Un labyrinthe virtuel infini

Temps de lecture : < 1 minute

- Un labyrinthe virtuel infini

Des chercheurs de l’université technique de Vienne (Autriche) ont élaboré une application de réalité virtuelle qui donne l’illusion de se promener dans un labyrinthe sans fin, alors que l’on tourne simplement en rond. Les pièces et les couloirs fictifs que voit la personne sont générés dynamiquement, de manière à correspondre à l’espace physique réel dans lequel elle évolue. Cette technique repose sur un algorithme nommé Flexible Spaces (espaces flexibles) qui organise l’environnement virtuel à la volée, à partir de paramètres aléatoires.

Les déplacements de l’utilisateur sont suivis par un logiciel de capture des mouvements (PhaseSpace Impulse) à partir de 52 caméras haute définition, qui délimitent une surface carrée de 83,5 m2.

Visites de musées virtuels, jeux vidéo, entraînements militaires, circuits touristiques, voici quelques applications potentielles.

921 vues

Réduire la consommation des centres de serveurs

Temps de lecture : 3 minutes

- Réduire la consommation des centres de serveurs

Réduire la consommation des centres de serveurs

Avec des dizaines de milliers d'unités de traitement et de stockage qui doivent être refroidies, environ la même quantité d'énergie est utilisée pour les équipements de refroidissement des centres de données ou pour leur alimentation.

L'indicateur de performance énergétique est le PUE (power-usage effectiveness), rapport entre l'énergie totale consommée par le centre et celle réclamée par les seuls systèmes informatiques. Un PUE idéal serait donc de 1, alors que la moyenne se situe entre 1,83 et 1,92.

Par exemple, sur un site, il peut être intéressant de faire baisser la fréquence des unités de traitement en fonctionnement. Sur un autre en revanche, l'approche optimale pourrait permettre de transférer la charge de travail d'un serveur à un autre et les faire tous fonctionner à 80 % de leurs capacités, plutôt que de faire fonctionner moins de serveurs à 100 %. De la même façon, avec la technologie adaptative, les serveurs sous-utilisés peuvent être mis hors tension de façon dynamique si nécessaire.

Améliorer l'efficacité énergétique des centres de données est une bonne chose pour l'environnement, mais apporte aussi des économies. Il faut savoir que le fonctionnement d'un tel centre peut coûter plus de dix millions d'euros par an rien qu’en électricité. Il n'est donc pas surprenant que les opérateurs de centres de données soient très intéressés par les travaux de l'équipe Games.

Ces économies d'énergie ne sont pas sans intérêt mais semblent très insuffisantes. On avait vu d'autres solutions qui semblent préférables comme d'alimenter ces plateformes avec des énergies renouvelables (le problème n'est pas l'énergie mais le CO2), d'utiliser la chaleur dégagée pour le chauffage des habitations, voire de situer les centres de données dans les régions les plus froides, mais surtout de décentraliser les serveurs pour ne pas avoir besoin de les refroidir. Ajoutons que posséder son propre mini-serveur chez soi a l'avantage de garder le contrôle de ses données tout en les laissant disponibles sur le réseau ce qui devrait intéresser à la fois les particuliers pour la confidentialité et les entreprises pour la sécurité. Les méga centres de donnée ne sont pas la panacée et disparaitront peut-être comme les dinosaures du cloud !

617 vues

Retenir et restituer des photons avec des métamatériaux

Temps de lecture : < 1 minute

- Retenir et restituer des photons avec des métamatériaux

Trappedlight

Grâce à des métamatériaux en 3 couches, les ondes électro-magnétiques d'une fréquence précise sont absorbées par un condensateur qui peut les restituer ensuite en conservant leur direction et leur phase. Cette propriété pourrait être utilisée pour les ordinateurs quantiques ou des radars (car utilisant des micro-ondes).

585 vues

À l’ère de l’informatisation du crime

Temps de lecture : < 1 minute

- À l'ère de l'informatisation du crime
Francis Fortin, Cybercriminalité: entre inconduite et crime organisé

Cybercriminalité

Aujourd'hui, dans la presque totalité des crimes, il y a une composante Internet. Que ce soit dans un cas de vol, d'intimidation, de pornographie juvénile, de diffamation, d'usurpation d'identité, de meurtre ou même de fusillade en milieu scolaire, il y a toujours un moment où Internet a été utilisé.

S'adressant aux étudiants, policiers et procureurs, l'ouvrage se penche sur les usages problématiques d'Internet (atteinte à la réputation), les crimes touchant l'intégrité physique et psychologique de la personne (leurre, pornographie juvénile et cyberintimidation), les crimes économiques (vol d'identité, piratage et fraude), les crimes contre la collectivité (menace de fusillade, propagande haineuse, recrutement de membres pour groupes criminalisés).

627 vues

Vendre les « drogues légales » en pharmacie plutôt qu’internet

Temps de lecture : 2 minutes

- Vendre les "drogues légales" en pharmacie plutôt qu'internet

C'est le professeur David Nutt qui appelle le gouvernement britannique à appliquer le même principe que la Nouvelle-Zélande pour les "drogues légales" en permettant qu'elles soient vendues en pharmacie car se les procurer sur internet est beaucoup plus incertain et dangereux, notamment s'il faut intervenir pour une overdose. Souvent, ces drogues sont légales tout simplement parce que la nouvelle molécule n'a pas encore été interdite, le rythme de production des molécules modifiées étant plus rapide que le rythme législatif, il faut cependant en tenir compte à cause de leur disponibilité immédiate sur internet.

Il est peu probable que la mesure soit adoptée en Grande-Bretagne mais on voit comme internet pousse à modifier les législations dans tous les domaines.

En général The Telegraph est assez favorable à l'utilisation médicale des drogues, en particulier, ces jours-ci, les hallucinogènes contre la dépression.

792 vues

Un clavier flexible et qui clique

Temps de lecture : < 1 minute

- Un clavier flexible et qui clique

On avait déjà parlé de plastiques pour écrans tactiles pouvant se déformer sous nos doigts et l'article parle bien de leur intégration aux écrans tactiles justement mais on peut penser qu'un clavier à part si facile à emporter serait plus pratique car avec des touches plus larges s'il pouvait se connecter sur n'importe quel appareil, y compris les smartphones.

En fait dans ce clavier haptique, les touches vibrent et peuvent déclencher un click caractéristique confirmant la frappe.

578 vues

Faire bouger la queue d’un rat par la pensée !

Temps de lecture : < 1 minute

- Faire bouger la queue d'un rat par la pensée !

Ce n'est pas vraiment par la pensée mais seulement par le cerveau d'un homme lui même contrôlé par un programme visuel qui déclenche le signal transmis au cerveau du rat. Tout cela est à la fois très primitif, barbare et effrayant.

Tout ce qu’il faut faire, c’est de brancher votre humain sur un électro-encéphalogramme et d’envoyer des bruits ultrasoniques dans le centre moteur du cerveau de votre rat. Quand les humains voient un certain flash dans le stroboscope face à lui, le système se déclenche et la queue du rat bouge.

579 vues

Des qubits avec les vibrations de nanotubes

Temps de lecture : < 1 minute

- Des qubits avec les vibrations de nanotubes

Des ordinateurs quantiques dotés de nanotubes de carbone ?

Plusieurs dispositifs utilisés pour réaliser des ordinateurs quantiques élémentaires susceptibles d’ouvrir la voie à des supercalculateurs quantiques reposent sur l’utilisation de particules chargées. Ce qui les rend de facto particulièrement sensibles à des perturbations électromagnétiques diverses.

C’est pourquoi certaines équipes tentent de construire des ordinateurs quantiques avec des qubits stockés sous forme d’états d’oscillation ou de vibration de systèmes nanomécaniques neutres.

L’idée de base consiste à réaliser des nanorésonateurs mécaniques avec des nanotubes de carbone fixés à leurs deux extrémités. Il est possible d’exciter des modes de vibration quantiques de ces nanotubes avec des impulsions radio. On obtient alors des qubits que l’on peut intriquer avec des photons, et de l’information quantique que l’on peut écrire et lire avec un dispositif optoélectronique.

631 vues

BionicOpter, une libellule robot géante

Temps de lecture : < 1 minute

- BionicOpter, une libellule robot géante

Bien que le BionicOpter mesure 70cm d'envergure pour 48cm de long, il ne pèse que 175 grammes. Tout comme son modèle biologique, ce robot est pourvu de deux paires d'ailes indépendantes qui, grâce à des battements rapides (15 à 20 Hz), lui permettent de contrôler sa direction, son altitude et d'effectuer de brusques changements de trajectoire.

838 vues

Manipuler un photon sans le détruire

Temps de lecture : < 1 minute

Manipuler un photon sans le détruire.

Cela semble très intéressant, non seulement pour l'informatique quantique mais parce que cela crée un nouvel état quantique permettant de manipuler un photon sans le détruire grâce à un effet Kerr induit. L'intrication d'un photon avec un atome permettrait en effet d'agir indirectement sur le photon en manipulant l'atome. Le titre du papier insiste sur la disparition et la recouvrement d'un état quantique grâce à l'effet Kerr à un seul photon.

Le dispositif consiste en un qubit supraconducteur couplé à une cavité résonnante à micro-ondes.

530 vues

La crise chypriote profite à la monnaie virtuelle bitcoin

Temps de lecture : 3 minutes

- La crise chypriote profite à la monnaie virtuelle bitcoin

Bitcoin

Avec les fermetures temporaires des banques et les craintes d'une taxe sur les dépôts à Chypre, le cours du bitcoin s'est envolé ces dernières semaines. Résultat : l'île en crise de la zone euro devient le premier pays au monde à accueillir un distributeur de cette monnaie virtuelle.

En deux semaines, il est passé de 40 dollars à 72 dollars pour un bitcoin. Avec le succès de cette monnaie sur l'île, Chypre est devenu le premier pays au monde à disposer d'un guichet automatique de bitcoin. Selon l'investisseur canadien Jeff Berwick à l'origine de cette initiative, ce distributeur permettra d'échanger des bitcoins contre une monnaie traditionnelle et vice-versa.

Adossé à aucune banque ou institution gouvernementale, le bitcoin s'est imposé en quelques années comme l'une des principales monnaies virtuelles du web avec l'équivalent de 800 millions de dollars en circulation. Permettant de réaliser des micro transactions sur Internet, elle est cependant soupçonnée de faciliter le blanchiment d'argent qui profiterait de l'anonymat offert par cette plateforme.

Le succès de cette monnaie virtuelle, dont on avait parlé à l'origine en septembre 2011, est étonnant malgré les limitations de son algorithme. C'est en tout cas la première monnaie mondiale (et numérique), aussi anonyme et sûre que du liquide mais sans aucune régulation. Le trésor US voudrait d'ailleurs la contrôler mais on ne voit pas bien comment...

[Ajout du 8 avril : le bitcoin atteint maintenant le montant extravagant de 147$ ! Voir aussi Rue89. On s'attend à un krach qui ne semble pas tellement possible sauf à interdire cette monnaie, ce qui ne semble pas non plus possible... Un article critique dénonce la pyramide de Ponzi d'une monnaie dont la valeur continue à monter de façon délirante, ce qui favorise sa thésaurisation, mais aussi en relativise l'anonymat puisque toutes les transactions sont publiques]

771 vues

Programmer des cellules avec de l’ADN

Temps de lecture : 2 minutes

- Programmer des cellules avec de l'ADN

http://www.nature.com/nbt/journal/vaop/ncurrent/abs/nbt.2510.html

Il s'agit de programmer des cellules pour effectuer des tâches complexes et répondre à de multiples conditions grâce à des "portes logiques" (AND, OR, XOR) comme dans un programme informatique mais le but de ce qu'ils appellent un transcripteur, c'est par exemple de détecter des cellules cancéreuses. La réaction peut prendre plusieurs heures et il y aurait des systèmes plus rapides à partir des ARN mais qui ne peuvent stocker des informations alors qu'avec cette méthode, non seulement on peut gérer plusieurs conditions et bénéficier d'une sorte de mémoire mais il y aurait conservation du programme et des données mémorisées sur 90 générations au moins.

« Nous voulons faire des outils pour mettre des ordinateurs à l'intérieur de toute sorte de cellule vivante avec un peu de stockage de données, un moyen de communiquer, et des opérations logiques »

Voir aussi Gizmodo.

674 vues

ERDF va utiliser des drones pour inspecter les lignes haute tension

Temps de lecture : < 1 minute

- ERDF va utiliser des drones pour inspecter les lignes haute tension

Afin d'inspecter les lignes à haute tension, ERDF (Electricité Réseau Distribution France) veut utiliser un drone à la place de l'hélicoptère.

Avec un poids de 4 kg, les engins de Delta Drone volent à une vitesse maximale de 50 km/h et disposent d'une autonomie d'environ 30 minutes.

L'utilisation de drones civils est soumis à une réglementation dans le territoire français depuis le mois de mai 2012.

561 vues

Des hologrammes avec un écran LCD 3D

Temps de lecture : 2 minutes

- Des hologrammes avec un écran LCD 3D

HP a réussi à transformer un écran LCD 3D sans lunettes pour obtenir des hologrammes, c'est-à-dire pouvoir regarder un objet ou un film 3D sous différents angles (200 points de vue) comme s'ils flottaient au-dessus de l'écran.

La clé pour faire un affichage 3D sous différents points de vue, c'est la reproduction de tous les rayons de lumière se reflétant sur un objet sous tous les angles et d'obtenir une image différente à l'oeil gauche et droite du spectateur.

Le système utilise des métamatériaux où chaque pixel possède trois jeux de rainures qui dirigent rouge, vert et bleu dans une direction particulière.

Les chercheurs de HP ont montré qu'ils pouvaient faire des images statiques avec 200 points de vue, ou des vidéos avec 64 points de vue et 30 images par seconde pour l'instant.

Voir aussi Futura-Sciences.

712 vues

La stratégie commando appliquée à l’entreprise

Temps de lecture : 3 minutes

- La stratégie commando appliquée à l'entreprise

En fait, c'est l'application aux entreprises de la stratégie militaire des USA inspirée de Sun Tzu et dite "Light Footprint" (empreinte légère). Ce n'est pas tant ce que je trouve intéressant, quoique le basculement y compris pour les entreprises des actions de masse vers des actions de commando, des petits groupes, et des incursions ciblées sans trop d'impact sur l'environnement (trouvant des alliés locaux et limitant les destructions) est absolument essentiel, rejoignant l'évolution politique des contestataires du système (vers la guerre de partisans sinon le terrorisme). Comme je le souligne depuis longtemps, à ce jeu des stratégies minoritaires les détenteurs de la puissance et de la richesse sont à l'évidence bien plus forts, la seule supériorité qu'on peut avoir étant celle du nombre.

Ce que je trouve le plus intéressant, c'est de voir comme la technologie (le numérique) transforme complètement la guerre elle-même (ou l'entreprise) et que la puissance réside simplement dans l'avance technologique. Ainsi, on peut penser que les drones vont être désormais utilisés par tous, la guerre anti-drones devenant cruciale. Il ne s'agit absolument pas d'innover pour innover mais bien de progresser plus vite que les autres. Dans cette course en avant, on n'a pas du tout le choix comme l'imaginent des idéalistes, pris dans des processus matériels implacables (on ne choisit pas son ennemi). C'est malgré tout un progrès d'avoir des guerres beaucoup moins meurtrières et des cyberguerres plus immatérielles. En tout cas, si le capitalisme est incontestablement un accélérateur d'innovations pour ne pas se faire rattraper par la concurrence (BlackBerry qui s'était fait dépasser par l'iPhone se moque maintenant du manque d'innovations d'Apple), c'est sans doute la guerre qui est le premier facteur d'accélération des progrès technologiques comme on l'avait bien vu avec les guerres mondiales.

Cette doctrine se développe autour de trois armes principales : les cyber-attaques, les drones et les forces spéciales.

Dans ce contexte, la maîtrise de l'information est clé, les systèmes d'information constituent le cœur de l'entreprise, les concepts de Big Data et de Smart Data s'imposent peu à peu : c'est le terrain de jeu de la cyber guerre, la capacité de disposer de l'information opérationnelle au moment où elle est décisive, mais aussi de protéger son propre « cœur » des curiosités adverses.

Les forces spéciales témoignent du fait qu'un petit groupe de femmes et d'hommes décidés, compétents, motivés et solidaires, peut faire mieux qu'une armée toute entière.

557 vues

Un bateau en eaux internationales pour 368 start-up

Temps de lecture : < 1 minute

- Un bateau en eaux internationales pour 368 start-up

Confrontés à ce problème administratif qui limite le recrutement de talents étrangers, deux entrepreneurs de la Silicon Valley proposent une solution simple: s'installer dans les eaux territoriales internationales, qui échappent au droit américain. Ils envisagent de jeter l'ancre à 12 miles nautiques de San Francisco.

Leur projet, baptisé Blueseed, consiste à recréer sur un navire de croisière -qui pourrait prendre la forme d'une île- tout l'écosystème favorable aux start-up. Ils accueilleraient des entrepreneurs étrangers à la tête de jeunes pousses en phase d'accélération. Ils trouveraient sur le bateau des bureaux et des logements, mais aussi des cafés et des parcs.

Cela paraît un peu farfelu mais l'idée de se situer hors de la juridiction des Etats pourrait faire son chemin...

690 vues

Microsoft invente l’écran tactile 3D avec retour d’effet

Temps de lecture : 2 minutes

- Microsoft invente l’écran tactile 3D avec retour d’effet

Actualité > Microsoft invente l’écran tactile 3D avec retour d’effet

Dans leur centre de recherche et développement, des ingénieurs de Microsoft ont mis au point un écran 3D tactile doté d’un système à retour d’effet qui permet de ressentir les objets virtuels que l’on touche. Une innovation qui pourrait trouver des débouchés notamment en médecine ou dans l’enseignement de certaines disciplines.

Pour illustrer le fonctionnement de leur système, Mike Sinclair, Michel Pahud et Hrvoje Benko, les trois ingénieurs de Microsoft Research à l’origine du projet, ont développé un jeu qui consiste à manipuler cinq objets de formes et de textures différentes. On trouve un cube représentant la pierre, qui renvoie une sensation de dureté au toucher et que l’on déplace moins facilement que l’éponge, dont on ressent la souplesse sous le doigt grâce à l’effet haptique. L’utilisateur peut également manipuler un gobelet, un cube en bois et un ballon qui servent à appréhender ce que l’équipe de Microsoft définit comme une « expérience "visuohaptique" 3D ». Le système permettrait même de percevoir les contours d’une surface.

Actualité > Microsoft invente l’écran tactile 3D avec retour d’effet

La vue schématisée du dispositif 3D Haptic Touch développé par Microsoft. À partir d’un écran LCD 3D de 24 pouces, les ingénieurs ont superposé une dalle tactile multipoint (multi-touch overlay screen) en y intercalant des capteurs de force (linear force sensors) pour détecter le niveau de la pression exercée. À l’arrière de l’écran, un bras robotisé par un servomoteur (servomotor) monté sur une crémaillère (rack and pinion gear) bouge d’avant en arrière pour produire l’effet haptique. Ainsi, lorsque le démonstrateur touche l’un des objets à l’écran, il peut en ressentir la densité et l’inertie.

817 vues

Du chauffage gratuit grâce aux ordinateurs ?

Temps de lecture : < 1 minute

- Du chauffage gratuit grâce aux ordinateurs - 20minutes.fr

Du chauffage gratuit grâce aux ordinateurs - 20minutes.fr
L'idée semble d'autant plus farfelue qu'elle est brevetée ! Cela n'empêche pas que la décentralisation des serveurs et la récupération de leur chaleur ne sont pas du tout absurdes.

En plus d'engloutir des quantités astronomiques d'électricité - les plus gourmands consomment l'équivalent de l'électricité d'une ville de 100.000 habitants -, leurs calculs intensifs dégagent une grande quantité de chaleur, dont le refroidissement représente 80% du coût du bâtiment.

La start-up propose donc de disperser les calculateurs dans des mini-centres de calcul chez les particuliers, qui profitent sur place de la chaleur qui s'en dégage.

609 vues

Des capteurs pour pister les salariés

Temps de lecture : 2 minutes

- Des capteurs pour pister les salariés

Un capteur qui suit vos moindres faits et gestes au bureau pour les transmettre à votre patron, cela vous effraie ? Pourtant ce n'est pas de la science-fiction. C'est le Wall Street Journal qui le révèle.

Toutes cette masse d'informations est collectée, décortiquée et analysée. C'est ce que l'on appelle le big data. A en croire la banque, le but de cette expérience n'était pas d'observer ce qu'untel faisait de ses journées mais de comprendre les comportements qui distinguaient les salariés productifs des autres. Résultat : les collaborateurs de Bank of America les plus efficaces appartiennent à des équipes soudées et discutent beaucoup avec leurs collègues. La banque a donc entrepris d'encourager la cohésion d'équipe, ce qui s'est traduit par un bond de leur productivité de 10%.

Même si l'objectif n'était pas la surveillance individuelle mais des analyses statistiques, c'est bien sûr effrayant, quoique ce ne soit pas très différent de la surveillance dans les usines. Ce qui choque, c'est de l'appliquer à des cols blancs. Le badge porté n'était d'ailleurs pas un simple QR-code comme sur l'image mais ce serait une façon possible de surveiller les déplacements individuels.

Par contre, le bon côté de cette étude, c'est d'aller à l'encontre du premier réflexe du management et d'avoir montré que les employés les plus productifs étaient les plus sociaux. La volonté de contrôle butte ainsi sur la productivité de l'autonomie qui caractérise l'ère de l'information, ce pourquoi malgré des tendances indéniables, un totalitarisme numérique ne serait pas viable.

564 vues