Vendre les « drogues légales » en pharmacie plutôt qu’internet

Lien

- Vendre les "drogues légales" en pharmacie plutôt qu'internet

C'est le professeur David Nutt qui appelle le gouvernement britannique à appliquer le même principe que la Nouvelle-Zélande pour les "drogues légales" en permettant qu'elles soient vendues en pharmacie car se les procurer sur internet est beaucoup plus incertain et dangereux, notamment s'il faut intervenir pour une overdose. Souvent, ces drogues sont légales tout simplement parce que la nouvelle molécule n'a pas encore été interdite, le rythme de production des molécules modifiées étant plus rapide que le rythme législatif, il faut cependant en tenir compte à cause de leur disponibilité immédiate sur internet.

Il est peu probable que la mesure soit adoptée en Grande-Bretagne mais on voit comme internet pousse à modifier les législations dans tous les domaines.

En général The Telegraph est assez favorable à l'utilisation médicale des drogues, en particulier, ces jours-ci, les hallucinogènes contre la dépression.

Un clavier flexible et qui clique

Lien

- Un clavier flexible et qui clique

On avait déjà parlé de plastiques pour écrans tactiles pouvant se déformer sous nos doigts et l'article parle bien de leur intégration aux écrans tactiles justement mais on peut penser qu'un clavier à part si facile à emporter serait plus pratique car avec des touches plus larges s'il pouvait se connecter sur n'importe quel appareil, y compris les smartphones.

En fait dans ce clavier haptique, les touches vibrent et peuvent déclencher un click caractéristique confirmant la frappe.

Cultiver des espèces marines pour se nourrir

Lien

- Cultiver des espèces marines pour se nourrir

Premières cultures de la

Des chercheurs de l'Université de Grenade sont arrivés à cultiver pour la première fois en captivité une espèce animale marine dénommée petite ortie de mer (Anemonia sulcata), et ont déjà initié la culture du concombre de mer (Stichopus regalis), bien que celui-ci en est encore à sa phase initiale de recherche. Les deux espèces présentent un énorme potentiel culinaire et d'excellentes propriétés nutritionnelles. Outre ces deux anémones de mer, les scientifiques sont également arrivés à cultiver artificiellement une plante marine, la salicorne, aussi appelée "asperge de mer" en Espagne.

Actuellement, la capture d'anémones et leur utilisation postérieure dans les restaurants et établissements pour gourmets a provoqué un déclin remarquable et dangereux de ces populations animales, "en détériorant considérablement le nid écologique de la zone côtière et intermaréale, dû au braconnage et à la surexploitation en raison de leur rentabilité économique".

C'est un second néolithique avec l'extension de l'agriculture aux océans, signe aussi que les ressources agricoles se raréfient.

Faire bouger la queue d’un rat par la pensée !

Lien

- Faire bouger la queue d'un rat par la pensée !

Ce n'est pas vraiment par la pensée mais seulement par le cerveau d'un homme lui même contrôlé par un programme visuel qui déclenche le signal transmis au cerveau du rat. Tout cela est à la fois très primitif, barbare et effrayant.

Tout ce qu’il faut faire, c’est de brancher votre humain sur un électro-encéphalogramme et d’envoyer des bruits ultrasoniques dans le centre moteur du cerveau de votre rat. Quand les humains voient un certain flash dans le stroboscope face à lui, le système se déclenche et la queue du rat bouge.

Vidéo d’un trou noir absorbant de la matière

Lien

- Vidéo d'un trou noir absorbant de la matière

La représentation qui en est donnée est surprenante, à voir.

Vidéo: Un trou noir se réveille pour engloutir un objet céleste

Les astronomes viennent d'observer qu'après avoir sommeillé pendant plusieurs décennies, un trou noir situé à une distance de 47 millions d'années-lumière s'est réveillé pour capturer un objet cosmique de faible masse, une naine brune ou une planète géante, qui s'est approchée trop près de lui. Un événement similaire d'absorption, même s'il ne s'agira que d'un nuage de gaz, se produira prochainement dans le trou noir situé au centre de notre galaxie, la Voie lactée.

En analysant les caractéristiques de ce rayonnement, les astronomes ont pu déterminer que l'émission venait d'un halo de matière situé autour du trou noir qui se trouve au centre de la galaxie. Ce trou noir était alors en train de s'étirer avant d'essayer de capturer un objet ayant 14 à 30 fois la masse de Jupiter.

La Nasa va capturer un petit astéroïde

Lien

- La Nasa va capturer un petit astéroïde

La Nasa va capturer un petit astéroïde

La Nasa envisage une mission robotique pour capturer un petit astéroïde avant de le remorquer pour le mettre sur orbite de la Lune.

La Nasa va capturer un petit astéroïde

"Ce programme combine à la fois la recherche nécessaire pour exploiter les ressources des astéroïdes et les moyens de dévier leur trajectoire en cas de menace pour la Terre ainsi que le développement de technologies permettant de faciliter une future mission (habitée) vers Mars".


Des qubits avec les vibrations de nanotubes

Lien

- Des qubits avec les vibrations de nanotubes

Des ordinateurs quantiques dotés de nanotubes de carbone ?

Plusieurs dispositifs utilisés pour réaliser des ordinateurs quantiques élémentaires susceptibles d’ouvrir la voie à des supercalculateurs quantiques reposent sur l’utilisation de particules chargées. Ce qui les rend de facto particulièrement sensibles à des perturbations électromagnétiques diverses.

C’est pourquoi certaines équipes tentent de construire des ordinateurs quantiques avec des qubits stockés sous forme d’états d’oscillation ou de vibration de systèmes nanomécaniques neutres.

L’idée de base consiste à réaliser des nanorésonateurs mécaniques avec des nanotubes de carbone fixés à leurs deux extrémités. Il est possible d’exciter des modes de vibration quantiques de ces nanotubes avec des impulsions radio. On obtient alors des qubits que l’on peut intriquer avec des photons, et de l’information quantique que l’on peut écrire et lire avec un dispositif optoélectronique.

La soupe primitive à l’origine de la vie

Lien

- La soupe primitive à l'origine de la vie

BombardementAsteroid

Cette nouvelle étude montre comment un produit chimique similaire à celui présent dans toutes les cellules vivantes et vital pour générer l'énergie nécessaire aux processus biologiques, aurait été apporté par des météorites contenant des minéraux phosphorés et atterrissant dans des flaques chaudes ou acides autour des volcans, choses susceptibles d'avoir été communes sur la Terre primitive.

Toute vie sur Terre est animée par un processus appelé chimiosmose, où le triphosphate d'adénosine (ATP), sorte de "batterie" chimique rechargeable du vivant, est à la fois cassé et re-formé par la respiration pour libérer de l'énergie utilisée dans les réactions biologiques du métabolisme. Les enzymes complexes nécessaires à la création et cassure de l'ATP sont peu susceptibles d'avoir existé sur la Terre à cette période où la vie a commencé à se développer. Cela a conduit les scientifiques à chercher un produit chimique plus basique avec des propriétés similaires à l'ATP, mais qui ne nécessite pas d'enzymes pour transférer l'énergie.

Le phosphore est l'élément clé de l'ATP, et d'autres éléments fondamentaux de la vie comme l'ADN, mais la forme qu'elle prend généralement sur la Terre est en grande partie insoluble dans l'eau et possède une faible réactivité chimique. Cependant, la Terre primitive était régulièrement bombardée par des météorites et des poussières interstellaires riches en minéraux exotiques, y compris des formes beaucoup plus réactives du phosphore.

Dans l'analyse de la solution résultante, les scientifiques ont découvert du pyrophosphite, une molécule voisine du pyrophosphate responsable des transferts d'énergie de l'ATP. Les scientifiques pensent que ce composé pourrait avoir été une forme antérieure à l'ATP dans ce qu'ils ont surnommé «la vie chimique».

"La vie chimique aurait été l'étape intermédiaire entre la roche inorganique et la première cellule vivante".

Le même phénomène se serait produit sur Mars renforçant l'hypothèse d'une vie proche de la nôtre sur Mars. Ce qui manque cependant ici, c'est la mer qui est plus probablement le milieu de l'origine de la vie (qu'on retrouve à l'intérieur des cellules) et non des volcans terrestres, mais il ne serait pas impossible que la vie vienne de la rencontre des deux, à la frontière entre volcan immergé (cheminées hydrothermales) et sa partie émergée ?

Produire à nouveau des neurones en luttant contre l’inflammation

Lien

- Produire à nouveau des neurones en luttant contre l'inflammation

Ce qui est intéressant, c'est d'avoir une explication de l'efficacité du changement de sang pour la reprise de la production de nouveaux neurones chez les individus âgés ainsi que le rôle de l'inflammation dans les maladies neurodégénératives.

Pourra-t-on gagner des neurones et soigner les maladies du cerveau ?

Des travaux plus poussés ont révélé que les cellules souches de la moelle osseuse de souris irradiées ou âgées produisaient un niveau élevé de TGF-ß, une molécule signal de la famille des cytokines. Cette dernière induit une sorte de dormance des cellules souches neuronales, qui deviennent alors plus sensibles à l’apoptose (c’est-à-dire à la mort cellulaire). Restait alors à contrecarrer l’action de ces cytokines. Pour ce faire, l’équipe a bloqué in vivo le signal émis par la cytokine en utilisant des anticorps dirigés contre cette molécule. Les résultats sont impressionnants : en empêchant les cytokines d’affaiblir les cellules souches neuronales, les auteurs ont réussi à améliorer la fabrication de neurones chez les souris.

Voir aussi la brève du 29 mars : Le vieillissement du sang serait réversible.

Les pesticides sont bien la cause de la disparition des abeilles

Lien

- Les pesticides sont bien la cause de la disparition des abeilles

Les abeilles perdent la tête en présence de certains pesticides

Les néonicotinoïdes, des pesticides couramment employés en agriculture, désorientent les abeilles à certaines doses. Il apparaît maintenant qu’ils affectent également leurs capacités d’apprentissage et de mémorisation, tout comme le coumaphos (principalement employé aux États-Unis pour lutter contre le varroa, un acarien parasitant les abeilles). Cela s’explique peut-être par les troubles neurologiques qu'occasionnent ces produits phytosanitaires.

Les néonicotinoïdes (clothianidine et imidaclopride) ont directement provoqué une hyperactivité des cellules de Kenyon (elles représentent 40 % des neurones du corps pédonculé), avant de rapidement inactiver l’activité neuronale. Or, ces cellules nerveuses interviennent dans la vision et l’olfaction. La région du cerveau concernée a en quelque sorte fait une crise d’épilepsie, avant d’être réduite au silence (Nature).

Ainsi, les pesticides incriminés provoquent également des troubles de la mémoire et de l’apprentissage, qui réduisent l’efficacité des explorations. Selon les auteurs et leur article paru dans le Journal of Experimental Biology (JEB), les abeilles contaminées auraient plus de mal à trouver une source de nourriture, apprendre sa position et s’en souvenir pour transmettre ensuite l’information à leurs congénères. Le nombre d’éléments prouvant la toxicité de ces pesticides sur les abeilles vient encore d’augmenter, quelques jours à peine après que la Commission européenne a refusé d’interdire ces néonicotinoïdes pour deux ans.

Manipuler un photon sans le détruire

Lien

Manipuler un photon sans le détruire.

Cela semble très intéressant, non seulement pour l'informatique quantique mais parce que cela crée un nouvel état quantique permettant de manipuler un photon sans le détruire grâce à un effet Kerr induit. L'intrication d'un photon avec un atome permettrait en effet d'agir indirectement sur le photon en manipulant l'atome. Le titre du papier insiste sur la disparition et la recouvrement d'un état quantique grâce à l'effet Kerr à un seul photon.

Le dispositif consiste en un qubit supraconducteur couplé à une cavité résonnante à micro-ondes.

Le rôle controversé du Gulf Stream

Lien

- Le rôle controversé du Gulf Stream

Le Gulf Stream, courant marin chaud en provenance des tropiques, est-il vraiment responsable de la relative douceur des hivers européens ? Plusieurs théories remettent en cause cette explication ou la précisent.

Une autre hypothèse émise il y a quelques années, selon laquelle la fonte de la calotte glaciaire du Groenland risquerait d'influer sur le Gulf Stream et d'avoir des conséquences désastreuses sur le climat européen, est remise en cause. Cependant, le changement climatique en cours pourrait tout de même modifier la puissance du Gulf Stream, ce qui atténuerait les effets du réchauffement climatique sur le Nord de l'Europe.

Les deux premiers mètres d'eau sous la surface stockent davantage de chaleur que toute l'atmosphère au-dessus d'eux. En effet, la capacité thermique (qui quantifie la faculté d'absorber de l'énergie) de l'eau est environ 4 000 fois supérieure à celle de l'air, et à peu près quatre fois supérieure à celle du sol. À des latitudes moyennes et jusqu'à 200 mètres de profondeur, la température de l'océan peut varier de 10 °C sur une année. Les mers emmagasinent et libèrent alors bien plus de chaleur que l'atmosphère ou les continents.

Il y a dix ans, Richard Seager et ses collègues de l'Université Columbia, à New York, ont effectué une simulation qui expliquait la douceur de l'hiver européen sans faire appel au Gulf Stream. Leur étude incriminait plutôt le courant-jet (ou jet-stream), un flux d'air circulant autour de la Terre d'Ouest en Est.

Selon cette étude, ce n'est pas la chaleur transportée par le Gulf Stream qui tempère le climat de l'Europe, mais plutôt celle accumulée par l'océan sur 100 mètres de profondeur pendant l'été, au large des côtes européennes : cette chaleur serait libérée dans l'atmosphère au cours de l'hiver, lorsque les vents du Sud-Ouest viennent brasser les eaux de surface.

Cependant deux océanographes ont analysé de multiples relevés de température, effectués à la surface des océans. Ils ont conclu que la quantité de chaleur accumulée dans la couche supérieure de l'océan Atlantique, au niveau de l'Europe du Nord, ne peut adoucir le climat que pour le seul mois de décembre. Pour le reste de l'hiver, un apport calorifique supplémentaire est nécessaire. Le Gulf Stream en est la source la plus probable.

En 2011, Yohai Kaspi et Tapio Schneider ont émis une troisième hypothèse, fondée sur de nouvelles simulations numériques de l'atmosphère et de l'océan. Concédant une part de vérité aux scénarios de R. Seager et de P. Rhines, ils se sont intéressés à la pression atmosphérique, notamment à la façon dont elle est influencée par l'apport de chaleur du Gulf Stream à l'atmosphère. Ils ont montré que cet apport crée une dépression à l'Est, vers les côtes européennes, et une zone de haute pression à l'Ouest, au-dessus de la côte Est de l'Amérique du Nord. Pour des raisons complexes, le système dépressionnaire fournit alors de l'air chaud à l'Ouest de l'Europe, via les vents du courant-jet, qui viennent du Sud-Ouest en ayant récupéré la chaleur relâchée durant l'hiver par le Gulf Stream. Et la zone de haute pression attire l'air glacial de l'Arctique, refroidissant l'Est de l'Amérique du Nord. Ainsi, le contraste entre les températures hivernales s'accroît de chaque côté de l'Atlantique. Ce contraste s'expliquerait donc par une circulation atmosphérique particulière, dont le moteur serait la chaleur communiquée à l'atmosphère par l'océan.

L'arrêt du Gulf Stream est très controversé mais il reste probable à longue échéance, par contre ne semble pas être pris en compte ce dont on ressentirait déjà des effets, le refroidissement de l'océan à cause de la fonte. Tout cela prouve quand même que les prévisions locales à long terme sont sans aucune signification car l'Europe pourrait bien être refroidie par le réchauffement, un certain temps du moins.

Nous mangeons nos souvenirs

Lien

- Nous mangeons nos souvenirs

La sensation d'être rassasié dépend à la fois de la quantité et de l'apparence des aliments que nous avons ingérés.

En 2011, Suzanne Higgs et ses collègues de l'École de médecine de Birmingham ont, en outre, montré que le souvenir des repas récents peut diminuer la quantité consommée lors des repas suivants (l'effet persiste plusieurs heures). Pour interpréter ce phénomène, on s'est souvenu que les patients qui souffrent d'« amnésie rétrograde », avec une lésion bilatérale de l'hippocampe, souffrent aussi d'hyperphagie : après avoir mangé à satiété, un patient se remet à manger.

Les résultats sont clairs : immédiatement après le déjeuner, les sujets déclaraient leur sentiment de rassasiement d'après leur consommation réelle, et non d'après leur consommation perçue. Deux heures, puis trois heures après le déjeuner, les sujets inversaient leur jugement : leur faim était fondée sur ce qu'ils avaient perçu, et non sur ce qu'ils avaient effectivement mangé. Les physiologistes ont également observé une augmentation du « rassasiement perçu » 24 heures après la consommation.

Nettoyer l’océan des déchets plastiques

Lien

- Nettoyer l'océan des déchets plastiques

Un étudiant de dix-neuf ans a présenté un projet avec pour objectif le retrait des océans de 7.25 millions de tonnes de plastique en cinq ans en mettant à contribution les courants marins qui transporteront les déchets vers des barrages flottants, les bases étant fixes.

De plus, le recyclage des déchets de plastique pourrait rapporter la somme de 500 millions de dollars.

Cinquante ingénieurs travaillent présentement sur ce nouveau concept dont le quart de l'étude de faisabilité est terminé.

Les océans se réchauffent en profondeur

Lien

- Les océans se réchauffent en profondeur

Actualité > Les océans confirment l'accélération du réchauffement climatique

L’océan absorbe la quasi-totalité du rayonnement solaire, et le réémet essentiellement sous forme de chaleur. Si bien que près de 90 % du réchauffement climatique concerne les océans.

L’étude révèle qu’une grande partie du réchauffement climatique agit dans les océans profonds. Son résultat clé est frappant : ces dix dernières années, en dessous de 700 m de profondeur, l’océan a accumulé beaucoup plus de chaleur qu’au cours des 50 années précédentes.

D’après cette étude, si l’océan profond accumule autant de chaleur, c’est parce que l’océan Pacifique était en phase négative de la Pacific Decadal Oscillation (PDO). En outre, les phases négatives des événements La Niña étaient plus fréquentes. Ces oscillations naturelles fluctuent et ne resteront pas négatives (phases plus froides) ad vitam aeternam. Le ralentissement du réchauffement atmosphérique de cette dernière décennie ne remet pas en cause le changement climatique : il met simplement en avant à quel point les échanges entre les différents réservoirs sont complexes.

Une bactérie modifiée pour produire du fuel avec du CO2

Lien

- Une bactérie modifiée pour produire du fuel avec du CO2

Ce que les chercheurs ont réalisé fut d'utiliser un microorganisme du nom de Pyrococcus Furiosus. Cette archéobactérie extrêmophile vit près des sources chaudes dans l'océan (sources hydrothermales). On a manipulé le matériel génétique de cet organisme afin qu'il puisse se nourrir de dioxyde de carbone à des températures bien plus basses et produise des hydrocarbures directement utilisables.

D'autres modifient des plantes pour en extraire plus facilement les sucres.

La crise chypriote profite à la monnaie virtuelle bitcoin

Lien

- La crise chypriote profite à la monnaie virtuelle bitcoin

Bitcoin

Avec les fermetures temporaires des banques et les craintes d'une taxe sur les dépôts à Chypre, le cours du bitcoin s'est envolé ces dernières semaines. Résultat : l'île en crise de la zone euro devient le premier pays au monde à accueillir un distributeur de cette monnaie virtuelle.

En deux semaines, il est passé de 40 dollars à 72 dollars pour un bitcoin. Avec le succès de cette monnaie sur l'île, Chypre est devenu le premier pays au monde à disposer d'un guichet automatique de bitcoin. Selon l'investisseur canadien Jeff Berwick à l'origine de cette initiative, ce distributeur permettra d'échanger des bitcoins contre une monnaie traditionnelle et vice-versa.

Adossé à aucune banque ou institution gouvernementale, le bitcoin s'est imposé en quelques années comme l'une des principales monnaies virtuelles du web avec l'équivalent de 800 millions de dollars en circulation. Permettant de réaliser des micro transactions sur Internet, elle est cependant soupçonnée de faciliter le blanchiment d'argent qui profiterait de l'anonymat offert par cette plateforme.

Le succès de cette monnaie virtuelle, dont on avait parlé à l'origine en septembre 2011, est étonnant malgré les limitations de son algorithme. C'est en tout cas la première monnaie mondiale (et numérique), aussi anonyme et sûre que du liquide mais sans aucune régulation. Le trésor US voudrait d'ailleurs la contrôler mais on ne voit pas bien comment...

[Ajout du 8 avril : le bitcoin atteint maintenant le montant extravagant de 147$ ! Voir aussi Rue89. On s'attend à un krach qui ne semble pas tellement possible sauf à interdire cette monnaie, ce qui ne semble pas non plus possible... Un article critique dénonce la pyramide de Ponzi d'une monnaie dont la valeur continue à monter de façon délirante, ce qui favorise sa thésaurisation, mais aussi en relativise l'anonymat puisque toutes les transactions sont publiques]