Revue des sciences octobre 2013

  • L'élagage des souvenirs pendant le sommeil
  • La naissance de l'écriture en Egypte
  • Particules et champs sont-ils réels ?
  • Les gènes voyageurs
  • Spéciations sans isolement géographique
  • 30s d'hypervigilance après l'arrêt du coeur
  • Le trou d'ozone participe au réchauffement
  • Des traces du multivers dans le fond cosmique ?
  • Et si la gravité fluctuait ?
  • Détourner des astéroïdes de la Terre avec des lasers
  • Le quantique devient classique avec l'émergence de la température
  • Des molécules de lumière
  • La supraconduction à température ambiante
  • Utiliser l'acidité du CO2 pour le faire réagir avec du calcaire
  • Les batteries de réseau les mois chères
  • On a trouvé de l'eau sur Mars
  • Pas assez de méthane sur Mars pour qu'il y ait de la vie ?
  • Toucher les cellules
  • Des levures qui rajeunissent
  • Le squelette a commencé par la tête
  • Manipuler la mémoire d'une souris
  • Arrêter la mort
  • Booster les mitochondries fait retrouver l'énergie de sa jeunesse
  • Les dégâts de l'Alzheimer précéderaient les plaques
  • La fin de la douleur ?
  • La caféine mauvaise pour la maturation du cerveau des adolescents
  • La toxoplasmose modifie le cerveau même après disparition du parasite
  • Un écran électronique extensible, pliable et transparent
  • A quoi serviront les montres connectées ?
  • Phonebloks, le smartphone écolo façon Lego
  • Imprimer des objets plus grands que l'imprimante 3D avec Hyperform
  • Un scanner 3D pour mobiles
  • Un drone solaire

Continuer la lecture

Revue des sciences septembre 2013

 

  • L'esprit vagabond et le langage
  • Les ARN multifonctionnels
  • Une régulation des gènes accompagne la maturation du cerveau
  • De l'eau sous la surface de la Lune ?
  • Des hautes pressions font passer la supraconduction de basse à haute température
  • Des panneaux solaires moins chers
  • Quelques raisons pour lesquelles la vie aurait pu venir de Mars
  • L'origine du code génétique
  • Les protéines alternatives
  • Un mini cerveau cultivé en laboratoire
  • La mémoire à long terme est dans le cortex et non dans l'hippocampe
  • Les mots reliés dans le cerveau aux mots de leur définition
  • Notre père à tous précède notre mère originaire
  • Un ElectroEncéphaloGramme dans l'oreille
  • Vers une théorie mathématique du contenu signifiant des communications
  • Microfactory : un fab lab personnel
  • Des périphériques sans batterie qui s'alimentent avec les ondes radio

Continuer la lecture

Fin de la revue des sciences

La revue du mois de mars devait être la dernière. J'ai essayé depuis une autre formule qui s'est révélée moins intéressante avec une charge de travail plutôt supérieure, ce qui fait que j'ai tenté de revenir à l'ancienne formule le mois dernier mais, comme annoncé dans un commentaire du 18 août, cette fois il n'y aura plus de revue des sciences publiée sur le blog. Cela me prend en effet beaucoup trop de temps alors qu'il faut que je trouve des revenus complémentaires n'ayant plus les moyens de vivre.

Il pourra y avoir quelques brèves de temps en temps, selon mes disponibilités, mais sans doute assez peu (il n'y en a eu que 3 au mois d'août).

En fait les revues des sciences seront publiées ensuite mais tronquées et en différé.

Continuer la lecture

Revue des sciences août 2013

  • Le temps du réalisme quantique
  • Des animaux en deuil ?
  • Le métissage des espèces humaines
  • Chaque particule crée son propre espace-temps par son mouvement
  • Un corps noir exerce une force attractive plus forte que la gravitation
  • Pas de thermodynamique à l'échelle nanométrique
  • Le dégagement du méthane arctique sera bien catastrophique
  • Des bactéries pour fixer l'azote des plantes et remplacer les engrais
  • Un appareil pour cultiver des larves de mouche à manger
  • La croissance ne dépend plus du pétrole (pas de pic) ?
  • Pas d'espèces pour les micro-organismes de moins de 1mm
  • Les passagers clandestins de l'évolution
  • Progrès de l'opto-épi-génétique pour contrôler l'expression de gènes
  • Une nouvelle compréhension de la transformation en cellules souches
  • Il suffit d'une goutte de sang pour cloner une souris
  • Une écriture chinoise vieille de 5000 ans
  • Plus de morts avant par les vendettas que par les guerres
  • L'ocytocine aggrave les chagrins d'amour
  • Des champignons hallucinogènes produisent de nouveaux neurones
  • Des chiens connectés (pour handicapés?)
  • L'Hyperloop : Los Angeles-San Francisco en 30 mn

On ne retrouvera pas dans cette revue des sciences, qui revient à l'ancienne formule [pour une dernière fois], les nouvelles extraordinaires et un peu effrayantes du mois dernier comme la greffe d'une tête sur un autre corps ou la détection des pensées de la veille mais plutôt la confirmation de mouvements de fond dont, hélas, le réchauffement climatique et la fonte de l'Arctique qui n'est pas une mince affaire. Cette fois, il ne s'agit pas de se faire peur, il faudrait vraiment paniquer car ce qui vient d'être confirmé, c'est la bombe méthane que cela devrait déclencher dans les dix ans ! On est foutu.

Continuer la lecture

Revue des sciences juillet 2013

Continuer la lecture

Revue des sciences juin 2013

Continuer la lecture

La culture est-elle dans les gènes ?

Selection_culturelleC'est un article d'histoire des sciences qui revient sur les polémiques entre génétique et culture qu'on retrouve actuellement entre partisans et adversaires des théories du genre et qui témoignent d'une idéologisation de la science des deux côtés assez incroyable car aucune des deux positions n'est tenable jusqu'au bout d'une entière détermination par les gènes ou d'une culture sans rapport aucun avec une nature humaine.

Continuer la lecture

Revue des sciences mai 2013

Continuer la lecture

Entropie et perte de l’information des trous noirs

Leonard Susskind, La guerre des trous noirs, folio
trousnoirsJ'arrête la physique ! C'est du moins ce à quoi me pousse la lecture de ce livre qui n'est pas si récent mais vient seulement de sortir en poche et m'a consterné. Non pas à cause de la théorie holographique qui parait certes très délirante mais dont j'avais rendu compte favorablement au tout début de ma revue des sciences et qui n'est pas la disparition d'une dimension comme on la présente ici aussi mais son internalisation, les différences de distances étant remplacées par des différences de taille. Non, ce qui me sidère, c'est que les conceptions de base sur lesquelles s'appuie l'auteur, entropie et information, me semblent fausses dans leur imprécision comme dans les conséquences qu'il croit pouvoir en tirer. Inutile de dire que je ne peux me mesurer avec Leonard Susskind qui fait partie des plus grands physiciens contemporains (et dont j'avais bien apprécié le livre précédent sur le paysage cosmique). C'est sûrement moi qui ai tort, ne comprenant décidément rien à la Physique. Je peux juste faire état de ma perplexité et de mes objections, en attendant qu'on les réfute...

La notion d'information utilisée en physique quantique désigne en fait un ensemble de paramètres des matrices de diffusion (S-matrix) suffisantes pour décrire l'évolution d'une interaction et supposée pouvoir s'inverser pour reconstituer l'état initial (p249), "assurant qu'aucune information n'est jamais perdue" (p251). Le problème, c'est que ce qu'on désigne ici comme information, n'est une information que pour nous, désignant en réalité une énergie (cinétique, électrique, spin, etc.) ou ses degrés de libertés (plus tard on parlera même des ondulations d'une corde), en tout cas une réalité "matérielle" et non pas une information "immatérielle" sur cette réalité ("l'information que le général Grant est enterré dans sa tombe se trouve dans la tombe de Grant !", p174). Dès lors, ce qu'on appelle la conservation de l'information n'est rien d'autre que la conservation de l'énergie qui s'égare à glisser à une conservation de la forme alors que l'énergie est au contraire ce qui se trans-forme, et se conserve dans cette transformation (les deux côtés de l'équation devant s'équilibrer). La confusion entre l'énergie et l'information a pour conséquence d'étendre ce qui se conserve vraiment (l'énergie cinétique ou électrique) aux relations et structures qui sont perdues par les interactions multiples qu'elles subissent et qui les brisent en morceaux.

Continuer la lecture

Revue des sciences avril 2013

Finalement, la revue des sciences continue pour l'instant sous cette forme minimale d'une sélection des brèves publiées dans le mois. [...]

Continuer la lecture

Réorganisation du blog

Les articles sur les sciences n'apparaîtront plus sur la page principale du blog, pour les voir il faut aller sur http://jeanzin.fr/science/ ou cliquer sur Science dans le menu du haut.

C'est parce que j'ai arrêté la revue des sciences et vais tester des publications de brèves au fil de l'eau que je n'ai pas voulu noyer le reste avec et préféré déporter le blog de sciences à part. Du coup les articles de sciences font l'objet aussi d'une liste de diffusion à part, sans les brèves cependant, qui font l'objet d'une autre liste et n'apparaîtront que dans le RSS de science, mais tout cela est en test et susceptible d'évoluer.

[En fait, seules les brèves n'apparaissent pas sur la page principale du blog]

Les adresses des articles n'ont pas changé mais il faut changer l'ancien http://jeanzin.fr/category/sciences par l'adresse ci-dessus (pour les autres catégories aussi, il faut supprimer /category et faire http://jeanzin.fr/politique/ par exemple). De même pour le RSS des catégories qui devient pour la catégorie science : http://jeanzin.fr/science/feed/ ou http://jeanzin.fr/science/feed/atom/

Continuer la lecture

Revue des sciences mars 2013

  • Fin de ce type de revue des sciences
  • Une nouvelle source d'énergie dans les neurones
  • Mémoire défaillante contre famine
  • L'obsolescence programmée est-elle répandue ?
  • Human Brain Project : simuler le cerveau humain
  • Nos limites cognitives (encore!)
  • 5ème force et non-particules
  • L'inertie viendrait de la dissymétrie de l'effet Casimir
  • Des hommes sur Mars dès 2018 ?
  • Des cristaux réactifs
  • Les briques de base pour des nanostructures
  • Mauritia, un ancien continent sous l'Île de la Réunion
  • L'Arctique en déconfiture
  • Ralentissement du tapis roulant océanique et de l'absorption du CO2
  • La géoingénierie, c'est facile
  • Lockheed Martin promet la fusion dans 10 ans
  • Potentiel controversé de l'éolien
  • 40 000 tonnes de harengs asphyxiés par un barrage
  • Les proto-ARN ?
  • Virus pélagiphages et bactéries marines
  • L'ancêtre des insectes
  • Les abeilles sensibles au champ électrique
  • L'ancêtre des mammifères
  • Les dauphins s'appellent par leur nom
  • Voir la pensée d'une souris
  • La part inconsciente de nos décisions
  • Un gène du cerveau propre à l'homme
  • Un gène du langage diffère chez l'homme et la femme
  • L'origine de la musique
  • Le corps nu devient support identitaire
  • Les traditions locales plus importantes que les gènes
  • Le mécanisme de réparation de l'ADN
  • Cancers
  • Helicobacter pylori contre l'obésité et le diabète
  • Un lien entre Alzheimer et le diabète de type 2
  • Une protéine qui bloque la formation de neurones freine le déclin cognitif
  • Un patch électrique contre la dépression
  • Le rhume lié à des télomères courts ?
  • La dynamique d'une épidémie, du plus virulent au moins
  • Des nanocapsules pour éliminer l'alcool du sang
  • Un tatouage électronique pour surveiller la santé
  • L'intelligence artificielle meilleure qu'un médecin
  • L'impression de cellules souches en 3D
  • Manipuler des animaux avec la lumière
  • Smartclothes : des vêtements écran tactile
  • Lunettes numériques
  • Stylos numériques
  • Montres numériques
  • Un mini drone pour vous filmer partout
  • Une aide à la conduite pour 150$

Continuer la lecture

Commune connerie

biais_cognitifsErrare humanum est
Quand on se rend compte à quel point on a pu être con, on ferait mieux de se taire. C'est d'ailleurs ce que je fais en dehors de ce blog mais vraiment, je ne peux nier avoir avec ma génération collectionné les égarements. En commençant par la religion qui est la preuve massive de notre crédulité et à laquelle je croyais dur comme fer quand j'étais enfant, jusqu'à vouloir être curé ! Je me trouvais à l'époque bien moins crédule quand même que les païens adorateurs d'idoles, puis, je me suis cru beaucoup plus malin quand je n'y ai plus cru et que je me suis engagé dans les mouvements post-soixante-huitards, certain qu'on pouvait changer le monde avec quelques mots d'ordre simplistes et que notre génération allait tout reprendre à zéro (on a vu). Je n'étais quand même pas trotskiste, ni aussi con que les maoïstes casqués scandant de façon effrayante "Marx, Engels, Lénine, Staline, Mao" ! Avec le recul, la somme de bêtise et d'aveuglements de ces temps là semble considérable (y compris pour un Sartre!), vraiment pas de quoi s'en glorifier outre-mesure même si l'effet à long terme en est largement positif. Après je me suis cru obligé de vivre en communauté et d'aller voir ce qui restait des hippies en Californie. Malgré des côtés sympas, notamment les expériences psychédéliques, il fallait là aussi se traîner un paquet de stupidités plus ou moins mystiques avec la dénégation du surmoi collectif. L'École Freudienne de Paris, ensuite, c'était tout un poème avec Lacan en sujet supposé savoir qui suscitait bien malgré lui des attitudes quasi religieuses de croyants et provoquait une palanquée de délires imbitables trop chargés de signifiants. L'apport de Lacan est incontestable mais ce n'est pas dans les milieux intellectuels qu'il y a le moins de connerie, c'est sûr, et rien de pire que les disciples ! Il y a même quelques raisons de considérer les différentes philosophies en leur fond, et pour leurs adeptes au moins, comme des formes de la bêtise et de la religion (de Platon à Deleuze) bien qu'y échappant par l'argumentation publique. Mon intervention à la création de la Cause Freudienne s'appelait déjà "l'institution ou le partage de la bêtise" mais je ne peux dire que j'en étais complètement indemne, ce qu'on voit bien une fois qu'on a pris ses distances. A mes débuts dans l'écologie, ce n'était guère mieux. J'avais encore, sans le savoir, une conception naïve de la démocratie et m'imaginais, comme les autres militants, que notre devoir était de dessiner une sorte de société plus ou moins idéale, sauf qu'il y en avait plusieurs et que ça faisait des tendances écolos qui s'affrontaient pour rien. Ce qui est curieux, c'est que nous étions nourris de sciences sociales et de déterminisme économique mais qu'on faisait comme si le politique pouvait s'en abstraire par la simple force d'une volonté générale inexistante. Surtout, la vie de parti démentait les belles paroles, la politique elle-même laissant peu d'espoir de changer les choses, réduite à la lutte des places gagnée forcément par les plus ambitieux, et les élections se révélant entièrement dépendantes de ses réseaux.

Ça fait déjà beaucoup. Ce n'est pas une raison pour ne plus rien faire ou espérer mais au moins nous amener à plus de modestie. Si je ne renie rien de mon parcours historique qui ne se résume pas à sa part d'aveuglement, il y a bien eu glissement d'une écologie révolutionnaire devenue désormais plus alternative et localiste. Je suis donc devenu finalement plus matérialiste et réaliste, avec une meilleure compréhension de notre entrée dans l'ère de l'information qui change toutes nos représentations. Comment croire pourtant que je ne me fais pas encore trop d'illusions ou que je ne serais pas encore à côté de la plaque d'une façon ou d'une autre étant donné le peu d'écho rencontré ? Comment croire que ce serait la fin de l'histoire et de notre propre évolution, qui n'a aucune raison de s'arrêter ? C'est paraît-il une illusion commune et fait partie de nos errements les moins évitables. De quoi, en effet, nous faire juger faussement de l'avenir à l'aune du présent alors que les temps changent et que les vérités de demain ne seront pas celles d'hier (ce dont témoignent notamment les sciences par leurs changements de paradigme mais il y a aussi les modes qui changent et des cycles idéologiques). Après une telle carrière, c'est en tout cas la prétention de dire le vrai qui ne peut plus être si assurée, avec la nécessité de maintenir le soupçon sur nos certitudes et une attitude critique, y compris envers la pensée critique - ce qui ne doit pas faire tomber pour autant dans un scepticisme dogmatique.

Si je raconte mon histoire, ce n'est pas que je me crois plus con qu'un autre mais que je ne crois pas être un cas particulier car c'est ce que chacun a pu vérifier dans sa vie, sauf à rester figé dans une position par fidélité excessive qu'on peut à juste titre qualifier de psychorigide. C'est aussi ce que les sciences expérimentent quotidiennement, où il n'y a pas tellement moins de connerie ou de tromperies qu'ailleurs mais où c'est l'expérience qui tranche et l'on est forcé par les nouvelles découvertes à remettre en cause en permanence nos anciennes croyances qui nous semblaient pourtant les plus certaines et rationnelles. La pratique de ma revue des sciences me le rappelle chaque mois mais, en fait, rien de mieux que la programmation pour toucher ses propres limites et se confronter à l'erreur comme ce qui est le plus humain et contre quoi il faut se prémunir sans cesse, seule façon de la surmonter (car surmonter nos erreurs, on ne fait que ça).

Il n'y a rien de nouveau là-dedans, que du bien connu, ce qu'on appelle désormais les biais cognitifs et dont on va voir la difficulté d'en faire toute la liste, mais c'est en général ce qu'on refuse d'admettre pourtant, à quel point on est bête et ignorant. Moi-même, il me faut me le rappeler régulièrement. Naturellement on se monte la tête à se croire qualifié pour déterminer comment le monde doit marcher (la monnaie, les banques, l'économie, les impôts, etc.). Le pire, c'est que moins on en sait et plus on croit savoir ce qu'il faut faire ! Certains croient même que ce serait le principe de la démocratie ! Il faut tout au contraire en savoir beaucoup pour savoir tout ce qu'on ignore encore. C'est ce qu'on appelle l'ignorance docte qui est tout l'opposé de l'ignorance crasse ou des préjugés du sens commun. C'est en s'approchant des phénomènes dans le détail qu'on peut constater tout ce qui nous échappe et qu'on n'imaginait pas de loin. Au contraire des démagogues qui flattent le savoir du peuple comme d'une assemblée inspirée par les dieux pour mieux l'endoctriner, c'est notre ignorance commune qui devrait nous rassembler et qui est bien plutôt le principe de la démocratie aussi bien chez Aristote que John-Stuart Mill. Répétons-le, il ne s'agit pas de tomber dans un scepticisme généralisé et la passivité d'un spectateur désabusé mais bien d'en rabattre sur nos prétentions et revenir à un peu plus d'humilité au lieu de prendre des airs de héros déchus ou d'anges vengeurs en se comportant comme des perroquets répétant de vieux discours depuis longtemps caducs. Aussi bien en politique qu'en économie, notre désorientation est manifeste et peut mener au pire. Il faudrait en prendre acte. Cependant, le constat sévère de son insuffisance est ce qui devrait rendre le travail intellectuel encore plus crucial et non pas du tout le disqualifier complètement.

Continuer la lecture

Revue des sciences février 2013

  • La théorie de l'information
  • La synchronisation des neurones
  • Des hivers plus rigoureux
  • L'illusion de la fin de l'histoire
  • Réconcilier physique classique et quantique
  • La gravitation comme phénomène émergent
  • Des températures négatives
  • Influence des cycles solaires sur le climat
  • Une source naturelle de destruction de l'ozone
  • Détruire les cirrus pour réduire l'effet de serre
  • La fonte des glaces pourrait refroidir la mer et le climat
  • Un lampadaire qui absorbe le CO2
  • 21 exemples de maisons autonomes
  • Le gène généreux
  • La durée de vie en formule
  • L'équilibre entre cancer et reproduction
  • Différences entre chiens et loups
  • Le gène des dominants
  • La causalité fait partie intégrante de la vision
  • Se protéger de la dégradation de l'ADN en vieillissant
  • Des ADN à quadruple hélice dans certains cancers
  • Le cannabis encouragerait à l'effort !
  • Stress et dépression
  • Liaison entre la violence et le plomb
  • Un traitement contre l'herpès
  • Une puce pour décrire les suspects avec leur ADN
  • Photomaton fait des cabines ADN
  • Un détecteur de mensonge par vidéo

Continuer la lecture

Revue des sciences janvier 2013

  • Peut-on parler d'addiction au sucre ?
  • Quantique mais non discret
  • Obtenir un indice de réfraction égal à zéro
  • 2 bosons de Higgs ?
  • Des traces de vie sur Mars ?
  • La fonte de l'Arctique, une bombe climatique
  • La fonte de l'Arctique va faire réapparaître des vieux virus
  • Si la glace fond, les volcans s'activent !
  • Des lasers surpuissants pour la géothermie
  • Manger des vers
  • Des petites montagnes russes comme métro
  • L'épissage alternatif déterminant dans la complexification
  • Lire les voyelles dans le cerveau
  • La main de l'homme faite pour donner des coups de poing
  • Le gras et le sucré sont des drogues
  • L’acide quinolinique, la molécule qui pousse au suicide
  • L'Alzheimer causé par la division cellulaire des neurones
  • Des cellules cancéreuses normalisées par la pression

Continuer la lecture

Revue des sciences décembre 2012

  • Alimentation durable
  • Les causes du vieillissement
  • OGM, le vrai débat
  • Un gène de la dépendance au cannabis lié à la schizophrénie
  • Le réchauffement serait de 4°C en 2100
  • Nouveau record d'émission de CO2
  • La fracturation hydraulique produit des fuites de méthane
  • Crises : la solution des villes
  • L'Inde mise sur des centrales nucléaires au thorium
  • La diversité génétique de nos cellules
  • Des pointes de lance il y a 500 000 ans
  • La révolution culturelle de l'humanité a 71 000 ans
  • Notre intelligence déclinerait depuis -4000
  • C'est le mot qui fait imiter le bébé
  • Les plus jeunes à l'école réussissent moins bien
  • Les effets néfastes des sels d'aluminium dans les vaccins
  • Lien entre production de neurones et cancer du sang
  • L'autisme, une surproduction de protéines ?
  • Les drones civils vont se généraliser

Continuer la lecture

L’histoire avant l’histoire

Alain Testart, Avant l'histoire

L'époque semble, dans les sciences sociales, aux mises au point méthodologiques, comme si la situation actuelle rendait plus urgent de sortir de l'idéologie (y compris du marxisme et du politiquement correct) pour pouvoir se rapprocher des faits afin de rendre compte de ce qui se passe. Après le Monde pluriel de Bernard Lahire, que j'ai trouvé un brin décevant malgré une bonne orientation de départ, voilà un autre livre réflexif sur sa discipline dont la grandeur est de nous confronter à notre ignorance sans renoncer à construire un savoir (voie de la philosophie ni dogmatisme, ni scepticisme).

Il faut dire que notre préhistoire est le meilleur témoignage de notre propension à reconstruire toute une histoire avec quelques traces matérielles. La paléoanthropologie ressemble à un Sherlock Holmes qui devrait réviser sans arrêt ses conclusions avec la découverte de nouveaux indices. Dans ma revue des sciences je m'amuse à chaque fois de la réécriture de nos origines à partir d'une simple dent parfois, comme un jeu de piste fait pour nous égarer mais on ne peut dire pour autant que ce n'est pas un savoir en progrès, en ceci que sont réfutées de plus en plus des mythes que nous formons, les récits qu'on en fait inévitablement. Ce n'est donc pas pour rien qu'Alain Testart commence son livre-programme par une histoire de la préhistoire et de la notion d'évolution ou de progrès pour se situer lui-même dans ce temps historique (avec une critique du progressisme déjà datée), temps de la science où l'on sait qu'on changera d'avis si de nouvelles découvertes l'exigent. Le plus intéressant, pour nous, c'est de penser l'évolution de la technique et son accélération à partir du Néolithique. Les questions des inégalités et de la richesse sont aussi importantes pour réfuter les visions idylliques qu'on se fait du "bon sauvage" mais on sera plus circonspect sur l'explication de la démocratie européenne par la supposée rémanence d'une culture "démocratique" datant du néolithique et dont le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle n'a pas toujours été évidente !

Continuer la lecture

Revue des sciences novembre 2012

  • La fin de la fin du pétrole !
  • Le désir n'est pas le plaisir
  • Les bébés connaissent la grammaire
  • Nouvelle théorie combinant topologie et symétrie
  • L’enrichissement de l’uranium par laser
  • Les débuts de la vie avec 3 ARN
  • Lien entre gros cerveau et cancer
  • Carte universelle de la vision dans le cerveau
  • Les mots produisent des images

Continuer la lecture

L’ordre grammatical

Je prends l'habitude de faire des billets à part lorsque mes commentaires sur une étude scientifique prennent trop d'ampleur.

Il s'agit cette fois d'une incursion dans la grammaire sous l'angle de la théorie de l'information, mais aussi de la détermination génétique du langage par rapport à l'hypothèse de grammaire universelle de Chomsky.

Continuer la lecture

Revue des sciences octobre 2012

  • Rareté des trous noirs favorables à la vie
  • Nouvelles symétries avec le principe d'unarité
  • La géométrie non-commutative revient dans la course
  • Un minimum solaire de plus en plus probable
  • La vie sur Mars plus récente que sur Terre ?
  • Le mécanisme de correction d'erreur de l'ADN
  • Le rôle régulateur de l'ADN "poubelle"
  • La manipulation des rêves, une réalité chez le rat
  • Des souvenirs artificiels créés… en laboratoire
  • L'espèce humaine plus mélangée en Afrique du sud
  • Notre peau blanche est trop récente pour venir de Neandertal
  • Le maïs OGM de Monsanto cancérigène ?
  • Des implants réparent des fonctions déficientes du cerveau
  • Des jeux en immersion totale chez soi
  • Le robot industriel d'avenir pour PME

Continuer la lecture