Une montre connectée flexible

Lien

- Une montre connectée flexible

Smile est une montre connectée se présentant comme un bracelet. Basée sur deux écrans flexibles OLED couleur, l’un s’activant dès que l’on relève le bras, l’autre dès que l’on fait tourner le bracelet sur son poignet.

La Smile intègre trois caméras (deux « classiques » et une servant de scanner, lecteur sur le côté du bracelet). La reconnaissance vocale est aussi de la partie.

Le prix : 480$ en version 128 Go, ou 550$ en 256 Go.

Il y a une autre montre connectée capable de lancer des applications android, sans parler de celle de Sony ou de celle que prépare Google.

L’acide hyaluronique l’anticancer des rats-taupes nus

Lien

- L’acide hyaluronique l'anticancer des rats-taupes nus

Le rat-taupe nu est un rongeur très étrange chez qui l’on n’a jamais observé un seul cas de cancer. D’où lui vient cette propriété ? De la forme particulière d’acide hyaluronique qu’il produit, selon une nouvelle étude.

Les chercheurs pensent que la molécule vient encercler les cellules, les empêchant alors de se multiplier de manière anarchique, ce qui tue la tumeur dans l’œuf.

Des propriétés exploitables pour prévenir le cancer chez l’Homme ? Pas sûr. Pour que la thérapie soit vraiment efficace, il faudrait probablement que la molécule soit produite dans tout notre organisme, une démarche très complexe et non sans risques. En revanche, il est plus plausible de l’utiliser localement, au niveau de la peau ou des articulations, de manière à améliorer les traitements existants à base d’acide hyaluronique humain.

Les auteurs vont déjà effectuer des tests chez la souris, pour vérifier l’impact que cela pourrait avoir sur elle. Si la thérapie anticancer fonctionne sans effets secondaires, alors seulement elle pourrait être envisagée pour l’Homme.

La vidéo hologramme couleur pas chère avec des ondes sonores

Lien

- La vidéo hologramme couleur pas chère avec des ondes sonores

C'est assez bluffant puisque la puce nécessaire pour des performances très au-dessus de l'état de l'art aurait un coût inférieur à 10$. L'astuce, est d'utiliser les ondes sonores qui révèlent tout leur potentiel pour guider et moduler des ondes lumineuses. Non seulement cela promet l'arrivée prochaine des hologrammes mais devrait être à la base de nombreux appareils vidéo.

Le cœur du système d'affichage est une puce optique, ressemblant à une lame de microscope, constituée d'un cristal appelé niobate de lithium. Juste en dessous de la surface du cristal sont creusés des canaux microscopiques utilisées comme guides d'ondes, qui canalisent la lumière se propageant à travers eux. Sur chaque guide d'onde, a été déposée aussi une électrode en métal, capable de produire une onde acoustique. Chaque guide d'onde correspond à une rangée de pixels de l'image finale.

Des faisceaux de lumière rouge, verte et bleue sont envoyées sur chaque guide d'onde, et les fréquences de l'onde acoustique passant à travers le cristal détermine les couleurs qui passent et celles qui sont éliminées par filtrage.

Des ondes sonores pour un positionnement précis de nanofils

Lien

- Des ondes sonores pour un positionnement précis de nanofils

La lithographie peut difficilement imprimer des motifs inférieurs à 50nm, ce qui pourrait se faire avec des ondes sonores stationnaires à la surface d'un matériau. De quoi former, en effet, des lignes creuses où les nanofils en solution sont canalisés. Des ondes perpendiculaires peuvent diriger le motif dans une autre direction comme dans un circuit imprimé. De quoi gagner donc en miniaturisation mais aussi en souplesse, pouvant se faire en temps réel, un peu comme des imprimantes 3D par rapport à un processus industriel.

Les trous noirs bien différents de ce qu’on croyait

Lien

- Les trous noirs bien différents de ce qu'on croyait

L'interféromètre du Très Grand Télescope de l'ESO a réalisé l'image la plus détaillée à ce jour de la poussière qui entoure un vaste trou noir situé au centre d'une galaxie active. Les astronomes s'attendaient à ce que toute la poussière rougeoyante se situe dans un tore en forme de beignet autour du trou noir ; ils ont en réalité découvert qu'une grande partie de la poussière se trouve au dessus et en dessous du tore. Ces observations montrent que la poussière est éjectée du trou noir à la manière d'un flux d'air frais - une découverte surprenante qui défie les théories actuelles et nous renseigne sur l'évolution des trous noirs supermassifs et leurs interactions avec leur environnement.

La poussière chaude - d'une température comprise entre 700 et 1000 degrés Celsius - se constitue bel et bien en tore autour du trou noir, mais de grandes quantités de poussière plus froide se trouvent également en dessous et au dessus de ce tore principal.

La poussière nouvellement découverte constitue un flux d'air frais qui s'échappe en continu du trou noir. Ce flux doit jouer un rôle important dans la relation complexe qu'entretient le trou noir avec son environnement. Le trou noir satisfait son insatiable appétit en absorbant la matière environnante, mais l'intense rayonnement qui en résulte semble projeter cette matière au loin. L'imbrication de ces deux processus, leur implication dans la croissance et l'évolution des trous noirs supermassifs au sein des galaxies, demeurent encore mystérieuses, mais l'existence de ce flux de poussières apporte un nouvel élément à ce tableau.

Stabiliser un antioxydant avec des nanoparticules

Lien

- Stabiliser un antioxydant avec des nanoparticules

Les antioxydants utilisés notamment dans l'alimentation ont une durée de vie courte car très réactifs. L'acide gallique est l'un des meilleurs antioxydants mais ses molécules ont tendance à interagir entre elles, les neutralisant. En les combinant avec de grosses nanoparticules en dioxyde de silicium, cela les empêcherait d'interagir entre elles comme de gros ballons empêchant de s'approcher.

Le résultat, c'est un antioxydant plus efficace et plus durable.

L’intrication crée des trous de vers

Lien

- L'intrication crée des trous de vers ?

C'est une hypothèse audacieuse, quoiqu'un peu farfelue, de Juan Maldacena et Leonard Susskind qui ne sont pas n'importe qui.

A partir de la possibilité de trous de vers reliant deux trous noirs intriqués, ils en viennent à supposer qu'il se formerait des trous de vers entre un trou noir et chaque photon intriqué du rayonnement de Hawking. On pourrait en déduire que l'intrication de n'importe quelle particule indépendamment de la distance résulte à chaque fois de tels "trous de vers".

Le problème de départ, c'est qu'un photon qui s'échappe du trou noir est intriqué à la fois au trou noir et à son photon jumeau. Cela permettrait de résoudre la question de ce qui nous arrive quand on tombe dans un trou noir : est-on déchiqueté par les forces de gravitation ou grillé par la chaleur ?

Polchinski avait suggéré l'année dernière que l'intrication trou noir-photon pouvait se briser et que cela provoquerait un mur d'énergie à l'horizon du trou noir, ce qui éliminerait la relativité parce que n'importe quoi qui tombe dedans brûlerait plutôt que d'être découpé en spaghetti par la gravitation.

Tout d'abord, les deux auteurs ont montré que ces tunnels spatio-temporels, tels qu'ils découlent des mathématiques de la relativité générale, se retrouvent aussi dans la théorie quantique dès lors que deux trous noirs sont intriqués. C'est comme si le trou de vers était la manifestation physique de l'intrication.

Ils ont étendu ensuite le concept à un seul trou noir et son rayonnement Hawking, d'où résultait un nouveau type de trou de ver.

Ces trous de ver seraient une solution pour éviter la décohérence des intrications à l'horizon d'un trou noir et donc éviter qu'on soit grillé avant même d'y pénétrer.

On ne sait pas si on est encore dans la physique tant qu'on ne peut faire aucune expérience.

Le nécessaire préchauffage final de l’inflation cosmique

Lien

- Le nécessaire préchauffage final de l'inflation cosmique

L'inflation a un effet de refroidissement radical (une sorte de congélateur instantané) un peu comme un gaz compressé qu'on détend (en fait la longueur d'onde des photons qui s'allonge). Il faut donc qu'il y ait un préchauffage intense avant pour garder une température compatible avec le rayonnement final donnant naissance aux quarks et autres fermions.

L'hypothèse de John Giblin, c'est que cette chaleur aurait été le résultat de la résonance entre le champ de l'inflation et le champ électro-magnétique dotant les photons d'une très grande énergie libérée à la fin de l'inflation.

Cela ressemble quand même à des explications ad hoc et aux épicycles de Ptolémée...

Un édulcorant réduit de 70% le Parkinson des mouches

Lien

- Un édulcorant réduit de 70% le Parkinson des mouches

C'est un édulcorant qu'on trouve dans les chewing-gums sans sucre, entre autres, et qui réduirait les agrégats de la protéine α-Synuclein (α-syn) à l'origine du Parkinson (selon un mécanisme semblable à celui des maladies à prions).

Sur les mouches modèles, les symptômes seraient améliorés de 70%.

On est loin de l'homme mais c'est la première fois qu'on a une piste de traitement.

On en parle depuis avril.

Des vols suborbitaux pour remplacer les longs courriers

Lien

- Des vols suborbitaux pour remplacer les longs courriers

S3 n’a que quelques mois d’existence et pourtant leurs projets semblent déjà bien avancés de navettes suborbitales non habitées capables de lancer des petits satellites allant jusqu’à 250 kg d’ici 2018.

S3 a annoncé le 16 juin, un nouveau partenariat avec Thales Alenia Space. Ce sont eux qui ont fabriqué Columbus, le laboratoire pressurisé européen qui se trouve actuellement sur la Station spatiale internationale. Pour S3, ce partenariat est l’occasion de bénéficier d’une expérience réussie pour développer une version habitée de leur navette suborbitale.

Cette dernière avancée leur permettra de transporter des passagers à l’autre bout du monde à très grande vitesse.

Microsoft a breveté les communications numériques avec notre corps

Lien

- Microsoft a breveté les communications numériques avec notre corps

Microsoft vient de se voir accorder un brevet décrivant un appareillage transmettant des données via de faibles impulsions électriques au travers du corps humain. De quoi échanger des données informatiques lors d’une simple poignée de main, de sécuriser des paiements ou encore de s’identifier pour accéder à certains bâtiments.

Il est composé de trois éléments : une surface faisant office de masse, une couche d’isolant, et une autre conductrice reliée à un module de communication permettant de faire transiter les données via le corps humain.

Une éolienne à voile plus efficace

Lien

- Une éolienne à voile plus efficace

L'éolienne est pourvue d'un dispositif qui déploie ou enroule les voiles automatiquement afin d'adapter la vitesse de rotation de l'éolienne à celle du vent.

Selon ses concepteurs, cette structure présente plusieurs avantages par rapport aux éoliennes tripales "classiques". Tout d'abord, sa faible hauteur (14 m pour les voiles, et 7m pour le "mat" central) la dispense d'obtenir un permis de construire spécifique. En contrepartie, son rendement énergétique est moins bon que si elle était juchée sur un mat de grande hauteur.

Selon VoileO, le prototype actuel développe une capacité de production de 75 kilowatts (kW) -contre 1 à 3 mégawatts pour une éolienne classique- et les futurs modèles pourraient monter jusqu'à 300 kW.

Quels effets de l’accélération ou gravitation sur l’intrication ?

Lien

- Quels effets de l'accélération ou gravitation sur l'intrication ?

orbites

Ce n'est qu'une proposition d'expérimentation originale pour tester l'effet sur leur intrication quantique d'une différence de gravitation ou d'accélération entre des condensats de Bose-Einstein proches du zéro absolu abrités par des micro-satellites dont l'un changerait d'orbite.

Assez facile à tester donc, alors qu'il est si difficile de mesurer l'influence de la gravitation au niveau quantique, et même s'il faut répéter l'expérience un grand nombre de fois. Mais comment savoir si la décohérence serait due au changement d'orbite ou d'accélération et non pas à une autre interaction ou fluctuation quantique?

Le contrôle par la pensée devient complètement naturel

Lien

- Le contrôle par la pensée devient complètement naturel

Des petites électrodes placées sur le cerveau permettent aux patients d'interagir avec des ordinateurs et de contrôler des membres robotisés simplement en pensant à exécuter ces actions. Apprendre à contrôler un bras robotisé ou une prothèse pourrait devenir une seconde nature.

Les chercheurs ont constaté qu'au début, l'activité cérébrale est centrée dans le cortex préfrontal, une zone associée à l'apprentissage d'une nouvelle compétence. Mais après aussi peu que 10 minutes, l'activité du cerveau frontal diminue, évoluant vers des modèles conformes à ceux observés lors des actions automatiques.

"Nous avons maintenant un marqueur cérébral qui montre quand un patient a réellement appris une tâche. Une fois que le signal disparait, vous pouvez supposer que la personne a appris."

L'expérience utilise des électrodes sur la surface du cerveau mais en dessous de la boîte crânienne. Cela permet d'enregistrer des signaux à des fréquences plus élevées et avec moins d'interférences que mesurés sur le cuir chevelu. A l'avenir, un appareil sans fil pourrait rester à l'intérieur du crâne pour contrôler des membres robotisés.

Cela nous promet donc un véritable cyborg, la machine étant intégrée à l'humain mais au fond comme une voiture qu'on conduit sans plus y penser.

Notre ADN diffère du chimpanzé par les séquences régulatrices

Lien

- Notre ADN diffère du chimpanzé par les séquences régulatrices

On a du mal à comprendre ce qui nous différencie des chimpanzés génétiquement alors qu'on partage quasiment tous leurs gènes. C'est peut-être qu'on n'est pas si différents, en effet, mais il y a quand même déjà plusieurs pistes impliquant, au niveau cérébral, le développement du cortex, les cellules nerveuses (neurones et astrocytes), avec une plus grande diversité génétique ou une méthylation épigénétique moins stricte et plus de neurones miroir (qui existent déjà chez les singes), enfin, plus récemment, le développement de l'aire de Broca attachée au langage et aux procédés techniques. Il y a aussi la néoténie avec un temps plus long de maternage et d'éducation. On peut ajouter une plus grande longévité et la ménopause pour les femmes. Tout cela se résume sans doute à un nombre limité de gènes, nous procurant notre avantage compétitif.

La comparaison des génomes fait apparaître une autre différence concernant les sites de fixation des facteurs de transcription de l'ADN, séquences régulatrices qui auraient plus de diversité et de défauts mineurs, ce qui est interprété comme une source de flexibilité permettant une sélection plus rapide des mutations positives mais on pourrait simplement y voir l'effet de l'allègement de la pression sélective avec une plus grande prise en charge des malades, plutôt un affaiblissement génétique, une dégénérescence de l'espèce qui serait donc originaire, conséquence de notre plus grande humanité. La sélection est toujours impitoyable mais sans doute plus du côté des capacités cognitives et de la sélection sexuelle que du système immunitaire, nous destinant à un état de souffreteux à mesure qu'on s'intellectualise ?

Parmi les conclusions, l'étude rapporte que, lorsqu'on les compare avec les gènes codant des protéines, les sites de liaison de l'ADN montrent près de trois fois plus de « mutations faiblement délétères». Ce sont des mutations qui peuvent affaiblir ou rendre un individu plus vulnérable à la maladie, mais qui ne sont généralement pas très graves, responsables quand même de nombreuses maladies héréditaires.

Alors que les gènes ont généralement tendance à résister au changement, une mutation peut conduire parfois à un caractère favorable qui en augmente la fréquence dans une population ; c'est ce qu'on appelle la sélection positive. Or, "les sites de liaison des facteurs de transcription montrent des quantités considérables de sélections positives", concernant principalement l'adaptation aux sites de régulation des gènes contrôlant les cellules sanguines, le fonctionnement du cerveau et l'immunité, entre autres.

"Le tableau d'ensemble montre une plus grande souplesse d'évolution des sites de liaison que des gènes codant pour des protéines".

Des cafards-robotisés bientôt en vente

Lien

- Des cafards-robotisés bientôt en vente

Un groupe de biohackers, fraîchement sortis de l'université du Michigan (États-Unis) a eu l'idée d'exploiter le signal nerveux émis par les antennes du cafard afin... d'en téléguider les mouvements. Pour ce faire, ils ont imaginé un dispositif électronique relié au système nerveux de l'animal. Ce dernier envoie une impulsion électrique dans l'antenne gauche ou dans la droite, modifiant ainsi la trajectoire de l'animal.

Dans le cadre de ce projet, le dispositif électronique est relié via une liaison sans fil bluetooth à un téléphone portable. Pour devenir le maître des mouvements du cyber-cafard, l'utilisateur doit donc simplement télécharger une application puis faire glisser son doigt vers la gauche ou la droite de son écran tactile.

Mindwalker, l’exosquelette contrôlé par la pensée

Lien

- Mindwalker, l’exosquelette contrôlé par la pensée

Il y a trois ans naissait le projet Mindwalker. Financé par l’Union européenne, il rassemble sept universités et entreprises qui ont travaillé à la mise au point d’un exosquelette qui peut être contrôlé à partir des ondes émises par le cerveau (EEG, électroencéphalographie) ou l’activité musculaire (EMG, électromyographie). Cet appareillage est destiné à redonner de la mobilité à des personnes ayant perdu l’usage de leurs jambes.

Le mois dernier, les premiers tests en conditions réelles ont été réalisés à la Fondation Santa Lucia de Rome avec cinq patients paralysés des membres inférieurs. Harnachés dans l’exosquelette, munis d’un casque EEG et d’une paire de lunettes spéciales, ils ont pu se tenir debout et faire quelques pas à la seule force de leur pensée.

Les candidats se sont exercés à contrôler un exosquelette virtuel sur un ordinateur avant de passer à la pratique.

Un antibiotique réduirait la dépendance

Lien

- Un antibiotique réduirait la dépendance

Une nouvelle étude suggère que la protéine GLT1 (Glutamate Type I Transporter), impliquée dans l’élimination du neurotransmetteur glutamate, a un rôle clé dans la dépendance à la cocaïne. En utilisant un antibiotique permettant d’augmenter la quantité de cette protéine dans le cerveau, une équipe de l’université de l'Indiana à Bloomington a pu limiter la consommation de cocaïne chez le rat.

Au cours de la période de sevrage, ils ont observé une diminution de la protéine GLT1 dans le noyau accumbens, une région cérébrale qui joue un rôle important dans le système de récompense.

Pour pallier au sentiment de dépendance, l’équipe a eu l’ingénieuse idée de donner aux animaux de la ceftriaxone, un antibiotique utilisé pour traiter des méningites, et connu pour augmenter la quantité de GLT1 dans le cerveau. Grâce à ce médicament, les chercheurs ont pu annuler le besoin de cocaïne chez le rat.

Des résultats préliminaires prometteurs montrent que la ceftriaxone aide à réduire aussi la dépendance à l’alcool chez le rat.

On peut lire sur son visage la souffrance du bébé qui va naître

Lien

- On peut lire sur son visage la souffrance du bébé qui va naître

Les premières expressions apparaissent vers la 24e semaine de grossesse. À ce moment-là, les fœtus sont capables de réaliser des mimiques simples pour lesquelles une seule région du visage se modifie. Au bout de 36 semaines, leurs expressions sont beaucoup plus complexes et font intervenir au moins quatre mouvements en même temps. À partir de ces images on pourrait penser que le fœtus exprime une douleur.

Bien que les fœtus soient en bonne santé, tous affichaient une expression de souffrance à la fin de la grossesse. Selon les auteurs il est pour le moment difficile de savoir si ces mimiques reflètent une réelle détresse.

Il se pourrait que l'accouchement soit déclenché au moment où le foetus pompe trop d'énergie à la mère (ce dont témoigne le "masque de grossesse"), ce qui signifie sans doute que le foetus n'en reçoit plus assez et qu'il est en manque (il a faim?), ce qui pourrait expliquer son expression de douleur ou de se trouver trop à l'étroit ? De quoi imaginer en tout cas qu'il veuille sortir et non pas rester dans un ventre douillet comme on avait tendance à le penser, les pleurs du nouveau-né n'étant que la fin d'une mauvaise période et non d'une euphorie première horrifiée de découvrir la dure réalité.

Ce qui distingue l’esprit humain

Lien

- Ce qui distingue l'esprit humain
The Human Spark: The science of human development, Jerome Kagan

La question de ce qui nous différencie du chimpanzé est abordée par Jérôme Kagan à partir de la spécificité du développement de l'enfant.

Nourrissons humains et chimpanzés se comportent de manière remarquablement similaires dans les quatre à six premiers mois. C'est seulement au cours de la deuxième année que l'on commence à diverger profondément. Au moment où les lobes frontaux de l'enfant se développent et que les connexions augmentent entre les sites du cerveau, le petit homme commence à développer les talents distinctifs de notre espèce. Il s'agit notamment de "la capacité de parler un langage symbolique, de déduire les pensées et les sentiments des autres, de comprendre la signification d'une action interdite, et prendre conscience enfin de leurs propres sentiments, intentions et actions".

On peut dire qu'il ne s'agit que d'une constatation factuelle, les théories de l'auteur là-dessus n'étant pas l'essentiel. New Scientist conteste que la moralité soit spécifique à notre espèce comme il le prétendrait. On a effectivement vu qu'il y avait déjà une forme de moralité dans les espèces grégaires mais il n'y a rien d'absurde à estimer que notre humanité se distingue par une autre sorte de moralité, liée notamment à la compréhension de l'interdit qui distingue bien un enfant d'un animal. Jérôme Kagan caractérise notre moralité par le fait de pouvoir juger que nous sommes de bonnes personnes, ce qui n'est pas faux, liant surmoi et narcissisme, mais on ne peut ignorer ce que le langage y ajoute de systématisme et de récit (de mensonge). Il semble par contre un peu délirant de penser que cette moralité de base se transformerait désormais en quête éperdue de célébrité ! C'est l'exemple même des court-circuits entre la prétention de parler de biologie, donc pour des périodes préhistoriques, appliquée sans précaution à la mode de ces dernière années...