Le mystère de nos origines

Documentaire de John Rubin et John Bredar (2004)

National Geographic Television, 22 Décembre 2005 sur France 5 à 17h25, 85'

J'ai trouvé ce documentaire particulièrement intéressant, en particulier pour le rôle crucial attribué au jet de pierre comme première arme à distance qui aurait suffi à donner la suprématie à notre espèce. Il est amusant aussi de voir les divergences et convergences avec les hypothèses autour des origines de l'homme dont je me faisais l'écho il y a 6 mois à partir d'un article de Pour la Science.

D'après ce documentaire, une des étapes décisives de l'hominisation, qui se caractérise par le contrôle de son environnement, remonterait à l' homo erectus qui vers 1,7 millions d'années aurait déjà utilisé le feu par endroits au moins mais qui aurait surtout utilisé le jet de cailloux pour se défendre des prédateurs. Cette arme à peu près inédite dans la nature aurait pu suffire à la suprématie de la ligne homo, expliquant le besoin d'une augmentation des capacités cérébrales et dégageant assez de "temps libre" pour commencer à développer une culture. Soulignons que l'efficacité de cette arme de jet suppose d'en faire des stocks (ce sont souvent des galets tenant dans la main et qui ont été ramassés dans une rivière). Cela implique donc une relative sédentarité, une demeure (grotte ou hutte), une organisation. Disposer d'une menace à distance a dû favoriser le souci de son apparence, de l'apparat, le développement de signaux à distance, de signes de reconnaissances, d'un langage enfin. Ceux qui maîtrisaient le feu ont pu aussi cuire la viande, permettant aux muscles masticatoires de réduire de taille ce qui aurait libéré de la place pour le cerveau (et du temps de digestion).

On voit que beaucoup se joue à ce moment reculé de notre évolution puisqu'à partir de là nous étions assez armés pour nous répandre par toute la Terre (dans tous les milieux). On ne peut dire pourtant que tout est joué puisqu'il y aura une assez grande diversité, notamment dans la taille qui va du plus petit (Hobbit, homme de Florès, qui ne fait pas beaucoup plus d'1 mètre) au plus grand (Goliath, plus de 2,20 mètres) dont nous descendrions. Les géants nous ont précédés dans une époque où l'oxygène était plus abondant et où de nombreux animaux avaient tendance à augmenter de taille. L'inconvénient de cette masse musculaire était la difficulté d'en évacuer la chaleur, condamnant Goliath à boire beaucoup et donc à rester près d'un cours d'eau. L' homo sapiens qui descend de ce géant dispose de meilleures performances thermiques qui lui donnent plus d'autonomie mais il y a eu cohabitation de plusieurs espèces jusqu'à la fin de la dernière glaciation (il y a 12 000 ans).

Le dernier moment crucial dans notre évolution correspond bien à la catastrophe écologique d'il y a 60 000 ans (éruption volcanique, libération de méthane, réduction de l'oxygène, hiver volcanique) car, si l'on en croit les généticiens, la population dont nous descendons tous n'était pas supérieure à 2000 individus ! La plupart des autres espèces n'auront pas survécu à cette extinction de masse, on ne sait si on s'en est sorti par notre intelligence, notre solidarité collective ou notre taille réduite (notre moins grande dépendance de l'eau) mais à partir de là, il n'y aura plus de changement majeur dans l'espèce humaine. Ce que le téléfilm tente de nous montrer c'est que les dernières mutations génétiques et les capacités artistiques ne datent pas de cette époque sombre, chaude/froide et asphyxiante mais précèdent de beaucoup l'élimination de tous leurs concurrents, de même que le prochain mutant qui survivra à la prochaine raréfaction de l'oxygène (par libération du méthane stocké dans la mer ou le permafrost) devrait se trouver déjà parmi nous, à moins que ce ne soit un organisme génétiquement modifié artificiellement, ce qui est certes de plus en plus probable...

(j'espère ne pas m'être trompé, c'est un compte-rendu fait de tête, à vérifier donc!)

Voir aussi, plus récent : L'émergence de l'humanité.

copyleftcopyleft 

2 réflexions au sujet de « Le mystère de nos origines »

  1. un peu ému de vous lire (intéret et joie) notamment le discours sur les objets...
    par rapport au lancé de cailloux, je pense à "le Stalker" du "lumineux 'Tarkowski' repris par le grec 'Angelopoulos' dans le merveilleux film où il demande au petit émigré comment il est sorti de son pays : en lançant des cailloux, tous les deux metres comme dans le stalker. Ce n'est pas pour se nourrir ici (quoique) mais pour penser chaque pas !

Les commentaires sont fermés.