Supraconductivité à température ambiante avec un ruban 2D d’étain

- Supraconductivité à température ambiante avec un ruban 2D d'étain

On avait déjà parlé des potentialités d'utiliser les isolants topologiques pour la supraconductivité à température ambiante puisque, curieusement, ils conduisent l'électricité uniquement sur leurs bords mais sans résistance. Les électrons ne peuvent se déplacer à l'intérieur du matériau et sont repoussés à leur surface où ils circulent librement, sans perte.

Cette propriété serait justement exploitable avec ce qu'on appelle une structure 2D consistant en un ruban d'un seul atome d'épaisseur, ici d'étain, appelé stanène en référence au graphène (lui aussi ruban 2D) mais avec la racine latine d'étain (stannum). Grâce à l'ajout d'atomes de fluor la supraconductivité resterait même effective jusqu'à 100°C, ce qui est extraordinaire !

Ces rubans en fluorure de stanène devraient être utilisés en premier lieu dans les microprocesseurs, réduisant considérablement la consommation d'énergie et la production de chaleur. De quoi accélérer aussi les opérations mais il faudrait passer pour cela à des communications asynchrones afin de ne plus dépendre des cadences d'horloge.

Il est toujours possible que ces découvertes trop belles pour être vraies échouent à leur industrialisation mais si on y arrive, les conséquences devraient en être considérables, sans parler de câbles supraconducteurs à température ambiante dont la faisabilité paraît quand même beaucoup moins hors de portée par le biais de ces isolants topologiques.

Voir aussi Futura-Sciences.

copyleftcopyleft