La pénétration de la science dans la philosophie

   Descartes, Spinoza, Leibniz
L'histoire de la philosophie, de par la simple succession des philosophes, en montre toutes les contradictions entre eux, témoignage de leurs erreurs et de l'évolution des esprits. On ne peut faire une histoire des religions qu'à ne pas y croire, de même un historien de la philosophie est bien obligé de prendre ses distances avec les différentes philosophies. S'il faut connaître cette histoire, ce n'est donc pas pour découvrir celui qui aurait trouvé la vraie philosophie, c'est tout au contraire, pour ne pas en rester là et refaire les mêmes erreurs mais renforcer notre esprit critique à voir comme les constructions logiques sont fragiles. Les grands philosophes ne sont pas grands parce qu'ils avaient enfin compris la vérité et seraient indépassables mais seulement parce qu'ils avaient argumenté avec la plus grande rigueur et de façon assez convaincante pour soutenir des positions subjectives qui ont toujours cours de nos jours - car tous les moments de l'apprentissage historique sont reparcourus à chaque génération. Je ne vise ainsi dans ce retour sur les rationalistes du XVIIè qu'à mettre en valeur ce qui peut en éclairer notre actualité. Revenir en arrière, ici, n'est qu'essayer de comprendre la formation et le succès de ces systèmes dans leur époque pour inciter à, de nouveau, aller de l'avant au lieu de rester englué dans le passé, affronter plutôt notre futur désenchanté, cette accélération technologique que nous subissons plus que nous n'en sommes les acteurs.

On a vu comme les empires avaient dépouillé la philosophie de sa dimension politique initiale pour la réduire au souci de soi des philosophies du bonheur (stoïcisme, épicurisme, scepticisme) dont l'échec devait mener au mysticisme néoplatonicien avant que la religion ne prenne toute la place. La philosophie religieuse a tenté depuis d'en affronter toutes les contradictions, prise entre le dieu rationnel (éternel, Un, connaissance), le dieu révélé (historique, dogme, foi), le dieu éprouvé (relation, amour, charité) et confrontée à de multiples hérésies. On peut d'ailleurs souligner que, si les croyants se retrouvent dans des rites communs, ce n'est certainement pas dans la même foi (ou mode de vie) mais dans une grande diversité de croyances (la diversité religieuse est interne aux religions). La question religieuse, avec le schéma création/chute/salut (qui est encore celui de l'aliénation), dominera jusqu'au XVIIè siècle obsédé par les preuves de l'existence de Dieu, qui reste à la base des philosophies de Descartes ou de Spinoza, sous des formes très différentes de garant de la vérité des pensées claires et distinctes, pour l'un, ou de cause englobante pour l'autre. Cependant, confrontées à la science naissante, ces philosophies explicitement déistes participeront malgré elles à la sortie de la religion au profit d'un pur rationalisme sur lequel (et contre lequel) l'autonomie de la science pourra se construire. L'événement, ici, c'est Galilée et la mathématisation de la mécanique. On va assister dès lors à la pénétration de la science dans la philosophie, d'abord avec le monde mécanique de Descartes (qui avait fondé la géométrie algébrique) puis la méthode géométrique de Spinoza composant ce qui se voulait une philosophie scientifique.

On découvrait, en effet, un monde mécanique entièrement calculable, puisque tout a une cause selon le principe de raison (qu'on trouverait déjà chez Aristote sauf qu'il prétend se traduire désormais en formules), jusqu'à l'infini introduit par le troisième larron, Leibniz (1646-1716) avec le calcul infinitésimal. Leibniz était un grand intellectuel et mathématicien plus qu'un grand philosophe à mes yeux, quoiqu'il ait été à la base de la philosophie allemande jusqu'à Kant (sous la forme scolaire que lui avait donné Christian Wolff). Le plus intéressant dans sa philosophie trop théologique (toute occupée à rétablir l'unité chrétienne) et inspirée de Giordano Bruno, n'est certes pas sa prétendue harmonie préétablie ni sa monadologie tardive et absurde, comme coupée de l'extérieur (réintroduisant l'unité de l'être individuel supposé indépendant) mais c'est plutôt sans doute d'avoir donné toute sa place à l'expérience dans les jugements d'existence et d'avoir essayé de tirer les conséquences de la relativité galiléenne des vitesses en réduisant tout être (notamment l'espace ou le temps) à des relations et un point de vue relatif (comme Mach plus tard). En tout cas, à la suite de Spinoza il rêvait d'un langage mathématisé, débarrassé des imperfections de nos langues naturelles afin qu'un raisonnement se réduise à un pur calcul, mettant tout le monde d'accord (préfigurant la logique booléenne). Son mot d'ordre "calculons" (p207) résonne étrangement à notre époque de supercalculateurs qui ne sont pas encore philosophes mais suffit à montrer la mauvaise foi d'un Heidegger qui tentait, en plein nazisme, d'identifier le calcul aux Juifs, rendus responsables de la perte de sens d'un monde techno-scientifique qui nous déracinerait de nos origines. Ce monde entièrement déterministe de la mécanique pose bien sûr le problème de la liberté et du mal, contradictions qui mobiliseront toutes les subtilités de la sophistique pour prétendre les dépasser.

Auparavant, la façon dont Descartes (1596-1650) avait cru pouvoir régler le problème de la liberté était effectivement remarquable en ce qu'il prétendait rendre compatible le déterminisme intégral de la science (mécanique) avec une liberté intégrale (p63) qui en serait complètement séparée, dans un autre monde, celui de l'esprit, où l'on ne peut être plus ou moins libre, pouvant toujours changer d'avis. Sartre reprendra largement à son compte cette supposée liberté absolue de la conscience au milieu de toutes ses déterminations, conception qui perdure dans le rejet, surtout par la droite, de la sociologie accusée de "culture de l'excuse". Tout le monde connaît le doute hyperbolique cartésien qui atteint la certitude du cogito, aussi célèbre que le "to be or not to be" de Shakespeare. Pourtant, ce n'est pas tant la certitude que Descartes veut atteindre, contrairement à ce qu'il affirme (et que Heidegger prend un peu trop au mot), mais la totale indépendance de l'esprit négateur par rapport à la matière. Le doute peut en effet éliminer toute sensation, le monde entier, et rester être pensant, immatériel. Ce qu'il veut fonder ainsi, c'est surtout le dualisme de la pensée (libre) et de l'étendue (mécanique), dualisme remarquons-le qui n'est plus l'opposition (néo)platonicienne (comme manichéenne ou gnostique) de l'esprit et de la matière comme du Bien et du Mal. Je suis moi aussi farouchement dualiste mais pas du tout de la même façon, c'est le dualisme de l'énergie et de l'information, de l'entropie et de la vie, de l'adresse mémoire et de son contenu, aussi déterminé (par les sciences humaines) que la physique, sans doute, mais ni de façon aussi rigide, ni si prévisible (il y a rupture de causalité au moins quand on ne sait pas quoi faire). Dans le siècle suivant, on commencera à se préoccuper un peu plus de la détermination de nos idées et de notre volonté, supposée ici entière de toujours pouvoir décider autre chose. Cette illusion du libre-arbitre sera dénoncée par Spinoza, bien plus raisonnable que Descartes (comme Aristote est plus raisonnable que Platon) sans vraiment sortir de la contradiction. Si Descartes est important, c'est d'avoir libéré l'imaginaire et permis de penser un monde sans intervention divine (sinon la pichenette de départ, comme l'en accusait Pascal) plus que par ses élucubrations mécanistes bien peu assurées. La confiance mise dans le "sens commun", chose du monde la mieux partagée dit-il, ou les idées claires et distinctes (alors que cela peut être tout aussi bien des conneries comme les théories du complot ou quelques boucs émissaires), donne une nouvelle légitimité aux spéculations individuelles, voire à la démocratie. Sa fonction ici, se débarrassant du dogmatisme théologique ou scolastique (aristotélicien), rejoint celle des cosmogonies matérialistes des présocratiques qui avaient encouragé la naissance d'une philosophie rationnelle (en même temps que des constructions sophistiques). Cependant, malgré le doute de départ faisant table rase du savoir hérité, on n'est plus du tout dans la découverte socratique de notre ignorance mais bien dans la construction de nouveaux dogmatismes (penser par soi-même n'est souvent que se soustraire à la critique).

Il est difficile d'aborder Spinoza (1632-1677) à notre époque qui le met à toutes les sauces et voudrait en faire le philosophe indépassable de notre temps (philosophie spontanée des scientifiques, mystique sans Dieu ou philosophie pour non-philosophes). C'est assez désespérant, soit qu'on en fasse le philosophe de la joie et de l'augmentation de notre puissance, ce qui est une position strictement nietzschéenne, alors qu'il vise plutôt la béatitude (en Dieu, car il y a pour lui des joies mauvaises et inadéquates comme l'avarice ou l'ivrognerie), soit qu'on s'en serve comme référence politique, ce qui est encore plus problématique. Il y a eu toute une tendance de régression de Marx à Spinoza après l'écroulement du communisme. Toni Négri est l'un des premiers à passer ainsi du gauchisme au spinozisme, et du communisme à l'unité mystique avec l'univers. Le déterminisme économique de Marx peut effectivement s'intégrer assez facilement au déterminisme spinoziste mais en perdant toute sa dialectique, certes trop dévoyée, et le matérialisme d'un système de production en évolution constante, au profit d'un hygiénisme nous enfermant dans notre nature. Nous sommes supposés n'être que l'expression de notre essence, nous développant comme des plantes, liberté sans négativité, réduite à l'absence de contrainte. De plus, il n'est pas si facile de se débarrasser du Dieu de Spinoza comme cause première et justification dernière, opérateur essentiel de la cohérence du système et pas seulement figure aussi inconsistante que la Nature, qu'elle sert au moins à unifier en tous ses attributs (mais à l'ère du numérique on ne peut plus croire que l'esprit serait simplement l'envers du corps, le rapport du hardware au software est tout autre). Le système de Spinoza s'est entièrement construit contre le dualisme de Descartes pour retrouver l'unité originelle qu'il avait brisée ainsi. Cela n'a rien d'accessoire, soutenant tout le projet. Le but suprême de l'intelligence, ce serait de comprendre les causes (et de les aimer) jusqu'à s'identifier à la pensée de Dieu dont nous serions une partie, connaissance du troisième genre qui nous fait juger du monde du point de vue de Sirius, "sub specie aeternitatis". En fait, comme pour Aristote, il n'y a d'éternité que de l'intelligence, ou plutôt des vérités géométriques, faisant éclater de nouveau l'unité supposée de l'âme et du corps avec ces rationalisations destinées simplement à nous guérir de la peur de la mort dans une union mystique avec l'univers qui est négation de notre finitude.

Qu'est-ce qui différencie les Dieux d'avec les hommes?
Les vagues innombrables, un flot éternel, passent devant ceux-là.
Nous, la vague nous engloutit, et nous sombrons.
Goethe, Limites de l'humain

Il y a des conséquences importantes de ces conceptions sur les mouvements sociaux. Si on n'est plus certes dans le libre-arbitre, que nos pensées claires et distinctes sont bien déterminées et nécessaires, du coup elles peuvent être exprimées par quiconque, même si ce n'est qu'un petit nombre de philosophes rationnels délivrés de toute ignorance (alors que la foule est menée par l'émotion). Chacun étant relié à la totalité (Dieu), n'importe qui peut dire la vérité qui est un bien commun nous préexistant comme les propriétés du triangle. De plus, l'action rationnelle dépassant les passions est supposée unifier tous les hommes sans discussion. Il est clair que cette conception politique mène inévitablement à prendre le point de vue du pouvoir, si ce n'est de la technocratie, en tout cas de l'unité du peuple contre la lutte des classes (c'est d'ailleurs la même chose avec la volonté générale de Rousseau, volonté rationnelle toujours bonne par principe, ne pouvant nous tromper mais supposant des individus isolés et "l'aliénation totale de chaque associé avec tous ses droits à toute la communauté", ce n'est pas pour rien que la loi Le Chapelier interdira les organisations ouvrières). On retrouve bien le point de vue des populistes qui opposent simplement le peuple à des élites corrompues (quand ce n'est pas aux étrangers) au lieu de reconnaître la divergence d'intérêts entre capitalistes et salariés, riches et pauvres. Evidemment tous les privilégiés ont intérêt à défendre l'idée qu'on vit dans le meilleur des mondes possibles conformément à un ordre cosmique immuable alors que notre réalité est celle de transformations accélérées et d'une constante lutte entre nous et contre l'entropie, c'est-à-dire contre la loi la plus fondamentale de l'univers dont la vie ne triomphe jamais que temporairement. Même si on peut faire une utilisation révolutionnaire de Spinoza au nom d'une rationalité ou d'un ordre naturel à retrouver, c'est comme toute théologie une philosophie essentiellement conservatrice, une adhésion au monde qui va jusqu'à l'amour alors qu'on a tant de raisons de le combattre même si on n'arrive pas à le changer.

Il faut lire Spinoza qui est incontestablement éclairant la plupart du temps et plein de subtilités mais la suite de l'histoire de la philosophie va en ruiner tous les fondements. D'abord, c'est l'accès à la raison qui sera contesté (et donc de pouvoir agir selon la raison), ensuite c'est la passion qui sera revalorisée (au détriment même de la persévérance dans l'être) sinon la négativité comme moteur de transformation y compris contre soi-même, enfin, sans devoir nier que le désir est l'essence de l'homme, cela prendra un tout autre sens à le comprendre comme désir de désir, désir de reconnaissance et non d'une simple perfection ni expression de nos besoins. Ce qui apparaît, en effet, dans ces philosophies rationalistes, et bien que Spinoza souligne qu'on a besoin des autres car ils augmentent notre puissance, c'est l'absence de l'Autre sous un autre mode qu'un Dieu de pure raison. Il n'y a pas de dialogue dans une démonstration géométrique, pas de place pour l'opinion des autres ou le conflit.

Le rationalisme cartésien condamnait l'imagination comme une des plus grandes sources d'erreurs, et il opposait ces croyances fictives à l'évidence de la raison. Or, les critiques du XVIIIe siècle voient dans les grands systèmes, issus de ce rationalisme, des œuvres d'imagination pure ; on ne parle plus que des "visions" d'un Descartes et d'un Malebranche ; ils sont victimes de ce qu'ils croyaient avoir expulsé.
Emile Bréhier, II, p356

En fait, on voit se reproduire dans l'évolution philosophique ultérieure, à peu près la même remise en question des prétentions de la raison que celle d'Aristote contre la théorie des idées (et, notamment, contre l'application extérieure de la raison dans la République de Platon), confiance dans la raison minée par la diversité des systèmes prétendus rationnels et qui va privilégier désormais l'expérience sur les systèmes dogmatiques. Ainsi, avec la théorie de la gravitation et ses principes mathématiques de la physique, publiées en 1687 (Philosophiae naturalis principia mathematica), qui règneront jusqu'à leur remise en cause par Einstein, Newton va disqualifier la mécanique cartésienne pour laquelle tout mouvement venait d'un choc, mais il va surtout renvoyer ces théories à leur arbitraire (hypotheses non fingo) et comme Galilée avait été à l'origine de la philosophie rationaliste du XVIIè, Newton nourrira toute la réflexion philosophique du siècle suivant.

Dans ce moment sceptique et plus occupé des sciences du vivant, Hume (1711-1776) dénoncera nos limites rationnelles en s'intéressant à la formation de nos croyances, y compris la croyance dans la causalité, passant d'une raison objective au jugement subjectif avec toutes ses limitations. Ce mouvement, ainsi que la confrontation aux démonstrations rationnelles contradictoires et donc indécidables (antinomies), le "réveillant de son sommeil dogmatique" amènera logiquement à la "Critique de la raison pure" de Kant (qui ne l'empêchera pas de tomber dans le rationalisme moral délirant de l'impératif catégorique universel d'une bonne volonté indifférente aux circonstances comme à notre sensibilité au nom d'une sorte de dualisme cartésien). Toute cette séquence constitue bien l'intégration des premiers résultats de la science, et de sa critique de la raison a priori, en dehors de l'expérience, dans une philosophie qui se débarrasse petit à petit de la théologie et va se confronter bientôt à l'histoire (révolution, évolution). Cependant, l'erreur des matérialistes de l'époque comme des Lumières aura été encore de s'imaginer qu'il suffisait de se débarrasser d'une religion trompeuse pour accéder à la vérité et la raison universelle, l'éducation étant censée produire à notre guise un être rationnel et formaté socialement. Malgré les progrès des sciences et l'accès à tout le savoir du monde, notre réalité reste pourtant bien celle de la connerie humaine, éprouvée quotidiennement...

Toutes les données du problème ont tellement changé depuis ces temps lointains avec le développement des sciences et du numérique (qui prend en charge une partie de nos pensées), impossible vraiment de faire comme si on pouvait garder des croyances périmées sur notre liberté, nos déterminations ou notre raison. Ainsi, de nos jours, la psychanalyse peut rétablir la dignité et la primauté du sens sur les causes biologiques tout en réfutant les prétentions de la raison à y mettre bon ordre, très loin du rationalisme des lumières. Le matérialisme lui-même a dû se reformuler complètement pour intégrer la pratique, l'évolution technique et les systèmes de production, sans qu'on ait bien compris semble-t-il les puissances en jeu ni le caractère inéluctable de la sélection par le résultat en dernière instance. On avait encore affaire avec le marxisme à un rationalisme trop sûr de lui qui gardera une dimension religieuse, l'idéologie prenant paradoxalement le pas sur les réalités techniques et matérielles qui la fondent. Depuis l'écroulement du communisme nous pourrions d'ailleurs être entrés dans la période véritablement "marxiste" au sens d'un matérialisme économique qui signe l'échec de la philosophie politique et de ses trop bonnes intentions pour faire place à la politique effective comme rapports de force et adaptation au réel, dans une société pluraliste et mouvante. Ce matérialisme est cependant une nouvelle fois complètement modifié par l'introduction du numérique, exigeant une philosophie de l'information (de l'évolution) réactive pour laquelle c'est bien l'existence qui détermine l'essence, la causalité venant toujours de l'extérieur, du dehors, bien que selon différentes temporalités et avec tous les errements de notre rationalité limitée, sinon de notre folie.

C'est notre situation actuelle, sur laquelle il y a un énorme retard de la politique et de la réflexion. Nous savons ainsi qu'il nous faut agir pour persévérer dans notre être, lutter contre l'entropie anthropique, et que cela n'assure pas pour autant que nous ferons ce qu'il faut et que nous saurons nous adapter aux évolutions en cours. Notre tâche est de tenir compte de ces forces d'inertie ou de diversion comme du poids de notre ignorance et composer avec les puissances pour se frayer un chemin praticable au milieu des obstacles afin de pouvoir réparer ce qui peut l'être - au lieu de persister à rêver vainement de décider "rationnellement" du monde et le redessiner en géomètre, ignorant de sa rugueuse réalité.

Article intégré à une petite histoire de la philosophie.

copyleftcopyleft 

18 réflexions au sujet de « La pénétration de la science dans la philosophie »

  1. sortie de la religion au profit d'un pur rationalisme sur lequel (et
    contre lequel) l'autonomie de la science pourra se construire

    J'aurais je crois besoin d'une explicitation à propos de "pur rationalisme (...) contre lequel l'autonomie de la science pourra se contruire"...

    • Les sciences ne se suffisent pas des théories rationnelles (il y a d'innombrables belles théories physiques qui se sont révélée fausses), seul vaut l'expérience reproductible, la mesure (hypotheses non fingo). La raison a priori n'a pas de valeur scientifique tant qu'elle n'est pas confirmée par l'expérience où la raison est devenue résultat (provisoire). En fait, on peut dire que (presque) jamais l'expérience ne vérifie nos déductions rationnelles, la réalité étant différente et plus complexe qu'imaginée à mesure qu'on s'en approche. On peut considérer que les systèmes rationalistes sont là pour le prouver, moment de prise de conscience par la raison qu'elle est trompeuse dès qu'elle décolle de l'expérience.

      • La raison au service de la science nous confère une force sur la nature. Elle nous permet de predire le mouvement de la matière ainsi que celui des hommes et des betes. La connaissance scientifique explique t elle pour autant ce mouvement ou ces comportement? C est là une question qui divise les scientifiques depuis toujours. "Predire n est pas expliquer", comme le suggère le livre de R Thom. Ou bien devons nous chercher le point omega, cause et conséquence de toute chose?

        • Newton n'explique pas la gravitation, il la mesure, mais si René Thom ne peut prédire quoi que ce soit avec sa théorie des catastrophes, il prétend bien expliquer par les dynamiques sous-jacentes (par exemple le passage à l'attaque d'un chien). Il n'y a pas de cause de toutes choses, pas plus qu'il n'y a d'ensemble de tous les ensembles.

  2. D'une certaine manière, et pour être un peu provocateur, vous aussi, vous pensez que le mouvement social doit s'adapter aux " propriétés du triangle" en prônant une adaptation et une compréhension adéquate du mouvement du réel .. On voit mal finalement comment cela pourrait s'avérer compatible avec un devenir de la démocratie en tant que rapport nécessairement conflictuel et une place au point de vue de l'autre.

    • Pas sûr de comprendre mais, oui, il faut s'adapter au réel, l'intelligence (l'information) est faite pour cela, et il faut passer par la pluralité des intérêts et opinions. Le réel est complexe, il n'est pas géométrique, il est médiatisé et pluriel, pas immédiat.

  3. Je viens de finir la lecture du dernier ouvrage de Paul Jorion au sujet de l'extinction de l'espèce humaine. En fait il ne fait qu'exprimer un sentiment que nous partageons tous peu ou prou. Pour ma part, pas un jour ne passe sans que je ne pense à la catastrophe écologique en cours et à terme la menace de l'extinction de l'espèce humaine, qui devient une quasi certitude. Les quatre options décrites par Jorion face à cela me semblent tomber sous le sens: a) l'ignorance; b) l'indifférence; c) l'action immédiate dans la panique; d) le travail de deuil de la civilisation humaine. Et même si nous avançons l'hypothèse - comme P. Jorion le laisse entendre - de l'existence de civilisations extra-terrestres (je partage en tout cas l'idée qu'il existe de la vie ailleurs que sur Terre) plus intelligentes que la notre, auxquelles auraient succédé - après leur auto-destruction - des machines intelligentes capables de se développer dans un milieu hostile à la vie, la perpétuation de la civilisation humaine sous forme d'intelligence artificielle viendrait comme couronner mais de manière inattendue, l'affirmation de Hegel quant à la ruse de la raison historique, mais sans les humains. Je crains que cet ouvrage cependant ne prêche des convaincus, et que cela ne puisse toucher les fourmis de la spéculation financière qui travaillent à notre auto-destruction. Reste comme consolation possible, cette idée de Spinoza que vérité et éternité (non pas au sens de durée) sont liées, au sens où si dans le court espace temps au cours duquel des humains eurent accès à une petite part de pensée adéquate vis à vis la réalité, où en tout cas entreprirent le chemin en ce sens, ceci restera vrai, donc "éternel", même après leur disparition. Voila, c'était la pensée métaphysique du jour.

    • J'ai des doutes que des catastrophes probables produisent l'extinction de l'espèce humaine. Conventuellement des morts prématurés par millions, mais une extinction... Les nazis n'ont pas réussi leur entreprise d'extermination des juifs, malgré des efforts conséquent et la vie animale s'accroit en partie autour de Tchernobyl.

      http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences/20151006.OBS7115/loups-sangliers-elans-tchernobyl-le-paradis-des-animaux.html

      Quand bien même l'espèce humaine ne serait qu'un chainon de l'évolution menant à une intelligence-conscience "artificielle", est ce si dramatique ?

      La fin des dinosaures n'était qu'une étape évolutive et accidentelle, la fin du bipède humain serait douloureuse car souvent violente à moins qu'elle ne s'euthanasie dans élan soporifique.

      Je n'ai aucune idée précise de ce que pourrait être une méga intelligence artificielle, pas plus de ce que pourrait être dieu, des dieux, ou des extra terrestres dotés de super pouvoirs.

      • Alors ce sera l'extinction soporifique, avec peut être une accélération à l'étape finale.

        Concernant l'adaptation de la vie autour de Tchernobyl, c'est possible.

        Tout comme la perpétuation de la vie est certainement possible pour ce qui de bactéries ou autres espèces coriaces (mais je n'ai pas assez de formation scientifique pour l'affirmer), mais j'ai des doutes quant à la capacité du vivant dans sa diversité, à surmonter le seuil des 5° d'augmentation prévus par le GIEC d'ici un siècle.

    • Ce qui est sûr, c'est qu'on est mortel et que moi, à mon âge, je n'en ai sans doute plus pour très longtemps. Paul Jorion a raison de dire que tout l'effort de l'humanité est de vouloir le dénier. Il n'y a pas de désir de savoir, on veut pouvoir continuer à s'illusionner, sinon la vie ne vaudrait pas la peine d'être vécue... Que notre propre mort nous angoisse est bien compréhensible mais pourquoi donc se préoccuper de l'espèce ? de la race ?

      La crainte du grand remplacement (par les musulmans, les transhumains, les robots) n'est peut-être que la prise de conscience qu'on n'est pas le centre du monde qui peut se passer de nous et que l'histoire de l'esprit ne se confond pas avec une humanité miraculeuse qui n'en aura été qu'un représentant, moment d'une évolution (cognitive, culturelle) qui nous dépasse. De toutes façons, ce qui est sûr, c'est que l'avenir sera très différent de ce qu'on imagine.

      On peut trouver comique qu'on s'inquiète de notre extinction alors même qu'on doit faire face à un pic de population plus élevé que prévu. Cette concentration démographique crée les conditions de grandes pandémies mortelles qu'on saura sans doute contenir. Cependant, la seule possibilité d'extinction de l'espèce humaine me semble un virus conçu pour cela comme on veut le faire pour les moustiques. Cela me semble une véritable possibilité quoiqu'on trouvera toujours assez d'exceptions pour que l'espèce en réchappe (il suffit d'être deux). En dehors de ce cas très sérieux, il n'y a qu'exagérations comme si la dégradation des conditions de vie et des morts par millions n'étaient pas suffisants pour nous émouvoir. Il est vrai qu'il peut y avoir emballement du réchauffement mais ce n'est pas forcément l'espèce humaine qui en souffrira le plus, en tout cas pas jusqu'à disparaître comme un très grand nombre d'espèces. Même une guerre atomique aurait du mal à contaminer la Terre entière (il peut y avoir quand même un hiver nucléaire si on met la dose). Des écologistes parlent de destruction de la planète, d'autres de la fin de la vie sur Terre, c'est donc déjà une certaine modération de ne parler que d’extinction de l'espèce humaine !

      Par contre, ce qui est vrai, c'est 1) qu'il n'est pas si facile de faire le bon diagnostic sans dénier les risques ni en faire trop (il y a des risques terrifiants, ils ne sont pas toujours certains) 2) il ne suffit pas d'avoir la bonne information pour réagir comme il le faudrait et arrêter la méga-machine qui tourne toute seule. Là non plus, il n'est pas facile de savoir quoi faire qui ne soit pas vain et trouver le bon remède.

      Il y a donc toutes les chances pour que ce ne soit pas vérité éternelle et il faut espérer qu'on construise une meilleure intelligence collective, aidée par l'intelligence artificielle car, si on n'arrive jamais à s'entendre sur l'à venir, on réagit toujours dans l'urgence et on finit par apprendre de ses erreurs (pas toujours) mais après la catastrophe souvent...

      • Il me semble qu'il y a tout de même un désir de savoir, mais peu répandu, car ca demande beaucoup d'efforts de renoncement à ses certitudes, de réflexion, d’expérimentation avec ses échecs, sans pour autant être dans un relativisme vain.

        Nous sommes mortels, mais les principes physiques qui nous produisent sont globalement immortels. Peu importe la mortalité de l'humain. Le problème réside dans la mise en place de sociétés permettant à l'humain d'accepter sa condition d'être transitoire, en contrepartie d'une vie assez épanouie et non pas subie excessivement sous le poids des contraintes matérielles.

        Le corps se désagrège comme dans un rêve de recomposition matérielle. L'âme se disperse dans un kaléidoscope.

  4. pourquoi donc se préoccuper de l'espèce ?

    Parce que la transmission de la vie est un fondement ancestral d'un sens de la vie, de l'existence ? Mais je sais, enfin je crois savoir, Jean que cette idée se heurte au fait que tu considères que l'existence n'a pas, ne peut avoir de sens...

    Sinon, bien sûr, on peut aussi considérer que la transmission de la vie (de l'esprit) peut se faire autrement que par la perpétuation de l'espèce (j'ai encore moins d'attachement à "la race", je le confirme). Mais en attendant l'avènement de l'intelligence artificielle (à laquelle je ne saurais contribuer, par absence de compétences), je fais mien le souci d'une perpétuation de l'espèce humaine, puisqu'elle est le moyen le plus probable de passage (éventuel) à une autre forme — "supérieure" ? — de vie de l'esprit (non ?).

    • La vie est un miracle, une improbabilité, une singularité qui contredit l'universel, un non sens face au néant et qui doit pour cela construire le sens de son existence qui n'est pas donné d'avance, dont on est responsable.

      Je pense effectivement qu'on n'a pas plus de raisons de se préoccuper de l'espèce que de la race qui sont des idéalités qu'on investit pour de mauvaises raisons tout aussi bien que la Nation ou la masculinité (peur de l'effondrement psychotique, de ce qui fait notre humanité et tenir la loi si fragile). Il faut bien sûr se préoccuper bien plus qu'on ne le fait du sort des populations, ce n'est pas du tout la même chose, c'est concret, ce que n'est pas l'espèce, ni la race, ni même la famille aux contours incertains. Je ne vois pas comment mais si on pouvait empêcher la fabrication d'un virus exterminant notre espèce, il faudrait le faire bien sûr, le virus visant spécifiquement l'espèce mais, pour le reste, on a affaire à des populations plus ou moins vulnérables (capables de peut-être vivre sur une planète inhospitalière comme Mars). Ce qui nous caractérise, c'est d'être une espèce invasive, et donc indépendante de son milieu d'origine car recréant son milieu domestique. Tout ce qui nous semble propre va dans le sens d'un détachement du biologique (même si on en reste dépendant).

      Pour établir que nous ne nous identifions pas à notre espèce (car c'est l'extériorité de la culture, de la science et du langage qui nous constituent), j'use de l'expérience de pensée d'une rencontre avec des extra-terrestres amicaux (je ne vois pas l'intérêt pour des extra-terrestres arrivant en forcément petit nombre d'être inamicaux, ce qui nous forcerait à prendre le camp de l'espèce menacée). Si nous arrivons à établir un dialogue entre nous, puis à vivre ensemble, ils feraient partie de notre humanité sans avoir rien de commun avec notre espèce biologique. Ce qui compte, c'est bien la vie de l'esprit sauf qu'il ne faut pas croire que l'esprit dépend de nous alors que nous ne faisons que participer à un processus cognitif extérieur, aboutissement d'une évolution qui continue avec l'évolution technique qui s'impose de l'extérieur, déterminée par l'environnement actuel (technique, humain, naturel).

      Il faut, malgré tout, tout faire pour perpétuer l'espèce (pas du tout menacée sinon par la surpopulation). "Il existe des enfants, ainsi demeure une certitude du bien" dit Hölderlin. En dehors de notre propre reproduction, se focaliser sur une possible disparition lointaine est juste de la mauvaise métaphysique qui nous fera nous inquiéter de faux problèmes comme la modification de notre ADN, notre collaboration avec des machines, des puces implantées, et vouloir arrêter l'évolution pour ne pas être les chimpanzés du futur mais rester bien cons. Ces paniques mal placées sont très dangereuses et n'ont plus rien à voir avec la protection des populations et de leurs conditions de vie qui devrait être notre seule préoccupation.

      De toutes façons, personne ne prétend que notre espèce pourrait être immortelle, l'univers lui-même ayant une durée finie (selon la science actuelle du moins) et des catastrophes cosmiques pouvant se produire bien avant. Il est difficile d'admettre que notre destinée nous vient de l'extérieur, d'une évolution pour laquelle les espèces ne sont que transitoires. Notre existence n'est qu'un sursis, une durée limitée dans l'immensité des temps, un compte à rebours du temps qu'il nous reste à vivre, toujours dans le provisoire, ce qui n'empêche pas que nous sommes responsables des générations à venir et de la planète qu'on leur laisse, mais pas pour les siècles des siècles, juste pour ceux qui viendront après (nos enfants et petits-enfants), au-delà, impossible de savoir, ce n'est plus de notre ressort.

        • Oui, sans doute (espérons que non), en tout cas elles sont à la mode mais leur caractéristique est d'avoir une portée réduite, rien à voir avec Hiroshima.

      • Sur l'expérience de pensée "humains et extraterrestres qui finissent par faire société 'humaine'", voilà que le hasard (via ArretSurImages.eu) me fait tomber sur des babouins et des chiens qui se sont "mutuellement adoptés" jusqu'à constituer une société inter-espèces inédite. Vous connaissiez ?

        http://petinthecity.fr/2014/10/16/quand-babouins-chiens-et-chats-sauvages-vivent-ensemble/

        Sinon, merci (aussi) pour la citation de Hölderlin 🙂

        • Je ne connaissais pas cette vidéo impressionnante. On avait parlé de bandes de babouins qui vivaient avec des loups et l'adoption de chats par des singes était connu mais là, dans ces conditions plus artificielles, avec des chiens et des chats, on est beaucoup plus proche de la domestication.

          Ceci dit, la collaboration entre espèces est chose courante (par exemple pour débarrasser une autre espèce de ses parasites). Ce n'est pas exactement la même chose qu'une certaine indifférenciation dès lors qu'on parle, qu'on a un langage commun.

          • Je ne sais pas si on peut parler d'évolution dans ce cas ; c'est parce que les humains donnent à manger que ces comportements intéressants à observer se mettent en placent ; les cigognes aussi changent leurs habitudes et ne transhument plus du fait de la nourriture abondante des décharges espagnoles .
            On a là plus un effet des modes de vie humains qui sont sans doute amenés à changer . Dès que les babouins seront dans l'obligation de courir chercher leur nourriture , ça va changer et la compétition reprendra ; de même les cigognes , devront reprendre leurs voyages ; sauf qu'il y a perturbation et sans doute des conséquences négatives à venir pour les animaux ; et peut être aussi ? des problèmes sanitaires , survenue de maladies pour nous ...?

Les commentaires sont fermés.