Revue des sciences juin 2013

Pour la Science

La Recherche

Physique, espace, nanos

Climat, écologie, énergie

Biologie, préhistoire, cerveau

Santé

Techno

<- Revue des sciences précédente | Revue des sciences suivante ->

Même les nouvelles scientifiques étaient bien ternes dans ce mois de mai pluvieux et froid. Il y a quand même eu de bonnes surprises à la sortie des revues, surtout en physique et en anthropologie. L'annonce d'une nouvelle théorie géométrique de la relativité quantique est toujours excitante bien qu'on ne puisse absolument pas en juger la pertinence pour l'instant. Le fait que l'hypothèse se renforce de constituants primitifs des quarks, les préons, ouvre aussi un nouveau chapitre de la physique. Toujours aussi déroutante et contre-intuitive, on se rend compte que l’intrication quantique persiste entre deux photons même si l’un disparaît !

Le refus de ces théories qui contredisent nos évidences intuitives ou nos idéologies est aussi vieux que la science elle-même. Un article de La Recherche sur l'alterscience nous apprend que Marat qui était médecin contestait la physique de Newton (réclamant la liberté d'opinion) et que Lyndon Larouche (Cheminade), qualifié de technofacsiste, conteste le principe d'indétermination d'Heisenberg (persuadé que la science nous sauvera de tout). A l'opposé, un physicien édité par PMO, Jean Druon (Un siècle de progrès sans merci) conteste, lui, la constante de Planck ! Une caractéristique de ces délires (refusant la relativité par exemple), c'est d'être malgré tout le fait de scientifiques ou pseudo-scientifiques (souvent en dehors de leur compétence, un peu comme Allegre sur le climat) et non pas d'une argumentation religieuse dans la forme. C'est au nom de la science, du doute systématique et du libre débat que sont défendues des croyances inaccessibles au doute !

Du côté de l'anthropologie, la grosse surprise, c'est que l’aire de Broca dédiée à la grammaire serait tout aussi nécessaire à la rationalité procédurale (à la technique proprement dite, l'application d'une méthode de fabrication). Cela semble de grande conséquence, le logos étant bien à la fois langage et raison. Il est aussi intéressant de trouver déjà chez les animaux, avant tout langage donc, les deux dimensions bien différenciées de la réciprocité individuelle et d'une sorte de morale de groupe que les religions tenteront de revendiquer et d'unifier. Ce n'est pas la question des liaisons entre culture et gènes qui a quoi que ce soit de nouveau, mais on peut s'étonner de la difficulté à se dégager de l'idéologie, comme pour les différences sexuelles. L'hypothèse que les Mammouths et autres grands mammifères auraient disparu parce qu’on tuait les dominants pourrait résoudre l'énigme qu'un si petit nombre d'hommes aient pu faire disparaître les grand animaux de toute la Terre hors Afrique et Inde. Enfin, la confirmation que les langues d’Europe et d’Asie dériveraient d’une langue commune valide le scénario d'une origine commune de tous les hommes hors d'Afrique (sinon d'une origine commune de toutes les langues).

Il n'est pas mauvais dans le contexte d'opposition au mariage gay que Pour la Science rappelle, à l'occasion de la découverte d'une tombe près de Troyes de guerriers Sénons enlacés que, d'après Aristote, "les Celtes honorent ouvertement l'amour viril, car tous les guerriers sont naturellement enclins à l'amour de l'un ou de l'autre sexe" (Politique, Livre VI). Occasion de rappeler que le culte de l'amitié virile était à l'origine du succès de la religion de Mithra dans les légions romaines, remplacée ensuite par le christianisme, de sorte que l'homosexualité a pu avoir un rôle dans le triomphe du christianisme (qui d'ailleurs appelle sodomite toute sexualité qui n'a pas pour finalité la reproduction) !

Il y a bien une bonne nouvelle du côté du climat puisque le réchauffement devrait être moins rapide qu'on ne le craignait, ce n'est pas rien mais ne suffit pas à nous rassurer car on sait maintenant qu'il peut y avoir des fluctuations rapides du climat et on irait plutôt vers un contre-choc pétrolier au lieu de réduire nos émissions. Pour les plus intéressés, il serait même urgent d'attendre au lieu de précipiter la transition énergétique. La Chine semble quand même déterminée à diminuer ses émissions à compter de 2025...

A part un ordinateur de 2 millimètres carré à intégrer aux objets connectés, une pilule qui sert de mot de passe et la recommandation d'une commission américaine de transformer nos ordinateurs en système de surveillance des internautes ou la tentative d'intégrer le blocage des vidéos piratés dans HTML5, pas grand chose de notable pour le numérique qui continue cependant sa progression à un rythme auquel on est déjà habitué mais qui est menacé de saturation à terme (l'état normal du numérique une fois la phase d'équipement passée, c'est la saturation à laquelle il faudrait se préparer plutôt que de la repousser par une obsolescence technique trop rapide). Sinon, ce qui caractériserait surtout notre période actuelle serait une fusion du réel et du virtuel. Une étude de Mc Kinsey tente d'évaluer les perspectives en 2025 des technologies actuelles les plus innovantes. On peut quand même douter que l'arrivée des voitures automatisées soit assez massive pour faire chuter drastiquement le nombre de décès routiers (entre 30 000 et 150 000 vies!).

<- Revue des sciences précédente | Revue des sciences suivante ->
copyleftcopyleft 

5 réflexions au sujet de « Revue des sciences juin 2013 »

    • C'est intéressant car leur langage a l'air plus riche que celui des chimpanzés. Ce n'est pas une découverte qu'il y a des langages animaux mais rien à voir avec le langage humain. Presque rien n'est exclusif à l'homme, sauf qu'on ne peut comparer ces balbutiements avec nos flots de paroles et toutes les histoires qu'on se raconte (comme on ne peut comparer les ébauches "d'outils" vraiment très primitifs des animaux les plus intelligents avec nos machines, ni même avec un biface).

  1. Comme je l'avais annoncé, cette période était difficile pour moi et je viens seulement de me rendre compte que la revue des sciences était datée d'avril au lieu de juin ! Cela fait que l'ancienne adresse ne marche plus. Il y avait aussi pas mal de fautes d'orthographe dans les titres, corrigés maintenant. Il n'y a pas de mystère, il faut toujours beaucoup de temps pour faire quelque chose de correct et quand on n'a pas de temps, il y a plein de bêtises...

  2. Anticipation des crises :

    L’instabilité reste au cœur de notre système économique. Elle rend les crises, les cassures de rythme (les plateaux) éminemment prévisibles. Les modèles de Sornette sont tellement précis que certaines institutions l’ont accusé de créer ces cassures de rythme (phénomène de prophétie auto-réalisatrice). Pour faire la preuve de son modèle, il en serait à mettre ses prévisions sous clé encryptée avec système de datation et de péremption. Histoire de vérifier à posteriori la véracité de son analyse.

    http://tedglobal.blog.lemonde.fr/2013/06/13/tedglobal-2013-trois-idees-pour-reprendre-la-main-sur-leconomie/

Les commentaires sont fermés.