New Age, le retour

La mode est au revival de ce qu'on croyait enterré depuis longtemps, occasion de rappeler que rien ne se perd d'un passé qu'il ne suffit pas de refouler. Ainsi, il n'a pas suffi de la victoire de 1945 pour supprimer tous les fascistes, de même que l'écroulement de l'URSS n'a pas été la disparition de tous les communistes de la terre, même réduits à la portion congrue. Ce n'est pas seulement que ces idéologies survivent et reviennent nous hanter mais que les nazis et les staliniens sont encore parmi nous sous d'autres habits néolibéraux ou religieux. Cependant, l'histoire ne se répète pas et les idéologies comme les gens évoluent dans l'après-coup de l'expérience et la confrontation avec de nouveaux contextes. Les fascistes d'aujourd'hui ne sont pas aussi abjects que les fascistes d'hier, de même que les communistes qui restent ont beaucoup changé et perdu de leur assurance. Qu'on assiste à une résurgence du passé qui se donne en spectacle ne veut pas dire que ces idéologies tournées vers un temps révolu auraient un quelconque avenir en dépit du retour critique dont elles auraient été capables.

Le nouveau monde numérique dans lequel nous sommes entrés exige de toutes autres idéologies et même un complet renversement des valeurs par rapport au monde industriel qui s'achève. S'il faut absolument revenir en arrière pour trouver un appui historique, après le retour à la crise de 1929, à la Commune de 1871, voire à la Bastille de 1789, pourquoi pas revenir à 1967 dont le mouvement des occupations n'est pas si loin ? Là aussi, il ne faut pas s'attendre à devoir reprendre toutes les extravagances du New Age, le travail de l'histoire devant permettre de balayer ses naïvetés et ses outrances, mais c'est quand même plutôt dans ce sens qu'il faudrait aller plutôt qu'un retour au XIXè ou aux 30 glorieuses. Nous avons besoin de l'expression du nouvel esprit du monde, celui des pirates, de l'intelligence et du jeu, de nouvelles valeurs pour une ère nouvelle soucieuse des questions écologiques autant qu'éprise de liberté tout comme à l'époque psychédélique mais avec les réseaux numériques en plus.

En dehors de la réduction des inégalités (99%), en opposition à une période où elles se sont creusées, ce nouvel esprit du monde peut se caractériser en effet par un certain nombre de valeurs en rupture complète avec les idéologies précédentes, notamment la libération sexuelle (et le féminisme), la gratuité numérique (et le revenu garanti) mais aussi la légalisation des drogues psychédéliques, tout ce qui renforce l'autonomie des individus en même temps que leurs solidarités sociales, en opposition totale au libéralisme marchand et au culte de l'argent comme aux politiques autoritaires et normatrices.

Ce qui m'a fait penser à cela, c'est d'abord la perspective, pour la première fois, de pouvoir peut-être guérir du sida. Ce n'est pas encore le cas mais il y a une piste sérieuse et il m'a semblé que cela pourrait relancer une libération sexuelle certes déjà bien entamée mais qui était sur la défensive ces derniers temps. Là aussi, on ne reviendra pas aux promesses délirantes d'un freudo-marxisme de pacotille (Reich), la complexité des rapports humains ne devrait plus être ignorée mais on peut en attendre du moins un allègement de l'atmosphère, après un moralisme pesant, ainsi qu'une recherche de liens plus authentiques sans retomber dans la frivolité hédoniste. Par rapport à la première libération sexuelle des années 1960, il faut tenir compte du fait que le féminisme alors naissant a pris beaucoup d'ampleur depuis et s'affirme désormais comme une force véritablement révolutionnaire, constituant un des principaux facteurs de destruction des sociétés traditionnelles patriarcales. Il ne s'agit en aucun cas de préférer un matriarcat culpabilisant, comme certaines l'imaginent, le féminisme étant avant tout le droit de disposer de son propre corps et de son destin, de sortir de la subordination. Là aussi, l'égalité, c'est d'abord une liberté égale pour toutes comme pour tous. Ce n'est pas gagné mais que de chemin parcouru déjà ! En tout cas la libération sexuelle qui a commencé avec la pilule passe par les femmes, qui ne sont plus objets mais sujets, ce qui change le monde et la sexualité dans l'après-sida, donc aussi la libération sexuelle, plus retenue et moins déchaînée peut-être, banalisée sans doute sinon plus durable ?

L'autre nouvelle est plus anecdotique, de l'utilisation du LSD pour guérir de l'alcoolisme, mais néanmoins significative de la sortie de l'enfer où les expériences psychédéliques avaient été enfermées. Ceci joint au constat, de l'ONU notamment, d'un échec total de la guerre à la drogue et de la nécessité d'une légalisation contrôlée m'a semblé aussi un signe qu'on pourrait reconnaître à nouveau le LSD comme expérience du monde de type chamanique (are you experienced ? - Hendrix) et ouverture de l'esprit au surréel, même si l'après-coup doit nous rendre beaucoup moins inconscients, plus prudents et suspicieux sur les dangers bien réels des drogues, sur une échelle qui va des douces aux dures dont font partie l’alcool et le tabac. Ceci paraîtra insensé à la plupart, à mille lieues en tout cas d'un socialisme autoritaire comme des utopies sociales idéalisantes, la question pourtant n'est pas celle des drogues, il y en a toujours eu, mais du type de drogue valorisé, des drogues "récréatives", plutôt aventureuses (et non addictives), au lieu du dopage et des drogues utilitaires menant à l'épuisement. Voilà ce dont devrait se préoccuper un mouvement anti-utilitariste ! Il est en effet essentiel de sortir de l'utilitarisme qui prend le moyen pour la fin et retrouver le sens de l'existence comme expérience du réel, ce qui veut dire aussi sortir de l'économisme obsédé par les gains quantifiables et l'accroissement des revenus. Si je m'oppose résolument à la "simplicité volontaire" comme prétendue politique écologiste, négligeant par trop une organisation sociale décisive en ces matières, il faut sans conteste l'encourager dans le champ culturel où cela vaut bien mieux que la course à une réussite financière si vaine et ridicule sinon honteuse (je me souviens d'un grenoblois de pointe qui voulait qu'on soit moins complexé avec l'argent, étalant sa vacuité avec une obscénité sans complexe qui aurait dû le déconsidérer à jamais).

Je serais le premier à reconnaître le caractère absolument injustifiable des spéculations astrologiques sur l'ère du verseau mais cela n'enlève rien à la pertinence de leur contenu (se non è vero è ben trovato), d'une ère de la connaissance et de la liberté correspondant assez bien à l'ère du numérique dans ce qu'elle peut avoir d'exaltant, bien que les menaces écologiques aient de quoi certes tempérer cet enthousiasme. Revenir au New Age, c'est à dire un retour vers le futur, en moins mystique et fusionnel, débarrassé de sa désarmante crédulité et d'une écologie trop naïve, ne serait pas si mal, en effet, et vaudrait mieux que de rester enfermé dans les siècles passés (si ce n'est dans le Moyen-Âge!). On mesurera, en tout cas, la distance de ces étranges préoccupations, qui ne sont pas si étrangères pourtant au mouvement mondial des indignés, avec les campagnes politiciennes actuelles de partis qui avaient été chassés des places, avec raison.

copyleftcopyleft 

23 réflexions au sujet de « New Age, le retour »

  1. "Les fascistes d'aujourd'hui ne sont pas aussi abjects que les fascistes d'hier"

    Je ne vois pas en quoi, ce qui s'est passé à NY, à Madrid...puis à Toulouse, me parait du même ordre de pratiques.

    Le new age peut générer une logique fasciste sous les meilleures intentions.

    Une de mes ex est dans un truc new age hindousoique, peace and love méditation cosmique. Il faut lire les textes de la gouroute, antisémite et reprochant quasiment à Hitler de n'avoir pas fini le boulot comme disait pour rire Dieudonné.

    L'ex en question me parlait aussi de jihad, forcément la secte était en plus syncrétique, mangeant à tous les râteliers de toutes les religions, pour ratisser large, même Einstein, pourtant d'origine juive, était paradoxalement cité élogieusement ainsi que les sciences, tout en dénigrant le siècle des lumières français.

    Il faut avoir discuté avec de tels hurluberlus pour se rendre compte du délire qui les occupe et le génie avec lequel ils mêlent tout ensemble.

  2. On peut dire que j'ai réussi mon coup cette fois à prendre mes lecteurs à rebrousse-poil, ce qui me vaut quelques volées de bois vert justifiant ma position excentrée loin des mouvements de foule.

    Je suis bien d'accord sur le caractère insupportable du New age, complètement délirant, mais l'article est clair sur le fait qu'un "retour à" n'est pas une pure répétition et qu'on peut espérer des versions moins délirantes justement. Si j'ai gardé le terme de New age, c'est uniquement parce qu'il fait référence à une nouvelle ère contrairement aux autres résurgences du passé, pas que je ferais preuve d'une quelconque complaisance avec toutes les conneries qu'il véhicule. En 1968 on n'avait effectivement que mépris pour les Hippies, nous les gauchistes sérieux qui allaient changer le monde et instaurer le communisme mais quelques années après le retour à l'ordre, j'ai été voir en Californie. Qu'on ne se trompe pas, ce n'est pas moi qui serait en quoi que ce soit responsable d'un revival du New age, pas plus que de son émergence précédente qui est un fait, le début d'une histoire à laquelle je ne participe pas mais qui révèle les thèmes émergents eux aussi d'un monde qui a déjà complètement changé. Bien sûr le New age exagère tout là où les anciennes idéologies minimisent complètement les transformations de la production. Mon intervention se limite à montrer qu'on peut sortir du cadre, qu'il y a d'autres points de vue sur la situation que celles à la mode, mais il vaut mieux attendre la fin des élections pour en parler sans attiser les passions (et je ne veux pas briser une dynamique).

    Je peux bien sûr me tromper sur toute la ligne.

  3. J'ai bien saisi la volonté provocatrice de votre billet, et je constate en effet chez beaucoup de mes concitoyens des réactions qui relèvent trop de la seule émotion ( cela oscille entre se faire peur et l'espoir qu'enfin ça va changer, sans se mouiller soi-même). Mais je reproche vivement, de votre part, un texte qui développe une position a-historique indéfendable: Il n'y a jamais à souhaiter une ère future qui ne serait enracinée dans l'histoire des luttes émancipatrices antérieures . Nous avançons sur la base d'erreurs présumées et d 'anticipations fabuleues, trompeuses seulement aprés coup, de ceux qui voulurent changer la monde avant nous! Vive les Saint Just, bordel! Et j'apprécie pleinement la volonté de J.L.M. de nous rattacher à notre histoire révolutionnaire, précisément! C'est une toute autre démarche que la vôtre dans ce billet déplacé!

  4. Je suis moi aussi pour se relier à une tradition révolutionnaire mais on ne peut dire que ce texte soit an-historique à trouver des références plus récentes. D'une certaine façon, moi aussi je déteste le New age et préfère largement la tradition révolutionnaire mais il me semble frappant que ce qui était avant un grand espoir futuriste millénariste d'un monde sans classe soit désormais plutôt régressif, incapable de prendre en compte les nouvelles coordonnées de la situation, seule raison pour laquelle je cite ces tendances nouvelles.

    La plupart de mes textes sont déplacés et un peu sulfureux, c'est ce qui fait leur spécificité mais leur influence sur les événements est négligeable. Il est facile de m'ignorer, il suffit de ne plus me lire si on veut juste s'encourager mutuellement. Je peux me tromper complètement sur la suite des événements mais je ne dis pas tout-à-fait n'importe quoi.

  5. "tout ce qui renforce l'autonomie des individus en même temps que leurs solidarités sociales, en opposition totale au libéralisme marchand et au culte de l'argent comme aux politiques autoritaires et normatrices."

    Je crois que c'est une confusion d'associer autoritaire à normatif. Je crois que c'est une illusion de croire qu'on puisse s'émanciper de toute norme.
    D'un point de vue personnel, c'est très fatigant et inhumain de vouloir toujours être soi (cf Erhenberg). On n'a pas le temps ni les compétences pour tout assumer.
    D'un point de vue politique (choix collectifs) si on n'a pas la norme confortée par la loi (l'état de droit), alors on a la décision et l'état administratif (cf les travaux de Blandine Kriegel à ce sujet).

  6. Je demande à être excusé de m'être ainsi emporté. C'est la déception qui conduit à quitter les chemins de l'Histoire, à refuser son destin pour des illusions latérales sans issue que la fuite. Et puis on recommence parfois à apprécier le sentiment d'être en empathie avec le multiple de l'animal humain. Après la réélection de Sarkozy ou Hollande il y aura certainement un renouveau du comportement New Age! Je ne le sais que trop pour l'entendre de votre part . Mais au moins laissez-nous des raisons d'espérer une avancée de cette conscience collective dont vous nous aviez parlé à propos d'une philosophie issue des Lumières ( Hegel, Marx,etc...) On ne vit pas si longtemps qu'il faille par avance dégager, plutôt que s'engager collectivement!

  7. Oui, mais sans aucune dissonance la musique est plate (c'est une question d'équilibre : jamais trop de trop). On ne peut se coordonner ni communiquer sans normes mais le vivant a besoin de normes souples avec du jeu et qui peuvent changer.

    Mais surtout, nous sommes dans des sociétés plurielles, l'essence de la politique étant de mêler une pluralité de modes de vie, ceci depuis les premières grandes villes mêlant des peuples différents. On ne fera pas société seulement avec des militants de gauche, aussi merveilleux soient-ils.

    Je préfère pousser la norme du côté des pauvres que des riches au niveau culturel, pour le peu que j'y peux, mais je préfère donner les moyens du travail autonome, donner le choix, de nouvelles libertés, plutôt que d'imposer mes propres normes ou subir celles des autres.

  8. oui très juste je partage à 300 % , ce texte parle de ce que je vie ! j'en vois toute la vérité même si comme jean en californie , je traverse ses petites sectes babos psychédéliques ( sans grand enthousiasme et pensant que les meilleurs et les plus attachant ce sont de vieux défoncés de l'age de jean ! les lieux de vie collectifs abondent à la campagne !! en Bretagne et chez moi en Dordogne ! mais aussi en Ariège , dans les Cévennes , les hautes alpes ... je vient d'avoir vent d'un terrain de 8000 m² avec un bus aménagé et l'eau et l’électricité pas loin de chez moi pour 22 000 euros !! avec l'eau et l’électricité ( une turbine dans un cours d'eau !! ), ces plans sont beaucoup plus nombreux qu'on ne crois ! c'est effectivement un repère de secte bien souvent mais avec des cotés laboratoire du futur et des coté d'une grande médiocrité quand la libération de se retrouver ensemble renforce la servitude . moi en tant que gros poupon je suis par certains côté mille fois plus libre qu'eux !! et plus libre d'agir et de nuire !! donc de penser !! mieux vaut des fois être seul que mal accompagné ?

  9. "Nous avons besoin de l'expression du nouvel esprit du monde, celui des pirates, de l'intelligence et du jeu, de nouvelles valeurs pour une ère nouvelle " jean zin, monsieur jean !!

    big up tout est là putain !! salam mon pote merci pour ces mots sur les maux cette couleur sur les douleurs !! wesh la famille !! ma parole !!

    le grand jeu école d'art privé
    la présentation du grand jeu en 40 minutes !! initiation à la guerre civile an cours !! guérilla pirate !! !!!! http://soundcloud.com/le-gang-des-b...

    _ smart politique caldéra du canton de lalinde

    ... un mouvement de gens pas content , pas content , les gens , avec tous les spécimens sortie des greniers , des caves enfumée et des petites abeilles sauvages tout droit sortie de la ruche , wesh l'ami , touareg et maquisart sur internet et dans la vrai vie , comme une diagonale de sample pour conjuguer nos envies ! désert rebel ! guerrilla pirate , squat cognitif , émeute idéologique , punk intellect !

    le grand jeu , fragment d'un systeme de formation alternatif
    une émission radio , bien imparfaite , mais qui a le mérite d'exister sur le grand jeu ? émission sur radio campus ( émission "en chantier") mai , juin 2009.

    yvan le prince noir, une putain d'étoile noire !! une bête de foire !!

    un soir de cuite et d'ivresse sur les ondes de radio campus bordeaux 18 heure l'heure du crime et de l'apéro et un petit speetch dialectique , ping pong cogntif de mes pusation pirates et quand j'ai du shite j'déchire , admire se flot et cette dexterité dans la rime et dans les hymnes quand on verse ce soir un peu de sel sur la plaie ! t'inquiète gars , je porte ton quartier , ta peine , ta croix , ce soir l'espoir réclame à jumer et à boire , boom bap mental radiophonique , eco-warrior autonome et biopunk sonore !!! bio pirate !!! du mauvais coté de la cravate , !! un putain de beat un putain rap , et dans le fond de la cave et dessous les trappe , des milliers de fant(assins cramé au fond de chaque tranchée , ce soir ma ma voix le hip hop est venu se venger !!!on est venu vous chier dans l'époque au nom de tous les enfants d ' l ' époque , le flot des geoles des menottes !! hip hop génération !! des barreaux dans les rayon dans les local à poubelle vers couze bordeaux le havre ou Montpellier !!

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Gra...

  10. le jeu , le roman du réel électrisé par le parfum et le style d'une adolescence dissocié où d'une romance tout droit sorti de l'enfance , la peur de l'errance est la première des erreurs disait Hegel , il faut être libre on a pas le choix et pas besoin d'être des millions pour faire des miracles et avoir un impact avec le petit boom bap mental de nos bâtiments sur le boom bap mental de l'économie planétaire et des maffias financière !! salam jean !! la bise sur le pneu en feu et la patate dans la gueule à tous les cerbères ! pirate dans la France de sarko le monde est à toi mais seulement si tu lui montre les crocs !! pirate , contre inspecteur et commissaire , origine Niger ou Mauritanie au large des côtes de somalie je suis en orbite autour des latrines de la patrie où la police avec son halène au pastis tabasse gratis ! pirate que l'armée envoie ses mirage , je suis aujourd'hui d'humeur colérique et ludique je me sentirai bien de couler quelques titanic !! lové dans les zones grises de la noosphère mondiale , et les volutes bleues de mon hip hop que je dépose dans un écrin et que je crève l'écran , car la menace viens du ciment , depuis couze , où les coqs chantent par dessus les bouzes !! banlieue verte , ghetto vermeil , ghetto neurone, par monts et merveilles !! salam jean tes pérégrinations cognitives on les humes , comme la brume du temps et avec nos gars et nos nana orageux aux idées larges on esquive les drones !!

  11. L'un des problèmes du new age est l'aspect spéculatif, très, qui monte des fumisteries assez baroques sur le fondement de la physique quantique.

    D'ailleurs, les derniers essais du CERN concernant la vitesse du neutrino, faits avec des moyens humains et matériels considérables, n'ont finalement
    pas encore remis en cause la théorie d'Einstein. Donc on est encore très loin d'avoir démontré un quelconque déterminisme quantique sur les structures moléculaires macroscopiques, et aussi très loin d'avoir unifié relativité et mécanique quantique.

    De même qu'un révolutionnaire( quantique ?) isolé ne va pas changer le monde avec ses petits bras musclés si le contexte général n'est pas là, tout au plus il changera la décoration de son 2 pièces-cuisine.

  12. Oui, le New Age est complètement délirant, mais c'est le cas de toutes les religions qui nous font gober des absurdités effarantes, notamment la vie après la mort qui n'a aucun sens quand on comprend ce qu'est la vie. Ce n'est pas pour rien qu'on attribue à Tertullien la formule "credo quia absurdum" même s'il le dit autrement.

    Ce qui caractérise le New Age est un syncrétisme assez comparable à celui qui a précédé le christianisme (mêlant l'astrologie babylonienne, l'ésotérisme égyptien, le culte iranien de Mithra et celui anatolien d'Attis, entre autres), avec les délires gnostiques très élaborés bien que complètement creux. Ce n'était qu'un symptôme de l'unification de l'Empire romain, d'un empire qui cherchait son unité et l'a trouvé dans l'universel (catholicon). En plus du syncrétisme des religions et sagesses du passé (la Perennial philosophy d'Aldous Huxley) le New Age se caractérise effectivement par le fait de vouloir y mêler la science, notamment la physique quantique (dont les obscurité nourrissent tous les obscurantismes) mais l'approche holiste voudrait aussi annexer la théorie de l'évolution, la biologie, l'écologie...

    Tout cela est pur délire mais ce qui importe, c'est de prendre en compte la Terre entière avec toutes ses traditions en même temps que la modernité avec les sciences et techniques les plus récentes, voire futures (Zeitgeist). Ce qui importe, c'est que cette recherche soit à la fois planétaire, tenant compte de la mondialisation, et tournée vers l'avenir, ce qui vaut mieux que des religions millénaires qui ont prouvé leurs capacités de nuire et sont complètement hors sol avec la fin du néolithique, de la civilisation agricole et du patriarcat. Connerie pour connerie, autant que ce soit une connerie à la page bien qu'on préférera sans doute les subtilité des religions millénaires au simplisme des nouvelles sectes.

    Je répète que, pour ma part, je me passerais bien de ces délires mystiques, parler de New age est surtout une façon d'insister sur le fait qu'on entre dans une ère nouvelle et qu'il faut se tourner vers l'avenir mais je ne crois pas à la disparition des religions, on a trop envie de croire (New Scientist fait une série là-dessus), il faut se résigner à une stricte laïcité, à la cohabitation avec ces allumés. Ce que je voudrais, c'est surtout qu'on prenne la mesure des bouleversements du monde avec notre entrée dans l'ère du numérique, ce que le New age tente (mal) dans le domaine religieux. Je plaide pour qu'on se débarrasse de ce mysticisme mais qu'on garde l'esprit nouveau.

    Comme je numérise ma collection de disques, j'ai mis cette bande originale d'un film appelé "Revolution", ce n'est pas forcément ce qu'il y a de mieux et il manque l'ambiance de cette époque hippies, c'est juste une illustration sonore :

    Face A

    Face B

  13. la physique quantique je savait aps , il y a aussi surtout reich ( et l'orgonite que j'ai trouvé en nombre sur le terrain des bab que j'ai fréquenté ) il y a aussi en suivant il me semble la théorie de la bioénergie et du potentiel humain qui semble avoir aussi un peu influencer les sciences humaines et les sciences de l'éducation à paris 8 ( rené barbier surtout ) . c'est pas complètement impraticable , mais la pensée magique à l'inverse de la dialectique ne casse pas des briques , trop de délires de délires sans nuance . plus que l'image du new age ne voudrait t'il pas mieux de parler de mao tzétung !! de sa grande marche et de son grand bon en avant !! c'est bien ce qu'il faudrait faire !!
    merci pour les sons jean oui ce sont de belles chansons ....

  14. Pour ma part, avant cette confrontation à un esprit devenu sectaire comme un poisson rouge enfermé dans un bocal, je n'en avais pas grand chose à faire des sectes. J'en avais vu une à Londres en sari qui m'avait bien fait rigoler.

    La discussion que j'ai évoqué m'avait laissé un sentiment de révolte, qui s'est affadi, me disant que je n'allais tout de même pas faire une intrusion avec un fusil de chasse.

    Donc, ben oui, de façon diplomatique, à la suite de cette rencontre sur plusieurs années, j'en ai conclu qu'il fallait faire avec les allumés. Ni ostracisme, ni complaisance.

  15. Moi, quand j'étais petit, je voulais être curé alors je n'ai pas de leçons à donner même si ça m'a vite passé à l'adolescence mais un très bon copain qui tout-à-coup est devenu pasteur m'a semblé tout aussi allumé que les grandes prêtresses de la bioénergie...

    Comme rien ne se perd, la révolution culturelle aussi pourrait revenir effectivement. C'est ce que je le prédisais d'une façon toute théorique avant mais qui s'est confirmé récemment puisqu'un cadre chinois important qui avait revivifié cette tradition dans sa province pour lutter contre le crime vient d'être éliminé et le nouveau secrétaire général a fait état du risque d'une nouvelle révolution culturelle si les injustices continuaient. Je ne crois pas du tout que les Chinois veuillent revivre ces années sombres, commencées pourtant dans l’exaltation, et c'est ce dont les dirigeants du parti peuvent avoir le plus peur, mais s'il y a des résurgences, ce sera sous une autre forme (avec le numérique notamment). A l'époque, cela semblait très séduisant et même complètement inespéré, un véritable miracle qui a ébloui nos brillants intellectuels, de Sollers à Godard en passant par l'Ecole Normale (et tous les Miller, Milner, Badiou, sans parler de July, Castro, etc.) si enthousiastes à participer à ces effusions collectives. Il n'y avait guère que les situationnistes pour s'en moquer alors et faire les mauvais coucheurs en dénonçant la mise en scène spectaculaire et le mensonge de la propagande derrière une rhétorique impeccable. Comme on voit, il n'y a pas que le New Age pour délirer et tenir à ses croyances. On est cerné depuis toujours ! Il y a quand même une différence car la révolution culturelle était sans doute une expérience historique nécessaire pour en montrer les impasses.

  16. A quatre ans, voyant que tout le monde avait eu des cadeaux de Noël, j'étais surpris que le petit Jésus dans la crèche n'en avait pas eu, donc j'avais mis quelques uns de mes cadeaux dans la crèche. J'étais comique avec mon sens de l'équité...

    La religion m'a passé à l'adolescence aussi, d'autant plus que je m'ennuyais sévère à l'église, écouter les sermons, se mettre debout ou à genoux, s'asseoir quand on nous dit de le faire...aller gober une hostie.
    Tout ce rituel qui me paraissait ridicule et archaïque.

    Seul le catéchisme m'intéressait, l'aspect historique, littéraire et en partie philosophique, sans compter les jeux ou matchs de foot.

    Sinon, je n'ai parlé ici que des sectes new age, car c'était le new age le sujet. Mais il m'est évident que les idéologies bornées n'ont pas attendu le new age pour faire le buzz et qu'il y a des raisons déraisonnables qui nous addictent à la foi, phénomène d'auto allumage cognitif.

    On a peu de choix, à part prendre une tête d'idiot pour en cogner une autre toute aussi idiote.

Les commentaires sont fermés.