Passage (difficile) sous wordpress

Mon blog, qui prenait la suite le 20/10/05 du site "Ecologie Révolutionnaire" créé en avril 1997 chez wanadoo.fr, était sous dotclear jusque là, d'abord chez jeanzin.free.fr puis jeanzin.fr.

Pour des raisons essentiellement techniques, on vient de passer très difficilement sous wordpress. J'utilise le thème par défaut (Twenty Eleven) avec un thème hérité (child) pour les modifications de présentation (css). Le plus débile, c'est qu'on soit obligé de modifier "functions.php" (notamment pour la pagination) ce qui est dangereux et peut tout bloquer. Ce qui est le plus débile dans wordpress en général, c'est l'éditeur visuel qui supprime les "<br>", ce qui pourrait se comprendre mais aussi les <br clear="all"> ce qui empêche toute mise en page ! On n'imagine pas une telle bêtise et fière de l'être avant d'utiliser ce qui est pourtant devenu un standard mondial [pour l'instant je m'en tire avec <div class="clear">&nbsp;</div> mais j'évite l'éditeur visuel]. On est tout autant estomaqué de voir qu'on nous impose un traitement des guillemets mal programmé qui donne des aberrations (heureusement on peut le déconnecter mais dans functions.php encore). Ce que je regrette le plus de Dotclear, c'est la syntaxe wiki (bien mieux que Markdown et beaucoup moins pénible que le html). Sinon, bien sûr, les compteurs des pages ont été remis à zéro à cette date.

Le transfert a été éprouvant, plus d'une semaine, avec pas mal de bugs (y compris à cause d'une version de wordpress vite remplacée), de difficiles adaptations, les tâtonnements de l'apprentissage, les réinstallations multiples, mais surtout la difficulté de garder les adresses d'origine, ce qui témoigne qu'on ne se soucie pas assez du fait de maintenir la pérennité des liens qui devraient être plus facilement conservés et paramétrables. Il avait fallu passer déjà de la forme "index.php?" à "index.php?post/" qui désormais disparaissent, mais aussi le numéro de fiche qui faisait parti du nom dans la première version de dotclear. De plus, les majuscules sont transformées en minuscules et les apostrophes des titres qui étaient remplacées par un tiret dans l'adresse ne le sont plus avec wordpress, sans parler des autres modifications de répertoires... Du coup, si on ne fait pas des redirections et qu'on ne modifie pas à la main presque toutes les adresses, d'anciens textes bien référencés tombent automatiquement dans l'oubli lorsque leur lien ne fonctionne plus. Il y a incontestablement perte d'information, que mon hébergeur a limité au minimum au prix d'un assez gros travail (c'est pas fini, les liens ne marchent toujours pas bien).

Plus généralement, le numérique est pris dans une accélération de l’obsolescence forcée qui efface des mémoires ou du moins rend (relativement) inaccessibles des données alors même qu'on enregistre à peu près tout de nos jours ! La fonction du numérique est essentiellement de réduire l'entropie mais il produit sa propre entropie galopante. C'est une contradiction dont on ne s'est pas assez préoccupé et qui devrait, de mon point de vue, être la prochaine priorité : la sauvegarde de l'ancien par le nouveau, et notamment des liens qui tissent réellement la toile.

Il semble, en effet, on ne peut plus naturel de vouloir garder l'ancien même si on doit passer au nouveau. Mais c'est ce qui ne se peut pas justement avec le numérique ! A la fois pour des raisons de sécurité (on ne peut pas garder une vieille version dont on connaît des failles facilement exploitables) autant que pour des raisons de fonctionnalités (de nouvelles fonctions pouvant devenir assez rapidement indispensables). Il ne suffit pas de rester immobile, il faut courir avec son époque (c'est la reine rouge d'Alice). Il n'y a pas de solution évidente, sinon que le numérique a autant besoin de normes de communication que de souplesse d'innovation. On ne peut prévoir les prochaines évolutions et nous sommes dans un univers immatériel à évolution accélérée (par rapport à l'évolution matérielle et génétique) mais c'est un problème qu'il faudra bien résoudre. Ou bien ce ne serait qu'une vaine nostalgie d'un autre temps où les écrits duraient ?

En tout cas, le problème se pose réellement. Ainsi, pour contourner le fait que les données numériques ne sont pas exploitables sans le programme qui peut les lire, les spécialistes de l'archivage à long terme proposent d'enregistrer les documents en analogique sous forme de microfilm sur un disque en saphir, mais on se dit que le papier n'était pas si mal qui peut durer des siècles. Il faudrait donc encore imprimer tout ce qu'on écrit...

« Le numérique souffre de trois obsolescences. Le média, d’abord. Les CD et DVD ne durent que de 3 à 10 ans. Les bandes magnétiques, 30 ans. Le logiciel ensuite. Un texte écrit avec Word 1 aura bien du mal à être lu aujourd’hui, par exemple. De même, les encodages des CD et DVD, très efficaces, utilisent des algorithmes complexes, ce qui permet de corriger les erreurs. Mais tout cela repose sur des techniques propriétaires, qui changent au fil des années. Pour l’enregistrement, nous avons donc recours à l’analogique : les documents sont des images, simplement réduites en taille. Il n’y a aucun codage. Pour les lire, il suffit de grossir. Quelle que soit la technique qu’ils utiliseront, nos descendants sauront le faire. »

copyleftcopyleft 

7 réflexions au sujet de « Passage (difficile) sous wordpress »

  1. un commentaire pour inaugurer le Word Press:

    "Plus généralement, le numérique est pris dans une accélération de l’obsolescence forcée qui efface des mémoires ou du moins rend (relativement) inaccessibles des données alors même qu’on enregistre à peu près tout de nos jours !"
    Malgré ce phénomène d'obsolescence, la duplication des informations leur apporte une stabilité et une diffusion monstrueuse. Je crois qu'on a plutôt un problème de trop que de pas assez.

    • On a les deux. Il y a incontestablement saturation et c'est une des raisons pour lesquelles des textes ou des informations peuvent être engloutis pour toujours dans cette mer sans fond. Des informations cruciales peuvent se perdre dans un océan d'insignifiance. Ce qui surnage, c'est le plus redondant, le sens le plus pauvre. L'essentiel des flux d'informations sont immédiatement obsolètes car liés au temps réel comme la météo alors que le plus ancien, par exemple les Grecs (mais ils ne risquent pas qu'on les oublie), reste le plus essentiel. Il n'y a pas contradiction entre sauvegarder l'ancien et élaguer dans le bruit ambiant.

  2. Une remarque : la taille de la police d'affichage est vraiment petite, difficile à lire, sauf à l'augmenter avec son navigateur. Bonn continuation, sinon !

    • Je dois dire que je ne comprends pas car pour moi qui travaille sur un netbook cela me semble très lisible mais tout dépend peut-être de la configuration du navigateur ou du support de lecture ?

    • Je viens seulement de m'apercevoir qu'avec Chrome notamment, c'est effectivement trop petit à cause de la fonte par défaut. Normalement, c'est corrigé.

  3. Bonjour Jean,

    Juste une petite info technique si je peux me permettre pour tous ceux qui comme moi suivent le blog par RSS voici l'url du fil qui a changé depuis le passage à WordPress: http://jeanzin.fr/feed/

    Merci Jean pour ton blog et longue vie à toi !

    • Normalement il y a une redirection (ça n'a pas été simple!), j'espère qu'elle marche (il semble que oui?) mais il vaut mieux effectivement mettre la nouvelle adresse bien sûr.

      Tout cela a pris un peu plus de 15 jours avec une bonne semaine où plus rien n'était accessible... Le serveur est même resté planté pendant 6H lundi ! Il reste quelques liens qui ne marchent pas (quand les titres des posts n'étaient pas identiques à leur adresse) mais, dans l'ensemble, le site reprend son cours normal (sauf que moi j'ai pris du retard partout).

      Je n'ai pas trouvé de newsletter gratuite pour envoyer les articles comme je faisais avant et donc les 3 derniers articles n'ont pas été diffusés. [j'ai trouvé depuis et suis très content de Wysija]

Les commentaires sont fermés.