Seuls sur la Terre ?

Le petit princeSommes-nous seuls sur la Terre ou bien existe-t-il d'autres vies extra-terrestres ?

Contrairement à ce qu'on croit habituellement, la réponse est loin d'être évidente. En effet, si le nombre d'étoiles et de galaxies semble faire pencher la balance du côté de l'existence de planètes semblables à la nôtre, les conditions à rassembler pour l'apparition de la vie restent vraiment exceptionnelles, encore plus pour pouvoir abriter des êtres évolués, et les chances que d'autres civilisations puissent exister en même temps que la nôtre sont pratiquement nulles...

Sans qu'on puisse être vraiment certain qu'on soit un cas unique dans l'histoire de l'univers, comme certains le prétendent, on ne peut non plus être aussi certain qu'on a pu le penser qu'il y aurait d'autres formes d'intelligence en dehors de la nôtre, ce qui a de quoi nous interloquer. Il est intéressant, en tout cas, d'essayer d'en évaluer les probabilités en dehors de toute idée préconçue, la question se divisant en 3 parties : 1) la probabilité d'un environnement qui permette l'éclosion de la vie, 2) la probabilité que la vie apparaisse lorsque les conditions y sont favorables, 3) la probabilité que la vie évolue vers des formes complexes et une intelligence comparable à l'intelligence humaine, lorsqu'on lui en laisse le temps.

1. Une planète pour la vie

Rare Earth Pour la "bioastronomie" et la plupart des astrophysiciens comme Hubert Reeves, l'existence d'une vie extra-terrestre semble ne faire aucun doute étant donnée le nombre "astronomique" d'étoiles et de planètes dans l'univers, justifiant des programmes de recherche et toutes sortes de tentatives d'entrer en contact avec les supposées civilisations d'autres galaxies dont on imagine même qu'elles pourraient être plus avancées que nous...

C'est peut-être aller un peu trop vite en besogne. En l'an 2000 le livre "Rare Earth", de Peter Ward (paléontologue et spécialiste des extinctions de masse) et Donald Brownlee (astronome et chef scientifique du programme Stardust de la NASA), mettaient en doute ces évidences en soulignant les conditions exceptionnelles qui avaient présidées à l'apparition de la vie sur Terre, au point qu'on pouvait douter que sur toute l'étendue de l'univers des conditions aussi favorables puissent se reproduire.

En effet, il ne faut pas seulement un environnement stellaire stable et pacifié, sans trou noir trop proche ni aucun cataclysme cosmique destructeur comme des "sursauts gamma", des collisions de galaxies ou des effondrements d'étoiles dans les parages. Il ne suffit pas d'un soleil d'une taille comparable au nôtre et une planète solide, à peu près à la même distance du soleil, ni trop froide, ni trop chaude. Il faut encore une lune stabilisatrice, une grosse planète comme Jupiter pour attirer la plupart des météores, une atmosphère et un champ magnétique assez puissant, tout cela ne suffisant pas pour être assuré de la présence durable d'eau liquide nécessaire à la vie...

probabilité de la vie complexe

Certes, le nombre d'étoiles dans l'univers dépasse l'imagination (entre 100 et 1000 milliards par galaxie, et l'univers visible contenant probablement près de 1000 milliards de galaxies, cela ferait selon certains calculs un ensemble de quelque 10 puissance 23 étoiles dans l'univers, ce qui est curieusement du même ordre que le nombre d'Avogadro !). Malgré cela, et aussi étonnant que cela puisse paraître, le calcul de la probabilité N ci-dessus (corrigeant l'équation de Drake), probabilité de reproduire l'ensemble de ces conditions, se révèle si faible au regard des conditions cataclysmiques qui règnent au coeur des galaxies, de la diversité des corps célestes et de toutes les combinaisons possibles, que, pour les auteurs de "Rare Earth", cela pourrait remettre en cause la possibilité d'une vie complexe ailleurs dans l'Univers, alors que, selon l'astrophysicien Christian Magnan, c'est la probabilité de la vie elle-même qui serait proche de zéro. En effet, non seulement la vie ne peut apparaître qu'en périphérie des galaxies avec un type bien précis de soleil, une distance, une composition et une taille relativement précises pour la planète, mais il faut ajouter toute une série d'éléments improbables pour que l'environnement ne soit pas trop inhospitalier. L'importance du rôle de la Lune, par exemple, serait considérable, et ce n'est qu'un élément d'un ensemble indissociable de conditions vitales vraiment exceptionnelles :

Premièrement, grâce à sa masse relativement importante, la Lune a stabilisé par effet de marée la position de l'axe de rotation de la Terre sur elle-même (comme l'a montré Jacques Laskar), en l'empêchant de basculer de façon chaotique et en permettant en cela d'éviter les catastrophes climatiques que ces mouvements divagatoires aurait entraînées. En effet la variation saisonnière de la durée des nuits et des jours est due à la position de l'axe de rotation de la Terre par rapport au plan de son orbite autour du Soleil. Si l'axe se couchait dans ce plan, les saisons seraient terriblement contrastées. En hiver dans un hémisphère, toute la moitié concernée du globe serait plongée dans la nuit (nuit durant plus ou moins longtemps selon la latitude), pendant que l'autre serait soumise au rayonnement violent du Soleil d'été, celui-ci atteignant le zénith même au pôle. Certains scientifiques pensent que c'est une aventure fatale de cet ordre qui a privé Mars de son atmosphère initiale (si elle en a jamais possédé), interdisant le développement de toute vie. En revanche, la Lune ayant cadenassé l'axe de rotation terrestre en l'empêchant de sauter d'une position à l'autre, les saisons seraient restées relativement stables sur Terre, assurant la clémence suffisante des conditions climatiques.

La deuxième circonstance favorable semble avoir été la présence dans notre système solaire de planètes géantes qui ont, par leur action gravitationnelle, nettoyé l'environnement de la Terre des nombreux astéroïdes susceptibles de la bombarder. Des collisions, il y en a eu certes, après la formation de la Lune, à raison d'une en moyenne tous les cents millions d'années (dont celle qui a été à l'origine de la disparition des dinosaures), mais en l'absence de Jupiter et Saturne, c'est mille fois plus (donc tous les cent mille ans) que nous aurions eu à subir, avec la disparition de toute trace de vie.

C'est le point qu'il faut souligner et qui n'est pas assez connu, contredisant notre intuition immédiate d'un univers infini et nos représentations naïves (en tout cas les miennes jusqu'ici) comparables aux illusions des jeux de hasard : les conditions de vie terrestres sont quasiment introuvables ailleurs, conjonction exceptionnelle de circonstances, au point de pouvoir être unique. Ce n'est donc pas tant l'univers qui serait ajusté à notre existence (principe anthropique fortement critiqué par Christian Magnan) mais bien la Terre elle-même et son histoire singulière.

2. La chance de la vie

bases ARN

Bien sûr, la perspective d'être la seule forme d'intelligence de l'univers a de quoi nous troubler, renforçant considérablement notre responsabilité et le mystère de notre existence miraculeuse. Ce n'est pas une raison pour conclure qu'il en est ainsi, pas plus que le besoin de croire qu'on n'est pas seul ne doit nous en persuader. Il faut examiner sérieusement la question.

Christian Magnan, cité plus haut et dont je recommande le site et le livre "La science pervertie", dénonce avec raison les dérives de ses collègues, dont certaines conclusions vont bien au-delà de ce que l'état de la science devrait leur permettre, ainsi que les tentatives confusionnelles de mêler science et religion. Il est d'autant plus surprenant qu'il fasse preuve d'une si grande résistance à l'abord scientifique de la vie elle-même, dont il voudrait garder tout le mystère, et croit pouvoir affirmer, sur la foi de conceptions dépassées, qu'il n'y a pas d'autre vie dans tout l'univers... Il est décidément bien difficile de faire preuve de rigueur sans tomber dans un dogmatisme ou un autre !

Si on doit tenir compte de l'extrême rareté de conditions aussi favorables à la vie que celles de notre planète, on ne peut plus croire, comme le pensait Jacques Monod en 1970, que l'émergence de la vie serait un événement aussi improbable, la conjonction de ces deux improbabilités relevant alors de l'impossibilité pure et simple. Au contraire, les découvertes de ces dernières années amènent à croire que la vie deviendrait presque inévitable dès lors qu'elle devient possible. Bien sûr il reste de nombreuses énigmes dans l'origine de la vie mais il semble bien qu'à partir du moment où se rencontrent eau+méthane+ammoniaque (donnant formaldéhyde et acide cyanhydrique), il ne soit pas si miraculeux que la vie apparaisse au bout d'un temps assez long bien sûr, sous l'effet d'une "chimie sélective" aboutissant aux "ARN autocatalytiques", c'est à dire à la reproduction, ce qui suffirait pour enclencher le processus de l'évolution darwinienne (qui peut se produire sans doute sur d'autres bases aussi). En sorte qu'on peut être à peu près sûr que la vie existe sur d'autres planètes, sous forme sporadique au moins.

Il faut d'ailleurs remarquer que la vie est apparue sur Terre vers 3,9 Milliards d'années, soit relativement peu de temps après sa formation (4,6 Milliards d'années) et sa solidification (qui commence il y a 4,3 Milliards d'années), ce qui semble prouver que ce n'est pas si difficile que cela, même s'il n'est pas impossible qu'elle soit venue de Mars. En effet, à l'occasion de l'exploration de la planète Mars, on s'est aperçu que certains micro-organismes en provenance de la terre pouvaient survivre à un voyage inter-planétaire. Il est donc possible qu'une dissémination puisse se produire entre planètes voisines. Le fait qu'il y ait eu des formes de vie sur Mars au temps où son atmosphère était plus proche de celle de la Terre reste sujet à caution mais n'est pas du tout à exclure. Loin qu'on puisse prétendre que la vie serait un événement unique, il est plus raisonnable de penser, dans l'état actuel des recherches, que c'est quelque chose de relativement banal mais cela reste à prouver.

3. L'évolution vers la complexité

complexification Que la vie puisse exister sous une forme primitive ailleurs dans l'Univers est une chose. Qu'elle puisse prendre les formes évoluées que nous connaissons en est une autre, et c'est là que la rareté des conditions exceptionnelles qu'on trouve sur la Terre prend toute son importance car il ne suffit pas que la vie existe, il faut qu'elle ait le temps de se développer et d'évoluer sur des milliards d'années, et là, c'est une autre paire de manche ! La complexité est fonction du temps et c'est un luxe rare au milieu d'un univers violent traversé de forces infernales qui peuvent nous réduire à néant dans un souffle de rayons gamma quand ce n'est pas simplement dans la rencontre de la trajectoire d'un autre corps céleste, météorite lancée comme un projectile et pouvant faire exploser sa cible, dispersée soudain dans l'espace en éclats par milliers.

La probabilité se fait donc bien plus faible de disposer de conditions favorables à la vie pendant quelques milliards d'années. On commence à se dire que ce n'est pas le genre de situation qu'on doit trouver à tous les coins de rue et, si la vie a pu s'ébaucher à de nombreuses reprises, le nombre de fois où elle a eu le temps d'évoluer jusqu'à des formes plus complexes doit être ridiculement petit. En admettant que ce chiffre ne soit pas égal à zéro (ce qui n'est pas tranché), la question qui reste est de savoir s'il suffit d'avoir le temps pour évoluer vers une plus grande complexité. Pour peu que cette longue durée soit accessible ailleurs dans l'univers, prendrait-elle pour autant la même direction que celle que nous avons connue ? Au point où on en est, la réponse à cette question est décisive pour déterminer la possibilité d'une autre intelligence, savoir si nous sommes vraiment uniques dans tout l'univers.

Certains, comme Christian Magnan, ne s'embarrassent pas de scrupules et réfutent tout principe de complexification croissante comme n'étant en rien scientifique, bien que ce soit pourtant un fait d'observation ! Il ne s'agit pas là de sauver la possibilité qu'on ne soit pas seuls au monde, mais de mettre en doute le caractère convaincant de la démonstration qu'un tel principe serait un pur fantasme. En effet, le principe non seulement de complexification, le mot est trop général, mais bien d'optimisation et d'intériorisation de l'extériorité, c'est-à-dire tout simplement d'adaptation, se vérifie incontestablement globalement et sur la durée même si rien n'oblige un organisme ni même une espèce à s'y conformer dans l'immédiat. C'est la constatation, entre autre, de la "théorie constructale". Comprendre le caractère probabiliste de ce principe est aussi important que de comprendre le caractère probabiliste de l'entropie.

Certes, on a toutes les raisons de se méfier d'un principe de complexification croissante qui ne date pas d'hier puisqu'on le trouve déjà chez Spencer, ou, plus proche de nous, chez Theilhard de Chardin où il prend une dimension théologique et finaliste qu'il faut réfuter. On ne peut leur reprocher d'avoir constaté le fait, seulement d'en avoir donné une interprétation trop mécanique ou idéalisé. C'est au contraire son caractère purement probabiliste qu'il faut défendre, fondé sur l'accumulation des événements ou la sélection à long terme du plus apte, et non pas au niveau des individus et de leur confrontation. On devrait d'ailleurs distinguer deux aspects très différents de la question.

1) la complexification demande du temps, elle ne peut être immédiate, et donc plus le temps passe plus la complexité peut augmenter. Cela n'empêche nullement des retours en arrière et des simplifications brutales mais sur la durée et selon la loi des grands nombres, la complexité gagne en probabilité, se construisant petit à petit sur le degré de complexité atteint précédemment. L'argument entropique pour s'y opposer ne tient pas pour 2 raisons : si l'entropie signifiait qu'il y a toujours diminution de complexité il faudrait supposer le maximum de complexité au départ, ce qui est plus que douteux (il y a seulement concentration d'énergie). Au contraire on constate notamment une augmentation de complexité par brisures de symétrie lors des effets de seuil dues au refroidissement (cristallisation par exemple). L'autre raison qui empêche de convoquer l'entropie ici est tout simplement que l'univers est très entropique, par dissipation constante d'énergie et qu'une partie de cette énergie peut être utilisée pour la complexification sans augmenter en quoi que ce soit cette dissipation d'énergie et le désordre de l'univers. Il faut dire que l'identité supposée de l'entropie avec "le désordre" est beaucoup trop grossière, cela dépend de ce qu'on entend par là. Même en physique, il y a une complexification croissante qui va des atomes d'hydrogènes aux atomes de carbone jusqu'aux acides aminés. Il faut juste admettre que ce n'est qu'une loi statistique (plus le temps passe et plus l'improbable devient probable) mais il faut bien plus de temps pour former des atomes de carbone au coeur des étoiles que des atomes d'hydrogène, ce qui n'empêche pas les structures complexes de se désintégrer en éléments plus simples et qu'il y a toujours en majorité des atomes d'hydrogène !

2) dans le domaine du vivant, la complexification devrait plutôt être appelée principe d'optimisation (relevant du principe de moindre action). Ici, ce qui intervient, au-delà de la sélection, c'est la capacité de reproduction (d'ampliation) qui permet à une complexification d'abord extrêmement improbable de se généraliser rapidement une fois atteint une efficacité supérieure aux autres, servant dès lors de base à un nouveau stade de complexification. Il faut y insister, on est bien dans les phénomènes statistiques : rien n'empêche une espèce de régresser mais la capacité de reproduction introduit un biais statistique qui fait qu'on ne peut se contenter ici d'un pur calcul des probabilités qui tendrait effectivement vers zéro alors qu'on constate le contraire !

On peut raisonnablement penser qu'admettre la complexification comme une conséquence dernière du principe de moindre action ou d'économie naturelle, sur le long terme et pour les systèmes reproductifs, devrait faire plus que renforcer la probabilité du développement d'une intelligence animale ailleurs que sur Terre. Cela ne veut pas dire pour autant qu'on en aurait la certitude mais simplement qu'on ne peut avoir la certitude contraire. La question reste encore largement ouverte à ce stade puisqu'il suffit de trouver quelque part une durée de plusieurs milliards d'années sans destruction de la planète.

Cependant, ajouter à toutes ces conditions le fait qu'il pourrait exister d'autres civilisation comparables à la nôtre ou plus avancée, EN MEME TEMPS QUE NOUS, là je recule devant l'incroyable coïncidence que cela supposerait dans l'immensité des durées en présence (quelques milliers ou dizaines de milliers d'années tout au plus, sans doute, pour notre civilisation développée, et encore, si nous savons maîtriser notre puissance destructrice!), sans parler du fait qu'il faudrait que cette civilisation ne soit pas trop éloignée pour être joignable ! Finalement, même s'il n'y a pas de "preuve de la non-existence" d'extra-terrestres, même s'il n'est pas complètement impossible qu'il y ait par extraordinaire une autre Terre, aussi improbable que la nôtre, j'en arrive à peu près à la même conclusion, bien que sur d'autres bases, moins catégoriques : nous sommes presque sûrement seuls sur Terre, sans personne à qui parler à l'autre bout de l'univers dans "le silence éternel de ces espaces infinis", sans d'autres formes d'intelligence et de civilisation pour mieux comprendre qui nous sommes par le témoignage de nos différences mêmes...

Il faut bien dire qu'à en juger par le rejet des différences et les conflits de civilisations que nous connaissons, nous avons déjà fort à faire ici-bas avant de vouloir nous confronter à un au-delà imaginaire de pure science-fiction et à d'autres mondes à jamais inaccessibles ! Il faudrait surtout prendre conscience du caractère précieux et irremplaçable d'une Terre que nous devrions mieux préserver, ainsi que de la fragilité de notre existence...

Un article plus récent de Pour la Science (09/11) confirme ces conclusions.

copyleftcopyleft 

13 réflexions au sujet de « Seuls sur la Terre ? »

  1. Votre article de synthèse est éclairant.

    J'aime bien l'idée que la matière soit une singularité, un *ratage* par rapport au flux de l'énergie.

    Ainsi, on se retrouve à la case départ avec le petit père Parménide, l'être est, le non-être n'est pas, nul ne sait pourquoi, c'est comme ça.

  2. Si Jean Zin a raison, c'est peut-être là une bonne nouvelle: personne ne va venir du fin fond de la galaxie pour nous détruire d'un seul coup de son rayon de la mort, ou nous réduire en esclavage.
    Mais après tout, on peut aussi se dire que s'il n'y a vraiment personne ou quoi que ce soit d'autre, c'est juste parce que ce n'est pas la peine: nous semblons pour le moins tout à fait capables de faire le boulot nous-mêmes.....

  3. Moi j'aime entretenir le rêve, que nous ne sommes pas seules, peut-être, qu'ils auraient la solution pour que l'homme ne fasse pas exploser notre si jolis planète. pourquoi faudrait-il qu'ils soient de gros villains méchants gluants, juste des personnages tous gentils aussi curieux que nous le sommes... mais beaucoup moins destructeurs bien sùr, avec des tas de réponses aussi, ce serais bien!!!

  4. Moi aussi je préférerais qu'il y ait des extra-terrestres, cela serait d'un grand enseignement sur de nombreux plans, et si c'est très improbable ce n'est pas complètement impossible pour autant mais cela expliquerait quand même qu'on n'en trouve aucune trace pour l'instant malgré les moyens déployés...

    L'important c'est de comprendre le caractère très exceptionnel de notre Terre, même par rapport aux milliards d'étoiles de notre galaxie et même de l'univers bien que cela paraisse effectivement incroyable (et à vérifier) !

    Il est certain que notre propre destruction viendra de nous-mêmes si on continue comme cela mais si elle devait venir de l'espace, plutôt que d'hypothétiques extra-terrestres, il y a plus de chance que cela vienne d'une catastrophe cosmique ou de rayons gamma (quoique la présence de fer dans notre galaxie nous en protégerait relativement, c'est encore une chance exceptionnelle de notre position planétaire).

    En fait, il faut bien dire que la question des extra-terrestres m'intéresse assez peu et je n'avais pas l'intention de faire dans le sensationnel, juste de faire part de quelques données qui m'avaient paru étonnantes, contredisant mes préjugés sur la question et renforçant le caractère irremplaçable de notre Terre, l'évidence qu'il n'y a pas de planète de rechange !

  5. Bonjour.

    Je suis venu ici pour vous remercier de votre article, tout commentaire étant devenu impossible sur AgoraVox. Pourquoi vous remercier, me direz-vous? Car vous avez choisi un thème loin de toute polémique (si si!!), instructif pour beaucoup (trop peut-être) et vous l'avez traité avec profondeur.

    Je ne suis pas un scientifique de haut niveau mais j'ai beaucoup lu sur certains domaines se rapprochant du contenu de votre article, et j'aimerai tout de même faire quelques remarques.
    Vous dites que Christian Magan "réfute tout principe de complexification croissante comme n'étant en rien scientifique, bien que ce soit pourtant un fait d'observation". Non, je ne suis pas d'accord, la complexification n'est pas un fait d'observation, c'est une interprétation, car si certains organismes en effet sont plus complexes que leurs ancètres, d'autres restent simples. Il n'y a AUCUNE tendance générale et les animaux aujourd'hui ne sont pas globalement plus compliqués que ceux d'il y a 100 millions d'années. Ce sont des clichés véhiculés par une vision trop vulgarisée de la théorie de l'évolution, ce qui explique peut-être le propos de M.Magnan (que je ne connais pas). Je ne peux que recommander la lecture de Stephen Gould sur ce sujet, il est clair, concis et rigoureux. Il explique comment notre époque est celle des organismes simples (bactéries), comment les organismes complexes apparaissent de manière aléatoire, comment une lignée peut se complexifier mais aussi se simplifier.
    D'autre part vous dites que le processus de complexification s'étend sur plusieurs milliards d'années. Là encore, non, il se concentre sur 500 millions d'années à peine. Autant la vie mono-cellulaire est apparue immédiatement sur Terre dès que les conditions sont devenues correctes (enveloppe solide - 3,5M), autant il a fallu 3 milliards d'années avant que les premières bactéries pluri-cellulaires ne naissent. Dès lors le reste s'est fait très vite. Et rien ne s'oppose à ce qu'une vie intelligente soit apparue il y a 200 millions d'années ou jamais.

    Une chose en tous cas reste à mon avis sûre dans tous ces débats flous. Nous ne possédons aucune donnée pour résoudre un problème contenant des dizaines d'inconnues. Alors nous ne faisons que des élucubrations pouvant être aisément bouleversées par la moindre nouvelle observation. Je pense donc que la seule réponse à votre question est, hélas, "On n'en sait rien".

    J'aimerai terminer en regrettant la nature des commentaires ajoutés sur Agora. Haineux, partisans, stupides, ils me confortent dans mon idée que si je suis idiot, au moins je suis loin d'être seul.

    C'était Yves.

  6. Je partage votre déception d'AgoraVox, et encore c'est souvent pire! La lecture d'AgoraVox me déprime la plupart du temps (surtout sur les sujets politiques). On peut dire que, au moins, cela manifeste notre débilité mentale si on avait besoin de cette preuve pour nous guérir d'utopies trop naïves... Pour ma part, c'est uniquement à la demande de Joël de Rosnay que j'y contribue, et je ne suis pas sûr de continuer.

    Par contre nous ne sommes pas d'accord sur la complexification, dont je maintiens que c'est un fait d'observation, ce n'est pas une interpétation, mais je souligne bien que ce n'est pas une loi mécanique, ce n'est pas une loi générale seulement statistique, et je précise bien qu'il y a des organismes qui n'évoluent pas ou même se simplifient. D'autre part, le graphique joint montre que la complexité est très rare par rapport aux bactéries par exemple et que plus un organisme est complexe, plus il est rare. Donc, tout n'évolue pas mais dire qu'il n'y a pas d'évolution, ni d'animaux plus complexes actuellement qu'il y a 500 millions d'années est une contre-vérité, c'est la négation de la théorie de l'évolution malgré Stephen Jay Gould et bien d'autres "évolutionnistes", mais il faut lire mes arguments très exactement. Je n'ai absolument pas la position de Theilhard de Chardin. Je souligne le fait qu'il faut du temps pour la complexification, qui est une intériorisation de l'extériorité (une amélioration des régulations notamment et une optimisation des organismes). Il faudrait parler aussi de la loi de la variété requise d'Ashby (et plus généralement de la théorie des systèmes) mais à chaque fois il faudrait nuancer, discuter, etc., car c'est effectivement un thème difficile et sujet à de multiples controverses. L'important c'est le rôle de la reproduction qui inverse la tendance entropique à la simplification, du moins ponctuellement et pas complètement (l'entropie est elle-même une loi statistique). Effectivement, il ne faudrait pas comprendre de façon trop simpliste cette complexification, ce qui est certes difficile, mais on ne peut la nier complètement et il faut bien l'expliquer. Je renvoie ici au prix Nobel Christian de Duve (même si je ne le suis pas complètement). On peut donc admettre qu'il n'y ait aucune loi de complexification au niveau individuel (sauf dans la croissance!), ni même au niveau d'une espèce (qui peut régresser), ce n'est qu'une tendance statistique (et minoritaire) en fonction du temps qui relève du principe de moindre action, de l'intériorisation de l'extériorité et de la reproduction.

    Certes, la complexification (qui existe donc bien) date surtout du Cambrien (à partir de 580 millions d'années) mais il y a tout de même avant le passage des procaryotes (bactéries sans noyau) aux eucaryotes (cellules avec noyau) qui sont beaucoup plus complexes (appareil de Golgi, etc.). Le saut de complexité étant sans doute comparable à celui du passage au monde animal. On voit bien d'ailleurs cette complexification au niveau de mécanismes comme l'horloge biologique qui à partir d'un cycle très simple se complexifie au-delà de l'imaginable, toute une série de processus se greffant dessus. Certes à partir du Cambrien il semble visiblement que tout s'accélère, mais dès qu'il y a des prédateurs, il y a de l'intelligence, la flèche de l'évolution est bien orientée. Tout cela aurait pu ne pas se produire, bien sûr, mais ce n'est pas seulement le produit du pur hasard pour autant, c'est le fruit de la course entre prédateurs et proies (ainsi que des modifications de l'environnement sélectionnant les capacités d'adaptation les plus souples). Aristote le dit bien, le hasard n'est cause de rien, les phénomènes aléatoires expriment des structures sous-jacentes, amplifiant des contraintes faibles.

    Je suis bien persuadé de l'étendue de mon ignorance mais ce n'est pas une raison pour dire qu'on ne sait rien et j'essaie malgré tout de prendre en compte les petits bouts de savoir qu'on peut découvrir et qui ont au moins l'avantage de contredire nos préjugés, remettre en cause ce qu'on a cru savoir. Le monde est tout de même relativement compréhensible car tout a une cause... Il est bien sûr difficile de trouver la juste mesure entre un savoir trop arrogant et une ignorance satisfaite, entre dogmatisme et scepticisme, mais c'est la tâche infinie de la philo-sophie. En tout cas, je ne fais que témoigner ici de l'étonnement de mes découvertes et les critiques sont toujours bienvenues.

  7. En ce moment même il pleut grave sur Douala, au Cameroun.
    Ici, toutes ces questins n'intéressent pratiquement personne.
    Les éclairages de J Z sur le "réglage" des conditions, en particulier astronomiques ( la présence des éboueurs Jupiter et Saturne) sont édifiants.
    Je ne suis un pas expert. En aucun de ces thèmes. Juste un esprit curieux qui s'intéresse aux questions ouvertes de la science dans certains compartiments, aux répones fournies et qui peuvent être réfutées demain selon Popper, pour la vision/représentation qu'eles nous procurent, cet enchantement sans limites de l'extraodrdinaire profusion de l'Univers en objets; de l'infiniment petit à 'infiniment grand.
    Le défi de notre temps est essentiellement cognitif: repenser complètement l'école et la mettre enfin aux normes du savoir actuel, et en finir avec une certaine étroitesse paradigmatique dont on peut voir les dommages collatéraux tous les jours à la télé.
    Je plaide pour la poésie, plus de poésie pour Homo sur Terre. Notre temps est si fini que c'est triste de la gâcher en bisbilles quand on pourrait procurer à chacun une existence digne. Evidemment, nous sommes là à des années-lumières des ET...
    Je signalerai quand même, puisque la reproduction et l'auto-catalyse sont des phénomènes si essentiels, la lecture dans un domaine toiut autre d'une excellente monographie concenant les Mwaba Gurma du nord du Togo: La divination par les huit cordelettes, chez Karthala, par Albert de Surgy. Son intérêt résde dans ce que leur conception et compréhansion du monde repose sur un système "mimant" la dynamique ADN/ARN et tout le toutim.
    Kayala

  8. Bon, finalement l'article de Mr ZIN, quoique très solidement étayé, ne prouve pas grand chose, car au regard du nombre postulé d'étoiles dans l'univers, 10 puissance 23, qu'il y ait une seule ou mille civilisations, cela reste du domaine "proche de zéro". il me semble donc que le fait d'affirmer que nous sommes seuls ou non relève plus de la croyance que du savoir.
    de toute façon, le risque d'être démenti par les faits est, lui aussi, proche du zéro absolu, pour cause de problèmes de synchronisme et de la lenteur désespérante de la vitesse de la lumière pour véhiculer jusqu'à nous les "news" de l'univers :-))

  9. Effectivement, je ne "démontre" rien sinon que "la réponse n'a rien d'évident" et que, si on "ne peut être vraiment certain qu'on soit un cas unique dans l'histoire de l'univers, comme certains le prétendent, on ne peut non plus être aussi certain qu'on a pu le penser qu'il y aurait d'autres formes d'intelligence en dehors de la nôtre". Démontrer l'indécidabilité n'est pourtant pas rien. C'est déjà une surprise par rapport aux croyances qu'on peut avoir. La réponse à la question n'est pas l'essentiel, ce n'est qu'un prétexte pour en aborder les différents aspects. L'important ici étant le caractère exceptionnel de notre planète, ce qui n'est pas assez connu.

Les commentaires sont fermés.