Réciprocité, moralité et religion

- Réciprocité, moralité et religion
The Bonobo and the Atheist: In search of humanism among the primates, Frans de Waal

Frans de Waal distingue 2 sources de la morale chez les animaux, notamment les bonobos : d'une part les rapports individuels, comme la réciprocité, et d'autre part la cohésion du groupe, son harmonie.

Chez l'homme, la moralité ne viendrait donc pas de la religion mais c'est la religion qui ne serait qu'une codification de la moralité (c'est le grand mensonge de la religion de nous persuader que sans elle, il n'y aurait pas de moralité, remplaçant une tendance naturelle par des injonctions extérieures, artificielles).

Il y a incontestablement du vrai, du côté des émotions, mais qui néglige la part du langage (du mythe, du récit, sinon du Livre) et de sa rationalisation jusqu'à pouvoir faire avec Kant de l'universalisation le critère de la moralité autant que de la raison ; ce qui laisse penser que la "moralité animale" n'a rien de contingente mais résulte de contraintes universelles, qu'on peut dire géométriques. De même, on peut voir aussi dans la religion une personnalisation de la communauté qui ferait la synthèse de la moralité d'une relation individuelle, entre interlocuteurs, et des règles sociales, de l'affirmation de l'unité collective ou de la pression du groupe.

copyleftcopyleft