La Turquie peut-elle ébranler l’Europe ?

turquieLoin d'être finie, la crise ne fait que s'aggraver et préparer un krach pire que les précédents. Le temps des révolutions ne fait lui-même que commencer sans doute dans cette période de grands bouleversements. Ce n'est qu'un début ! Il est impossible de savoir à l'heure actuelle quel sera le destin d'un mouvement encore informel mais si les manifestations en Turquie sont très émouvantes, c'est dans un tout autre sens que les révolutions arabes car "ceci n'est pas une révolution". C'est plutôt un souffle de liberté qui a été comparé spontanément à Mai68 plus qu'à un renversement de dictature. Il n'est pas insignifiant, en effet, que se revendique ouvertement pour la première fois une sorte de droit à l'alcool, ceci après le Mali où les djihadistes avaient fait de l'interdiction du tabac et de l'alcool un marqueur de leur pouvoir régressif.

On peut dire que cette revendication d'occidentalisation rapproche la jeunesse turque de l'Europe. Bien qu'il y ait un nationalisme assez fort, il semble bien, en effet, que ce soit aussi un mouvement pour l'Europe, dont ils se sentent exclus, et non pas contre, alors que ceux qui sont dedans en font l'origine de tous les maux...

Continuer la lecture

La reconnaissance de gestes par déformation des ondes WiFi

Lien

- La reconnaissance de gestes par déformation des ondes WiFi

Les chercheurs ont montré qu'il est possible de tirer parti des signaux Wi-Fi autour de nous pour détecter les mouvements spécifiques sans avoir besoin de capteurs sur le corps humain ou des caméras.

En utilisant un routeur Wi-Fi adapté et quelques appareils sans fil dans le salon, les utilisateurs peuvent contrôler leurs appareils électroniques et appareils ménagers, de n'importe quelle pièce de la maison avec un simple geste. Quand une personne se déplace, il y a en effet un léger changement dans la fréquence du signal sans fil.

WiSee a besoin d'un récepteur avec des antennes multiples mais peut identifier neuf gestes différents et jusqu'à cinq personnes peuvent se déplacer simultanément dans la même résidence.

Un capteur photo en graphène ultra sensible à la lumière

Lien

- Un capteur photo en graphène ultra sensible à la lumière

Des chercheurs de l’Université Technologique de Nanyang (NTU) située à Singapour ont développé un capteur à base de graphène capable de détecter la lumière dans un très large spectre, allant du visible à l’infrarouge moyen. Sa particularité est de présenter une très grande photoréponse ou sensibilité à la lumière.

Le professeur Wang a mis au point des nanostructures de graphène qui « piègent » les électrons générés par la lumière pendant un temps beaucoup plus long que dans les transistors des capteurs CMOS par exemple.

Le signal électrique beaucoup plus intense qui en résulte se traduit alors par des images plus claires et plus nettes même lorsque l’intensité de la lumière est faible.

Non seulement, ce capteur à base de graphène est mille fois plus sensible à la lumière que les capteurs CMOS (Complementary Metal-Oxyde-Semiconductor) ou CCD (Charge-Coupled Device) actuels, mais il consomme également 10 fois moins d’énergie car il fonctionne à des tensions inférieures et utilise moins de courant électrique.

Volt-Gaz-Volt : stocker l’électricité en méthane

Lien

- Volt-Gaz-Volt : stocker l'électricité en méthane

Je ne suis pas sûr que ce projet Volt-Gaz-Volt présenté par Corine Lepage soit le meilleur (par rapport au stockage par gravité par exemple). Il reste un peu cher et demande des investissements lourds mais il peut s'insérer dans les réseaux existants, ce qui lui ouvre un marché.

Le projet s'appelle VGV (Volt Gaz Volt) et permet de transformer en méthane le surplus d’électricité produit par l’éolien et le photovoltaïque. Il a été présenté mercredi 29 mai au Parlement européen par Corinne Lepage.

«Nous ne sommes pas dans l’utopie, mais dans la réalité. VGV a été mis au point en Allemagne. Pour l’instant deux installations expérimentales fonctionnent à Stuttgart», où la société Solar Fuel a construit une usine de démonstration d’une capacité de 250 KW. «En juin, une production industrielle va ouvrir à Brême», a annoncé Lepage, qui présente ce projet sur son site personnel.

Le coût de l’électricité produite via le procédé VGV est actuellement de 23 centimes d’euros le kilowatt/heure mais en 2016, il devrait pouvoir être ramené à 8 centimes, ce qui la rend compétitive face aux 7 centimes de éolien, 10 centimes du photovoltaïque, et des 6 à 10 centimes du nucléaire, a assuré Lepage. Mais pour se doter de cette technologie, l’UE devrait consentir d’énormes investissements sur 30 ans.

Le Professeur Bell ajoute :
« Nous allons utiliser le surplus de l’énergie issu du nucléaire, aujourd’hui largement gaspillé la nuit, pour aider à financer la sortie du nucléaire et nous utiliserons le CO2 généré par la combustion des déchets, de la biomasse et issu des aciéries et des cimenteries pour générer du méthane. »

Motorola invente la pilule qui sert de mot de passe

Lien

- Motorola invente la pilule qui sert de mot de passe

La marque a imaginé une pilule qui, une fois avalée et au contact des acides contenus dans l'estomac, déclencherait un signal qui permettrait de se connecter à un smartphone ou une tablette sans avoir à entrer son mot de passe.

La pilule en question contient en fait une minuscule puce, et ne nécessite pas de batterie : elle puise son énergie à partir des acides contenus dans l'estomac. Cette puce enverra aux appareils un signal d'authentification qui leur permettra de se connecter.

La société, qui appartient désormais à Google, a présenté un autre projet semblable au précédent. Il s'agit ici non pas d'une pilule mais d'un autocollant, également équipé d'une puce qui envoie un signal. Le sticker, aux allures de tatouage, peut être placé sur le poignet de l'utilisateur pour faciliter l'accès aux smartphones et autres tablettes. Dans l'avenir, ces inventions pourraient être vouées à des utilisations plus larges, comme démarrer une voiture ou ouvrir une serrure...

Revue des sciences juin 2013

Continuer la lecture

BPA : des petites doses plus perturbantes que des doses élevées

Lien

- BPA : des petites doses plus perturbantes que des doses élevées
La Recherche, p40

Ce n'est pas vraiment une nouveauté mais comme c'est contesté par beaucoup au nom du vieux principe "c'est la dose qui fait le poison", il est intéressant d'en connaître la raison qui serait due à "l'agrégation des récepteurs entre eux lorsque la concentration de l'hormone augmente. Une fois agrégés, tous ces récepteurs sont absorbés par la cellule. L'hormone ne peut donc plus se fixer, et son effet diminue". (p44) Les hormones agissent en effet la plupart du temps à très petites doses, ce phénomène protégeant de la saturation.

Au coeur des trous noirs la gravité diminuerait soudain

Lien

- Au coeur des trous noirs la gravité diminuerait soudain...

Ce n'est qu'une application de la gravité quantique aux trous noirs, ce qui exclut l'impossible singularité à laquelle aboutit la relativité générale. La nouveauté, c'est que les équations simplifiées indiqueraient qu'à partir d'un certain niveau atteint de densité de l'énergie, la gravité diminuerait soudain, ce qui peut s’interpréter comme l'ouverture sur un autre univers, ce qu'on appelle une fontaine blanche comparable au Big Bang.

Il me semble, cependant, que la supposée évaporation des trous noirs est en contradiction avec l'idée qu'ils abriteraient un autre univers.

Un biocarburant à partir de stations d’épuration

Lien

- Un biocarburant à partir de stations d'épuration

Pour produire un algocarburant à moindre coût, la start-up réunionnaise Bioalgostral a développé une technologie permettant de fertiliser la culture de ses microalgues en valorisant des déchets, à savoir des eaux usées et les boues d'une station d'épuration. D’ici quelques années, les insulaires pourront, si tout se passe bien, se déplacer grâce à un biodiesel local.

Par ailleurs, La Recherche, p32, signale que Veolia teste un procédé de production de bioplastique (PHA) à partir de boues d'épuration.

Manipuler le climat au Nord assécherait le Sahel

Lien

- Manipuler le climat au Nord assécherait le Sahel
La Recherche, p16

Une des solutions envisagées pour empêcher un emballement du climat à cause de la fonte des glaces accélérée du Pôle Nord (phénomène qu'on ne retrouve pas au Pôle Sud), aurait été de se concentrer sur cette zone pour la protéger des rayonnements solaires. Pour cela, il suffirait par exemple d'injecter des particules dans l'hémisphère Nord. Las, des simulations prédisent que cela accentuerait encore la désertification de l'Afrique.

Lorsque l'opération est menée dans l'hémisphère Nord, la température de la Terre diminue d'environ un degré sur cette période. Mais le Sahel est alors privé de pluies. Réalisée dans l'hémisphère Sud, l'injection favorise le retour des pluies sur le Sahel mais assèche le Nordeste brésilien... Ces simulations renforcent donc notre conviction qu'une opération d'ingénierie climatique à l'échelle régionale est problématique.

3 des 4 sécheresses les plus sévères survenues au Sahel depuis 1900 ont suivi, avec un décalage de 6 à 12 mois, une importante éruption volcanique de l'hémisphère Nord.

Sans parler de tous les autres événements imprévisibles (volcans) qui changent tout, les simulations régionales restent assez peu fiables mais on doit retenir la difficulté d'un contrôle du climat et qu'une amélioration quelque part peut se payer très cher ailleurs, ce qui pose comme on l'avait vu la question de l'autorité capable d'en décider. De sorte qu'on ne peut avoir d'autre but qu'une stabilisation, ce qui ne veut pas dire que ce soit à notre portée, restant encore bien au-delà de ce qu'on sait faire (de perturber le climat nous en rend responsables sans en avoir encore les moyens).

Les préons, constituants des quarks ?

Lien

- Les préons, constituants des quarks ?
Don Lincoln, Pour la Science, p19-25

Ce mois-ci est riche en nouvelles perspectives en physique, notamment ce nouvel univers des constituants supposés des quarks et leptons, appelés préons.

- Dans les 12 particules élémentaires connues, certaines propriétés se répètent. Ce schéma suggère l'existence possible d'une structure interne de ces objets.

- Ces particules pourraient être composées d'entités plus petites, que les physiciens désignent sous le terme générique de « préons ».

- Aucune donnée expérimentale ne confirme aujourd'hui cette hypothèse. Mais la question pourrait être tranchée par le collisionneur lhc du CERN et par d'autres expériences.

Le modèle standard considère les quarks et les leptons comme ponctuels et indivisibles. Pourtant, de nombreux indices suggèrent que ces particules pourraient en fait être composées d'éléments encore plus petits. Cela permettrait d'expliquer que certaines particules ont des propriétés communes.

Le tableau des quarks et des leptons comporte trois colonnes nommées générations (la question de la multiplicité des particules est souvent nommée « problème des générations »). La première, tout à gauche, inclut les quarks u et d ainsi que l'électron et le neutrino électronique, c'est-à-dire tout ce qui est nécessaire pour expliquer l'Univers qui nous est familier. La deuxième génération contient les versions un peu plus massives des mêmes particules ; la troisième génération comprend les particules les plus lourdes.

Le modèle standard traite les quarks et les leptons comme des particules ponctuelles, dépourvues de structure interne. Mais la répétition des propriétés d'une génération à l'autre, comme pour les éléments chimiques, laisse penser que les quarks et les leptons ont une structure sous-jacente.

Forts de ces observations, les physiciens théoriciens ont proposé de nombreux modèles de sous-structures pour les quarks et les leptons. Le terme générique de « préon » s'est imposé pour désigner leurs constituants.

Pour illustrer ces modèles, prenons une version simple proposée en 1979 indépendamment par l'Israélien Haïm Harari et l'Américain Michael Shupe, et ultérieurement étendue par H. Harari et son étudiant Nathan Seiberg, tous deux à l'Institut Weizmann en Israël. Ils ont proposé l'existence de deux sortes de préons, l'un de charge électrique +1/3, l'autre de charge nulle. Chacun de ces préons a un homologue, une antiparticule, de charge opposée : –1/3 et 0, respectivement. Ces préons sont des fermions, des particules de matière. Chaque quark ou lepton est une combinaison de trois préons. Deux préons de charge +1/3 et un de charge nulle, par exemple, constituent un quark u, alors que l'antiquark u– est formé de deux préons de charge –1/3 et d'un de charge nulle. Les bosons vecteurs de force, quant à eux, sont des combinaisons de deux ou six préons. Le boson W+, porteur de l'interaction faible qui agit à la fois sur les quarks et les leptons, a trois préons de charge +1/3 et trois de charge 0.

La situation se complique quand nous portons notre attention sur les deuxième et troisième générations. Dans ce modèle, on fait l'hypothèse que les générations deux et trois sont des états excités des configurations de la première génération, de même que les atomes excités sont des atomes où des électrons ont sauté d'un état à un autre, d'énergie supérieure. En outre, on pense qu'un mécanisme inconnu assure la cohésion des préons au sein des quarks et des autres particules.

Si les préons qui constituent les particules des deuxième et troisième générations sont les mêmes que pour la première, il y a certainement quelque chose chez les préons qui permet aux particules d'interagir plus ou moins avec le champ de Higgs. Cela expliquerait pourquoi les particules des générations deux et trois sont plus lourdes.

En outre, les préons et les supercordes peuvent coexister, les dimensions des supercordes se situant à une échelle beaucoup plus petite que celle des quarks et des leptons.

Une autre alternative, s'inspirant des préons, est celle qu'a proposée en 2005 Sundance Bilson-Thompson, de l'Université d'Adélaïde en Australie. Dans son modèle, les préons seraient des tresses torsadées d'espace-temps, des objets constitués du tissu de l'espace-temps, et non des particules ponctuelles.

Il y a bien d'autres choses dans l'article, notamment le fait que plus l'échelle est petite, plus l'énergie est grande, ce qui impliquerait que la masse d'une particule soit inférieure à la somme de ses composants, etc.

La culture est-elle dans les gènes ?

Selection_culturelleC'est un article d'histoire des sciences qui revient sur les polémiques entre génétique et culture qu'on retrouve actuellement entre partisans et adversaires des théories du genre et qui témoignent d'une idéologisation de la science des deux côtés assez incroyable car aucune des deux positions n'est tenable jusqu'au bout d'une entière détermination par les gènes ou d'une culture sans rapport aucun avec une nature humaine.

Continuer la lecture

Des drones pour repérer les tagueurs de train

Lien

- Des drones pour repérer les tagueurs de train

La Deutsche Bahn déployera prochainement des drônes silenceux, qui auront pour mission de prévenir les actes de vandalisme sur ses trains et ses lieux.

Les drônes seront presque silencieux, équipés de trackers GPS, mais aussi de détecteurs infrarouges, qui aideront à repérer les contrevenants. Ils seront en mesure de voler à une altitude de 150 mètres, d’atteindre une vitesse de 53 km/h, et de tenir une surveillance 80 minutes consécutives.

On peut renvoyer à "La théorie du drone" de Grégoire Chamayou, quoique je trouve bien naïve et dangereuse sa recherche de responsabilité dans ces pures évolutions techniques.

Devenus bipèdes à cause d’un terrain escarpé

Lien

- Devenus bipèdes à cause d'un terrain escarpé

C'est une nouvelle version du singe qui se redresse pour parcourir la savane, sauf qu'on y rajoute les contraintes d'un terrain escarpé et rocailleux. Une autre théorie impliquait le transport de nourriture sur de longues distances mais ce n'est pas contradictoire.

Ainsi les Hominiens ont été obligés de marcher sur leurs deux jambes pour s'adapter à l'environnement de l'Afrique méridionale et orientale. Ils sont devenus progressivement des bipèdes, car ils ont dû marcher au lieu de grimper dans les arbres qui commençaient à se raréfier. La vaste forêt laissait place à une vaste plaine et à la savane, un environnement auquel les Hominiens devaient s'adapter pour survivre.

Le paysage de cette partie de l'Afrique est réputé être rocailleux et escarpé. Cette nature rocailleuse devenait le terrain de chasse des Hominiens, lesquels étaient obligés de se dresser pour élargir leur champ de vision. Ce nouveau cadre exigeait des activités physiques comme l'escalade, la course, la marche et le balancement. C'est ainsi qu'ils sont devenus, au fil du temps, des bipèdes à part entière. L'évolution des Hominiens ne se limite pas à ce changement à la verticale, on assiste également à un développement de la dextérité manuelle.

Utiliser les nanotubes comme filtres ultrarapides pour le dessalement

Lien

- Utiliser les nanotubes comme filtres ultrarapides pour le dessalement

Des simulations laissent penser que le flux de molécules d'eau à travers des membranes en nanotubes de carbone serait extrêmement rapidement, ce qui les rendrait très intéressants comme filtres au point de vue coût-efficacité pour des usines de dessalement d'eau de mer: les molécules d'eau passent en effet à travers les pores nanométriques alors que les ions de sel ne le peuvent pas.

Les molécules d'eau voleraient littéralement à travers les nanotubes de carbone sans toucher les parois hydrophobes, d'où leur friction réduite et des performances très supérieures (au moins de 200 à 1000 fois).