L’improbable miracle d’exister

L'existence de l'univers est un miracle (une singularité), l'existence de la matière est un miracle (un défaut dans l'être), l'émergence de la vie est le miracle qui répond au miracle d'un monde improbable. L'indétermination de l'existence constituant notre liberté précède toute détermination, toute matière, toute vie, toute information, tout sens. Notre monde est un monde d'événements largement imprévisibles, notre vie un miracle fragile.

Lire la suite

3 901 vues

Après nous le déluge

Si on veut être sérieux, on ne parle pas du temps qu'il fait, on parle des élections pas du climat, pourtant notre été pourri peut tout-à-fait préfigurer ce qui nous attend avec le réchauffement du climat. Au début chacun se dit que ce n'est pas dramatique qu'il fasse un peu plus chaud, on est tous un peu frileux, nostalgie de l'Afrique originaire. Seulement après quelques grosses chaleurs, ce qui nous attend c'est le déluge, tout simplement, dès que l'évaporation augmente (ce qui n'a pas vraiment commencé encore) comme au temps de la fonte des glaciations. Le réchauffement de la planète c'est aussi le mauvais temps chez nous, un été oscillant entre chaleur insupportable et refroidissements, c'est surtout de plus en plus de pluies. Le Sahara pourra reverdir mais beaucoup de terres seront inondées. Ainsi, il ne fallait pas prendre à la légère cette expression de l'irresponsabilité : après-nous le déluge.

Lire la suite

456 vues

Les 3 écologies

L'écologie a des significations radicalement différentes selon l'utilisation politique qui en est faite. Plutôt que de vouloir rassembler des stratégies antagonistes, elle doit se scinder au contraire en 3 tendances contradictoires (droite réactionnaire, environnementale libérale, politique solidaire).

Lire la suite

1 356 vues

APPEL AU MOUVEMENT

La fin du communisme et l'essoufflement de la social démocratie ne peuvent pas laisser longtemps l'espoir en berne, comme si l'humanité avait pu jamais se résigner à son sort: supporter sans rien dire l'arbitraire, l'injustice et la misère, attendre sans rien faire que la mort nous gagne, sans raisons de vivre qu'un morne confort et sa plate servitude. Passé le temps de comprendre, la flamme doit renaître plus forte et brillante pour ne pas seulement résister mais vaincre, les combats ne manquent pas, il ne faut plus disperser nos forces mais les ajouter.

Nous ne voulons pas des partis (un de plus). Ils nous réduisent à répéter leurs slogans, camouflent leurs erreurs, ignorent nos diversités et nous divisent. Nous ne pouvons créer que ce qui existe déjà : Le Mouvement. Un mouvement rassemble des énergies éparses, organise son expression et son action sans demander de comptes à ceux qui se joignent à cet effort. Le mouvement se doit d'être la coordination permanente des bonnes volontés, instrument de ceux qui agissent et dénoncent les pouvoirs.

Notre charte est celle de nos pères qui n'ont pas achevé la besogne mais tracé le sillon. Chacun est libre de vivre comme il veut (comme le veut sa raison unique et déchirée dans notre commune solitude), chacun se vaut parole contre parole (sans distinctions de fortune ou de sang) et chacun vit en nous (solidaire, miroir et juge): Liberté, égalité, fraternité. Cela ne va pas de soi. L'avenir dépend de ce que nous en ferons, il dépend de nos actes.

31/01/91 (Manifeste 06/92 et Prêt-à-penser 1993)

309 vues