Le coup le plus dur

2828Pendant qu'on se lamente sur les nouvelles défaites des syndicats, trahis comme d'habitude par la CFDT (c'est FO qui jouait ce rôle avant), le coup le plus dur vient d'être donné par le gouvernement socialiste avec la perspective de désindexer les retraites de l'inflation. Qu'on ne s'y trompe pas, c'est la voie ouverte à une diminution drastique des retraites comme de tout autre droit qui serait désindexé en douce.

La chose semble facile et ne pas mériter de désapprobation car l'inflation recule encore pour l'instant et nous sortons d'une longue période d'inflation minimale. Il est habituel qu'on s'imagine à chaque fois que cela va durer toujours alors qu'on entre au contraire dans une nouvelle période d'inflation. C'est très explicite avec le nouveau premier ministre japonais, mais les USA et la Grande-Bretagne sont sur la même pente, inévitable même si l'Euro s'y refuse par principe, la hausse des matières premières à cause du développement des pays les plus peuplés devant y participer de plus en plus.

Non seulement on devrait rentrer dans un nouveau cycle d'inflation (Kondratieff) mais le risque d'hyperinflation est réel avec les sommes gigantesques injectées. Pour l'instant, elles sont gelées dans les trésoreries d'entreprise mais leur déversement dans l'économie lorsqu'elles sortiront de leur trappe à liquidité pourrait provoquer un tsunami des prix.

C'est la promesse d'une réduction drastique des charges de remboursement à long terme, ce qui est une bonne chose (ce qu'on appelle l'euthanasie des rentiers) même si cela renchérit les intérêts à court terme, mais les retraites et autres droits désindexés de l'inflation seraient aussi sévèrement touchés. Or, si on ne peut s'en sortir effectivement que par l'inflation, il n'y a qu'un moyen d'en protéger les travailleurs, c'est l'indexation des revenus et des droits. Que cela ne soit pas dans le débat est dramatique alors que cela devrait constituer le premier des objectifs.

Faire de mauvais diagnostic, s'engager dans des combats perdus d'avance et ne pas se focaliser sur les enjeux les plus importants pourrait nous coûter très très cher...

copyleftcopyleft 

46 réflexions au sujet de « Le coup le plus dur »

  1. Tout cela est bien inquiétant, et je constate que mes réticences quand j'ai voté Hollande étaient sous évaluées... On est devant une vaste "sociale trahison", plus ou moins écrite d'avance mais dont les conséquences vont aller au delà du pire imaginé...
    Merci à Jean Zin pour son blog et sa newsletter, qui permet d'avoir de l'information et de l'analyse critique quand elles ont déserté les médias.

  2. Effectivement, j'ai entendu cela aussi. Et malheureusement, c'est bien la gauche qui désindexe le plus.

  3. pourquoi dîtes-vous qu'elles sont "gelées dans les trésoreries d'entreprise" ?
    à la rigueur déposer sur des "livrets" en banque centrale pour constituer de futurs réserves ou fonds propres, mais en trésorerie ??
    sinon, à coup sûr, l'indexation des revenus est générateur d'inflation par les revenus (salaires, retraites...).
    bien à vous !

    • Si je le dis, c'est que je l'ai lu. Les sommes bloquées dans les trésoreries des entreprises américaines sont bien supérieures au livret A (500 milliards je crois) ! Il est certain que l'indexation sur l'inflation est facteur d'inflation, c'est un moment du cycle en soi.

      • je parlais plutôt des sommes colossales que les banques déposent en banque centrale (BCE...) à des taux même inférieurs à celui du "prêt" par la même banque centrale, dans le but d'attendre des jours meilleurs plus propices à l'investissement en risque limité.
        sinon, il faut bien reconnaître que le gâteau des retraites est un vrai problème, une vraie question.

  4. Ce qui est curieux en économie, c'est que les avis sont très hétérogènes avec des keynésiens qui préconisent la planche à billet, d'autres que surtout pas mais oui au défaut sur la dette.

    Chez les libéraux, des contre la planche, pour l'austérité, et d'autres libéraux monétaristes applaudissent Bernanke.

    Chez les politiques, on a à gauche des keynésiens dits sociaux-lib centralisateurs qui deviennent austéritaires procycliques et qui finissent par contrer la dette alors qu'ils l'avaient laissée enfler pendant des décennies de croissance.

    A droite, des néo-austéritaires qui ont aussi laissé filer la dette, pseudo-libéraux, colbertistes par à coups. Pendant ce temps le FMI revoit ses paramètres.

    Dans ce domaine, pas de convergence des avis, une hétérogénéité croissante.

    La désindexation avait commencé sur les tranches de l'IR, alors comme les retraités ne sont pas syndiqués... Ca revient à un alignement progressif sur les régimes des autres pays européens, harmonisation par le bas comme le serait la fiscalité en cas d'harmonisation. Les revenus des ménages allant vers la compression, l'inflation ne vient pas. Les largesses des BC restent à maintenir la bourse, et les entreprises à profits rachètent leurs titres ou se fabriquent des banques filiales de sécurité.

    Qu'est ce qui ferait sortir les sommes des trésoreries si le contexte est déflationniste ? Les sommes injectées restent en circuit fermé, entre BC, banques, re-BC, bourses, modifications des ratios de bilans d'entreprises.

    20 ans que ça dure au Japon.

    Ca fait furieusement penser à un anneau supraconducteur, les électrons tournent en boucle et rien ne sort, ni électron, ni chaleur, un accumulateur étanche créant un champ, pas plus.

    En économie réelle, il faudrait que quelques BRICS parviennent à recentrer leur croissance pour générer un choc inflationniste réel, ils ont le marché potentiel, mais ça ne se fait pas vite de centrer sa croissance.

    • La différence, c'est que maintenant le Japon a décidé de créer de l'inflation, inflation qui reviendra de toutes façons à tout signe de reprise, de même que le déblocage des trésoreries se produira dès que la confiance sera revenue. C'est parce que le Japon est tombé dans cette situation avant nous qu'il prend les mesures pour en sortir mais les retournements de cycles sont difficiles à gérer et produisent des emballements et des krachs.

        • Sauf que là, c'est une volonté explicite du premier ministre qui veut imposer l'inflation à sa banque centrale. L'enjeu est d'ailleurs vital pour le Japon de retrouver sa suprématie perdue en 1987 pour faire face à la nouvelle puissance chinoise, ce qui laisse penser que l'objectif sera atteint après 25 ans de stagnation à ne pas oser fabriquer artificiellement de l'inflation, en faire un objectif signifiant se régler sur l'effet réel plus que sur un dogme.

          Ce qui se présente comme un volontarisme (contre les principes de l'économie dominante) n'est pourtant que ce qu'exige le cycle et la crise entraînant les autres monnaies dans une réaction en chaîne. L'inflation existe déjà dans les pays émergents mais, en dehors des politiques économiques particulières, il y a des cycles, des périodes où l'inflation est supportée pour son dynamisme et d'autres où elle est l'ennemi principal de la finance. Ce n'est pas seulement une question de théorie vraie en son éternité mais de processus et d'évolution des rapports de force.

          • Bernanke veut aussi mais c'est peu suffisant :

            De même pour les banques centrales qui constatent que leur politique, souvent agressive, de taux d’intérêts proches du zéro - loin de forcer la main des entreprises pour placer sur le long terme - conduit celles-ci à opter au contraire pour des instruments privilégiant la liquidité à court, voire à très court terme. Comme la distribution de dividendes ou le rachat d’une partie de leurs propres actions.

            http://www.gestionsuisse.com/2013/bientot-la-fin-des-bourses/

            l'inflation était censée être bien pratique pour ne pas vraiment rembourser ses dettes ou en tout cas rendre les échéances de remboursement moins douloureuses avec le temps ?

            Nous venons de voir que ce mécanisme de l'inflation qui érode les dettes était valable dans un monde fermé ce qui n'est plus le cas. Une inflation sans augmentation de salaire, non seulement ne rend pas les dettes plus "faciles" à payer, mais en plus diminue systématiquement le pouvoir d'achat des ménages, rendant la dette en réalité de plus en plus lourde à payer...

            http://www.tribuforex.fr/forum/viewtopic.php?id=22074

          • Oui, c'est pertinent. D'abord, je ne suis pas du tout optimiste puisque je dis que la crise n'a pas encore eu lieu, simplement différée, ensuite, je ne suis sûr de rien à seulement encourager à prendre en compte les cycles à long terme pour éclairer le présent mais il n'y a aucune certitude à en tirer, seulement que tout n'est pas tout le temps pareil et que les arbres ne montent pas jusqu'aux cieux. Ceci dit, le deuxième lien me contredit avec raison sur notre capacité à indexer les salaires sur l'inflation. Effectivement, l'inflation va servir surtout à réduire les salaires. Il n'est pas du tout certain qu'on puisse s'y opposer, comme les pays du sud n'ont rien pu faire contre la terrible régression qu'ils subissent. Si on ne peut l'empêcher, il faudra apprendre à vivre en dehors du salariat, développer une culture de la pauvreté involontaire et les échanges de proximité.

          • Dans mon cas le contraste est étrange, tant que je restais en France c'était souvent la galère, dès que je me suis mis sur le marché international j'ai doublé mes revenus et on me sollicite régulièrement pour des boulots encore mieux payés, encore maintenant on me fait du pied pour un job à 100 000 euros équivalents brut français.

            C'est un boulot très utile, mais c'est pas ce genre de job que j'ai envie de faire, plus de pression, costard cravate tous les jours, avions, hôtels, reporting performance, ça je peux pas. Et puis j'ai assez comme ça.

            Je constate donc que le marché du travail est mondial et que c'est ainsi que beaucoup vont raisonner, quand ça leur est possible. Il y a des besoins aussi de plombiers en Alaska ou en Australie, pas seulement d'ingés ou de cadres.

        • Le seul intérêt pour le Japon c'est de concurrencer l'Allemagne sur des marchés similaires, d'où la réaction allemande, mais globalement cette concurrence des monnaies dans la dépréciation devrait amener une stagflation globale.

          Concurrence des monnaies et des salaires, je ne vois pas bien où ça peut aller ailleurs.

  5. Du changement en France il n'y a pour l'instant que néant
    Certes un néo-fachiste est écarté
    Mais cela peut-il duré?
    Quand à la dictature ce n'est pas seulement celle des marchés
    Irakiens, Afghans, Lybiens sont là pour en témoigner
    Guerre sociale à l'intérieur et guerres tout court dans d'autres contrées
    Droit de vote des étrangers, scrutin proportionnel, ou taxation des transactions financières ne peuvent patienter...
    Il en va des libertés si fièrement arborées
    Quasiment pas enseignées et si peu protégées
    Sans quoi de la modernité ne subsisterait que la fausseté
    Pas de quoi se glorifier de technologies, d'idées ou de passé
    D'un modèle occidental impérial il faut se détourner
    La cure d'austérité nous le fera peut-être réaliser
    Qu'il faut toujours avoir à coeur de se mobiliser
    Sortir de l'abrutissement, passer au dégrisement, revenir à de meilleurs sentiments que ceux de l'emportement ou de l'aplatissement. réel développement.

  6. En même temps, il y a diversion sur le mariage homo.

    Je n'ai pas grand chose contre, je m'en moque même, ayant fréquenté des homos, femmes ou hommes. Mais le débat est assez déconcertant, s'étendant à la polygamie, la PMA, le mariage incestueux. Perso, je n'ai jamais eu aucun doute sur mon hétérosexualité, au moins depuis l'âge de 6 ans, mais l'homosexualité qu'ont d'autres ne m'a jamais posé de problèmes.

    Je serais intéressé de connaitre votre opinion sur la question, vu que ça agite les esprits.

    • Pour la diversion des attaques aux droits sociaux, il y a mieux désormais que de parler du sexe des anges avec un vraie guerre et bientôt du terrorisme chez nous peut-être. Il serait étonnant qu'on n'en profite pas pour faire passer quelques lois scélérates (que je ne crois pas qu'on puisse éviter d'ailleurs).

      Moi, je suis contre le mariage et même plutôt contre la PMA même pour les couples mariés. Quand je dis que je suis contre, cela ne va pas jusqu'à m'y opposer. Que ceux qui veulent se marier se marient, de n'importe quel sexe et même à plusieurs, pourquoi pas ? Je ne suis pas non plus porté sur l'homosexualité, ayant eu quelques expériences désagréables et supportant difficilement d'être dragué par un mec alors que je sauterais sur n'importe quelle fille (vantardise) mais dans ma jeunesse psychédélique, en Californie, je me promenais habillé un peu en page avec un chapeau à plume et des collants !

      Je reconnais bien sûr entièrement le droit aux homosexuels de vivre comme ils le désirent, et de se marier si c'est leur truc. Je défends même le mariage des homosexuels au nom du droit des enfants car en cas de séparation ou de décès, la rupture totale entre un des parents effectifs et les enfants qu'il a élevé est insupportable.

      Le seul problème dans l'affaire, ce sont les opposants, leur conservatisme obtus et leurs arguments religieux délirants. On voit se manifester la bêtise humaine dans toute sa splendeur avec la confusion entre nature (mal comprise) et norme (juridique). Plus généralement, on trouve les Catholiques réactionnaires sur exactement la même ligne que les Islamistes à vouloir "décider de la société dans laquelle on vit", imposer un "choix de société" à tous, contre leur gré, contre l'extension des libertés individuelles qui participe, certes, à l'entropie humaine.

        • Non, je ne trouve pas. L'idée qu'une transgression des normes provoque un effondrement symbolique est très archaïque et partagée mais n'est pas fondée. On oppose un risque obscur très hypothétique aux problèmes effectifs des couples homosexuels, ce qui est bien de l'obscurantisme. Bien sûr, il est normal que les gens "se posent des questions" quand on sollicite leur avis sur des questions qu'ils ne connaissent pas et qu'on leur demande de décider de la vie des autres ! L'argument "anthropologique" est utilisé par ceux qui ne sont pas anthropologues. Voir plutôt Maurice Godelier.

        • C'est le début des dérives des biotechnologies, préférant l'idée que l'enfant soit le produit de la jouissance sexuelle et je n'imagine pas du tout y avoir recours mais je ne demande pas son interdiction pour autant.

      • Sinon, j'ai eu le même problème avec les homos, ils me draguaient
        à donf, à Londres ou Paris, le joli blond aux jolis yeux bleus, musculature fine, avec un visage de page, ça les motivait, pourtant je n'avais aucun accoutrement spécial avec plume dans le fion. En général, quand je disais pas touche, ils arrêtaient. Sauf une fois, un nord africain avec qui j'avais été sympa s'est cru autorisé à m'approcher d'un peu trop près, A ce moment, je lui ai dit stop, il insistait, alors je lui ai montré mon casque intégral moto qu'il allait se prendre dans la gueule si il insistait plus loin. Je roulais en Honda trail à l'époque.... Lui à compris que je ne plaisantais pas et que son faciès aurait essuyé des dégâts.

        • Cela permet au moins de se rendre compte du calvaire des femmes qui se font draguer et ne peuvent répondre avec un poing dans la gueule. Moi, on pouvait même m'accuser de provocation à cause de ma tenue et, à mon époque, comme pour les femmes "libérées", l'argument du fait qu'on était coincé était assez insupportable (c'est la position de Sade dans Français, encore un effort...).

          • De mon point de vue, la vie est mal foutue, je plaisais aux homos mais j'étais pas homo, pas de bol pour eux ni pour moi. Je plaisais à des nanas, mais sans m'en rendre compte, ou alors elle ne me plaisaient pas, et quand certaines me faisaient kiffer, je ne leur plaisais pas ou peu. Une série complète de mal entendus. Finalement, mon parcours est rigolo à la Buster Keaton, totalement hors circuit amoureux, alors que j'étais une vraie fleur bleue mais peut être trop abstraite.

            J'avais le physique d'un tombeur et j'étais timide, ne voulant jamais importuner par la drague. Je pense que mes restrictions "morales" m'ont couté très cher et que je les assume, pas le choix.

  7. Jean Zin en analyste et économiste de l'économie nationale et mondiale, vous avez tous les dons. Qu(est-ce que vous attendez pour vous engager politiquement ?

    • Cela n'a rien de nouveau que je m'occupe d'économie ni que j'analyse la crise présente notamment au regard du cycle de Kondratieff. Je considère effectivement qu'un philosophe doit s'intéresser à tout, en particulier à ce qui impacte la vie concrète, et que la philosophie est liée à la politique démocratique. Cela fait de moi un intellectuel total, ce qui n'est plus du tout de saison paraît-il, ce qu'on appelait simplement un honnête homme avant. D'ailleurs, sans parler de Marx, Keynes soutenait aussi qu'un économiste devait s'intéresser à tout et devait être un peu philosophe. Il n'y a là aucun don, seulement du travail et je ne vous ai pas attendu pour m'engager politiquement, ce que je continue à faire par mes textes (et ma participation épisodique à EcoRev') même si j'ai arrêté, depuis peu, les réunions publiques et ne suis plus affilié à aucun groupe ayant développé des analyses trop dissidentes par rapport aux idéologies à la mode.

      • Je vous remercie de votre réponse. En tant "qu'intellectuel total" vous considérez-vous comme une sorte d'Alain de Benoist de gauche qui, comme vous, se considère comme un "intellectuel total" pouvant discourir aussi de philosophie, de sociologie sciences de la nature, des différentes sciences sociales comme, ici, d'économie ? Sur l'engagement politique j'entendais un engagement qui ne consiste pas seulement à prendre position publiquement sur tel ou tel sujet mais à, de part la fonction institutionnelle que l'on a acquise, grâce à l'élection, régler un certain nombre de problèmes concrets.

        • Non, je ne me considère pas "comme une sorte d'Alain de Benoist de gauche" même si on peut évidemment avoir quelques points communs. Il ne suffit pas d'être un touche à tout. C'est plutôt un idéologue et pas tellement honnête, comme tous les idéologues.

          Je ne me suis pas tenu à l'écart de l'engagement politique, j'ai même été présenté à des législatives par les Verts. Cela m'a convaincu de la perversion du système et que ce n'était certes pas la meilleure voie pour faire avancer des idées. J'ai dû aussi admettre à la longue que ces idées que je défendais ne rencontraient quasiment pas d'échos, sans doute trop en avance (si elles ne sont pas complètement à côté de la plaque). De toutes façons, je ne suis pas un propagandiste sûr de détenir la vérité, trouvant plus utile de travailler les questions mais tout dépend des circonstances et, même si je ne pense plus avoir assez d'énergie pour cela, je ne jure pas ne jamais revenir à la politique active au cas hautement improbable où cela pourrait être décisif. D'autres que moi sont bien plus capables d'occuper ces fonctions pratiques exigeant de savoir manipuler les gens et de camoufler ses faiblesses ou ses doutes.

  8. Olaf, y a t'il quelquechose d'adulte que vous voulez nous dire sur "les homos"? (je trouve bizarre cette discussion de comptoir, non?)

    • Adulte, ça ça fait très comptoir analyse transactionnelle.

      Pour les homos, si voulez un truc adulte, eh bien qu'on leur fiche la paix.

  9. Il me semble que Raymond Barre avait déjà désindexé le point d'indice de la fonction publique en ... 1974.
    Ensuite, pendant longtemps les gouvernements socialistes ont prétendu "maintenir le pouvoir d'achat en masse", ce qui veut dire qu'individuellment il diminuait et que seuls les changements d'échelons compensaient.
    Donc cela va de pire en pire dans ce domaine. Si les retraites actuelles, indéxées sur les prix en Euros ne sont plus réévaluées, tout est en place pour une dégringolade généralisée du pouvoir d'achat. D'un autre côté les crises environnementales nécessiteraient une décroissance généralisée des rejets de GES : mais n'est-il pas possible d'avancer sur cette voie de manière civilisée et digne sans passer par une phase d'hyperinflation sauvage et inhumaine?
    La relocalisation massive de l'essentiel pourrait-elle éviter les ravages de l'hyperinflation? Se passer des énergies foosiles importées serait peut-être la voie de la sagesse car elles seront peut-être le moteur de cette hyperinflation.

    • Je ne crois pas qu'on puisse éviter une phase d'hyperinflation pour la même raison qu'on ne peut éviter un krach lorsqu'il y a une bulle spéculative, toutes les conditions sont réunies pour cela. Ceci dit, l'Euro sera sans doute le dernier à accepter l'inflation, ce qui devrait se payer très cher en chômage cette fois. Je ne fais pas cependant des prédictions, seulement des prévisions, évaluant un risque majeur pour les droits sociaux encore indexés (retraites, smic, minima sociaux).

      Dire cela n'est pas minimiser le problème du financement des retraites qui est évident malgré tous les raisonnements qui prétendent escamoter le problème avec des gains de productivité ou que sais-je. Diminuer les retraites les plus élevées (en préservant les petites retraites) semble bien une nécessité mais accepter une baisse d'1% par an, par exemple, n'a rien à voir avec une désindexation qui peut aller bien au-delà des 10% comme on l'a vu en 1929 et qu'on risque bien de reproduire (pas à un tel niveau quand même car la coordination des banques centrales est plus forte). Il n'est pas exclu qu'on arrive à stabiliser la situation une dizaine d'année mais ce n'est pas le plus probable et ne fera que reculer l'éclatement de la bulle monétaire. Bien sûr que les énergies fossiles devraient alimenter l'inflation (bien que ce ne soit pas entièrement sûr après la baisse de prix due au gaz de schiste) et que la reconversion énergétique est urgente mais elle ne mobilise pas suffisamment encore

      C'est bien joli de parler de décroissance, mais ça ne tient pas devant les faits. J'avais écrit dans "l'appauvrissement volontaire" que toutes les alternatives au capitalisme impliquaient un appauvrissement monétaire qui était inacceptable notamment aux plus pauvres. La réalité de notre système de production, c'est que dès qu'on n'est plus en croissance, les moyens financiers diminuent et ce sont les pauvres qui en paient le prix par la baisse des protections sociales comme par le chômage. Pas la peine de s'imaginer ne pas avoir à en tenir compte.

      Au lieu de parier sur une décroissance purement quantitative, il faut parier sur l'alternative (il n'y en a pas d'autres), un autre système avec d'autres dispositifs. En attendant il faut pouvoir financer, sans emprunter, en prélevant des impôts et cotisations qui sont déjà les plus élevés du monde, ce qui est insoluble. Le repli sur le local devrait être forcé par cette impasse même. Ce n'est pas une relocalisation massive mais une intensification de l'économie locale et des échanges de proximité. Il y aura aussi une relocalisation de l'industrie avec des antennes de production robotisées mais ce n'est pas l'essentiel, notamment parce que ce n'est pas ce qui relancera l'emploi industriel.

      Cela devrait donc être l'appauvrissement subi et l'aggravation de la crise, ou toute autre catastrophe, qui nous forcera à changer et sortir du productivisme salarial pour le travail choisi, où un travail épanouissant est le bien le plus précieux. Pour éviter la catastrophe, c'est simple, il suffirait de s'y décider avant mais c'est ça qui est impossible. On le voit bien avec la finance où les banquiers en déroute sont prêts à toutes les concessions et se mettent sous la coupe des Etats mais repartent dans toutes leurs dérives à peine la situation semble (faussement) s'améliorer. On ne renonce pas à un gain possible avant qu'il ne soit hors de portée.

      Si on était plus intelligents et qu'on pouvait être plus sûrs de nous et de ce qu'il faut faire, nous ne serions pas ballotés par l'histoire. Ce temps viendra peut-être de la fin de l'histoire subie mais le spectacle du monde nous démontre le contraire dans l'égarement des politiques conduites (quoique la gestion à court terme des banquiers centraux soit pour l'instant assez efficace). Notre moment présent manifeste l'étendue de notre rationalité limitée mais l'humanité progresse et nous gardons la capacité de réagir assez rapidement, souvent hélas dans la mauvaise direction, celle de l'extrémisme verbal comme celui qu'on retrouve dans les promesses délirantes de l'amour perdu comme s'il fallait compenser notre défaite totale par le pur imaginaire d'une volonté qui veut s'affirmer dans le refus de la totalité du réel.

  10. il faut bien distinguer le panier de la ménagère de certains actifs "patrimoniaux", car sur l'actif immobilier, il faut reconnaître que le stade de l'hyperinflation est derrière nous. La flambée des prix de l'immobilier du début du siècle (et oui...) rend l'accession improbable au primo-accédant. L'hyperinflation des actifs, on est dedans. Mon esprit critique m'oblige à concevoir qu'une bonne partie des retraités actuels sont propriétaires de leur toit et gagnent en sécurité comparativement aux plus jeunes. Alors plafonner les retraites, c'est un discours que je tiens depuis belle lurette, d'ailleurs pour rien car je n'ai pas de blog 😉 et je me fais accuser de trahison par l'opinion de gauche qui reste fidèle à son credo de courte vue (parfois) ; m'enfin...

    • Oui, une inflation faible favorise les bulles des actifs mais la bonne inflation est celle des produits. Yann Moulier-Boutang prétendait en 1999 déjà qu'on était dans un nouveau cycle de Kondratieff à cause de l'inflation des actions, ce que je contestais, l'inflation dans un Kondratieff étant le résultat de la croissance (des pays les plus peuplés cette fois), impliquant matières premières et salaires, les prix ne pouvant s'effondrer comme dans une bulle. La situation était semblable juste avant 1929.

      Une des raisons pour laquelle on préfère l'inflation, c'est qu'il est presque impossible de réduire les revenus nominaux alors qu'on n'est pas responsable de leur diminution quand c'est un phénomène "non voulu" comme l'inflation qui rogne le pouvoir d'achat. Substituer le marché à la politique permet d'éviter toute responsabilité personnelle et de passer outre des rigidités idéologiques trop réelles qui ont presque autant de responsabilité dans la précarisation générale des outsiders (jeunes, chômeurs).

      • sans oublier les effets de la spéculation notamment sur les matières premières. On l'a vu avec les émeutes de la faim, souvent générées cette fois par une inflation des prix induite par la spéculation (denrées alimentaires). Merci.

        • Les émeutes de la faim et la flambée du pétrole sont l'origine de la crise des subprimes (de la baisse de l'immobilier des banlieues) la spéculation sur le blé et le pétrole n'ayant fait qu'amplifier un phénomène qui a disparu avec la récession mais qui reviendra inévitablement à la première reprise. Ce n'est donc pas tout-à-fait du même ordre que la spéculation immobilière car il y a un noyau réel simplement amplifié (Jorion ne veut y voir que la spéculation ce que je conteste).

          • c'est vrai que Paul Jorion dénonce les méfaits de la spéculation, mais il ne se cantonne pas à cette unique cause.
            Sinon, pour la petite histoire, c'est grâce à vous si j'ai découvert Jorion, en 2007 ou 2008, vous mettiez des liens vers ContreInfo (super site disparu) et à l'époque il reprenait des billets de Paul. J'ai ensuite été régulièrement sur son blog, et même répondu à un de vos rares commentaires sur son blog. Bon, c'est juste pour le fun que je vous le dis 😉

  11. Votre analyse ne se cantonne-t-elle pas aux paradigmes classiques qui s'appuient en effet sur une croissance infinie?. Mais les crises comme celle du climat,ou celle de la limite des ressources, impliquent la notion de limite. Comment faire pour prendre en compte ces éléments nouveaux?Il y a bien des domaines où il faudra bien décroîre à moins de préférer une fuite en avant avec tout ce que cela implique.

    • Non, il ne s'agit pas de paradigme comme si tout était dans la tête, ce que croient trop de décroissants, alors qu'il s'agit de système. Je suis bien convaincu que la croissance ne peut être infinie, ce pourquoi je défends l'alternative du travail choisi se substituant à la société de consommation et au productivisme. Je dis simplement qu'il ne suffit pas de décroitre ni de réduire la croissance d'un système productiviste basé sur l'emballement, il faut un autre système pour que ce soit viable, ne dépendant pas de la croissance. Le but est bien de moins consommer et de réhabiter son territoire (et de se réapproprier sa vie) mais pas avec le même système qu'on croirait vainement pouvoir brider, ce qui ne marche pas et se traduit, dans ce cadre, par une explosion de la misère et du chômage (au contraire d'un système basé sur un revenu garanti et le travail autonome).

  12. La désindexation des retraites complémentaire commence.

    Pour l'instant ce n'est pas trop dramatique (1% de moins que l'inflation) mais ce n'est qu'un début alors que tout le monde parle maintenant de la guerre des monnaies et de la relance de l'inflation.

    Pendant ce temps là l'extrême-gauche s'écroule, ce qui est sans doute une bonne chose mais tombe mal quand on aurait besoin de combattivité et pas seulement pour quelques emplois industriels mis stupidement en vedette alors qu'il y a des millions de chômeurs et de pauvres.

Les commentaires sont fermés.