Plus de morts avant par les vendettas que par les guerres ?

- Plus de morts avant par les vendettas que par les guerres ?

Une des choses les plus étonnantes et contrariant les contempteurs de la civilisation, c'est la découverte que les sociétés traditionnelles étaient bien plus meurtrières que nos sociétés modernes avec leurs armes de destructions massives et leurs guerres mondiales comptant les morts par millions. Le mythe rousseauiste de l'homme originaire en prend un coup tout comme la nostalgie des anciennes communautés. Il n'est pas question de revenir à ces temps barbares un peu trop idéalisés. Les liens communautaires ont un prix, notamment le prix du sang qui empoisonne les familles avec des vendettas sans fin. Il faudrait réaliser à quel point ces moeurs primitives étaient inacceptables et toutes les libertés que nous avons gagnées dans nos sociétés pacifiées, certes non sans multiples autres défauts.

L'étude qui compile les compte-rendus ethnographiques ne trouve en tout cas qu'un pourcentage de 15% de morts dans les guerres entre tribus, elles aussi rituelles, comme pour maintenir leurs identités propres, mais moins meurtrières que les règlements de compte internes. Ce n'est d'ailleurs guère différent aujourd'hui où la plupart des meurtres se font encore en famille...

Ce n'est sans doute pas une raison de minimiser l'importance de guerres qui seront de plus en plus décisives à mesure que civilisation et richesses se développeront (depuis le Néolithique et surtout depuis l'invention de l'écriture, du bronze, du fer, des chevaux), sans forcément augmenter le nombre de morts par violence, donc. Il n'est pas mauvais cependant de ne pas réduire l'origine de la violence au rejet de l'autre ni aux phénomènes de groupe. Il faut souligner aussi comme ces vendettas n'ont rien de "naturel", plutôt entièrement "culturelles", relevant d'une arithmétique des morts qui est entièrement prise dans le langage.

copyleftcopyleft