La stratégie commando appliquée à l’entreprise

- La stratégie commando appliquée à l'entreprise

En fait, c'est l'application aux entreprises de la stratégie militaire des USA inspirée de Sun Tzu et dite "Light Footprint" (empreinte légère). Ce n'est pas tant ce que je trouve intéressant, quoique le basculement y compris pour les entreprises des actions de masse vers des actions de commando, des petits groupes, et des incursions ciblées sans trop d'impact sur l'environnement (trouvant des alliés locaux et limitant les destructions) est absolument essentiel, rejoignant l'évolution politique des contestataires du système (vers la guerre de partisans sinon le terrorisme). Comme je le souligne depuis longtemps, à ce jeu des stratégies minoritaires les détenteurs de la puissance et de la richesse sont à l'évidence bien plus forts, la seule supériorité qu'on peut avoir étant celle du nombre.

Ce que je trouve le plus intéressant, c'est de voir comme la technologie (le numérique) transforme complètement la guerre elle-même (ou l'entreprise) et que la puissance réside simplement dans l'avance technologique. Ainsi, on peut penser que les drones vont être désormais utilisés par tous, la guerre anti-drones devenant cruciale. Il ne s'agit absolument pas d'innover pour innover mais bien de progresser plus vite que les autres. Dans cette course en avant, on n'a pas du tout le choix comme l'imaginent des idéalistes, pris dans des processus matériels implacables (on ne choisit pas son ennemi). C'est malgré tout un progrès d'avoir des guerres beaucoup moins meurtrières et des cyberguerres plus immatérielles. En tout cas, si le capitalisme est incontestablement un accélérateur d'innovations pour ne pas se faire rattraper par la concurrence (BlackBerry qui s'était fait dépasser par l'iPhone se moque maintenant du manque d'innovations d'Apple), c'est sans doute la guerre qui est le premier facteur d'accélération des progrès technologiques comme on l'avait bien vu avec les guerres mondiales.

Cette doctrine se développe autour de trois armes principales : les cyber-attaques, les drones et les forces spéciales.

Dans ce contexte, la maîtrise de l'information est clé, les systèmes d'information constituent le cœur de l'entreprise, les concepts de Big Data et de Smart Data s'imposent peu à peu : c'est le terrain de jeu de la cyber guerre, la capacité de disposer de l'information opérationnelle au moment où elle est décisive, mais aussi de protéger son propre « cœur » des curiosités adverses.

Les forces spéciales témoignent du fait qu'un petit groupe de femmes et d'hommes décidés, compétents, motivés et solidaires, peut faire mieux qu'une armée toute entière.

copyleftcopyleft