Newsletter 07/07

Leonard de VinciRevue des sciences du mois de juillet 2007

  • Bloquer le diabète
  • Ecouter les ondes gravitationnelles
  • Neurones et cannabis
  • Le geste précède la parole
  • Les ondes et le cerveau
  • Voir avec la langue
  • Les trous noirs n'existeraient pas !
  • Première vidéo d'un trou noir !
  • Flaques d'eau sur Mars ?
  • Voir à travers un mur avec l'axion ?
  • L'emballement de l'effet de serre
  • Un monde sans pétrole ?
  • Les neurones des éponges
  • Dangers du RoundUp
  • Espoirs pour traiter le Parkinson
  • Le cholestérol ne bouche pas les artères
  • Retrouver les mitochondries de sa jeunesse
  • Le cannabis contre les allergies
  • L'homme au sang vert
  • Biologie synthétique : les premiers pas
  • Alimentation électrique sans fil
  • Thermo-acoustique : refroidir en produisant de l'électricité !
  • Calculateurs moléculaires
  • Technologies pour les pauvres...

Continuer la lecture

Le sens de l’évolution

Lorsque les religions ou les idéologies se mêlent de sciences, ce n'est jamais bon, ni pour la religion, ni pour les sciences. La théorie de l'évolution est particulièrement mise en cause par les théories créationnistes ou les tenants de "l'intelligent design" qui témoignent d'une incompréhension totale du darwinisme, dont ils contestent même le caractère scientifique au nom d'une fausse conception de la science (celle de Karl Popper notamment). Pourtant, le problème n'est pas tant l'offensive des fondamentalistes, offensive qui ne peut aller bien loin ni produire aucun progrès des connaissances, mais plutôt le raidissement des scientifiques pris dans la tourmente et qui les amène à une dogmatisation de leur science.

Ainsi, le dossier de Pascal Picq dans Pour la Science ("Faits et causes de l'évolution") est certes fort utile pour répondre aux objections des croyants mais il est trop animé par sa réfutation des interprétations religieuses jusqu'à se croire obligé de nier par exemple l'évidence de la complexification (dont la théorie de l'évolution est supposée rendre compte pourtant) ainsi que le rôle de la finalité en biologie, qu'il ne faut certes pas prendre dans son acceptation religieuse ! En tout cas, je voudrais défendre ici l'idée qu'on peut admettre que l'évolution a un sens tout en restant dans un discours scientifique et sans faire aucune concession aux religions.

Continuer la lecture

Un univers à notre mesure ?

Leonard Susskind, Le paysage cosmique

Le principe anthropique a tout pour déplaire. N'est-ce pas une façon de renoncer à toute explication scientifique, une sorte de tautologie qui se contente de dire que les choses sont telles qu'elles sont ? On peut même tomber avec le "principe anthropique fort" dans l'illusion religieuse et téléologique qui va prétendre que les choses sont telles qu'elles devaient être, guidées par une volonté supérieure, un "dessein intelligent" !

Dans sa version faible, l'affirmation que notre monde doit réunir toutes les conditions de notre existence est pourtant incontestable : le caractère relativement exceptionnel de notre planète en témoigne réunissant non seulement les conditions de l'apparition de la vie (ce qui doit être assez courant) mais aussi un temps d'évolution assez long pour mener jusqu'aux organismes pluricellulaires et finalement jusqu'à l'humanité avec la science qui essaie de comprendre le monde. C'est une situation si rare qu'il ne serait pas impossible qu'on soit les seuls, sur cette Terre, malgré la myriade d'étoiles et de galaxies qui nous entourent ! Au moins sur ce point, le principe anthropique ne saurait être mis en doute : inutile de vouloir expliquer les caractéristiques de notre planète purement aléatoires sinon par le fait que nous en sommes le produit.

C'est à un tout autre niveau pourtant que le principe anthropique s'impose aujourd'hui aux cosmologistes puisque ce sont les caractéristiques de notre univers qui ne pourraient s'expliquer autrement que par notre présence pour le penser. En effet, toute autre valeur de la "constante cosmologique" en particulier aurait pour résultat de rendre notre existence impossible !

Continuer la lecture

L’invention de Jésus

On peut s'étonner qu'il y ait de nos jours si peu de spécialistes qui osent remettre en cause l'existence de Jésus alors qu'on n'a aucune trace archéologique ni même aucun témoignage de son existence historique en dehors des évangiles ! Les hypothèses les plus farfelues circulent à son sujet, quitte à en faire une sorte de révolutionnaire tout ce qu'il y a de plus humain, sans envisager que ce puisse être simplement une figure symbolique !

Les religions sont la pire et la meilleure des choses. La pire car prendre à la lettre ces histoires fantastiques témoigne de l'étendue de notre crédulité et mène aux fanatismes les plus meurtriers : rien de pire en effet que les guerres de religion ou qu'une foi pétrie de certitudes ! C'est aussi la meilleure des choses pourtant car l'enseignement spirituel des religions est ce qu'il y a de plus précieux et subtil, expression de notre propre divinité et de la "dignité de l'homme" (Pic de la Mirandole) qui donne une valeur absolue à chacun, "vagabond de la vérité ... ouvert à tout le possible, poète de lui-même" ! En l'absence de cette dimension spirituelle, l'homme est souvent réduit à rien, à son utilité ou à ses gènes, en tout cas à ses déterminations ne lui laissant plus aucune liberté. On ne peut dépasser les religions qu'en reconnaissant leur part de vérité, en reconnaissant qu'elles parlent de nous. Pour cela rien de mieux que l'histoire des religions.

Continuer la lecture

Newsletter 06/07

Leonard de VinciRevue des sciences du mois de juin 2007

  • Le pétrole sera-t-il bradé ?
  • Les limites des théories en économie
  • Dites NO à la dépression!
  • Le méthane, signe de vie sur Mars ?
  • 12 films sur la rétine !
  • Les robots de Bill Gates
  • Savoir qu’un autre ne sait pas peut nous aider à savoir !
  • Saturation des réseaux
  • La plus grande extinction de masse
  • L'hypothèse d'une deuxième dimension temporelle ???
  • La supraconductivité imperméable aux champs magnétiques
  • Climat, ça se gâte !
  • Un régime trop gras peut rendre diabétique
  • La Z-machine fait un pas en direction de la fusion contrôlée !
  • Un ordinateur à 10 dollars !!

Continuer la lecture

La maladie de la disparition

Une nouvelle "fable des abeilles" pour notre temps !

Il se murmure que les abeilles disparaissent, annonçant une catastrophe écologique, et que la cause pourrait en être la multiplication des téléphones portables à cause de la pollution électro-magnétique qu'ils provoquent (l'électrosmog).

C'est, en fait, plus que contestable mais selon des chercheurs allemands de la Landau University la saturation des ondes désorienterait tellement les abeilles qu'elles ne pourraient plus rejoindre leur ruche, ce qui pourrait entraîner leur extermination en provoquant ce qu'on appelle en anglais Colony Collapse Disorder, et en français la "maladie de la disparition". Voilà ce qu'on pourrait prendre effectivement pour un signe annonciateur de notre propre disparition...

Cependant, même si les ondes n’en sont probablement pas la véritable cause, non seulement on est bien malgré tout face à un risque majeur mais on peut y voir aussi une fable sur l'inconscience avec laquelle nous travaillons à notre propre destruction en détruisant systématiquement nos conditions vitales, tout cela à cause d'une conception un peu trop myope de la productivité et d'une rentabilité immédiate. On verra que c'est une leçon écologique qui s'applique tout autant à l'économie cognitive et qu'il faudrait aussi en tirer les conséquences dans la préservation des milieux humains.

Continuer la lecture

Newsletter 05/07

Leonard de VinciRevue des sciences du mois de mai 2007

  • Les promesses de la plasmonique !
  • 800 000 ans d'histoire du climat
  • Prédire les maladies autoimmunes
  • Conséquences du théorème de Gödel en physique
  • De l'eau sur Mars !
  • Trous noirs et trous de ver : la porte des étoiles !
  • Climat : les effets pervers de la reforestation
  • Invasion de crapauds mutants en Australie
  • La dégénérescence de l'homme
  • Les abeilles menacées par l'excès d'ondes électro-magnétiques
  • La génétique, un océan d'idées reçues
  • La vaccination des bactéries contre les virus
  • Nouvelles pistes contre le cancer
  • Délocalisation du cerveau ?
  • La controverse des antioxydants
  • Inquiétudes sur les nouvelles technologies

Continuer la lecture

DCA, l’arme anti-cancer ?

Il est toujours délicat de parler d'un supposé traitement miracle contre le cancer, il y a déjà eu tant d'espoirs déçus, mais il y a de bonnes raisons d'attirer l'attention sur une découverte très récente et qui provoque déjà un certain engouement outre-atlantique : un produit simple et peu coûteux le DCA (DiChloroAcetate) pourrait entraîner la mort des cellules cancéreuses sans nuire aux cellules saines !

Cela parait trop beau pour être vrai et demande confirmation mais, s'il faut en parler quand même, c'est que les laboratoires pharmaceutiques ne s'intéressent guère à une molécule chimique qu'ils ne peuvent breveter et qui est trop bon marché ! Il faut donc les faire changer d'avis ou bien que les pouvoirs publics prennent en charge rapidement les essais cliniques afin de confirmer ou non le potentiel thérapeutique du DCA, ce qui ouvrirait la voie à de nouvelles approches des cancers. En effet, sur le plan scientifique l'intérêt de cette découverte est de renforcer l'hypothèse métabolique du cancer plutôt que celle des mutations de l'ADN, l'une n'étant pas exclusive de l'autre d'ailleurs.

Continuer la lecture

Le sens de la vieillesse et de la mort

La longévité a-t-elle une limite ?, Pour la Science, no 355

Le très intéressant interview de Jean-Claude Ameisen, dans la revue Pour la Science du mois de Mai 2007, nous incite à une méditation sur la mort et le vieillissement, tout comme dans son merveilleux livre "La sculpture du vivant" où l'on découvre le rôle vital du suicide cellulaire, d'une mort omniprésente au coeur de la vie même.

La vieillesse et la mort font partie intégrante de la vie, ce ne sont pas de regrettables accidents mais la conséquence de la jeunesse et de la reproduction. Cela n'empêche pas d'essayer de lutter contre la vieillesse, ni d'augmenter l'espérance de vie, encore faut-il que ce soit dans de bonnes conditions. Ce n'est pas tant une question technique ou génétique, qu'une question écologique et sociale.

Continuer la lecture

La relativité d’échelle en question

Parmi les newsletters scientifiques, la lettre des Automates Intelligents se signale par son intérêt et son anticonformisme. Bien que nos points de vue soient assez différents je suis assez souvent surpris de la proximité de nos interprétations malgré tout. On ne peut leur reprocher un réductionnisme affiché, qui reste assez prudent et modéré, dès lors que leur ambition est de donner plus d'intelligence aux automates. Par contre, c'est sans doute la sous-estimation de la notion d'information (dans ce qui l'oppose à l'énergie et la matière) qui peut expliquer leurs excursions dans la physique bien que cela n'ait qu'un rapport lointain avec leur objet. Sans adopter les mêmes positions, on peut partager quand même cet esprit d'exploration qui stimule la réflexion, et saluer l'honnêteté intellectuelle de leurs recherches.

Ils ont choisi, ce mois-ci, de mettre en valeur la "relativité d'échelle" défendue par Laurent Nottale et qui est très controversée, entre avancée théorique décisive et simple supercherie. C'est l'occasion de se frotter à la science en train de se faire, quand on parle forcément de ce qu'on ne connaît pas et qu'il est bien difficile de trancher entre nouvelle ou fausse science. C'est dans cette totale incertitude, en dehors de l'expérience, que l'éthique scientifique doit être mise à l'épreuve et savoir faire preuve de discernement, en éprouvant par là même tout ce que l'on ignore encore malgré tous les savoirs accumulés.

Continuer la lecture

La part maudite

Les dernières nouvelles de l'histoire de la Terre, de l'évolution de la vie et du climat, semblent confirmer l'intuition de Georges Bataille d'une humanité vouée comme toute vie à la consumation et la dépense de l'énergie excédentaire. Ainsi, notre rôle actif dans l'effet de serre et le réchauffement climatique n'aurait rien de tellement exceptionnel ou de hasardeux, se situant dans le prolongement de tous les organismes multicellulaires dont la fonction serait liée à la lutte contre les glaciations et l'excès de production d'oxygène !

Certes nous sommes bien coupables d'avoir passé les bornes et la rapidité du processus que nous avons déclenché nous menace directement, ainsi qu'une bonne partie des organismes vivants. Rien ne nous protégera contre nous-mêmes et nos folies. A semer à tous vents nos gaz empoisonnés, nous risquons assurément d'être balayés par les tempêtes et de nous brûler aux rayons d'un soleil de plomb. Il y a urgence à réagir malgré toutes les incertitudes dès lors qu'on risque un emballement qui pourrait être fatal, mais au niveau des temps géologiques et de l'histoire de la biosphère, ce ne serait sans doute qu'une péripétie dans la co-évolution de la vie et du climat.

En effet, il est étonnant de constater, au-delà des extinctions massives et des cataclysmes que la Terre a pu connaître, comme la vie et le climat se sont ajustés réciproquement jusqu'à constituer un système dynamique qui se stabilise plus ou moins sur le très long terme. Il n'y a pas l'environnement d'un côté et les gènes de l'autre mais une interaction constante qui brouille bien plus qu'on ne croit la séparation entre intérieur et extérieur, entre vivant et non-vivant (entre sujet et objet). Ce n'est pas une raison pour faire de Gaïa un être vivant à part entière mais il y a bien une précieuse union intime entre la vie et son milieu, un équilibre dynamique, plus ou moins cyclique et jamais en repos, où se dépense notre excès d'énergie dans un foisonnement de formes vivantes aussi chatoyantes qu'éphémères, mais qui se reproduisent pourtant et perdurent à travers les âges en façonnant le monde à leur ressemblance pour en faire un monde vivant, le monde de la vie.

Continuer la lecture

Newsletter 04/07

Leonard de VinciRevue des sciences du mois d'avril 2007

  • Le monde de l'ARN
  • Les virus facteurs de biodiversité
  • L'arsenic guérit les maladies auto-immunes !
  • Calculer avec des condensats de Bose-Einstein !
  • James Lovelock et la revanche de Gaïa !
  • Des doigts coupés qui repoussent
  • Trop de lait nuit
  • Solutions techniques pour réduire le CO2 ?
  • Technologies émergentes
  • etc...

Continuer la lecture

Newsletter 02/07

Leonard de VinciRevue des sciences du mois de février 2007

  • Ne plus avoir mal
  • Décodage du cerveau
  • Hibernation et Alzheimer
  • Petits avec de grandes oreilles
  • Le ralentissement du Gulf Stream aurait provoqué le petit âge glacière
  • L'extinction des espèces rares en-dessous d'un certain seuil
  • Acquisition de la capacité à digérer du lait par différentes populations
  • La confusion des inconscients
  • Sommeil et mémoire
  • Grippe aviaire, les morts seront les pauvres
  • Exploitation des pétroles lourds
  • La fin du monde le vendredi 13 avril 2029 ?
  • Animal et humain, d'individu à individu
  • La vie sur Mars
  • Fonctionnement des neurones par activation de gènes, de l'aplysie jusqu'à nous
  • Les premiers primates
  • Qui oublie le passé imagine mal le futur
  • Pourquoi est-on du soir ou du matin ?
  • Un anticancéreux révolutionnaire et bon marché
  • Une voie prometteuse de lutte contre les tumeurs testée chez l'animal
  • Détecter en quelques minutes tout type de virus
  • Parkinson : « Vivre physiquement ses rêves serait un signe avant-coureur de la maladie »
  • Le magnétisme pour les rhumatismes ?
  • Cicatriser à l'électricité
  • Etats-Unis : des embryons « à la carte »
  • Un virtuel trop réel
  • Des secousses sismiques provoquées par l'activité humaine !
  • Les déchets radioactifs bien plus corrosifs qu'on ne le pensait...
  • Dissémination des OGM
  • La maison-arbre, l'ultime habitat écolo
  • Terre ingrate et bio-diversité sont une bonne source de biocarburants
  • Nouvelles éoliennes
  • Interface bionique neurones-électronique
  • Semi-conducteurs semi-organiques
  • Des ordinateurs quantiques à neutron ?
  • Les nano-usines du futur

Continuer la lecture

Newsletter 01/07

Leonard de VinciRevue des sciences du mois de janvier 2007

  • Un antidouleur dans la salive
  • L'île de Pâques détruite par les rats ?
  • Les neurones miroirs (et l'autisme)
  • Les gènes mobiles (ou "transposons")
  • Plus chaud, plus vite
  • Transcription de l'ADN
  • Fonction de la fièvre
  • Quitter le système solaire...
  • Dégagement de méthane marin
  • Le réchauffement ralentit l'activité biologique de l'océan !
  • Chute d'une météorite il y a 4000 ans (les plaies d'Egypte)
  • Un bras qui repousse (comme chez les tritons) ?
  • Le meilleur des vins rouges
  • La chimiothérapie attaque le cerveau
  • Alzheimer et stress
  • Les clefs du bonheur !!
  • Le culte du Python, il y a 70 000 ans !
  • Windows Vista vous espionne...

Continuer la lecture

Newsletter 12/06

Leonard de VinciRevue des sciences du mois de décembre 2006

  • Un monde de flou !
  • Les virus, inertes ou vivants ?
  • Animal ou végétal ?
  • Les espèces
  • Entre gènes et environnements
  • D'un sexe à l'autre
  • Les degrés de la conscience
  • La frontière classique-quantique
  • L'irresponsabilité climatique
  • Intrication quantique entre lumière et matière
  • Les gènes du sexe
  • Trous noirs et nouvelle relativité espace-temps
  • Un "effondrement vers la vie" ?
  • Une interface cerveau-machine commercialisée dans 5 ans ?
  • Nouvelles cellules photovoltaïques
  • La sécurité informatique n'est plus assurée...

Continuer la lecture

Newsletter 11/06

Leonard de VinciRevue des sciences du mois de novembre 2006

  • La logique et le temps
  • Les régulateurs du système immunitaire alerte!
  • Alerte sur un climat irrespirable !
  • Concevoir l'univers comme un ordinateur ?
  • Le paradoxe de Darwin (au-delà du cauchemar)
  • Les dangers de faibles doses d'uranium
  • L'orgasme féminin inutile, vraiment ?
  • L'irrégularité de l'évolution
  • Le cerveau numérique

Invalid Future

La principale nouvelle du mois, c'est qu'avec l'augmentation de l'effet de serre, l'atmosphère pourrait devenir assez rapidement irrespirable. Il faudrait vraiment arrêter les conneries maintenant ! Malgré toutes les incertitudes qui restent, et qui sont effectivement très grandes, le risque de plus en plus vraisemblable d'une catastrophe majeure déclenchée par le réchauffement climatique exige une réaction immédiate de nos sociétés. En effet, les conséquences pourraient en être beaucoup plus graves qu'on ne l'a dit jusqu'ici, et même que ne le montre le film de Al Gore "Une vérité qui dérange" déjà dépassé, puisque cela pourrait aller jusqu'à une extinction de masse par asphyxie !

On n'en est pas là, certes, et rien n'est sûr, mais possiblement dans une centaine d'année seulement on pourrait commencer à manquer d'oxygène. Il faut vraiment se secouer, se réveiller de notre torpeur collective et de notre course à l'abîme ! Réduire les vols aériens semble une priorité mais c'est tout le pétrole et le charbon qu'il faudrait arrêter d'utiliser pour éviter l'emballement et passer au solaire au plus vite. Sinon, les méthodes envisagées pour nous protéger du pire paraissent un peu folles pour l'instant, comme de vouloir obscurcir le ciel ! Il est toujours délicat d'intervenir dans les régulations naturelles, il faudrait commencer au moins par ne pas aggraver la situation en continuant comme si de rien n'était !

Continuer la lecture

Newsletter 10/06

Leonard de VinciRevue des sciences du mois d'octobre 2006

  • Les séquelles des prématurés
  • La vieille histoire des puces cérébrales
  • Une curiosité programmée
  • Le rôle du Gulf Stream surévalué ?
  • Mondialisation et pauvreté
  • Les pseudogènes
  • Les variations du climat
  • La science et les races
  • L'inflation spéculative
  • La longueur des aiguilles...
  • Médecine régénératrice

Continuer la lecture

Newsletter 09/06

Leonard de VinciRevue des sciences du mois de septembre 2006

  • L'auto-organisation au pays des criquets
  • Langage et organisation de l'action
  • Les exoplanètes
  • Un ARN qui sait corriger ses erreurs
  • Les limites de la préservation de la biodiversité
  • L'argent ne fait pas le bonheur
  • La population en 2025
  • Le Sahara et les changements climatiques
  • Faire pleuvoir à la demande !
  • Le travail du génie
  • Un gène-clé dans l'évolution du cerveau humain
  • Liaisons longue distance dans le cerveau
  • La molécule qui garde la mémoire à long terme
  • Lien entre allergies et Parkinson
  • Vers un traitement éclair de la dépression ?
  • Les dangers du café contaminé
  • Forcer au suicide les cellules cancéreuses
  • Cancer de la prostate et masturbation !
  • Une peau toujours jeune ?
  • Le sexe des organes !
  • Recherche de violations de la relativité
  • Médailles Fields (Werner, Perelman)
  • Menace d'éruption d'un supervolcan près de Naples !

Continuer la lecture

Seuls sur la Terre ?

Le petit princeSommes-nous seuls sur la Terre ou bien existe-t-il d'autres vies extra-terrestres ?

Contrairement à ce qu'on croit habituellement, la réponse est loin d'être évidente. En effet, si le nombre d'étoiles et de galaxies semble faire pencher la balance du côté de l'existence de planètes semblables à la nôtre, les conditions à rassembler pour l'apparition de la vie restent vraiment exceptionnelles, encore plus pour pouvoir abriter des êtres évolués, et les chances que d'autres civilisations puissent exister en même temps que la nôtre sont pratiquement nulles...

Sans qu'on puisse être vraiment certain qu'on soit un cas unique dans l'histoire de l'univers, comme certains le prétendent, on ne peut non plus être aussi certain qu'on a pu le penser qu'il y aurait d'autres formes d'intelligence en dehors de la nôtre, ce qui a de quoi nous interloquer. Il est intéressant, en tout cas, d'essayer d'en évaluer les probabilités en dehors de toute idée préconçue, la question se divisant en 3 parties : 1) la probabilité d'un environnement qui permette l'éclosion de la vie, 2) la probabilité que la vie apparaisse lorsque les conditions y sont favorables, 3) la probabilité que la vie évolue vers des formes complexes et une intelligence comparable à l'intelligence humaine, lorsqu'on lui en laisse le temps.

Continuer la lecture