L’activité des neurones réduit la diffusion de l’eau dans cette zone

- L’activité des neurones réduit la diffusion de l'eau dans cette zone

Lors d’une activité cérébrale, le sang est rapatrié dans les régions stimulées qui demandent de l’oxygène. La RMN des protons dans ces zones se modifie en fonction du volume, du débit et de l’oxygénation des globules rouges. On peut alors cartographier les zones cérébrales actives lors de certaines séquences spécifiques, grâce à l’IRMf. Cependant, cette approche n’est pas toujours fiable et l’effet n’est pas immédiat, la modification des paramètres sanguins s’observe environ six secondes après une activation cérébrale.

Denis Le Bihan et son équipe du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) ont choisi de développer une nouvelle méthode appelée IRM de diffusion. Cette technique permet d’observer l’activité cérébrale non pas grâce au sang mais en analysant la diffusion de l’eau. D’après des recherches récentes, la technique d’IRM par diffusion serait plus réactive que l’IRMf.

Leur travaux, publiés dans les Pnas, montrent bien que la diffusion de l’eau est une conséquence directe de l’activité des neurones.

Ainsi, lors d’une stimulation cérébrale, certaines zones du cerveau subiraient des modifications structurales, ce qui entraînerait une diminution de la diffusion de l’eau.

copyleftcopyleft