans la revue Nexus (assez bizarre) des allégations comme quoi les USA et la Russie seraient capables de déclencher à distance des tremblements de terre. Celà concerne le projet Haarp. Ce projet est-il une affabulation? Le séïsme de Haïti est-il naturel? Et si celà est possible alors ils pourraient anticiper les séïsmes majeurs en les déclenchant après évacuation des populations.
  36. C'est n'importe quoi, on n'en sait pas assez, peut-être un jour et dans certaines configurations, certains peuvent vouloir le faire mais il y a encore des forces plus fortes que nous comme les volcans. Qui donc aurait intérêt au séisme de Haïti ? Essayer de déclencher un tremblement de terre pour réduire la tension est autre chose, le résultat n'étant pas garanti. Nexus, c'est pour les gogos qui croient qu'on leur cache tout alors que ce qu'on nous cache, Wikileaks le montre, c'est ce qu'on sait bien. Pas de révélation, juste de l'hypocrisie. Il n'y a pas de science cachée qui avance difficilement pas à pas.

Les commentaires sont fermés.