Vers des villes vertes

L'écologie comme "vie naturelle" peut difficilement s'appliquer aux grandes villes et pourtant, non seulement la majorité de la population mondiale vit maintenant dans des grandes villes mais c'est devenu écologiquement incontournable, réduisant les déplacements et l'impact sur l'environnement. Il n'y a pas d'alternative au moment où l'on va atteindre le pic de la population mondiale qui doit encore augmenter de 40%, ce qui n'est pas rien. Dans ce contexte, le retour à la terre ne sera possible que pour une toute petite minorité (qu'on peut certes encourager).

C'est bien là où l'écologie responsable se révèle incompatible avec des utopies écologistes complètement en dehors du temps alors qu'il faut bien s'affronter aux réalités de l'époque pour sauvegarder l'avenir. On ne choisit pas le monde dans lequel on naît et il ne fait aucun doute que le monde futur sera à la fois numérique et plus peuplé qu'aujourd'hui (sauf épidémie foudroyante toujours possible) avant d'entamer sa décroissance dans 50 ans peut-être ? Au lieu de rêver d'un déferlement des urbains sur les campagnes, l'enjeu actuel est donc plutôt de rendre les villes plus écologiques, d'amener la nature dans les villes plutôt que de bâtir des villes à la campagne.

Continuer la lecture

Revue des sciences 09/11

  • Le désordre des protéines
  • La langue façonne la pensée
  • Le principe de Peter
  • Un quasar lointain éclaire les débuts de l'univers
  • La nouvelle théorie de Lee Smolin : l'espace des moments
  • La gravité n'est pas une émergence entropique
  • La Lune aurait absorbé une autre lune
  • Les Chinois veulent détourner Apophis de la Terre
  • Une ceinture d'antiprotons autour de la Terre
  • Une cape d'invisibilité pour la lumière visible
  • Influence des rayons cosmiques sur la formation des nuages
  • Une prolongation du courant du Labrador en eau profonde
  • Une machine à fabriquer de l'eau
  • Confirmation du monde ARN à l'origine de la vie
  • Les mêmes contraintes conduisent aux mêmes évolutions
  • De l'importance de la biodiversité
  • La communication universelle entre bactéries
  • Un robot-abeille parle aux abeilles
  • L'évolution à l'envers : un alligator dans un oeuf de poule
  • Homo Erectus faisait cuire ses aliments
  • Le vieillissement s'arrête à 90 ans
  • Vaginale "et" clitoridienne
  • Vous n'avez plus que 12 ans à vivre
  • Une pilule contre les coups de soleil
  • L'Ecstasy contre le cancer
  • Nicotine contre Parkinson
  • Le sel aggrave le déclin cognitif
  • Du sang neuf pour un cerveau neuf
  • Un test de paternité pendant la grossesse
  • Une mousse stable 6 mois jusqu'à 60°C
  • Graver ses DVD dans la pierre
  • Utiliser les interférences pour accélérer les communications sans fil
  • Passer les vitesses du vélo par la pensée

Continuer la lecture

Vent de panique

Il n'y aurait pas grand chose à ajouter sur une crise qui s'aggrave comme prévue, sinon qu'on mésestime en général la capacité d'un "pilotage à vue" de faire durer des états instables. Il avait été démontré ainsi qu'on pouvait (théoriquement) contrôler des phénomènes chaotiques comme des ouragans avec de petites interventions bien ciblées à condition d'avoir une réactivité suffisante mais, bien sûr, plus la crise dure et plus un quelconque grain de sable peut tout gripper.

Or, on a de bonnes raisons de croire que ce grain de sable devrait être politique. Que ce soit du côté des USA ou de la désintégration de l'Euro (voire de la Chine?). En tout cas, la situation se détériore avec le temps faisant éclater la belle solidarité initiale face à la menace de crise systémique et laissant souffler ce qu'on doit bien appeler un vent de panique, sensible dans les commentaires de quelques analystes au moins.

Continuer la lecture

Revue des sciences 08/11

  • L'inflation cosmique remise en question
  • Des octonions pour la théorie des cordes
  • L'entropie négative
  • La quantification des trous noirs
  • Un trou dans le temps
  • Maintenir l'intrication dans la durée
  • Une nanosphère superposée en 2 endroits à la fois
  • Des cellules solaires imprimées ou en spray
  • Les maisons Nano en kit de Tata à 500€
  • Ce qui n'est pas génétique dans l'évolution
  • Un signal bioélectrique précéderait la différenciation des organes
  • La personnalité d'animaux sans cerveau
  • Pas de grand-parents avant 30 000 ans
  • Nous étions 10 fois plus nombreux que Neandertal
  • Nos ancêtres les Gravettiens
  • Le cerveau du vague au précis
  • On a fait pousser une dent de souris dans un rein…
  • Le contrôle par la pensée pour les paralysés
  • Les machines outils de la nanotechnologie
  • Les robots intelligents

Continuer la lecture

Crise globale et alternatives locales

Les dernières péripéties des créanciers européens pour s'assurer le remboursement de leur dette par une Grèce exsangue manifestent plusieurs évidences :

- D'abord que "la crise n'a pas encore eu lieu", qu'on ne fait que repousser mois après mois depuis 2008 par des mesures plus ou moins impressionnantes, mais qui devrait s'aggraver assez vite maintenant.

- Ensuite, qu'on ne fait à chaque fois que le minimum requis, même si ce minimum a pu être au début des sommes inimaginables, les dernières mesures étant notoirement insuffisantes, le défaut de paiement de la Grèce pouvant même avoir des effets systémiques, un peu comme la faillite de Lehman Brothers.

- Enfin que les décisions ne dépendent pas plus de nous qu'une déclaration de guerre, nous transformant en spectateurs plus qu'en acteurs de l'histoire.

La démocratie se réduit ici au fait que ceux qui prennent les décisions soient nos élus, mais ils s'enferment pendant des heures pour nous gratifier des conclusions de leur conclave sans que nous ayons notre mot à dire, ou plutôt sans que personne ne se soucie de ce qu'on peut en dire. Pas tout-à-fait, les discours dominants et des théories économiques (largement erronées) gardent une grande influence mais seulement en ce qu'ils s'incarnent dans des institutions.

Continuer la lecture

Un homme de parole (le sujet du langage)

Pour finir la série, après avoir survolé l'histoire de l'humanisation du monde et de sa transformation matérielle, il s'agit de comprendre en quoi précisément le langage narratif a pu tout changer de notre vécu au point de nous séparer des autres animaux.

Il n'y a pas de nature humaine, ce qui fait l'homme, c'est la culture qui s'oppose à la nature par construction, la raison qui nous détache du biologique, la civilisation qui réprime nos instincts, l'histoire qui prend le relais de l'évolution. C'est un nouveau stade de la séparation du sujet et de l'objet, de l'autonomisation de l'individu par rapport à son environnement, processus qui vient de loin et n'est pas réservé à notre temps. Tout n'est pas culturel pour autant. Il ne s'agit en aucun cas de nier les mécanismes biologiques étudiés avant, par exemple dans la différence des sexes, mais de ne pas les assimiler trop rapidement à ce que la culture y superpose de systématisation (dans la division actif/passif notamment). Pour les sociétés humaines, rien ne justifie de faire du biologique une raison suffisante, encore moins une norme culturelle, et il faudrait éviter les tentations scientistes de mettre sur le compte de la biologie ce qui résulte d'une longue histoire.

L'essentiel, c'est le lien de la culture et du langage tel qu'il avait été établi par le structuralisme dont l'apport là-dessus est considérable et ne peut être ignoré. On peut regretter le discrédit dans lequel il est tombé de nos jours, certes à cause de ses excès, ses erreurs, ses errements. Le phénomène est on ne peut plus classique et relève justement d'une analyse structurale : chaque génération se construit sur l'opposition à la génération précédente et toute théorie trop dominante est destinée à un temps de purgatoire quand elle est passée de mode ! Il n'empêche que la culture, les contes, les mythes, les rites, les modes relèvent bien d'une approche linguistique et structurale, ce qui n'est en rien une négation de l'histoire comme le craignait Jean-Paul Sartre, ni même de l'humanisme, encore moins de la liberté. On devrait parler plutôt, comme Lucien Goldmann, d'un structuralisme génétique car les structures évoluent, bien sûr. Ce n'est pas parce qu'il y a des règles qu'elles ne peuvent pas changer, simplement elles doivent garder une certaine cohérence, un peu comme l'évolution du squelette doit respecter des contraintes structurelles, évoluant donc plutôt par sauts et changements de paradigme (ou d'épistémé).

Continuer la lecture

L’humanisation du monde

On continue. Après avoir passé en revue l'origine de la vie et de la subjectivité puis tout ce que nous partageons avec les animaux, en particulier les chimpanzés, il faut prendre la mesure de ce qui malgré tout nous sépare de la nature (et donc de toute nature humaine) avec le langage, la culture, la civilisation, séparation progressive mais qui n'est plus réductible au corps, ni à l'espèce dès lors qu'il s'agit bien de l'humanisation du monde. S'il faut tenir compte de notre nature animale et de nos besoins vitaux, puisque nous restons des animaux, le biologisme nous réduisant au corps a toujours été une dangereuse barbarie, même lorsque c'est au nom de la jouissance et d'une libération de nos pulsions. L'écologie-politique consiste à réintroduire la nature dans la culture (mettre la nature en culture), ce qui est tout autre chose.

Continuer la lecture

Publié dans Best, Science | Commentaires fermés sur L’humanisation du monde

Revue des sciences 07/11

  • Ce que l'épilepsie révèle de la conscience
  • Le baclofène contre la dépendance à l'alcool ?
  • Un démon de Maxwell pour refroidir les atomes
  • Premiers accouplements, premiers vivipares
  • La fonction du rêve
  • L'inexplicable dualité entre trous noirs et supraconduction
  • Vers un petit âge glaciaire ?
  • Lutter contre la pollution atmosphérique augmenterait la température de 3°C !
  • Le GIEC envisage des miroirs pour nous protéger du soleil
  • Un accélérateur d'évolution
  • Reproduction en laboratoire des premiers multicellulaires ?
  • La vieillesse, un effet du risque de mortalité précoce ?
  • Les Australopithèques n'étaient pas nomades
  • L'évolution humaine 30 fois plus lente que prévue
  • Le croisement avec Neandertal nous aurait adapté aux contraintes locales
  • Le néolithique a dégradé nos conditions de vie
  • La simulation du fonctionnement du cerveau
  • Copier et restituer la mémoire
  • La médecine chinoise contre le Parkinson


Continuer la lecture

La part animale de l’homme

Redonnons le contexte. Après avoir défini la vie comme se créant elle-même dans l'épreuve du réel par la reproduction et la sélection constituant un processus cognitif dès la première cellule, nous avons essayé de cerner ce qui constituait la subjectivité du vivant, son vécu dans ses formes les plus simples jusqu'à l'apparition d'un système nerveux et les premiers sentiments de plaisir ou de peine à la base des capacités d'apprentissage.

Dans ce chapitre, nous allons essayer de rassembler tout ce que notre subjectivité doit à sa part animale. Là encore on pourra toujours y voir de simples poncifs d'une vieille biologie réfutée depuis longtemps alors que c'est plutôt leur ré-interprétation complète à l'aune de l'éthologie et de la biologie la plus actuelle ainsi qu'une "critique de la critique" de l'anthropomorphisme, du vitalisme et du finalisme qui ne nous ramène pas à l'état antérieur (négation de la négation toujours partielle), mais qui réintroduit ces notions, qui s'imposent de l'expérience animale et de notre vécu, en les débarrassant de leur contamination initiale par la théologie. Notamment, ce qu'on appelle "la théorie de l'esprit", capacité de se représenter la subjectivité d'un autre animal, justifie une certaine connaissance participative qui accède sans conteste à une réalité effective malgré sa part de projection et d'arbitraire.

Continuer la lecture

Publié dans Best, Science | Marqué avec | Commentaires fermés sur La part animale de l’homme

La révolution a déjà commencé

Avant de prendre congé, alors que le mouvement semble connaître un reflux, à l'exception notable de la Grèce, il me semble que c'est le moment de se rendre compte que, quoiqu'il arrive, la révolution a déjà commencé. Cela ne veut pas dire que la victoire serait proche, encore moins qu'elle serait facile. Il faut s'attendre à bien des revers mais si l'on peut dire que la crise n'a pas encore vraiment eu lieu, retardée par l'intervention des Etats, on a du moins déjà les prémices des révolutions à venir. Dans le sillage des révolutions arabes, le mouvement des indignados a bien posé les bases des mobilisations populaires devenues indispensables pour sortir de l'impasse où nous conduisent des marchés financiers aveugles.

Continuer la lecture

La subjectivité du vivant

Je continue la publication de ce "livre de la vie" chapitre par chapitre afin de pouvoir les enrichir et les corriger dans ce work in progress

On a tenté de dégager les principes de la biologie, d'une compréhension scientifique de l'évolution, mais cela nous a mené à reconnaître la subjectivité du vivant, sa spontanéité. Je m'aventure un peu loin sans doute à vouloir aborder la question non plus cette fois du côté de l'objectivité des processus biologiques mais du ressenti, du vécu lui-même que nous ne pouvons connaître que par notre expérience d'être vivant mais qui commence indubitablement avec le plus simple des organismes et donc avec la cellule bien avant l'animal.

Je n'aurais jamais cru pouvoir parler un jour de la subjectivité de l'amibe. Rien ne semble apparemment plus ridicule. Pourtant, si la vie commence avec les bactéries, c'est à ce niveau que doit bien commencer le vécu. Avant Pasteur, les philosophes n'avaient pas ce problème épineux même si on soupçonnait déjà que la fermentation était vivante. Ainsi, Hegel ne connaissait rien du bacille du choléra qui l'a emporté ; mais si Aristote, Kant, Hegel, Heidegger ont tous insisté sur la subjectivité de l'organisme comme totalité, on doit bien admettre que cela s'applique à la cellule tout autant. Ce qui mérite réflexion au moins.

Continuer la lecture

Revue des sciences 06/11

  • L'anatomie du neutron
  • Les surprises de l'évolution humaine
  • Des hallucinogènes médicaments
  • À chacun son satellite
  • Un bâtiment de 400m² il y a 11 000 ans
  • Une planète habitable ?
  • Découverte d'un boson Z' et d'une nouvelle force ?
  • Enorme astéroïde en direction de la terre
  • Le réchauffement climatique pourrait ranimer la maladie du charbon
  • Le photovoltaïque et thermovoltaïque ultime
  • Les bactéries peuvent-elles engendrer des ondes magnétiques ?
  • Des doutes sur la date de l'origine de la vie
  • Des gènes humains trouvés chez les chiens
  • Le gène du risque de ceux qui ont quitté l'Afrique
  • La conscience est top-down
  • La mémorisation des souvenirs
  • S'indigner, signe de santé mentale
  • Une voiture qui prend vos habitudes
  • La domotique commandée par smartphone
  • Fabs Labs, etc.

Continuer la lecture

La démocratie est un rapport de force

Quelques réflexions rapides sur les perspectives du mouvement en cours

Rien de plus bienvenu que d'exiger une démocratie réelle à la place d'une démocratie formelle de plus en plus vidée de sa substance mais il faudrait bien comprendre pourquoi le droit de vote ne suffit pas à définir un régime démocratique, ce qui peut paraître étonnant, tout de même, du moins quand les élections ne font pas l'objet de falsifications patentes.

On fait appel en général à une supposée "servitude volontaire" assez imbécile, donnant l'illusion qu'il suffirait d'éclairer le peuple de nos lumières pour qu'il suive la voie lumineuse de l'émancipation (la nôtre bien sûr). C'est tout autre chose et un peu plus compliqué, d'une part du fait que la vérité n'est pas donnée (on a toujours moins raison qu'on ne croit et on ne pense pas tous pareil, loin de là) mais surtout parce que le vote est avant tout un rapport de force, ce qui est beaucoup trop dénié alors que sous la monarchie, voter était ouvertement un rite de soumission.

Continuer la lecture

Auto-organisation et sélection génétique

Le vivant post-génomique ou qu'est-ce que l'auto-organisation, Henri Atlan
Henri Atlan faisait partie des membres originaires du GRIT mais cela n'empêche pas que je me situe à peu près à son exact opposé sur des points fondamentaux qu'on peut relier à nos conceptions différentes de l'information. En effet, non seulement il prétend tout expliquer par l'auto-organisation, ce qui me semble très exagéré au moins (et pas du tout aussi original qu'a pu l'écrire Philippe Petit) mais il attaque frontalement tout ce que je crois devoir réhabiliter (voir mon article précédent) : la spécificité de la vie, le rôle de la finalité comme inversion de l'entropie et même la sélection darwinienne comme seul facteur explicatif, ce qu'il appelle "l'épistémologie évolutive" (p134), sans parler de la liberté et du dualisme entre l'esprit et le corps (comme entre l'information et l'énergie ou la matière).

Continuer la lecture

La vie incréée

La vie, c'est apprendre à surmonter l'entropie pour éviter le pire et tirer parti de l'occasion.

Ce n'est pas la première fois que j'écris sur le sens de la vie et la trivialité des réponses que j'en donne paraîtra déplacée à tous les croyants comme à ceux qui voudraient rêver leur vie mais ce texte qui prolonge de l'entropie à l'écologie est le premier chapitre d'un livre sur la biologie et la vie comme évolution qui devait rassembler la matière des articles cités à la fin.

C'est de façon complétement inattendue que s'est imposé le thème de l'absence d'un dieu créateur pour comprendre les finalités biologiques, l'essence de la vie et de son autonomie évolutive, la neutralité scientifique n'étant pas tenable à propos de la différence entre une vie qui se construit pas à pas et une création par un supposé grand architecte.

On verra, en effet, que la vie se caractérise bien par sa vitalité qui est à la fois reproduction, sélection, évolution, régulation (boucle de rétroaction), exploration, adaptation, activité vitale constituant sa subjectivité, sa spontanéité, et qui s'oppose constamment aux forces de destruction entropiques grâce à l'information, la correction d'erreur et la mémoire, processus cognitif dès la première cellule introduisant la finalité dans la chaîne des causes, la difficulté étant de comprendre, hors de tout spiritualisme, le dualisme fondamental opposant la vie à la matière inerte, sa réactivité, son dynamisme propre, l'expérience du temps (de l'après-coup) et l'épreuve du réel permettant l'inversion des causes et de l'entropie jusqu'à se complexifier de façon inouïe et coloniser toute la biosphère.

Il y a, bien sûr, des conséquences politiques à en tirer à l'ère de l'information, de l'écologie et du développement humain.

Continuer la lecture

Revue des sciences 05/11

  • L'acquisition du langage
  • La production des mots
  • La localisation des chromosomes
  • Le biface venu d'Inde ?
  • Le bilinguisme favorise la flexibilité cognitive
  • MOND contre Einstein
  • Homo heidelbergensis ancêtre de Néandertal et Sapiens ?
  • Pas de langue universelle mais une origine commune
  • 11 milliards en 2050 ?
  • Les oméga-3 aggraveraient le cancer de la prostate
  • Stimulation du cerveau par ultrasons

etc.

Continuer la lecture

Les contradictions entre révolution et démocratie

Lorsque j'annonçais le retour des révolutions et de l'inflation, cela ne paraissait guère crédible à l'époque, pas tellement plus que lorsque je soulignais l'année dernière la nécessité de l'intervention des peuples, tant s'imposait la certitude d'une fin de l'histoire où plus rien ne pouvait changer. Maintenant que ce sont devenus des faits incontestables, il convient de tempérer les illusions qu'ont pu faire naître les révolutions arabes et la perspective d'un effondrement du capitalisme bien peu probable (même si le pire est sans doute encore devant nous), en rappelant la dialectique bien connue des mouvements révolutionnaires suivis régulièrement par un retour à l'ordre souvent musclé.

Pour ne pas se tromper de stratégie, il faudrait prendre en compte à la fois ce que les soulèvements populaires peuvent avoir de nécessaires, y compris en démocratie quand elle devient trop oligarchique, et les limites que la démocratie peut mettre aux espérances révolutionnaires. On le sait depuis Mai68, rien de mieux que d'organiser des élections pour mettre fin à une révolution qui se retrouve (forcément) minoritaire. Ce sont les contradictions entre révolution et démocratie qu'il faut mesurer, en même temps que ce qui les rend inséparables : les démocraties se fondent sur des révolutions et s'y régénèrent périodiquement mais une révolution réellement démocratique empêchera toute dictature révolutionnaire, et même toute instauration d'une prétendue "démocratie directe". Il n'y aura jamais aucune majorité pour cela. Ce qu'on peut attendre d'une révolution, c'est autre chose, une réaffirmation des solidarités sociales, une réduction des inégalités et des institutions plus justes, mieux adaptées à notre temps.

Continuer la lecture

Revue des sciences 04/11

  • La fin du monde n'est pas pour demain
  • Virus géant ou nouvelle forme de vie ?
  • Le tirage au sort améliore la démocratie
  • La religion en voie d'extinction dans 9 pays
  • Le feu utilisé après la colonisation de l'Europe
  • Un gène de longévité contre les huiles saturées
  • Une chaîne d'assemblage de cellules
  • Prendre un robot par la main

Continuer la lecture

La fuite dans l’irrationnel

Georg Lukács, La destruction de la raison (Schelling, Schopenhaeur, Kierkegaard)
Il y a des moments où la raison ne peut plus se faire entendre dans le déchaînement de foules prises de haine, de panique ou d'enthousiasme. Il y a des moments où plus rien ne compte de ce que nous avait appris l'histoire (ou les sciences sociales) dans l'illusion de tout pouvoir recommencer à zéro. L'étonnant, c'est que cette fuite dans l'irrationnel puisse être le fait de "philosophes" et pas seulement de foules fanatisées. On retrouve encore une fois les égarements de la raison elle-même, sous la forme cette fois de la bêtise savante.

Ici Lukács essaie de remonter aux sources philosophiques de l'irrationalité nazi qu'il identifie largement à l'existentialisme d'Heidegger (qu'Emmanuel Faye accusera effectivement de L'introduction du nazisme dans la philosophie). Un volume entier est consacré à Nietzsche, inspirateur indéniable du nazisme, alors que ce volume-ci s'attache à ses prédécesseurs moins connus (Schelling, Schopenhauer, Kierkegaard) et leurs différentes stratégies de fuite dans l'irrationnel (idéalisme, volontarisme, subjectivisme) témoignant de l'affolement de la pensée après la Révolution Française et l'essor de l'industrie, mais qui reviennent en force de nos jours.

Continuer la lecture